La bataille de Laupen (1339)

En 1339, la bataille de Laupen marque l’histoire suisse et bernoise d’une pierre, ou plutôt d’une croix blanche : le drapeau suisse y trouverait son origine, l’étendard rouge à croix blanche ayant été utilisé comme signe de ralliement durant la bataille. Aidé de ses alliés soleurois et de contingents mercenaires venus des Waldstätten, Berne remporte à Laupen une victoire décisive contre une coalition de seigneurs de l’actuelle Suisse romande et de la ville de Fribourg. Cette victoire prépare le terrain pour une alliance porteuse d’avenir de Berne avec Uri, Schwyz et Unterwald, scellée en 1353.


La bataille de Laupen (1339)

Diebold Schilling, Spiezer Chronik, 1484-5 (Burgerbibliothek, Bern)

Origines et conséquences de la bataille de Laupen

Au XIVe siècle, plusieurs seigneurs de l’actuelle Suisse romande et au-delà voient d’un mauvais œil la montée en puissance politique et territoriale de la ville de Berne. La cité lovée dans la boucle de l’Aar a accumulé les territoires, accordé la bourgeoisie à d’anciens sujets des seigneurs romands et même refusé de rendre hommage à l’empereur Louis de Bavière, alors excommunié. Plusieurs nobles, dont les comtes de Nidau et les évêques de Bâle et de Lausanne, forment alors une coalition pour défendre leurs intérêts. Fribourg entre également dans la coalition. Après l’échec des négociations de Neuenegg en avril 1338, ils déclarent la guerre à Berne fin mars 1339, le jour de Pâques.

Après un premier raid du comte de Valangin, les Bernois réagissent en tentant de prendre Aarberg, mais sans succès ; ils établissent alors une garnison à Laupen, qui se voit assiégée dès le 10 juin. Le 21 de ce mois, l’armée bernoise marche sur Laupen, commandée par Rodolphe d’Erlach et renforcée par les troupes soleuroises et des mercenaires venus des Waldstätten. Les deux camps, forts chacun d’environ 6000 hommes, s’affrontent près de Wyden. Avantagés par le terrain, les Bernois remportent la victoire, détruisant presque entièrement la cavalerie adverse. La noblesse romande ne se relèvera jamais de cette défaite.

Le conflit se poursuit quelques temps sous forme d’escarmouches, souvent provoquées par Fribourg, la principale rivale de Berne dans la région. Toutefois, Berne finit par s’imposer en incendiant les faubourgs de la ville ennemie après la bataille de Schönberg (24 avril 1340). Lors des négociations de paix qui suivent, la médiation est assurée par la reine Agnès de Hongrie, principale représentante des Habsbourg en Autriche antérieure. Les négociations se concluent par la paix de Königsfelden, qui consolide la prépondérance bernoise dans la région.

L’assistance prêtée par les Waldstätten pendant la bataille de Laupen aurait convaincu Berne des avantages d’une alliance permanente avec Uri, Schwyz et Unterwald. Cette alliance, conclue en 1353, rapproche la ville des bords de l’Aar des sphères politiques de la Suisse orientale actuelle.

Document

Parmi les nombreuses sources qui relatent la bataille de Laupen, la chronique de Diebold Schilling de 1484/1485 se distingue par les miniatures de haute qualité qui accompagnent le récit. Rédigée 150 ans après les événements, cette chronique a été commanditée par Rodolphe d’Erlach, conseiller en ville de Bâle et descendant du commandant homonyme de l’armée bernoise à Laupen.

Le récit canonique de la bataille est dû à Conrad Justinger, chroniqueur officiel de la ville de Berne au début du XVe siècle. Dans son œuvre, l’histoire de la bataille de Laupen constitue un épisode très détaillé dont la recherche s’accorde aujourd’hui à dire que Justinger l’a emprunté à un récit antérieur, probablement rédigé juste après la bataille par un chevalier de l’Ordre teutonique installé à Berne. Diebold Schilling reprend à son tour ce texte, mais en développant de manière significative le rôle joué par le capitaine des armées bernoises, le comte Rodolphe d’Erlach.

