L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)

English abstract: This essay presents the copy of Joachim Meyer’s fight book, kept in Sélestat. This original copy is presented and described, with a particular focus on its original binding (Hoffot, Strasbourg, 16th century) and the history of its provenance.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290.

La Renaissance des XVe et XVIe siècles fut marquée par le renouveau du programme pédagogique mis en œuvre en particulier dans les écoles paroissiales et/ou communales préparant aux études universitaires. Cependant, ce cursus studiorum ne concernait vraiment que les jeunes gens animés par le désir d’étudier les humaniores litterae et parfois bien plus par l’attrait que pouvaient susciter de belles carrières. Les rejetons de la noblesse, s’ils ne négligeaient pas forcément pour autant leur formation intellectuelle, se devaient avant tout d’apprendre le maniement des armes. Cet enseignement se voulait avant tout pratique et pouvait aussi reposer sur des considérations et des supports plus théoriques, en particuliers écrits, tant manuscrits qu’imprimés.

C’est ce qu’illustre le traité d’escrime du maître d’armes strasbourgeois Joachim Meyer imprimé en 1570. La Bibliothèque Humaniste de Sélestat abrite dans ses collections les plus précieuses (sous la cote K.161) le seul exemplaire alsacien conservé dans une collection publique de la Gründtliche Beschreibung. Après en avoir donné une description matérielle, on expliquera comment ce volume a pu intégrer le patrimoine écrit sélestadien au XIXe siècle.

I. Description de l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

Il ne s’agira pas d’aborder ici la vie et l’œuvre de Joachim Meyer, né en 1537 à Bâle. Après avoir exercé le métier de coutelier dans cette ville, il se maria en 1560 à Strasbourg et y enseigna l’escrime dès 1561[1].

La Gründtliche Beschreibung est un livre dont il ne reste qu’un nombre très restreint d’exemplaires. Une recherche rapide dans le répertoire des livres imprimés à travers l’espace de langue et de culture germaniques au XVIe siècle met en évidence 9 occurrences dans les fonds de bibliothèques patrimoniales allemandes dont les plus prestigieuses comme la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, la Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz de Berlin ou la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel[2]. Ce même répertoire n’indique aucune autre édition pour le XVIe siècle. L’édition suivante a été imprimée à Augsbourg en 1600 et semble être la copie conforme de la première édition, réalisée à Strasbourg trente ans plus tôt.

1. Description matérielle.

L’aspect global du traité de Meyer suscite une curiosité certaine. C’est un volume oblong (26×19 cm) comme on en imprime peu au XVIe siècle. Ce format à l’italienne s’adaptait au mieux à l’illustration retenue, composée de 74 gravures sur bois du peintre Tobias Stimmer et représentant le plus souvent des bretteurs en plein assaut. L’exemplaire sélestadien est propre et se trouve dans un état de conservation acceptable. On relèvera simplement que la couture du premier cahier sur les nerfs présente quelques faiblesses (ce qui le fait dépasser du corps d’ouvrage) et que les coins des plats supérieur et inférieur sont lacunaires. La couvrure est faite d’une peau de truie qui vient recouvrir un cartonnage (et non des aies de bois). L’ensemble était jadis maintenu à l’aide de lacs de soie, faisant en quelque sorte office de fermoirs ; il en reste les encoches en gouttière. Le corps d’ouvrage ne comporte pas d’annotations, sauf sur la page de titre. L’état matériel du volume ne rend compte d’aucune restauration plus ou moins ancienne.

Outre le titre de l’œuvre, la page de titre indique l’année d’impression (1570) et l’identité de l’auteur, Joachim Meyer, « Freyfechter zu Strassburg ». C’est à la fin du volume, dans ce qui pourrait passer pour une forme tardive de colophon, que l’on apprend que l’ouvrage a été imprimé à Strasbourg par Thiebolt Berger « am Weynmarckt zum Treubel ». L’historien des débuts de l’imprimerie strasbourgeoise François Ritter a donné quelques éléments concernant cet imprimeur[3]. Après avoir établi son atelier de 1551 à 1565 au n° 2 de la place des Carmes déchaux (l’actuelle place Kléber), Berger s’installa place du Marché-aux-Vins dans la maison dite « au Raisin » (« zum Treubel ») de 1565 à 1579, où il imprima son traité d’escrime. Selon Ritter, cet imprimeur, actif de 1551 à 1584, s’était spécialisé dans l’impression de cantiques, de chansons profanes et historiques et de nombreux reportages journalistiques. On lui attribue 188 éditions différentes, dont beaucoup de chansons[4]. 13 œuvres ont été imprimées pour la seule année 1570. La Beschreibung semble constituer un tel hapax dans la production de Berger que Ritter ne la mentionne même pas. Il faut reconnaître que les traités d’escrime ne sont pas légion à cette époque, tant du point de vue des éditions réalisées que des exemplaires qui nous sont parvenus. Ainsi, ce traité de Joachim Meyer n’apparaît pas non plus dans le répertoire des imprimés strasbourgeois du XVIe siècle[5] ; sa rareté y a sans doute contribué.

Sur la page de titre est indiqué que cette édition a été imprimée « Mit Römischer Keys. May. Freyheit / Auff zehen Jar in keinerley gestalt nicht / nach zu Trucken ». Cette formule renvoie à la pratique déjà ancienne des privilèges impériaux destinés aux imprimeurs et qui leur conféraient, pendant un temps limité, le monopole de l’impression et de la vente des ouvrages sortis de leurs presses. Ils pouvaient ainsi en attendre un retour sur investissement plus favorable, avant que l’édition qu’ils venaient de publier soit reprise par un de leurs concurrents (à une époque où la notion de copyright n’existe absolument pas). Un imprimeur était ainsi protégé des effets d’une concurrence déloyale. Cette innovation du privilège de librairie avait vu le jour dans le Saint-Empire : en septembre 1479, l’évêque de Wurtzbourg était le premier à accorder un privilège pour l’impression du bréviaire de son diocèse. Le fait que l’imprimeur Berger ait tenu à disposer d’un tel privilège attire notre attention sur le fait que ce livre avait dû lui coûter beaucoup d’argent du point de vue de l’investissement initial consenti, en particulier pour son illustration.

Parmi les pièces liminaires du volume apparaît l’épître dédicatoire de l’auteur, adressée à Jean Casimir, comte palatin du Rhin (1543-1592) et troisième fils de l’Électeur palatin du Rhin Frédéric III, et rédigée à Strasbourg le 24 février 1570. Dans ce texte, Meyer se place sous la protection de ce noble personnage qui a mené un certain nombre d’expéditions dans le Royaume de France afin d’y soutenir les Huguenots. L’auteur constate le déclin de cet exercice noble (« ritterliche Übung ») lié à l’essor des armes à feu, y compris chez les gens de guerre qui n’ont plus recours qu’à ces dernières. Meyer rappelle a contrario qu’à côté des armes à feu, les armes utilisées depuis des temps anciens comme les épées, les hallebardes ou les pics méritent qu’on en apprenne le maniement à plus forte raison quand on fait partie de la noblesse. C’est d’ailleurs ce que rapportent les livres anciens, à l’image des hauts faits des Romains, ainsi que l’histoire de l’Empire depuis les Carolingiens. Meyer souligne également l’importance des tournois qui permettent à la noblesse de s’exercer et de défendre en temps voulu le « Vaterland » en cas de guerre. Meyer souhaite prendre ses responsabilités en rédigeant cet ouvrage issu de sa longue expérience et en le faisant imprimer.

2. Découverte d’une nouvelle reliure de Hoffott ?

Le décor des deux plats de la reliure de l’exemplaire sélestadien du traité de Joachim Meyer a immédiatement suscité notre curiosité. Cette pleine truie estampée et ornée de décors appliqués à la roulette et à la plaque laisse immédiatement penser à la production du relieur strasbourgeois Philippe Hoffott, un des rares relieurs connus nommément pour cette ville au XVIe siècle[6].

La production de cet artisan a fait l’objet d’une étude approfondie en 1928[7]. A l’instar de la reliure de Hoffott conservée dans les collections de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg (BNU)[8], la reliure du K.161 de la Bibliothèque Humaniste présente sur le plat supérieur une allégorie de la Justice et sur le plat inférieur une représentation de Lucrèce se poignardant. Les textes accompagnant ces deux personnages sont identiques. Il serait a priori très tentant d’attribuer la reliure du volume de la Bibliothèque Humaniste à Hoffott : en effet, les petits personnages de la bande encadrant le médaillon central sont identiques à ceux de la reliure du volume que possédait A. Morgenthaler et qui présentait bel et bien la signature du relieur[9]. Cependant, l’exemplaire sélestadien n’arbore pas la signature du relieur ; c’est pourquoi il serait peut-être plus pertinent de parler d’une reliure « à la Hoffott », c’est-à-dire proche du style employé par ce relieur.

