Livre de combat de Soleure (1504-16)

Le livre de combat de Soleure est unique en Suisse. Malheureusement laissé inachevé, les 57 dessins aquarellés représentent des techniques de combat de la fin du Moyen Âge. Le contenu comprend le combat en armure, sans armure et à cheval, et ceci avec différentes armes. Il fait partie d’un ensemble de documents provenant du Sud de l’Allemagne dès le dernier tiers du XVe siècle


Anonyme, [Livre de combat de Soleure], début du XVIe siècle [1506-1514], Zentralbibliothek Solothurn, S 554.

Le document

Le manuscrit au format 195 x 145 mm contient, sur 30 feuillets, 57 dessins à la plume, aquarellés. Les filigranes révèlent que le papier a été produit entre 1506 et 1514. La reliure, en cuir tendu sur plaques de bois, est d’origine. Si le programme iconographique semble complet, le tiers inférieur des feuillets est resté vide : les commentaires devant compléter les images n’ont jamais été rédigés.

Redécouverte et marques (falsifiées) de possession

Le manuscrit a été retrouvé lors de la destruction d’une maison soleuroise en 1884, parmi des ouvrages conservés dans les combles. Mgr Friedrich Fiala, évêque de Bâle et fondateur de la Société historique de Soleure, a publié la découverte dans les Analecta Historica (n°XVIII, 1884, fol. 250r-258v) avec une courte notice :

Il y a quelques semaines, on a trouvé dans le grenier d’une maison de cette ville, parmi de vieux livres poussiéreux, un livre d’images du XVe siècle qui est d’un grand intérêt pour la visualisation du combat judiciaire révélant le jugement de Dieu.

La datation erronée du manuscrit par Mgr Fiala découle sans doute d’une annotation sur le premier feuillet. L’un des possesseurs du livre y a inscrit une fausse marque de possession, probablement pour augmenter la valeur du livre en vue de sa vente. L’écriture, assez maladroite, est censée reproduire la graphie de la fin du Moyen Âge.

Anno 1423 Apprellen den 6.: Ist mihr das buch von meinem Herr Schwager Hans von Adelsburg, Herr zu Scheinfels, verehret worden. Petter von Wehlenmer aus Buchholder (En l’an 1423, le 6 avril, ce livre m’a été confié par mon beau-frère Hans von Adelsburg, seigneur de Scheinfels. Peter von Wehlenmer, de Buchholder)

Les deux autres marques de possession sont authentiques. Elles sont du fait de deux bourgeois de Soleure, le peintre Karl Anton Kieffer (1665-1725) et le cuisinier et pâtissier Urs Victor Oberlin (1747-1818).

«Dieses Buoch geherdet jetzund mir Carly Anthoni Kieffer, Burger und Moller in Solothurn, 1689.»

«Ex libris Victoris Oberli, 1775.»

La présence du manuscrit à Soleure est donc attestée dès le XVIIe siècle, mais l’ouvrage s’y trouvait probablement depuis le XVIe siècle. Les pratiques autour de l’escrime, dont les écoles d’escrime et les concours martiaux, sont quant à elles documentés à Soleure dès le XVe siècle.

Un livre de combat de Paul Kal ? 

Le genre des livres de combat regroupe des notes personnelles de pratiquants, des livres de maîtres d’armes, des ouvrages de dédicace ou encore des compilations de différents textes. Ils apparaissent en Europe au XIVe siècle et connaissent une large diffusion durant le XVe siècle. Après l’invention de l’imprimerie, ils sont rédigés dans la plupart des langues vernaculaires. Le corpus des ouvrages connus jusqu’à la fin du XVIe siècle compte plus de 200 titres.

Le livre de combat de Soleure fait partie d’un sous-genre dénommé « livre d’images commenté ». Le medium principal sur lequel s’appuie la transmission des savoirs est l’image, qui occupe normalement deux tiers de la page, complétée de brefs commentaires. Dans le cas du livre de Soleure, ces commentaires manquent à l’appel : le manuscrit est resté inachevé.

L’ouvrage est à mettre en relation avec une série de manuscrits réalisés par Paul Kal, un maître d’armes allemand du XVe siècle. Au cours de sa carrière, Kal a servi le comte palatin Louis IV de Wittelsbach de 1440 à 1449, le duc de Bavière Louis IX (dit le Riche) de 1450 à 1465, et à partir de 1480, l’archiduc Sigismond de Habsbourg en Autriche et au Tyrol. Il reste célèbre pour avoir recensé les œuvres des maîtres escrimeurs appartenant à la principale tradition martiale germanique, celle du maître d’armes Johannes Liechtenauer.