Le manuscrit, dit « Chronique de Spiez » en raison de sa conservation au château de Spiez sur les rives du lac de Thoune (jusqu’en 1888), contient 403 feuillets au format 370×260 mm. Il relate l’histoire de Berne depuis la fondation de la ville aux alentours de 1191 jusqu’en 1465. 339 dessins coloriés à la plume illustrent l’œuvre, qui est restée inachevée. Contrairement à la chronique officielle de Berne, la « Chronique de Spiez » de Diebold Schilling ne contient pas de considérations sur les guerres de Bourgogne.

Le manuscrit a été numérisé dans le cadre du projet e-codices et peut être consulté à l’adresse suivante : http://dx.doi.org/10.5076/e-codices-bbb-Mss-hh-I0016. L’édition du texte est publiée avec le facsimilé.

Commentaire

La particularité du manuscrit de Diebold Schilling réside dans les images qui illustrent le récit de la bataille de Laupen. L’auteur de la série d’enluminures en pleine page reste inconnu, mais il s’agissait sans doute d’un des maîtres les plus talentueux de son temps. Examinons quatre de ces images révélatrices de la culture martiale médiévale :

La première image montre les deux armées face à face. Bien que les Bernois disposent alors de troupes à cheval – parmi les alliés soleurois se comptent des cavaliers –, l’artiste met en scène un affrontement opposant, selon un motif bien connu, troupes féodales à cheval et bourgeois libres combattant à pied. La seconde image illustre le moment où les Bernois et leurs alliés prennent le dessus. La cavalerie soleuroise du comte de Wissembourg est maintenant représentée au premier plan ; au centre de l’image, le comte Rodolphe d’Erlach, coiffé d’un casque arborant les armes de sa famille, brandit une hallebarde richement ouvragée. La troisième image montre le moment décisif où les Bernois écrasent leurs adversaires. À l’arrière-plan, une partie des troupes ennemies est déjà en fuite ; au premier plan, les chevaliers défaits baissent la tête en signe de soumission. Ils semblent subjugués devant l’avancée inexorable de Rodolphe d’Erlach.

La dernière image souligne que la victoire des Bernois et de leurs alliés a été voulue par Dieu lui-même. Au milieu des dépouilles de leurs ennemis et des drapeaux adverses tombés à terre, les Bernois triomphants rendent grâce à Dieu qui, selon Justinger, a pris leur parti dans la bataille, devenant ainsi « bourgeois de Berne » ! Le geste de prière « aux bras écartés » deviendra, au XVe siècle, un signe de reconnaissance des Confédérés, régulièrement utilisé dans les représentations picturales.

Bibliographie

  • Diebold Schillings Spiezer Bilderchronik. Kommentarband zur Faksimile-Ausgabe der Handschrift Mss. hist. helv. I. 16 der Burgerbibliothek Bern, éd. par H. Haeberli, Lucerne, Steiger, 1991.
  • Christian Folini, « Laupen, guerre de », in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), 2007.
  • H. Braun, « Der Laupenkrieg – eine Berner Erfolgsgeschichte », in Rainer C. Schwinges (dir.) Berns mutige Zeit, Berne, Stämpfli, 2003, p. 524-528.
  • Regula Schmid, « Bezahlte Bürger – Gratissöldner. Die Zusammensetzung städtischer Heere im Spätmittelalter », in Philipp Rogger et Regula Schmid (dir.), Miliz oder Söldner ? Wehrpflicht und Solddienst in Stadt, Republik und Fürstenstaat (13.-18. Jahrhundert), Paderborn, F. Schöningh, 2019, p. 91-114.
  • Regula Schmid, Geschichte im Dienst der Stadt. Amtliche Historie und Politik im Spätmittelalter, Zurich, Chronos, 2009, p. 60-66.

Crédits

Rédaction et traduction : Regula Schmid, Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions la Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne pour l’autorisation d’utilisation des images. Ce contenu est proposé en lien avec l’exposition temporaire « Alarme ! » au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-28.05.23)

Cite this article as: Daniel Jaquet, "La bataille de Laupen (1339)," in Martial Culture in Medieval Town, 10/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2539.