Après avoir présenté l’exemplaire sélestadien de l’œuvre de Joachim de Meyer, il faut désormais examiner par quel biais il a pu intégrer les trésors du patrimoine écrit sélestadien.

II. Un volume de la bibliothèque de l’historien sélestadien Antoine Dorlan.

Si la Bibliothèque Humaniste est bien connue pour conserver les bibliothèques de la paroisse (fondée en 1452) et du savant Beatus Rhenanus (1485-1547), le patrimoine écrit sélestadien ne se résume pas exclusivement à ces deux ensembles documentaires[10]. Ces deux noyaux, reliques de l’âge d’or qu’a connu la ville de Sélestat aux XVe et XVIe siècles, ont été enrichis aux XIXe et XXe siècles, à l’aide de dons et d’acquisitions diverses, comme le rappelle l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

1. Présentation d’Antoine Dorlan.

Jean-Baptiste Antoine Dorlan (1803-1862) fait partie de la grande lignée des historiens de Sélestat. Avocat au barreau de Sélestat, il fut par ailleurs membre du conseil municipal et contribua à ce titre à la mise en œuvre de la bibliothèque municipale[11]. La création, du point de vue administratif, de cette institution en 1841 donna lieu en effet à une amélioration notable des conditions de conservation, mais aussi de consultation, des ouvrages les plus anciens.

Dorlan fit également œuvre d’historien, en rédigeant des ouvrages sur Sélestat[12] et en collaborant à la Revue d’Alsace, et constitua à cet effet une collection d’alsatiques et d’ouvrages précieux qui fut acquise par sa ville natale en 1860[13]. Il prit aussi part aux débats de son temps sur les débuts de l’imprimerie et publia à cet effet un opuscule intitulé Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt[14]. Tout en admettant qu’il agissait presque avant tout par patriotisme local, Dorlan souhaitait réhabiliter Mentelin, détrôné au profit de Gutenberg par Schoepflin.

2. L’acquisition de la bibliothèque de Dorlan par la Ville de Sélestat.

En proposant à la ville de Sélestat d’acquérir sa riche bibliothèque, Dorlan avait compris comment associer son nom à l’histoire longue des collections de la bibliothèque municipale de Sélestat. Il s’agit de fait d’un des plus beaux accroissements des collections précieuses de cette institution au XIXe siècle, tant du point de vue qualitatif que quantitatif.

Cette acquisition à titre onéreux se déroula en deux temps. Au cours de la séance du conseil municipal du 19 avril 1860, le maire fit lecture de la lettre par laquelle « M. Dorlan, avocat à Schlestadt, offre de céder à la Ville moyennant le prix de 10 000 francs […] sa collection de livres d’Alsace et de livres d’histoire relatifs au même sujet, pour enrichir la Bibliothèque communale de ces documents historiques du pays » et invita « le conseil à en délibérer après avoir mis sous ses yeux les trois cahiers in-folio qui composent le catalogue des livres composant la bibliothèque alsatique de M. Dorlan ».

Cependant, le conseil municipal n’accepta pas d’emblée cette proposition d’acquisition mais confia à la commission de la bibliothèque communale le soin « d’examiner et d’estimer, pour rapport et avis, les documents historiques dont il s’agit[15] ».

La question de l’acquisition de la bibliothèque de Dorlan fut à nouveau examinée au cours de la séance du 23 juin suivant, marquée par l’exposé du rapporteur de la commission à laquelle le maire avait confié la mission d’examiner la valeur de cette collection et son utilité du point de vue scientifique. Furent ainsi mandatés à cet effet M. Heitz, imprimeur et bibliophile strasbourgeois, et M. Coste, juge au tribunal de Sélestat. Le premier expert est sans doute Frédéric Charles Heitz (1798-1867), grand collectionneur d’alsatiques[16]. Cette commission mandatée par les élus sélestadiens se rendit de ce fait le 9 mai au domicile de Dorlan « pour reconnaître l’état matériel des livres ». Le rapport publié en conseil municipal reprenait la lettre adressée par Heitz au maire, dans laquelle son auteur arrivait à la conclusion suivante : « la valeur de la bibliothèque de Dorlan est inappréciable pour la Ville de Schlestadt ». De fait, cet ensemble comprenait autant des ouvrages sur la ville même, que des œuvres écrites par des Sélestadiens voire imprimées à Sélestat, en particulier au XVIe siècle. Tout en mettant en exergue le fait que beaucoup de livres de la collection de Dorlan ne se trouvaient pas à la bibliothèque municipale de cette ville, Heitz conclut ainsi : « en résumé, Monsieur le Maire, je crois que les 10 000 francs que la Ville dépenserait seraient bien employés et que plus jamais une pareille occasion ne se présenterait ». L’ensemble des élus adoptèrent le projet d’acquisition de cette collection[17].

La Bibliothèque Humaniste conserve encore dans ses collections, sous la cote MS.659, le catalogue de la bibliothèque de Dorlan, intitulé Catalogue d’ouvrages et de notes historiques concernant l’Alsace. Collection achetée de Mr Dorlan, avocat, par la ville de Schlestadt en 1860. Ce volume de 487 pages répertorie 2 635 articles. Il est difficile de dire quand et par qui a été dressé cet inventaire, qui remonte sans doute au moment de l’achat de cette bibliothèque par la Ville de Sélestat. Le bibliothécaire en poste à cette époque était Amand Kleitz (1848-1867), par ailleurs professeur de seconde au collège de la ville[18]. Une solide complicité devait lier ces deux savants puisque Dorlan ne manque pas, en marge de son étude sur l’école latine publiée en 1855, de « remercier le digne bibliothécaire, M. Kleitz, de toute la bonté et de la patience qu’il a mises à mon service dans mes fréquentes visites au dépôt confié à sa garde[19] ».

Une étude sommaire de l’inventaire de la bibliothèque de Dorlan met bien en évidence qu’elle était riche en éditions des XVe et XVIe siècles, en particulier d’auteurs mais aussi d’imprimeurs liés à Sélestat (comme les Schürer mais aussi Nicolas Goetz, un disciple de Mentelin). Un relevé rapide met en évidence que 111 volumes (comportant 147 titres) des collections précieuses de la Bibliothèque Humaniste proviennent de cette acquisition. Des auteurs comme Martin Bucer (35 titres) et Jacques Wimpheling sont bien représentés (32 titres). Les autres savants sélestadiens ne sont pas oubliés avec Jérôme Gebwiler, Jean Sapidus et, bien évidemment, Beatus Rhenanus. On relèvera que ces volumes n’ont pas été enregistrés dans une section spécifique destinée aux ouvrages anciens mais relèvent de la catégorie « littérature ».

Le volume de Joachim Meyer est décrit à la p. 32 et porte le numéro 126 (encore visible sur le dois de la reliure), parmi les volumes enregistrés sous la rubrique « Alsace en général ». Dans la mesure où il n’a pas de lien direct avec Sélestat ou les humanistes de cette ville, il est difficile d’expliquer pourquoi Dorlan a acquis ce titre en particulier. L’ouvrage de Joachim Meyer peut sans doute être classé parmi les curiosités que l’historien a souhaité intégrer dans sa bibliothèque privée. Il est impossible de savoir comment Dorlan a fait cette acquisition et quels ont été les précédents propriétaires. La page de titre de l’actuel K.161 présente des annotations manuscrites, sous la forme, peut-être, d’initiales, qui sont néanmoins inexploitables.

Cet exposé a ainsi permis de découvrir de plus près le seul exemplaire alsacien connu de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer, c’est-à-dire dont la présence est à tout le moins attestée dans des collections publiques. De fait, on ne peut exclure qu’il puisse y en avoir dans l’une ou l’autre collection privée, la rareté (mais aussi dans ce cas la qualité de l’illustration) étant un des critères mis en avant par les bibliophiles afin d’alimenter leurs investigations et, surtout, leurs collections. Cette présentation permet ainsi à l’historien des bibliothèques de rappeler à quel point les donations de bibliothèques privées à des institutions publiques ou les achats de collections entières réalisées par celles-ci au cours de l’époque contemporaine ont permis d’intégrer ainsi dans leurs fonds des ouvrages parfois tout à fait exceptionnels, comme le traité d’escrime de Meyer.


Cite this article as: lnaas, "L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)," in Martial Culture in Medieval Town, 13/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1302.

[1] Gérard Cames, « MEYER Joachim », dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), t. 26, 1995, p. 2641.

[2] Voir la notice du VD16, M 5087, en ligne : <http://gateway-bayern.de/VD16+M+5087>.

[3] François Ritter, Histoire de l’imprimerie alsacienne aux XVe et XVIe siècles, Strasbourg-Paris, F.-X. Le Roux, 1955, p. 333-335. Voir aussi Christoph Reske, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts im deutschen Sprachgebiet, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2007, p. 889-890.