Deux ouvrages originaux de la main de Paul Kal sont connus, l’un conservé à Munich et l’autre à Vienne : Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Cgm 1507 et Bologne, Biblioteca Universitaria, MS 1825. Nous disposons également d’un livre de maître : Wien, Kunsthistorisches Museum, KK5126. Au moins trois copies complètes ou abrégées de l’exemplaire de Vienne sont connues, dont le livre de Soleure, réalisé après la mort du maître.

Commentaire

Le livre est divisé en sept parties, qui décrivent chacune une discipline martiale distincte, et présente de nombreuses techniques de combat.

1r – 11v                Combat à cheval
12r – 28v              Combat en armure à pied
29r-29v                Combat judiciaire entre un homme et une femme
30r – 36r              Combat judiciaire à la masse d’armes et au long bouclier
36v – 50r              Combat sans armure à l’épée longue
50v – 55r              Combat sans armure à la dague
55v – 69r              Lutte

Si cette liste peut paraître hétérogène à première vue, elle suit une logique : elle couvre une variété de pratiques à même de séduire l’aristocratie combattante. En effet, les maîtres de combat cherchent avant tout à entrer au service des princes. En raison de leur statut et de leur fonction dans la société, ces derniers maîtrisent en principe l’art du combat. Ils restent toutefois peu familiers de certaines pratiques, telles que les combats ritualisés dit « judiciaires ».

Si les « duels judiciaires » sont proscrits par les autorités spirituelles et bannis par la majorité des autorités temporelles, plusieurs documents prouvent que ces pratiques se rencontraient encore sporadiquement au XVe siècle. Paulus Kal est l’un des rares auteurs à détailler de manière précise l’organisation des combats dits « judiciaires », ainsi que les devoirs de ceux et celles qui y prennent part. Il traite ainsi de plusieurs configurations de duels : entre hommes et femmes à la masse d’armes, entre bourgeois qui combattaient avec de longs boucliers pointus, et enfin entre chevaliers qui s’affrontaient en armure.

Le livre de Soleure présente deux autres particularités. La première est la dépiction d’armes spécifiques aux jeux chevaleresques à pied. L’arme montrée ici ressemble certes à une épée, mais est conçue comme une lance, avec un manche long et une rondelle protégeant la main avancée du porteur. Si elle ne permet pas les coups de taille, elle favorise en revanche les coups d’estoc et la pénétration des défenses de l’armure.

L’illustration d’armes spécifiques à l’escrime de loisir, comme l’épée de Soleure présentée dans l’exposition «Alarm !» au Museum Altes Zeughaus, constitue la deuxième particularité. Ce type d’épée n’est pas affutée et sa pointe se termine en cuillère, afin de limiter le risque de blessures lors d’échanges martiaux. Ces épées ont également un appendice plus large à la base de la lame, dénommé « bouclier » (Schilt), qui sert à protéger les doigts du combattant et à garantir la solidité de cette arme à la lame flexible.

Bibliographie

  • Daniel Jaquet: Combattre au Moyen Âge. Paris 2017.
  • Rainer Leng u. a.: Katalog der deutschsprachigen illustrierten Handschriften des Mittelalters. Bd. 4/2, Heft 1/2:38: Fecht- und Ringbücher. München 2008, S. 57 (38.3.7).
  • Charles Studer: Solothurner Fechtbuch. Solothurn 1988.

Impressum

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions la Bibliothèque Centrale de Soleure pour l’autorisation de la publication de l’image. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarm ! » au Musée de l’Ancien Arsenal à Soleure (15.10. 22-28.5.23).

[3rd int. conf. Martial Arts Studies] Martial Arts Knowledge on and beyond the Page (Dr. Daniel Jaquet)

Paper presented at the 3rd International Conference on Martial Arts Studies (Hong-Kong, 11-12 December 2020). This paper will lead to a publication in the proceedings of the conference.

Abstract: Martial arts are cultural phenomena shaped by the society in which they develop. They were – and still are – transmitted through interpersonal exchanges, from body to body. Martial arts experts use speech for devising these martial skills into complex system of bodily knowledge. Once the systems are complex or vast enough to be verbalised, they are transmitted through bodies and speech with mnemotechnical texts such as poems, codified knowledge canons or a constellation of technical words associated with metaphors or images. Some of these mantras (mnemonic devices) found their way into writing or depiction. This process is a transliteration from speech to the page, or to a depiction. The written word or the depiction of bodies fighting on a wall, a painted canvas or embedded into a sculpture challenged time and survived the masters who invented them. However, in most cases those who wrote the words, painted the images, or sculpted the stone were not the martial experts themselves. The documents, depictions and sculptures preserved for the study of martial arts culture of the past have to be explored while taking into account the perspective of those who created them. Based on previous research on circulation of knowledge in the corpus of European fight books, this contribution allows for a new categorisation of martial arts knowledge, on and beyond the page, with a focus on early modern fight books.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search