Invitation au tir libre de Zürich de 1504

En 1504, Zurich organise une grande fête de tir qui dure un mois et réunit 20 000 personnes. Des concours de tir à l’arbalète et à l’arquebuse, ainsi qu’une loterie et d’autres compétitions sportives, sont organisées. Le « carton d’invitation » imprimé présenté ici a été envoyé aux villes, aux villages et aux communautés des vallées, mais aussi à la noblesse.


Lettre d’invitation au tir libre de 1504, Zurich, Hans Rüegger, 1504, Zentralbibliothek Solothurn, aa 611.

Le document

La lettre d’invitation a été imprimée à Zurich par Hans Rüegger. Elle mesure 515 x 400 mm, un format qui la destinait à être affichée dans les lieux publics. Le tirage est de 614 exemplaires, preuve de la dimension internationale de cet événement exceptionnel. L’initiale enluminée représente deux lions affrontés aux armes du Saint Empire surmontées d’une tiare, symbole usuel de la ville de Zurich. La première ligne du document est laissée vide pour y inscrire le nom de la ville récipiendaire. La lettre énumère la liste des prix récompensant les participants aux compétitions. Dans la partie inférieure du document, une cible est dessinée à l’échelle.

Édition

[Leerstelle, um den Adressaten einzutragen]

Einbieten wir burgermeister, rat und der grosrat, die zweihundert der stat Zürich, unser früntlich willig dienst und alles guot zuovor und fuegen üch zuo wyssen das wir durch froeid und kurtzwil fürgenomen haben dis nachgeschribnen abenturen und gwynungen uszzuogeben und darumb mit dem armbrost und büchsen schiessen ze lasen.

Namlich zuo erst den armbrost schützen, dis nach bemelten gwynungen: Item 100 und 5 guldin, item 100 guldin, item 90 guldin, item 80 guldin, item 70 guldin, item 55 guldin, item 50 guldin, item 45 guldin, item 40 guldin, item 35 guldin, item 30 guldin, item 25 guldin, item 20 guldin, item 19 guldin, item 18 guldin, item 17 guldin, item 16 guldin, item 15 guldin, item 14 guldin, item 13 guldin, item 12 guldin, item 11 guldin, item 10 guldin, item 9 guldin, item 8 guldin, item 7 guldin, item 6 guldin, item 5 guldin, item 4 guldin, item 3 guld[i]n, item 2 guldin, item 1 guldin. Item dem oder denen so vom ferosten harkomen 1 guldin. Item 6 ritterschütz, das ist dennen so an obgemelten gwynungen nit zuo stechen kumen, der erst und der nechst 6 guldin, item der ander 5 guldin, item der drit 4 guldin, item der vierd 3 guldin, item der fünft 2 guldin, item der sechsd 1 guldin. Item darzuo einen krantz mit eim kleinhet für 5 guldin und selichs sol alles rinisch gold sin.

Und zuo soelichem schiessen wirt man sin uf sontag nach sant Larentzen tag, ist der einlft tag des monads Ögsten nechst künftig nach datum dis briefs abends Zürich an der herberg und morndis das anfahen, so die glogg zechne schlecht und den selben tag schiessen, so meist man schütz getuon mag und darnach die andern tag anfahen ze schiessen am morgen frue, so die glogg sibne schlecht und abends uffhoeren, so es funfe schlecht.

Und ungefahrlich so wirt der sitz zuo soelichem schiessen drühundert und fünf werch schuoch. Man wirt och schiessen in ein núwe zilstat, darin vormals nit geschossen ist und sol nit me dann ein zil sin und wirt der zils in der wity als der ring so [in] disem brief getrukt ist. Und wem der zirkel den boltz bruert, der behalt einen nahen. Und zuo sölichem schiessen werdent geschehen viertzig und fünf schütz und nit mer. Es sol och ein jeder schütz sinen boltz, der mit unsers geschwornen schribers hand beschrieben, ist schiessen, und welchem ein boltz zerschossen wirt oder sust einen andern schiessen wele, der oder die soellen den selben boltz wider bringen, die namen daruff abzetuon und einen andern beschriben lasen.