[4] Jean Muller, Bibliographie strasbourgeoise. Bibliographie des ouvrages imprimés à Strasbourg (Bas-Rhin) au XVIe siècle, t. 3, Baden-Baden, Valentin Koerner, 1986, p. 479-496.

[5] Miriam Usher Chrisman, Bibliography of Strasbourg imprints, 1480-1599, New Haeven-London, Yale University Press, 1982.

[6] Voir Christian Wolff, « HOFFOT Philippus », dans NDBA, , t. 17, 1991, p. 1629 et Schlaefli (Louis), « Observations sur quelques reliures du XVIe siècle », dans Regards en marge : histoires de reliures de l’espace rhénan, Strasbourg, Bibliothèque Alsatique du Crédit Mutuel, 2008, p. 31-43 (en particulier p. 35-36 sur Hoffott).

[7] Alphonse Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle, particulièrement sur Philippe Hoffott », dans Archives Alsaciennes d’Histoire de l’Art, 5 (1926), p. 79-93.

[8] Trésors des bibliothèques et des archives d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue/Editions du Quotidien, 2017, p. 152-153.

[9] Voir la photo dans son étude : A. Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle… », art. cit., p. 83.

[10] Pour avoir une vue d’ensemble des collections de la Bibliothèque Humaniste, voir Laurent Naas, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat, entre le Moyen Âge et la Renaissance », Arts et Métiers du Livre, n° 297, juin 2013, p. 20-35.

[11] Voir Maurice Kubler, « DORLAN Jean Baptiste Antoine (dit l’avocat) », dans NDBA, t. 8, 1986, p. 688.

[12] Antoine Dorlan, Notices historiques sur l’Alsace et principalement sur la ville de Schlestadt, 2 vol., Colmar, L. Reiffinger, 1843.

[13] Voir les délibérations du conseil municipal du 19 avril (n° 29) et du 23 juin (n° 61) 1860 et Hubert Meyer, « Antoine et Alexandre Dorlan, deux collectionneurs », Bulletin d’Alsacollections, n° 1, 1990, p. 22-26.

[14] Antoine Dorlan, Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt, Sélestat, F. Helbig, 1840.

[15] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 19 avril 1860, point n° 29.

[16] Voir Odile Zeller, « HEITZ Frédéric Charles », dans NDBA, t. 16, 1990, p. 1494. Il rassembla près de 27 500 ouvrages, dont la liste fut dressée par Rodolphe Reuss, avant d’intégrer les collections de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg (actuelle BNU).

[17] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 23 juin 1860.

[18] Voir Hubert Meyer, « KLEITZ Amand », dans NDBA, t. 21, 1993, p. 1998.

[19] Antoine Dorlan, « Nouvelles études historique sur l’école et la Société littéraires de Schlestadt aux XVe et XVIe siècles, précédées d’un coup-d’œil sur la renaissance des lettres en Allemagne »,  Revue d’Alsace, 1855, p. 348.

Crédit de l’image: Reliure de l’exemplaire de Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161). Bibliothèque Humaniste de Sélestat, reproduit avec permission.

À propos de l’auteur: Laurent Naas est Bibliothécaire territorial, Responsable scientifique de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat.

Dans l’œil du bretteur et du chirurgien

English abstract: Both during sportive or bloody duel, the idea of injury remains in the head of the swordsman as a risk and as a goal: hit the opponent while avoiding their blows. However, during the sixteenth century, fencing masters were eager to give a chivalrous and knightly look to the practice of their art and tended to ignore its bloody aspect. The Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens by Joachim Meyer published in 1570 is a perfect example of this ambiguous position about injury and harm. Legal, and most importantly medical sources allow to fill the gap in the documentation left by the fencing treatises on the nature of the wounds caused by the blows of the sword.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the conference and other essays visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528 (Wikimedia commons).

Lors d’un duel à l’épée en conditions réelles le risque de blessure et, par extension de mort, constitue une source de peur et de colère chez les deux bretteurs engagés. Des émotions propices au déchainement des passions et à la perte de contrôle lorsque les fers se croisent. La blessure serait alors à la fois cause et conséquence de cette violence non contrôlée en contradiction avec l’idéal de noblesse et l’aspect sportif que les maîtres d’armes désirent donner à la pratique de l’escrime au cours du XVIe siècle. Sans jamais disparaître, la référence à la blessure tend donc à s’effacer des traités de combat à l’épée pendant cette période. Il devient dès lors difficile pour l’historien de se figurer le rapport réel de l’épéiste à la blessure au seul moyen des manuels d’escrime et il doit recourir à d’autres types de sources. Juridiques d’une part (notamment l’étude des lettres de rémissions) et médicales d’autre part en recourant au discours de ceux qui soignent les différentes plaies créées au cours du combat. Ces praticiens sont appelés les chirurgiens et barbiers dans le royaume de France et trouvent leurs équivalents dans le Saint Empire Romain Germanique sous les appellations de Wundarzt et Feldscher. Nous utiliserons ici les écrits d’Ambroise Paré (v.1510-1590), chirurgien des rois de France, et le Feldtbuch der Wundartzney, un traité de chirurgie rédigé en 1517 par Hans von Gersdorff (v.1455-v.1520), citoyen et praticien de Strasbourg au tournant des XVIe et XVIIe siècles[i]. Ces artisans de la blessure exercent souvent dans un cadre urbain mais il arrive que certains soient amenés à quitter cet environnement pour suivre les armées en campagne en tant que chirurgien militaire.

La blessure dans le traité de Meyer

Au début de son traité, la description que fait Joachim Meyer du combat à l’épée ne vise nullement à provoquer une blessure chez l’adversaire ; le but pour le maître d’arme est de protéger son corps et de dominer l’adversaire par sa technique[ii]. L’objectif du bretteur est moins de toucher que d’éviter d’être soi-même touché et quand la blessure est explicitement évoquée par Meyer il s’agit de « blesser habilement / mit behendigkeit verletzen » ce qui témoigne d’une violence contrôlée[iii]. Joachim Meyer désire donner à son art un caractère civilisé et chevaleresque ce qui implique de minimiser les références à la blessure, illustration brutale de la pratique de l’arme blanche. Les termes employés pour désigner la violence des coups font référence à la frappe (hauw) voir au dommage (schad) mais rarement à la blessure.

Le cadre ludique et sportif constitue également un élément à prendre en considération pour expliquer la volonté de Meyer d’éluder la violence dans son traité. En effet, en examinant les gravures où sont représentés les combats au poignard et à la hallebarde on constate que ces armes sont mouchetées afin d’éviter que les partenaires de combat ne se meurtrissent inutilement. La violence s’exerce dans un cadre spécifique qui est celui de la salle d’armes où la blessure ne semble pas avoir sa place. On montre ce qui va causer la blessure mais le caractère meurtrier du geste enseigné n’est pas autant explicité que dans d’autres traités d’escrimes. Par exemple, on peut observer un sanglant coup à la tête lors d’un duel au dusack dans un manuel postérieur inspiré de Meyer, le Neu Künstliches Fechtbuch de Jakob Sutor paru à Frankfurt en 1612[iv].

Néanmoins, la blessure ressurgit parfois de manière explicite dans le traité de Meyer, rappelant que les techniques qui y sont enseignées peuvent trouver une application violente sinon mortelle qui dépasse le cadre sportif de la salle d’armes. Par exemple, quand le maître d’armes strasbourgeois mentionne la possibilité de briser le bras de son adversaire. La volonté de blesser est alors évidente et lui-même reste conscient de cette violence disproportionnelle comme en témoigne le poème qu’il écrit pour clore son écrit sur le dusack : « Wilt du dich ferner an ihm rechen / So kanstu ihm den Arm zür brechen[v] ».

La réalité des blessures possiblement engendrées par les techniques de Meyer

Bien que toutes les parties du corps constituent une cible dans le traité de Joachim Meyer, celui-ci porte un intérêt tout particulier aux coups visant la tête puisqu’il définit quatre zones où la frapper. Les travaux d’Isabelle Paresys sur les lettres de rémissions en Picardie témoignent de cette prédisposition à viser la tête lors d’un combat (37,5% des blessures des victimes ont lieu à cet endroit), un phénomène qui se vérifie également en terre d’Empire, dans la région de l’Artois. Ces lettres de rémission montrent que les frappes à la tête tuent rarement sur le coup (2% des victimes) et ce sont souvent les suites de la blessure, l’infection et l’absence de soins efficaces qui ont raison de la personne. Les chiffres avancés par l’historienne tendent à montrer que les blessures céphaliques ne sont pas les plus mortelles mais qu’en est-il du point de vue de ceux qui s’occupent de leur soin ?

