Le tournoi de Schaffhouse (1436)

À la fin du Moyen Âge, les tournois ne sont pas uniquement des événements réservés aux cours princières, ils se tiennent également dans les villes, tissant des liens étroits entre elles. La noblesse urbaine se réunit en sociétés de tournoi et les élites bourgeoises organisent des événements chevaleresques. Le tournoi de Schaffhouse en 1436 réunit les nobles du Sud du Saint Empire et plusieurs grandes familles européennes pour de grands jeux chevaleresques. Un document exceptionnel, dû à la plume d’un diplomate castillan de passage, en fait un récit haut en couleur.


Tournoi à la masse, extrait du Wappenbuch (livre d’armoiries) de Conrad von Grünenberg, 1480 (Bayerische Staatsbibliothek, Cgm 145).

Les tournois urbains à la fin du Moyen Âge

Les jeux chevaleresques se développent et se codifient à la fin du Moyen Âge. Le métier de héraut prend une importance nouvelle en raison du développement des ordres de chevalerie auprès des cours européennes et des sociétés de tournois dans les villes. En effet, en tant que spécialiste du cérémonial, le héraut est chargé d’organiser les jeux chevaleresques.

La noblesse, friande de ces événements, fait réaliser des livres de tournois richement illustrés. Certains de ces ouvrages comportent des indications sur l’organisation et des précisions sur les aspects rituels de la manifestation. C’est le cas du Livre des tournois du roi René d’Anjou (Paris, Bibliothèque Nationale Française, MS fr 1265), qui relate l’entrée en ville des participants, les banquets, l’exposition des heaumes, le détail de l’équipement, la logistique sur le terrain de jeu et, enfin, les jeux chevaleresques en tant que tels.

Le jeu principal reste le tournoi, qui se pratique à cheval et en équipe ; les compétiteurs doivent détruire le cimier (une figure sculptée sur le sommet du heaume) de leurs adversaires à coups d’épée ou de masse en bois. Durant le XVe siècle, un autre jeu s’impose également, la joute. Dans ce duel à cheval, le jouteur doit briser sa lance sur l’armure ou l’échancre (un type de bouclier) de son adversaire. Le duel se déroule sur une piste, progressivement équipée d’une séparation qui assure le parcours des chevaux dans des couloirs rectilignes. Les autres pratiques jeux sont les combats à pied, les jeux d’adresse et les jeux de force.

Le document

Le déroulement du tournoi de Schaffhouse 1436 est relaté en détail dans une relation de voyage rédigée par un diplomate castillan anonyme, de passage lors de l’événement. La version originale est aujourd’hui perdue, mais le texte subsiste dans une copie rédigée sur huit feuillets (f. 95v-102v) dans un manuscrit compilant plusieurs textes de genres différents. L’auteur a sans doute assisté au tournoi lors de son voyage au concile de Bâle (1431-1449) en tant qu’envoyé de la cour de Castille. Les mentions répétées de l’évêque Gonzalo de Palencia et du banneret Juan de Silva confirment cette hypothèse. Cette source exceptionnelle complète d’autres documents évoquant le tournoi de Schaffhouse, telle que la Chronique de Constance ou le récit de voyage de Pedro Tarfur.

Traduction partielle

Le texte original, écrit en espagnol vernaculaire, a été édité par Karl Stehlin en 1915 dans Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, vol. 14, p. 10-176. Nous en proposons ici des extraits traduits en français.

Extrait 1

Lundi 20 février 1436 : les heaumes sont amenés dans la Grande Salle. Répétition sur le champ clos. Description de la selle dans le Grand Coffre.

Le lendemain, lundi, après le repas de midi, tous les heaumes furent apportés dans cette salle, et toute la compagnie se rendit ensuite sur le champ clos pour un essai. Les grands seigneurs venaient avec leurs vassaux, et ceux qui n’en commandaient pas venaient seuls ou avec deux ou trois autres nobles.

[161] Ils étaient montés et équipés comme pour un tournoi, mais avec des heaumes et des lances différents. Les chevaux sont très hauts et les selles sont construites de telle sorte que le cavalier est assis à environ deux largeurs de main au-dessus du dos du cheval. Pour le combat, les chevaux portent en partie des plastrons du type de ceux que l’auteur a vus ici chez certains chevaliers de la ville locale, qui étaient également présents. Les plastrons des chevaux sont en cuir, et chacun s’efforce d’en faire un état ; et si cette parure ne nous a pas paru appropriée ici, la façon dont ils la portaient donnait tout de même belle impression. Il n’y avait certes pas de couvertures en soie, mais même si ce n’était pas de la soie, l’équipement n’aurait pas pu être plus joli.