Es sol och ein jeder schütz schiessen uffrecht mit fryem schwebendem arm und mit abgetrentem wamas ermel in der gstalt, das die sul die achsel und der schlüssel die brust nit ruere uff eim fryen stuel on anleynen und gantz on allen gefarlichen vorteil, und welicher das nit taete und zwen boeltz einen schutz schusse, der were umb sinen schutz kumen und dartzuo sinen schieszüg verfallen und stuende darnach ze strafen nach erkantnis dero, so nach berueter wis dartzuo gordnot werden. Und ob sich begebe, das eim oder mer schiesxellen der bog am arm brust überrugk braeche, an eim ort ussgienge oder die sul breche, das man die nit gemachen moecht, der oder die den soelicher bruch geschehe soellen dry schutz in zuoteilen macht haben. Braeche aber eim oder oder meren die senw, nuss, schlussel oder kegel in der sul oder was soelich nachteil oder me an iren schlossen widerfuere, das sy dann für die verordneten 4 braechten, dem oder denen sol zwen schütz in zuoteilen erloubt sin.

Füror wellen wir den büchsen schützen darumb zuo schiessen die gwynungen usgeben namlich 100 und 10 guldin, item 100 guldin, item 90 guldin, item 80 guldin, item 70 guldin, item 60 guldin, item 50 guldin, item 45 guldin, item 40 guldin, item 35 guldin, item 30 guldin, item 25 guldin, item 20 guldin, item 19 guldin, item 18 guldin, item 17 guldin, item 16 guldin, item 15 guldin, item 14 guldin, item 13 guldin item 12 guldin, item 11 guldin, item 10 guldin, item 9 guldin, item 8 guldin, item 7 guldin, item 6 guldin, item 5 guldin, item 4 guldin, item 3 guldin, item 2 guldin, item 1 guldin, item dem oder denen so vom fersten har komen 1 guldin, item sechs riter schütz das ist denen so an obgemelten gwynungen nit zuo stechen komen der erst und der nechst 6 guldin. Item der ander 5 guldin, item der drit 4 guldin, item der vierd 3 guldin, item der fünft 2 guldin, item der sechsd 1 guldin. Item darzuo einen krantz mit eim kleinot für 5 guldin und sol alles rinnisch gold sin.

Und zuo sölichem schiessen wirt man uf sant Egidien, ist der erst tag des monats Septemberis, nachtz Zürich an der herberg sin und morndis das anfahen so die glogg zehne schlecht und den selben tag schiessen, so meist man schütz getuon mag und darnach die andern tag anfahen frue so die glogg sibne schlecht und abends ufhoeren so die glogg fünfe schlecht ungefarlich. Man wird och zuo soelichem schiessen acht und zweintzig schütz tuon und schiessen in dry nüw unversert schwebend schiben, da jede schib vom zweck oder nagel uff alle ort drithalben werch schuoch wit ist und sol och by den dry schiben bliben und nit me gemacht werden. Und der stand wirt siben hundert viertzig und fünf werch schuoch lang sin und welher schütz die schiben beruert und nit gelt und durch schüsd, der behalt einen schutz oder einen nahen, usgenomen ast oder nagel. Es sol och ein jeder büchsen schütz schiessen uffrecht imt fryem schwaebendem arm, abgetrendem wamas ermel on schnuer und riemen und also, das die büchs die achsel nit beruere und sunder uf jeder büchs vornen nit mer dann ein schlecht absehen und hinden ein löchli oder offen schrentzlin haben, und sol kein schütz zwo kuglen oder gefidert kuglen schiessen, sunder die ding gantz uffrecht wie schiessens recht ist on allen vorteil halten ungevarlich. Und welher das über fuere und anderst schusse dann vorgemelt, ist gefarlich und unredlich, der sol zestund umb sin schutz komen sin und dartzuo nach erkantnis dero so dartzuo erwelt sind gestraft werden. Wen och ein schiesxell an den verordnoten schiesstand gestanden ist, so sol er sinen schutz tuon und nit danen komen, und so bald er zuo dry malen angeschlagen hat und den driten anschlag nit schüsd, so söllen der oder die denen sölichs begegnet den selben schutz verloren haben. Und werden die büchsenschützen zuo den dry schiben schiessen, doch an welicher schiben der erst schutz geschicht, sol er darnach den andern schutz in die andern und darnach den driten schutz in die dritten schiben tuon und also abwechseln. Und der schützen jeder so also schiessen wil, uff wederer zilstat das ist mit dem armbrust oder der büchs, sol in den toppel legen anderthalben guldin rinischer an gold, und ob der schützen nit sovil wurden, das der toppel die gaben möchte bezalen, wie vil des hinder ist, söllend doch die schützen nit me geben, sunder wellen wir von Zürich das erfollen [sic]. Wil aber einer uff beiden zilstatten schiessen, so sol er uff jeder topfen, und welicher schütz es sy mit dem armbrost oder der büchs die besten gwynnt dem git man das best gwynnen und darnach je dem meisten das best, bis die all us werden, und es sol och ein jeder von der gwynung, so er gwynt, von jedem guldin einen behambsch herus geben.