Le Wundenmann constitue une première approche intéressante pour tenter de retranscrire la réalité des blessures causées par les armes blanches. Cette gravure constitue une typologie des plaies par arme que le chirurgien considère comme possiblement soignables et rencontre aussi bien à la ville qu’en campagne[vi]. Avant Hans von Gersdorff, on retrouve ce type de représentation en 1491 dans le Fasciculus de Medicinae du médecin allemand Johann von Ketham et en 1497 dans la Cirurgia de Hieronymus Brunschwig. Le Wundenmann est blessé de plusieurs coups d’épée ce qui semble indiquer que les chirurgiens expérimentés maîtrisent ce type de blessure.

Dans ses Voyages, Ambroise Paré raconte son expédition en 1543 à Marolle et en Basse-Bretagne où il a pu constater l’habitude des soldats de s’affronter à l’épée quand ils sont dans leur camp et non sur le champ de bataille. Cet entraînement ne se fait pas sans dégâts et Paré écrit qu’il y a toujours « quelque chinfreneau » (un terme qui désigne une blessure à la tête) ce qui lui permet de s’exercer mais il n’est pas question de mort qui surviendrait lors de ces duels[vii]. On a ici une pratique ludique de l’escrime qui engendre des blessures à la tête mais Ambroise Paré ne semble pas les considérer comme trop sérieuses et il ne leur laisse pas le temps d’empirer en les traitant rapidement.

Sur les plaies à la gorge, le discours des chirurgiens est sujet à caution car ces derniers peuvent se vanter d’avoir réussi à soigner une partie du corps où un coup d’épée est souvent synonyme d’hémorragie importante et de mort. La ligature constitue ici le seul moyen de stopper efficacement le saignement or il s’agit d’une technique opératoire qui requiert une bonne connaissance anatomique et une grande dextérité. Le procédé hémostatique communément employé, la cautérisation, est évidemment difficilement employable sur la gorge où il risque davantage de causer la mort du patient que sa guérison en raison de la finesse des tissus. Sur le Wundenmann, Hans von Gersdorff ne fait pas représenter les plaies à la gorge, peut-être en raison du caractère trop hasardeux de leur guérison.

Ainsi, que ce soit dans un contexte ludique ou de sang, l’ombre de la blessure plane dans la pratique de l’escrime au XVIe siècle. Le regard du chirurgien nous permet ici de donner une certaine perspective aux techniques enseignées par Joachim Meyer quand celles-ci impliquent l’usage de l’épée. Le maître d’armes privilégie la tête comme cible de ses techniques mais les sources juridiques et médicales nous indiquent qu’il ne s’agit pas des coups les plus mortels. Cela semble constituer un paradoxe si l’on continue de considérer l’enseignement de l’escrime comme l’apprentissage d’un art de tuer. Toutefois, si l’on replace cette pratique dans un cadre ludique et sportif il devient possible de considérer les techniques visant la tête comme un compromis entre la violence et le sport, voire comme ce que l’historien Rachel E. Kellet appelle « un risque acceptable[viii] ». La violence des coups à la tête ne serait donc pas jugée comme excessive et les blessures qui en résultent sont tacitement acceptées par Joachim Meyer dans le cadre sportif voir spectaculaire de la salle d’armes. 

Cite this article as: Alexandre Legros, "Dans l’œil du bretteur et du chirurgien," in Martial Culture in Medieval Town, 09/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1296.

Sources primaires :

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung / der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren / mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570.

Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964.

Ambroise Paré, La Méthode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à feu et de celles qui sont faictes par flèches, dardz et semblables, aussy des combustions spécialement faictes par la pouldre à canon, composée par Ambroyse Paré, Paris, Vivant Gaulterot, 1545.

Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.).

Sources secondaires :

Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015.

Melanie Panse, Hans von Gersdorffs “Feldbuch der Wundarznei”. Produktion, Präsentation und Rezeption von Wissen, Reichert Verlag, Wiesbaden, 2012.

Isabelle Paresys, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier. Paris, Éditions de la Sorbonne, 1998, en ligne : <https://books.openedition.org/psorbonne/2598>.

Marie-Claude Weslinger, Le « Feldtbuch der Wundartzney » de Hans von Gersdorff (1517) et les débuts de la chirurgie de guerre et traumatologique moderne : Commentaires : première traduction française : confrontation aux conceptions de Hieronymus Brunschwig et d’Ambroise Paré, Thèse de médecine, Université Strasbourg 1, 2 vol., 1983.


[i] Pour plus d’informations sur Ambroise Paré, voir la biographie de Jean-Pierre Poirier, Ambroise Paré : Un urgentiste au XVIe siècle, Pygmalion, Paris, 2005. Concernant Hans von Gersdorff, les grandes lignes de sa vie peuvent être résumées ici : ses origines sont floues mais il est probablement le fils d’un barbier-chirurgien, il participe aux batailles de Grandson, Morat en Nancy en 1476 et 1477 ; il ne semble plus quitter Strasbourg ensuite où il exerce à l’hôpital Saint-Antoine, un bâtiment aujourd’hui disparu mais qui se situait dans l’actuelle rue de l’Arc-en-ciel. Hormis les blessures dues à des armes blanches ou des projectiles en tout genre, le chirurgien strasbourgeois s’intéresse tout particulièrement au traitement de l’ergotisme et de la lèpre.

[ii] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung/der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren/mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570, f° a2v.

[iii] Ibid., f° b.

[iv] Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.), f° 35r.

[v] « Si tu désires te venger plus / Alors brise son bras. » – Joachim Meyer, op. cit., f° LXVIIIv. 

[vi] Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

[vii] Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964

[viii] Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015, p. 128-150.

La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)

English abstract: This essay sheds light to the cultural, economical and institutional contexts of fencing practices in Strasbourg during Joachim Meyer’s time of activity as a fencing master (1561-1570).

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290

L’objet de cette communication vise à présenter la place que l’escrime à pu prendre dans la ville de Strasbourg de la fin du Moyen Âge au XVIIe siècle, période qui englobe la présence de Joachim Meyer à Strasbourg (1560 environ à 1571). Il sera ainsi possible, je l’espère, d’éclairer le contexte culturel, économique et institutionnel de cette pratique.

Je vais restreindre le sens d’escrime à celui de pratique en duel de combat ritualisé à armes égales. Cette pratique s’apparente en grande partie à une activité physique de loisir et bénéficie d’un accueil favorable dans la culture allemande des XVe et XVIe siècles. Ceci tient probablement au fait que cette pratique fait partie des activités physiques considérées idéales pour la construction du corps, en ce qu’elle est associée à la chevalerie, symbole d’élévation social, et répond au souci de défense personnel, ou de défense de la communauté[1]. On en retrouve peu de traces à Strasbourg même au Moyen Âge, dont quelques rares sculptures sur des édifices religieux ou des décors de poêle (ill. 1).  Lors du dernier tiers du XVe siècle, Strasbourg organise des tournois de lutte et d’escrime en marge de concours de tir ou de course de chevaux et, surtout vers 1471, fait exceptionnel dans le Saint-Empire, un tournoi d’escrime ouvert aux escrimeurs locaux et étranger hors de tout autre contexte connu[2].

Frise d’une église romane de Strasbourg (disparue), Musée de l’Oeuvre Notre Dame, photo de l’auteur

Escrime et préparation militaire

Machiavel écrit au début XVIe siècle que les villes allemandes disposent d’immense quantité d’argent dans leur caisse car elles n’en gaspillent pas à faire appel à des mercenaires pour assurer leur défense. Il cite directement Strasbourg comme disposant d’un trésor important, dont l’estimation à un million de florins semble exagéré[3]. Selon lui ces villes feraient appel à leurs bourgeois, entraînés à cela, bien disciplinés et armés, et ayant un goût pour cela puisqu’ils jouent à manier les armes les jours de fête.

L’obligation pour les bourgeois de Strasbourg de participer à l’effet de défense de la ville a clairement contribué à la présence d’armes blanches dans l’environnement quotidien des habitants de Strasbourg. Mais on ne retrouve pas de traces de programmes ou d’injonctions à la formation militaire individuelle ou même collective.

Selon Francis Rapp, au contraire des affirmations de Machiavel, les villes d’Empire ont progressivement renoncé à faire briller leur infanterie sur la scène militaire à partir de la fin du XVe siècle, faute de pouvoir aligner un nombre suffisant d’hommes en armes. Dans le cas particulier de Strasbourg, la participation aux guerres de Bourgogne a été ruineuse, sans que la ville puisse faire autre chose que mettre sur pied une force d’appoint. Selon Rapp toujours, la médiocre réputation des fantassins strasbourgeois durant ce conflit fait douter de l’existence d’une réelle formation militaire. De fait, à partir de 1500, dans un contexte de fort développement du mercenariat dans le sud de l’Empire, la ville de Strasbourg concentra sa stratégie de défense sur l’amélioration de ses murailles, l’entretien d’un important arsenal d’armes à feu et l’engagement de mercenaire pour les expéditions[4]. Il paraît donc difficile de voir dans l’escrime une réelle préparation à la guerre, ou alors à l’efficacité douteuse, ce qui questionne l’indication dans le prologue du livre de Meyer où il vante l’intérêt de la pratique de l’escrime pour la défense de la patrie.