La répétition plut tellement à tout le monde qu’on trouva que le tournoi ne pouvait pas être plus beau. La foule paraissait encore plus grande qu’elle ne l’était, et cela était dû au fait que les chevaux étaient si grands et les cavaliers assis si haut. Je crois que Juan da Roa a entendu certains de ceux qui étaient là donner la mesure des chevaux, mais je ne le répéterai pas, car, dit-on, Babieca n’a pas eu de descendance. Mais en tout cas, je n’ai jamais vu de chevaux plus grands, et même le banneret avoue qu’il n’aurait jamais pensé à une telle chose.

Extrait 2

Présentation des heaumes. Un heaume est jeté dans la boue

De la place du tournoi, les dames qui le voulaient se rendirent dans la salle pour examiner les heaumes. Là, chacune désignait le casque du chevalier dont elle avait à se plaindre. Elles cherchèrent aussi s’il n’y avait pas là des casques de gens qui n’avaient pas le droit de participer au tournoi, et elles en trouvèrent un qui appartenait à un homme de bonne figure et de bonne espèce, que [163] nous avions pris pour un noble, et qui est peut-être connu de quelqu’un là-bas aussi ; car c’est celui qui, il y a maintenant un an, s’est battu ici avec Juan de Busto, un porte-étendard du banneret. À l’époque, du côté de Juan de Busto, il y avait Diego de Pavón et mon frère, et de l’autre côté, celui-là et deux autres avec nos armures ; on se battait à la castillane, et celui-là le faisait très bien, à en être étonné. Vous devez savoir qu’il est, semble-t-il, le fils d’un très riche bourgeois de la région et qu’il a pris une comtesse pour épouse à cause de sa richesse.

Ici, on appelle comtes et comtesses les descendants de familles de comtes, comme en Castille on appelle Don celui qui est de sang royal. Celui-ci avait donc placé son casque dans la salle, et les dames firent venir les maîtres de tournoi, quatre vieux messieurs, et demandèrent que le casque fût rejeté hors de la salle. On le jeta dans la rue et on le traîna dans la boue.

Extrait 3

Mardi 21 février 1436 : le tournoi

Le lendemain, mardi, à l’heure prévue, tous les combattants s’étaient retrouvés dans les barrières. Au milieu de l’aire de combat, les deux partis étaient séparés par deux cordes, et lorsque tout le monde fut rassemblé, les portes du champ clos furent fermées, les maîtres du tournoi et les répartiteurs firent enlever les cordes, et les partis s’attaquèrent alors les uns aux autres. Une fois les premiers affrontements passés, tout le monde se mélangea et chacun se mit à chercher ceux qui devaient être châtiés.

Vous devez savoir pourquoi ces tournois ont été institués depuis les temps anciens. Les nobles vivent en permanence dans leurs châteaux et leurs maisons fortes, et s’ils ne pouvaient pas se réunir en de telles occasions, ils ne pourraient ni faire connaissance entre eux, ni comprendre les lois de la chevalerie. Ensuite, des amitiés s’y nouent entre ceux qui étaient en conflit ailleurs, des mariages s’y négocient et s’y concluent. Et enfin, parce qu’ils sont assis entre des cités alliées, ils tiennent conseil sur la manière de vivre et de se comporter envers les cités et les lieux puissants.

Extrait 4

Les raisons de la correction

Les cas où une correction intervient sont les suivants : un noble qui a épousé une inférieure est battu et [168] maltraité jusqu’à la fin de sa vie si et autant de fois qu’il se présente à un tournoi. De même, ses fils ne peuvent jamais se présenter à un tournoi, ils ne seraient pas admis et n’oseraient pas venir.

Sera également châtié celui qui insultera une dame, surtout une veuve, ou même une femme mariée ; celui qui parlera mal d’une dame ou la calomniera ; celui qui se livrera au vol ou à la mauvaise vie et n’assistera plus aux tournois alors que son père s’y rendait ; celui qui sera arrivé à un point tel que sa fortune ne suffira plus à le faire vivre et qu’il perdra ainsi son état ; celui qui recevra mal les hérauts ou les parlementaires. Et encore pour d’autres raisons dont je ne me souviens pas, mais qui étaient toutes parfaitement justes.