Und des werchschuochs lenge, daby sitz und stand beider zilstaten gemessen wirt, ist getruckt in den brief. Es werden och erber lüt von uns von Zürich dartzuo geschworen schriber zuo beiden obgeruerten schiessen zuo den geschwornen zilern gesetzt und geordnet, die menglichem by dem zil glich und gemein sind jedem sin gebuerlich recht zegeben on all gefaerd. Und so gemein schiesgesellen uff jeder zilstat versamelt sind, so sol als dann von gemeinen schiesgesellen jedes schiessens siben personen und von uns von Zürich zwo personen, das sind 9 personen erwelt, werden, die aller und jeder sachen das schiessen beruerend eynung zuo machen und darumb ze sprechen macht und gwalt haben, und ein jeder sol es och by irem vertrag und spruch gestraks bliben lassen on intrag und wider red.

Fürer so wellen wir dis nach geschriben gwynnen us dem hafen geben: Item 50 guldin, item 45 guldin, item 40 guldin, item 35 guldin, item 30 guldin, item 25 guldin, item 20 guldin item 19 guldin, item 18 guldin, item 17 guldin, item 16 guldin, item 15 guldin, item 14 guldin, item  13 guldin, item 12 guldin, item 11 guldin, item 10 guldin, item 9 guldin, item 8 guldin, item 7 guldin, item 6 guldin, item 5 guldin, item 4 guldin, item 3 guldin, item 2 guldin, item 1 guldin und dem so am ersten us dem hafen kompt und nit gwynt 1 guldin des glich dem so nach der letsten gab us dem hafen kompt och 1 guldin und welher in den hafen legen wil, der sol sinen namen wie er gnempt ist an einen zedel schriben lasen und von jedem zedel so er also in legt einen Etsch krützer geben. Und uff des heilgen krutz abend zuo herbst sol der hafen beschlossen werden und die abentüre des hafens usgan ob es anderst mit dem usnemem der zelden gesin mag uff mentag darnach und was jedem das los gipt, das sol im on sinen schaden uff sinen costen geschikt werden, doch also, das er von der gwynung von jedem guldin, so er gwynt wider heruszgebe einen behambsch und von dem behambsch, so also von jedem guldin der gwynung harus gegeben, wirt man zeiger, spillut und der glich usrichten.

Witer so geben wir usz zuo kurtzwilen zwen guldin zuo loffen, zwen guldin zuo springen und zwen guldin stein zestossen, das och nach usgang des hafens beschehen sol. Und haruff ist unser früntlich bit und beger, ir wellen umb unser willen üwer schiesxellen zuo beiden obbemelten schiessen guetlich zuo uns ferrgen och das andern umbsaessen verkünden. Das wellen wir mit willen früntlich und gern verdienen und sol och ungezwifelt den üwern und den so also harkomen zucht und früntschaft beschehen. Wir geben och allen und jeden schiesxellen und andern, so zuo den zweyn schiessen und andrer kurtzwil harkomen, die zit in unser stat allen unsern herschaften, landen und gebieten und wider von uns an ir gewarsamy unser sicher trostung und gleit, so wyt wir zuo gleiten haben, für uns die unsern und alle die, dero wir maechtig sind getrülich und ungefarlich. Und des zuo urkund haben wir unser stat secret insigel thuon trucken in disen brief, der geben ist an mentag nach der heilgen dry küng tag nach der geburt Cristi unsers lieben heren fünftzechenhundert und vier jar.