À l’inverse il est possible de trouver des influences de la sphère militaire sur la pratique de l’escrime en important dans la culture matérielle des bourgeois les armes employées à la guerre comme la hallebarde ou la grande pique que l’on retrouve chez Joachim Meyer. Ce dernier mentionne d’ailleurs pour ces deux armes une garde spécifique pour le champ de bataille, ou « Feldhut ».[5]

Discrète escrime

La pratique de l’escrime à Strasbourg aux XVIe et XVIIe siècles n’a guère laissée de traces. Elle est par exemple absente des réglementations sur les jeux ou activités de loisirs. D’un côté ceci est positif puisque la plupart de ces réglementations consistent essentiellement en des restrictions, mais d’un autre, cela donne l’impression que l’escrime n’est pas une matière ayant un intérêt suffisant pour être réglementée.

L’escrime est aussi absente de la politique de rayonnement de la ville : contrairement au XVe siècle, il n’y a plus d’organisation par la ville de démonstrations ou de concours d’escrime, y compris lors du grand concours de tir de 1576.

Il est possible d’en trouver quelques traces dans la littérature et les chroniques. Johann Fischart, ancien Strasbourgeois, adapte en 1575 le Gargantua de Rabelais en y introduisant un vaste vocabulaire propre à la culture de l’escrime des XVe et XVIe siècles qui n’a pas d’équivalence dans le roman français. Une poignée d’autres chroniques mentionnent les spectacles d’escrime, ou « Fechtschulen », de la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, donnant l’impression d’une certaine permanence dans les pratiques. Finalement, seul Daniel Martin détonne dans son dictionnaire français publié en 1637 où il décrit une salle d’arme à la mode française qui devait être une autre face de l’escrime pratiquée à Strasbourg, assez éloignée semble-t-il de celle de Meyer, en tout cas n’en partageant en rien le vocabulaire.

« Fechtschulen »

Les rares chroniques ne mentionnent guère l’escrime autrement qu’à travers la principale activité connue : les « Fechtschulen ». À Strasbourg, la première mention de ce type d’événement remonte à 1511 mais les lacunes dans la conservation des archives de la ville ne permettent pas d’avoir un aperçu plus précis que depuis 1540. Il apparaît que ces événements, mélanges de compétition publique, gala et spectacle d’escrime, organisés par des maîtres d’arme locaux ou étrangers, deviennent dans la deuxième moitié du siècle un véritable phénomène de mode à Strasbourg. Leur déroulement intégrait une demande officielle faite au Magistrat, une procession avec tambours et fifres avant le déroulement des assauts sur une place publique ou dans la cour d’un des poêles de tribus. Ces assauts publics se déroulent essentiellement les lundis ou lors des foires de la Saint-Jean ou de Noël. Pendant 40 ans, de 1580 à 1620 environ, les demandes faites au Magistrat étaient en tel nombre que celui-ci a ponctuellement imposé de n’en recevoir qu’une par quinzaine hors temps de foires[6].

Au final la pratique réelle de l’escrime peine à être mesurée. Le grand nombre de « Fechtschulen » recensés traduit plus sûrement la popularité du spectacle que sa pratique régulière qui pouvait rester cantonnée à un public réduit (nobles ou praticiens peut-être) ce qui ne devait pas offrir de gros débouchés financiers pour les maîtres d’armes s’ils voulaient pouvoir s’y consacrer à temps plein. De fait, avant l’annexion française, Strasbourg n’a jamais reconnu au maître d’arme le statut de métier officiel.

La production de livres de commandes comme les manuscrits de Meyer et surtout son imposante œuvre imprimée en 1570 à Strasbourg survient à une époque où ce type d’ouvrage est rare en langue allemande, mais où l’escrime est très présente dans l’espace public et la culture populaire. Ces ouvrages devaient être, selon toute probabilité, destinés à une clientèle riche ou prestigieuse probablement assez éloignée des participants aux « Fechtschulen ».

L’escrime à Strasbourg reste donc dans un statut équivoque, entre spectacle reconnu et apprécié, une activité physique que le Magistrat n’a jamais vraiment incitée mais qui devait participer de la culture martiale de l’époque, sans non plus jamais devenir un jeu et donc soumis à des restrictions régulières. Cette situation explique en partie la grande discrétion des pratiques qui lui sont associées malgré le grand nombre de spectacles et de combats publics qui se sont déroulés et surtout la parution d’un livre remarquable à tous égards.

Cite this article as: Olivier Dupuis, "La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)," in Martial Culture in Medieval Town, 01/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1312.

Bibliographie

Baumann Reinhard, Die Landsknechte. Ihre Geschichte und Kultur vom späten Mittelalter bis zum Dreissigjährigen Krieg, München, 1994.

Dupuis Olivier, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », dans Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79. <http://dx.doi.org/10.1515/apd-2015-0010, consulté le 10/05/2021>

Dupuis Olivier « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.

Dupuis Olivier, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », dans Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020, en ligne : <https://martcult.hypotheses.org/780, consulté le 10/05/2021>

Füssli Johann Heinrich, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich, Zurich, Orell, Gessner, Füssli et al., 1780, p. 2-3.

Machiavel Nicolas, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303.

Meyer Joachim, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

Rapp Francis, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », dans Journal des savants, 1996, p. 377-417

Tlusty B. Ann, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.


[1] Sur la vision favorable de l’escrime, voir Olivier Dupuis, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020. Pour la culture de l’arme et de la défense corporelle, lire en particulier B. Ann Tlusty, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.

[2] Un tournoi de lutte vers 1460 est mentionné dans la biographique d’un bourgmestre de Zürich, Füssli, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich. Pour les tournois d’escrime voir Olivier Dupuis, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79.

[3] Nicolas Machiavel, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303..

[4] Francis Rapp, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », Journal des savants, 1996, p. 377-417

[5] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

[6] Olivier Dupuis, « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.

Proceedings of the Joachim Meyer conference (University of Strasbourg 2020) – an introduction

On the occasion of the 450th anniversary of the death of Joachim Meyer, a conference was organised by O. Dupuis, G. Porte and D. Jaquet at the University of Strasbourg (20-21 February 2020).

Joachim Meyer came from Basel and was a cutler by trade, a burgher of Strasbourg. He authored a famous fencing treatise in 1570, as well as less known manuscripts dedicated to the aristocracy. Researchers, archivists and martial arts experts gathered to share their latest research on the author and his work. A one-day workshop followed the lectures.

Supported by the Martial Culture in Medieval Towns research project, this conference will be published in a special issue of the journal Source(s) (ISSN 2261-8562), forthcoming 2022. Meanwhile, some of the contributors offered their contribution in a blog article version. The posts are in French, with an English abstract. You can read these following the links below:

Olivier Dupuis, “La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècle)”:
https://martcult.hypotheses.org/1312

Pierre Kintz, “Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch de Joachim Meyer”:
https://martcult.hypotheses.org/1316

Pierre-Henry Bas, “La modernité dans l’escrime de Joachim Meyer”:
https://martcult.hypotheses.org/1322

Laurent Naas, “L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung / der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)”
https://martcult.hypotheses.org/1302

Alexandre Legros, “Dans l’oeil du bretteur et du chirurgien”
https://martcult.hypotheses.org/1296

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Proceedings of the Joachim Meyer conference (University of Strasbourg 2020) – an introduction," in Martial Culture in Medieval Town, 18/06/2021, https://martcult.hypotheses.org/1290.

Book review – Miriam Vogelaar, The Mokken Collection: Books and manuscripts on fencing before 1800

(MMIT Publishing, 2020) 208 pp. Price: € 75
ISBN: 978-94-93166-19-6

The book is a laborious and significant contribution to the history of fencing, martial arts and European martial culture. The focus of the book is the fight book collection of Wiebe Mokken, honorary member and former chairman of the Royal Dutch Fencing Association (KNAS). The collection, as presented in this publication, is undoubtedly one of the most important of its kind. Previous catalogues and bibliographical works on fencing, namely by Jacopo Gelli (1895) and Carl Thimm (1896) were published more than a century ago; therefore, Vogelaar’s contribution to this field of study is a welcomed modern scientific update. The author makes one of the largest collections of its kind accessible to the public in the form of a comprehensive lavish catalogue. The book allows a glimpse into a unique treasure that highlights the wealth and depth of material regarding martial culture. By exploring fight books, tangible records of intangible martial traditions, the reader is immersed in the information that these unique objects provide regarding martial cultures, particularly in social-civic environments and not from the usually discussed military perspective.