Ensuite, celui qui ne vit pas avec sa femme est également puni. Il est vrai que les malheureux en ménage sont plus nombreux que les bien mariés ; mais la chose est entendue en ce sens que, si l’homme cherche une autre compagnie, il ne doit pas chasser sa femme de la maison et ensuite la tourmenter pour la faire revenir auprès de lui ; et, s’il se sépare d’elle, elle ne doit rien faire qui soit contraire à son honneur. De même, quiconque s’associe avec des citadins contre des nobles sera puni.

Extrait 5

Trente-cinq chevaliers bien vêtus

Ce soir-là, trente-cinq chevaliers arrivèrent, vêtus de pourpoints avec des parements et des rubans d’une certaine couleur. Croyez-moi, dans des vêtements aussi serrés, on ne voit que ceux [165] à qui ils vont. Cela m’a tellement plu que je n’arrive pas à l’exprimer ! Beaucoup de chevaliers portaient des tuniques à bandes de couleur, et parmi les autres qui étaient venus au tournoi, riches et pauvres, il n’y en avait pas un seul, je crois, qui n’eût mis chaque jour d’autres vêtements que ceux qu’il avait portés la veille.

J’entendis ce soir-là le banneret, enchanté d’une si belle assemblée, dire des choses qu’on ne peut rendre, tant il était admiratif. De temps en temps, on se rendait à l’étage, comme je l’ai raconté, pour se mouiller le palais.

Commentaire

Ce récit permet de reconstituer précisément le programme de la fête chevaleresque de Schaffhouse sur trois jours consécutifs. Les activités martiales – tournoi et joute – ne constituent qu’une partie de l’événement. Les différents rituels qui accompagnent le programme – présentation des heaumes, banquets et autres festivités – constituent les moments les plus importants, car ils fonctionnent comme des outils de régulation et de cohésion sociales.

Les descriptions des pratiques martiales sont d’autant plus révélatrices des particularités locales qu’elles sont comparées à des usages en vigueur dans d’autres régions. L’auteur détaille davantage les questions sociales, économiques et politiques en lien avec la fête que le tournoi lui-même (extrait 3). Les récits de règlements de conflits et la description du rôle des femmes (extraits 2 et 4) constituent ainsi peut-être la partie la plus intéressante de ce texte. Les descriptions détaillées des vêtements des participants (extrait 5) ou de leur équipement font enfin de cette source une mine d’or pour l’histoire du costume ou celle des armes et armures.

Bibliographie

  • Stefan Krause, « Turnierbücher des späten Mittelalters und der Renaissance », in Turnier. 1000 Jahre Ritterspiele, éd. par Stefan Krause et Matthias Pfaffenbichler, Munich, Hirmer, 2017, p. 181-201.
  • Peter Niederhäuser et Peter Jezler, Ritterturnier. Geschichte einer Festkultur, Lucerne, Quaternion, 2014, p. 231-236.
  • Roger Sablonier, « Rittertum, Adel und Kriegswesen im Spätmittelalter », in Das ritterliche Turnier, éd. par Josef Fleckenstein, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, p. 532-567.
  • Karl Stehlin, « Ein spanischer Bericht über ein Turnier in Schaffhausen im Jahr 1436 », Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, vol. 14, 1915, p. 10-176.
  • Thomas Zotz, « Le jouteur dans la ville. Un aspect des rapports entre noblesse, ville et bourgeoisie en Allemagne au bas Moyen Âge », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, vol. 18 : Le combattant au Moyen Âge, 1987, p. 161-167.

Poste sur ce blog en lien avec le contenu

Peter Niedehauser, “Ritterspiele und Adelkultur am Beispiel des Turniers von Schaffhausen 1436,” in Martial Culture in Medieval Town, 03/11/2021.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Le texte manuscrit a été édité par Karl Stehlin en 1915 dans Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, vol. 14, p. 10-176. La traduction révisée en allemand est tirée des travaux de Peter Niederhäuser et Peter Jezler, Ritterturnier. Geschichte einer Festkultur (Lucerne, Quaternion, 2014, p. 231-236). Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarm ! » au Musée de l’Ancien Arsenal à Soleure (15.10. 22-29.5.23).

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search