The structure of the book is straightforward. Wiebe Mokken has provided an emotional preface in English and French, which allows some insight to the psyche of a passionate collector and fencing aficionado. Remarks on the catalogue entries by the author act as a key, an explanation and a de facto clarification on the systematic cataloguing and presentation that follows. The entries, that construct the vast majority of the publication, are arranged alphabetically by the last name of the author. Each entry includes exhaustive technical details on the discussed publication, followed by analytical comments deriving from research on the author or the publication. Finally, bibliographical notes and references to the works used for the bulk of the text are displayed on the end of each entry. One of the most invaluable and unique characteristics of this publication are Vogelaar’s comments in each entry regarding technical observations on the discussed entry as an object such as restoration, watermarks, stains. These additions separate this publication from every else of its kind and highlights the importance of considering the insights of a book expert. After the entries, a supplementary timeline of the books discussed helps contextualize them by placing them in chronological order with a visual snippet of each entry. Besides the aforementioned contextualization, this assists in the instantaneous observation of the changing and fluctuating visual trends of the genre. The publication is completed with a bibliography and with an index of authors, editors and compilers. 

The book comes in a large format (27×21), which certainly benefits a publication that relies on the reader observing detailed images. The hardback format and the linen bound spine facilitate reading the book in full spread without the fear of damaging it. All images are presented in full colour and excellent quality. Two reading ribbons further add to the premium presentation. The technical characteristics of the book complement the content and overall make for an impressive publication.

Perhaps the most notable drawback of the book is its bibliography, which is primarily focused on publications regarding other catalogues and bibliographies. Some modern scholarship on the literary genre of fight books is also included. Whereas the first type of publication is exhaustively included in this part, research on fight books is only fragmentarily represented. This is largely due to the lack of the contextual discussion of the presented publications and because each entry focuses solely on a very strict discussion on each object. An expanded recommended bibliography for further research would benefit readers and would link this catalogue to the current scholarship on the subject of fight books. The publication would also benefit from supporting essays on fight books and their evolving social contexts that created the necessity for their production. Of course, each bibliographical entry is accompanied by the aforementioned dedicated description and discussion, but besides the beautiful and sentimental preface by Wiebe Mokken, there is not body of text that discusses the overall cultural or historical context of the genre. This context is also absent in the book timeline, which presents in chronological order only the material from the collection. However, this is more of a wish from a scholarly perspective rather than a criticism regarding quality, and the exclusion of such essays does not diminish the value of the work as a catalogue. Both of the aforementioned issues stem from the nature of the book as a specialized publication focusing on a single specific and incredibly rich trove of books and manuscripts.

These minor critiques aside, Vogelaar’s book on the Mokken Collection is arguably the best reference work on the subject of the history of fight books. It is a great tool for the book and martial arts scholar, providing quick access to precise bibliographical information and concentrated key details for each entry. Furthermore, it can be a remarkable stimulus for professionals from adjacent disciplines and subjects, as well as for fencing enthusiasts in order to understand better the history of European martial arts and the bibliographical context and wealth of source material available. Vogelaar’s book can ignite interest on the subject for students in an academic context as well as for those practicing in the fencing hall, and it will most certainly assist future librarians and professionals working in the art industry. It is a comprehensive and informative catalogue of the highest quality in both content and production, and it elucidates the cultural production of recorded European martial arts for over three centuries.

Cite this article as: Iason-Eleftherios Tzouriadis, "Book review – Miriam Vogelaar, The Mokken Collection: Books and manuscripts on fencing before 1800," in Martial Culture in Medieval Town, 29/10/2020, https://martcult.hypotheses.org/1109.

Review of the “Joachim Meyer 450 Years: Strasbourg Symposium” (21-22 February 2020)

For the celebration of the 450-year anniversary of the publication of Joachim Meyer’s fight book, Olivier Dupuis organised a multidimensional event around the fight book, its author and martial culture in sixteenth century Strasbourg. It consisted of a two-day conference at the University of Strasbourg and at the archives of the city, as well as a gathering of martial arts practitioners and researchers over the weekend with workshops and practical exchanges. Finally, a competition was held following rulesets from the sixteenth century. Similar events focused on fight book authors have previously demonstrated the benefits of such gatherings and collaborations of scholars and martial arts practitioners.[1]

Joachim Meyer used a new medium in a new way for the description of the art of fighting, with elaborated didactic features. Based on the so-called Liechtenauer tradition,[2] the art of combat under Meyer’s pen uses the noble character of chivalric symbolism, but displays martial disciplines which are more commonly associated to urban context and foot soldiers (the halberd, the pike, and the rapier). Embedded in what Ann Tlusty coined as “martial ethics”[3] in German towns relying on a militia organisation for its defence, the fight book is connected with practices followed by fencing guilds and with fencing competitions.

Regardless the frequent mention of Joachim Meyer’s work by specialists, and the existence of a translation published by a scholarly publishing house, there is little research published to date on the author and his books (2 manuscripts and 1 printed fight book with two editions). Establishing a state of research on the matter and exploring new avenues for research was very much needed, and this event successfully achieved these goals. This review will focus on the conferences’ part of the event.

With the support of the Laboratoire Art Civilisation et Histoire de l’Europe (ARCHE) Olivier Dupuis and Guillaume Porte brought together historians, art historians and archivists together to discuss different aspects of the topic.

Laurent Naas (Bibliothèque Humaniste de Sélestat) presented the Selestat copy of Joachim Meyer fight book (L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung). He presented on the potential identification of the original binder, based on a new study of the remains of the closing devices (now missing) of the cover. He also analysed the dedication of the fight book.

Pierre Kintz (ARCHE, Université de Strasbourg) gave a presentation on the assumption about the attribution of the illustration of the fight book to Tobias Stimmer (Tobias Stimmer, l’illustrateur du Fechtbuch). He outlined the travels of Stimmer to Cômo and its relation to Paolo Giovio, which justifies the elements of Italian architecture found in the fight book.  

David Bourgeois (CRESAT, Université de Haute-Alsace) presented the connection of the towns of Mulhouse and Strasbourg with Basel and the Old Swiss confederation, in the context of warfare and martial culture (Si vis pacem, para bellum. Bâle, la Confédération et la guerre à la fin du Moyen Âge et au XVIe siècle). He reviewed historiographical trends regarding the martial renown of Swiss warriors and developed hypothesis of the a “Swiss” signature in the fight book of Joachim Meyer.

Fanny Kieffer (EA ARCHE, Université de Strasbourg) contributed with her perspective as an art historian, specialised in the visual representation of technical knowledge in Early Modern Period (Sous le regard de l’historien de l’art: les débuts de l’escrime à la Renaissance, entre chevalerie et humanisme). She outlined the general context of “new” weapons: portable guns, rapier and daggers. Several martial sciences (ballistics, military engineering, etc.) benefited from the resurgence of science and scientific methodologies (mathematics, Aristotelian principles) through the new medium of printing. She proposed an investigation on the inclusion of these new scientific methodologies in the corpus of fight books.

Olivier Dupuis (independent researcher), main organiser of the event, presented on the fencing activities in Strasbourg based on archival documentation (La place de l’escrime à Strasbourg du XVe au XVIIe siècle). If fencing practices are discrete in narrative sources, other types of documents attest fencing competition (Fechtschulen). Dupuis found 1500 petitions for the organisation of such events in Strasbourg between 1540 and 1670 (1338 being approved by the city council).

Alexandre Legros (CESR, Université de Tours) analysed questions related to wounds in fencing practices as described by Joachim Meyer (Dans l’œil du bretteur et du chirurgien). He analysed both the discourse and images of fight books related to wounds, and he queried contemporary chirurgical treatises, including one coming from Strasbourg.

Pierre-Henry Bas (IRHIS, Université de Lille) presented his thoughts about the didactic and pedagogic dimension of the fight book (Modernité de l’escrime décrite dans le livre de Meyer). He analysed the construction and conception of the treatise while explaining how “modern” ideas were implemented in the book, in comparison with earlier fight books.

Daniel Jaquet (Université de Berne) discussed the reception of the fight book during the national socialism regime of Adolf Hitler, through the re-use of the content in the Handbook for Hitler Youth (La réception du livre de Joachim Meyer entre 1920 et 1936). The main focus was the institutionalisation of martial arts practice for propaganda and ideology. Questions of re-interpretation and revival of martial arts traditions were also briefly addressed.

On the second day, the lecturers joined by martial arts researchers gathered at the archive of Strasbourg for a morning of discussion and a round table. The first half of the morning was dedicated in establishing a state of research regarding the author and its book. Desiderata for further research were also formalised and discussed. The second half of the morning was spent in a round table discussion on potential contexts of application of the martial art knowledge described in the book. Interesting arguments were put together while reviewing contexts such as: duels of honour, warfare, self defence and fencing for leisure. Material culture and modern-day fencing practice deriving from the book were also briefly addressed.


[1] See “The Art of Combat of Pietro del Monte”, University of Tours, 20-21 April 2018. A short review is to be found on the blog of Daniel Jaquet [insert link:], and its proceedings are published in the volume 7.1 (2019) of the journal Acta Periodica Duellatorum

[2] Bauer, Matthias Johannes, ‘Einen Zedel Fechter ich mich ruem/Im Schwerd vnd Messer vngestuem. Fechtmeister als Protagonisten und als (Fach-)Literarisches Motiv in den deutschsprachigen Fechtlehren des Mittelalters und der Frühen Neuzeit’, Das Mittelalter, 19.2 (2014), 302–325 <https://doi.org/10.1515/mial-2014-0018>.

[3] Tlusty, B. Ann, The Martial Ethic in Early Modern Germany: Civic Duty and the Right of Arms (Basingstoke: Palgrave, 2011)

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Review of the “Joachim Meyer 450 Years: Strasbourg Symposium” (21-22 February 2020)," in Martial Culture in Medieval Town, 24/02/2020, https://martcult.hypotheses.org/842.

Fencing with the blessing of the authorities: Patent for a fencing master in Neuchâtel in 1546

Fencing lessons and competitions are an urban phenomenon, documented as early as from the fifteenth century in Switzerland. Since these activities carried out potential risks for urban peace, early traces of attempts to regulate these activities by town authorities can be (sometimes) found in archives.

Henry de Sainct Didier, Les secrets du premier livre sur l’espée seule, Paris: Jean Mettayer et Matthurin Challenge, 1573, plate 33-34. Taken from the Facsimile of the Société des Livres Anciens et Modernes, Paris 1907.

Fencing was a needed skill for citizens who had to carry out (potential) military duties for their town, but also to prove to their peers that they were trustworthy and able to fight and defend their community. Therefore, displays of martial skills, such as fencing competitions, were needed for the town inhabitants that were willing to show that they adhered to what Ann Tlusty coined as “martial ethic”.[1] Different forms of regulation exist because such practices were usually not institutionalised before the second half of the sixteenth century or even later. However, town authorities developed different policies regarding fencing activities happening within their walls. For example, petitions of fencing masters willing to hold fencing schools can be found in town council minutes, as can expenses due to fencing activities sanctioned by the town council. But, for most of the cases, fencing activities were organised by local or pan-urban networks of fencing experts gathered in associations (corporations such as guilds or brotherhoods). For France, Flanders and the Holy Roman Empire, several of these corporations are known, and they received privileges from town authorities or even the highest princes such as the King or the Emperor. On a more local level, several cities edicted fencing ordinances, or delivered patents and certificates to fencing masters.[2] Such is the case for the document presented here from the mid-sixteenth century in the county of Neuchâtel.

Patente de maître du jeu de la Grande Épée à deux mains, en faveur de Nicolas Lambelet des Verrières, 1546. Copie tirée d’un receuil de minutes de notaire, 1558 (Archives d’État de Neuchâtel, AS-24.31). © Archives d’État de Neuchâtel, reproduced with permission.

This document is actually a draft for the preparation of letters of a notary, full of erased words and lines, revisions on margins or in between lines, and with spaces left blank. Most of the original patents have not survived, since they were handed over to the individuals. This collection of drafts and copies of documents delivered by several notaries is dated to 1558, but the date of the fencing patent is 1546. It would have been signed by the notary, under the authority of the mayor of the small town of Les Verrières, located near the border of modern-day Switzerland and France.

The county of Neuchâtel was under the suzerainty of the Valois, and after that of the Habsburgs. Close to the Duchy of Burgundy through the Châlons with the Franche-Comté (Free-County) as a border, the county formed a network of ties through treaties of combourgeoisie with Swiss towns such as Fribourg (1209), Bern (1308) and Solothurn (1369). It only became part of the Swiss Confederation in 1814. The particular place where the fencing patent originated is les Verrières, a small town in the north eastern valley leading to the castle of Joux. The city was under the rule of the Counts of Neuchâtel. The mayor of the town was at the time Claude Lambelet (mentioned in the document). It must be noted that he was part of the same family as the certified master Nicolas Lambelet.

Nous […] establÿssons [Nÿcolas Lambelet le Jeusne des dites Verrieres de Neufchastel] maistre dudict jeulx de ladicte grande / espee; pour en jouer a pris et dehors pris / en tous lieux et par devant toutes gens de / quelque estatz ou quallitez qu’ilz soyent; et encontre / tous ceulx quilz luÿ plaira […]

Nicolas Lambelet is certified “master of the play of the great sword” (maistre dudict jeulx de la dicte grande espee). Fencing activities include several disciplines. The mastery of the different disciplines is carefully noted in such documents, here only with the two-handed sword. He can therefore “play with or without prize” (this specifies participating is fencing competitions) wherever he wants and in front of audiences of any status, against whoever he wants.

aÿanz le / serement aux dict jeulx de ladicte grande espee [added in margins: et aux ordonnances d’icelluÿ], et qu’ilz / ha desja [added in margins: par cÿ devant] estez passez en ses deffences par les maistres / du dict jeulx

It is mentioned that he pledged an oath and that he passed the final test against other masters, which is called “passing in defence” (passez en ses deffences). It consists of standardised fencing bouts where the applicant is evaluated. More interestingly, there is a mention added in margins about the “ordinances” in relation to the oath he pledged. Several fencing ordinances are known in France, the earliest in Mazan (1501). We do not know to which ordinances the document is referring to, but the closest known was the one of Dijon in 1520.[3] If Neuchâtel edicted a fencing ordinance, there is not a single mention to it in documents surviving in archives. No fencing ordinances are known from this period in Swiss towns, but several documents and petitions of fencing masters offer sporadic details about legal and illegal fencing activities.[4]

En luÿ baillant et concedissant par ces dictes presentes / toute puissance, auctorité et faculté de tenir escolle / et escolliers par dessoubz luÿ en tous lieux ou / il luÿ plaira, et de havoir et recepvoir tous escolliers / qui ledict jeulx vouldront apprendre et recorder, et / de faire et constituyr ung lieuteuant ou plusieurs / soit en escolle, pris ou jeulx, pour par le dict / ou lesdictz lieutenantz leurs aprendre ledict jeulx, comme / sÿ luÿ mesure le dict maistre ÿ estoit present, le tout / en la forme, mode et maniere quil se doit jouer / et que par cÿ devant du temps passez en ha estez jouez / et user [rajout en marge : et de passer escolliers en leurs deffences]

Lambelet received the right and authority to organise fencing competitions and deliver fencing lessons (faculté de tenir escolle et escollier par dessoubz luÿ). He can also name “lieutenants”, which is a rank like “provost”, also mentioned earlier in the document. This technical terminology is widespread and can also be found in fight books (such as the one on the cover image of the blog post, from the fight book of Henry de Sainct Didier published in 1573). It is also mentioned that he can do so (name a lieutenant) in different contexts, that is fencing school, prize fights, or competitions (escolle, pris ou jeulx).

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Fencing with the blessing of the authorities: Patent for a fencing master in Neuchâtel in 1546," in Martial Culture in Medieval Town, 26/11/2019, https://martcult.hypotheses.org/535.

Acknowledgement:
A previous (partially erroneous and incomplete) transcription of this document has been published by Nicolas Piaget in 1922 in the local journal Musée Neuchâtelois (vol. 9, pp. 207-8) with a brief introductory comment. We would like to thank Olivier Dupuis for sharing this reference; Anne-Caroline and Dominique LeCoultre who also have studied and reviewed the original document; and Jacob Deacon who participated in the new analysis of it.


[1] Ann B. Tlusty, B. Ann, The Martial Ethic in Early Modern Germany: Civic Duty and the Right of Arms (Basingstoke: Palgrave, 2011).

[2] For France and for information about neighbouring spaces see Olivier Dupuis, “Organization and Regulation of Fencing in the Realm of France in the Renaissance”, Acta Periodica Duellatorum (3), 2015, pp. 233-54.

[3] Ibidem

[4] See Jaquet, Daniel, ‘Die Kunst des Fechtens in den Fechtschulen. Der Fall des Peter Schwizer von Bern’, in Agon und Distinktion. Soziale Räume des Zweikampfs zwischen Mittelalter und Neuzeit, ed. by Uwe Israel and Christian Jaser (Berlin: LIT Verlag, 2015), pp. 243–58

‘Falsely Accused by the Villain’?: A Fishy Trial by Combat in Fifteenth-Century London

Image of two men in fifteenth-century armour fighting on foot with pollaxes. Leeds, Royal Armouries, MS PHIL 1, fol. 1r.

Introduction

One of the more iconic images of the Middle Ages, common in numerous aspects of popular culture, is that of two knightly champions engaged in the judicial combat of a trial by battle.[1] There is a particular example, however, from the middle of the fifteenth century, that can offer some insights into various aspects of martial culture and preparation for judicial combats in late medieval English urban centres.[2] In London, during the autumn of 1446, a dispute arose not between two men at arms or knights, but rather an armourer’s apprentice, John Davy, and his master, William Catour. Davy had accused his master of ‘treson ymagined and doon ayenste’ King Henry VI, and as the truth of the matter could not be determined by conventional legal means, it was decided that it would be resolved in a trial by combat.[3] What would go on to happen in the fight was so unusual that it would even be recounted in William Shakespeare’s Henry VI, Part 2.

Preparations for the Combat

A particular aspect which separates this instance of trial by combat from others is in the details surrounding the preparations for the fight, such as those relating to some of the individuals appointed to train the appellant and defendant. Privy council records indicate that Philip Treher, Master Hugh Payne, and John Latimer were hired for the purpose of ‘teching certain pointes of armis’ to Davy and Catour (Treher was appointed to Davy, whilst the other two taught Catour). Whilst the names mean little by themselves, a particularly striking detail is that Treher – appointed by the crown to prepare a man to defend his own life – is described not as a professional master of arms, but as ‘Philip Treher fyshmonger’.[4] The answers as to where, when, and how Philip Treher acquired his skill at arms remain unknowable, but there is plenty of evidence demonstrating a widespread practice of martial arts amongst the lower classes in late medieval and Renaissance London from coroners’ rolls, legal statutes, and even the records of the sixteenth-century fencing organisation the Company of Masters of Defence.[5] Whilst no account of how Davy was trained by Treher, the 1448 Fechtbuch of a German fencing master, Hans Talhoffer, prescribes that combatants involved in a judicial duel should train by means of physical activities (he mentions stone and javelin throwing), ritualised processes (regular shaving, praying, and anointing), and engaging in pleasant pursuits (for example listening to music, bathing, and hunting). Talhoffer further states that the combatant should train, in secret, for two hours in the morning and two after noon.[6]

Trial by Battle

On the morning of the combat, both men donned their armour, made their peace with God, and prepared to fight for their lives. There was, however, one crucial difference in their final preparations which would have a dramatic impact on the outcome. In order to calm Catour’s (understandably) nervous disposition, his friends had plied him with ‘so moch wyne and good ale, that he was therwith distemperyd’.[7] Having imbibed too much alcohol he was soon in no condition to produce a competent defence. Whilst there is no detailed narrative of the fight, there are other examples of judicial duels fought in the same location, Smithfield, for which descriptions survive that can show what such combats were like.[8] For example, one fight between John Annesley and Thomas Catteron in 1380 finished with Catterton unable to continue the fight (and summarily executed) as a result of the heat, weight of his harness, and energy he had expended whilst wrestling on the ground.[9] An even more gruesome end punctuated the resolution of a desperate encounter between Thomas Whytehorne and James Fyscher. This fight, which happened almost a decade after the one between Davy and Catour, witnessed how Whytehorne ‘caste that meke innocent (Fyscher) downe to the grownde and bote hym by the membrys’, that is to say his genitalia. Fyscher responded by biting his opponent’s nose and gouging out his eyes.[10] Given the bloody nature of these fights, it is not difficult to envision how horribly Catour must have been ‘ouercomyn and slayne’ by his former apprentice.[11] His loss in the combat proved the truth of the case, and it was thus determined that he was the traitor that he had been accused of being. The chronicler William Gregory relates that ‘the mayster was slayne and dyspoylde owte of hys harnys, and lay stylle in the fylde alle that day and that nyght next folowynge. And thenne afty[r]ward, by the kyngys commaundement, he was d[r]awyn, hanggyde, and be-heddyde, and hys hedde sette on London Brygge, and the body hynggyng a-bove erthe be-syde the towre’.[12]

As for Philip Treher, the fishmonger and part-time fencing master who had educated the victorious Davy, he was clearly considered to be an instructor of some ability: he had already been employed in 1446 on the same grounds to teach Thomas fitz-Thomas, the Hospitaller prior of Kilmainham Abbey, pertaining to a suit he had brought against the Earl of Ormonde, and was hired again in 1453 for a case involving John Lyalton and Robert Norreys.[13] These other cases allow us to build a more complete image of Treher as a fencer: Lyalton and Norreys, for example, were to fight with glaives, short swords, daggers, and axes (instead of longswords), indicating some of the weapons with which Treher was likely proficient.[14] Nor was Treher paid poorly for this work: he was compensated with £20 for teaching Davy and the prior, approximately the equivalent value of either fifty cows, six hundred and sixty six days of wages for a skilled labourer, or £12,488.10 in today’s terms.[15]

Conclusion

Ultimately, the story of Davy and Catour offers a small but valuable insight into late medieval urban martial culture in England. It is a valuable reminder that judicial combats (and martial prowess), despite their modern chivalric depictions, were not solely within the purview of knighthood and the nobility. Given the limited details available for fencing masters known to have existed in fifteenth-century England, it also serves as an important insight as to what their careers could look like and how they could expect to be paid, although a contact with the crown was likely much more financially rewarding than a fencing master could expect from clients.

A final word, however, should be given to events which took place some time after the execution of William Catour. Although found guilty in the trial, two later sources – Fabyan’s chronicle, and the later retelling of the narrative by Shakespeare – both imply that Catour was innocent, and had been accused maliciously. In Henry VI. Part 2 his character (renamed to Thomas Horner), exclaims that he is ‘falsely accused by the villain’ as revenge for striking him.[16] Given the fate of Davy, this may have been true. This judicial combat was not to be John Davy’s final run in with the law: he himself was eventually sentenced to death by hanging for committing an unnamed felony, raising all sorts of questions about the veracity of the claims that he had brought against the man who had one been his own master and teacher.[17]

Acknowledgements: Thank you to Dr Karen Watts and Messrs Samuel Bradley and Iain Dyson for their thoughts.

Cite this article as: jacobhenrydeacon, "‘Falsely Accused by the Villain’?: A Fishy Trial by Combat in Fifteenth-Century London," in Martial Culture in Medieval Town, 20/11/2019, https://martcult.hypotheses.org/404.

[1] For an overview of single combat in modern media and its link to historical sources, see Jacob Henry Deacon, ‘La Posta di Falcone and La Porta di Ferro: Depictions of Combat in Medieval and Modern Media’, in The Middle Ages in Modern Culture: History and Authenticity in Contemporary Medievalism, ed. by Robert Houghton and Karl Alvestad (London: I. B Taurus, forthcoming).

[2] For trial by combat in late medieval England see Ariella Elema, ‘Trial by Battle in France and England’ (unpublished doctoral thesis, University of Toronto, 2012).

[3] Proceedings and Ordinances of the Privy Council of England, Volume 6, ed. by Harris Nicolas (London: G. Eyre and A. Spottiswoode, 1837), p. 56.

[4] Proceedings and Ordinances of the Privy Council of England, Volume 6, p. 59.

[5] For the records of the Company of Masters, see London, British Library, MS Sloane 2530. A transcription of the manuscript has been published, see Herbert Berry, The Noble Science: A Study and Transcription of Sloane Ms. 2530, Papers of the Masters of Defence of London, Temp. Henry VIII to 1590 (Newark: University of Delaware Press, 1991).

[6] For an analysis of Talhoffer’s approach to trial by combat, see Daniel Jaquet, ‘Six Weeks to Prepare for Combat: Instruction and Practices from the Fight Books at the End of the Middle Ages, a Note on Ritualised Single Combats’, in Killing and Being Killed: Bodies in Battle. Perspectives on Fighters in the Middle Ages, ed. by Jörg Rogge (Bielefeld: Transcript Verlag, 2017), pp. 131-64.

[7] Robert Fabyan, The New Chronicles of England and France, ed. by Henry Ellis (London: F. C. & J. Rivington, 1811) p. 618.

[8] Smithfield was one of the most important centres of martial activity in medieval England. It was used not only for staging judicial combats, but also jousts and other tournament activity. For a summary of such formal combats see Rachel Whitbread, ‘Tournaments, Jousts and Duels: Formal Combats in England and France, circa 1380-1440’ (unpublished doctoral thesis, University of York, 2013).

[9] Thomas Walsingham, The Chronica Maiora of Thomas Walsingham, 1376-1422, trans. by David Preest (Woodbridge: Boydell, 2005), pp. 105-06.

[10] The Historical Collections of a Citizen of London in the Fifteenth Century, ed. by James Gairdner (London: Camden Society, 1876) pp. 199-202.

[11] Fabyan, The New Chronicles, p. 618.

[12] The Historical Collections of a Citizen of London, p. 187.

[13] Proceedings and Ordinances of the Privy Council of England, Volume 6, pp. 57-59 and p. 129.

[14] Proceedings and Ordinances of the Privy Council of England, Volume 6, p. 129.

[15] Proceedings and Ordinances of the Privy Council of England, Volume 6; Figures calculated with The National Archives’ currency converter, online: <http: http://www.nationalarchives.gov.uk/currency-converter> (accessed 03/09/2019).

[16] William Shakespeare, Henry VI, Part 2, 1.3.192-94.

[17] Fabyan, The New Chronicles of England and France, p. 618.