Lenge des werck schuochs

[Krantz]

Commentaire

Les fêtes de tir libre sont des manifestations régulières dont la dimension est à la fois politique, économique et sociale. Dans les villes suisses, elles sont organisées depuis le début du XVe siècle par les sociétés de tir avec le soutien des gouvernements municipaux. Avec ses 20’000 participants et sa durée d’un mois, le tir libre de Zurich de 1504 est l’une des plus spectaculaires. À l’issue de la guerre de Souabe, qui a vu les troupes helvétiques l’emporter sur les Impériaux, elle réunit des participants venus de toutes les villes suisses et de la plupart des villes du Sud de l’Empire. Même l’empereur Maximilien reçoit une lettre d’invitation, tout comme les villes néerlandaises de Maastricht, Bruges et Gand.

Deux catégories de tir sont proposées : le tir à l’arbalète et celui à l’arquebuse. La lettre d’invitation énumère les prix pour chacun des deux concours. Le montant total des prix pour les deux disciplines est de 972 Gulden, réparti en 32 prix et 8 bonus. Ceux qui remportent le premier prix d’un des deux concours repartent avec la coquette somme de 110 Gulden! Les coûts de la manifestation sont couverts par la grande loterie organisée en marge de l’événement, également mentionnée dans la lettre.

En plus des dates des concours, la lettre donne des indications sur les horaires des épreuves. Elle fournit aussi des informations techniques, tels que la position de tir, le type de pas de tir, la taille de la cible, le nombre de coups à tirer ainsi que la distance de tir. Des précisions sur les modalités de mesure et de décompte des points sont également communiquées. La lettre mentionne enfin le programme des événements organisés en marge du tir proprement dit : une loterie, une course, des concours de saut et de lancer de pierre. Si l’on croise la lettre d’invitation avec la chronique de Gerold Edlibach (voir annexe), une vision assez précise de l’événement se dégage. Le manuscrit A 77 de Zürich contient une copie de la chronique augmentée d’une liste des participants avec leur classement et leur lieu d’origine (voir le manuscrit).


Invitation au tir libre de Zürich de 1504

Tir à l’arbalète de Zurich en 1504, chronique de Gerold Edlibach, Zentralbibliothek Zurich, Ms A77, fol. 341

Bibliographie

  • Jean-Dominique Delle Luche, Des amitiés ciblées. Concours de tir et diplomatie urbaine dans le Saint-Empire, XVe-XVIe siècle, Turnhout, Brepols, 2022.
  • Friedrich Hegi, Der Glückshafenrodel des Freischiessens zu Zürich 1504. Mit Anhang und Beilagen, Zurich, Schulthess, 1942, 2 vol.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. La transcription de la lettre d’invitation (Solothurn, Zentralbibliothek, Ga 611) a été réalisée par Regula Schmid. Celle de la chronique de Gerold Edlibach (Zurich, Zentralbibliothek, Ms A77) est tirée de l’édition de S. Usteri et a été révisée par Regula Schmid. Nous remercions la Zentralbibliothek Solothurn pour les autorisations d’utilisation des images. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarme ! » au Museum Altes Zeughaus de Soleure (15.10.22-29.5.23).

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Invitation au tir libre de Zürich de 1504," in Martial Culture in Medieval Town, 10/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2464.

Le premier inventaire d’un arsenal suisse (1415)

L’existence d’un arsenal à Bâle est attestée dès 1361. Les armes municipales telles que les armes à feu, mais aussi les armes équipant le guet et celles complétant l’armement personnel des habitants, sont entreposées dans les arsenaux. Les bourgeois ne conservent à domicile que le casque, l’armure, l’épée et la pique. Un inventaire de 1415 recense les armes et équipements de l’arsenal de Bâle.


Inventaire de l’arsenal, 1415, Archives d’État du Canton Bâle-ville.

Les arsenaux des villes suisses

Bâle est l’une des premières villes helvétiques à disposer d’un bâtiment spécifiquement destiné au stockage des armes, attesté dès 1361. La construction d’arsenaux urbains est un phénomène relativement tardif, tributaire de la généralisation des armes à feu à la fin du Moyen Âge. La majeure partie des arsenaux des villes suisses a ainsi été construite aux XVIe et XVIIe siècles – celui de Soleure, qui accueille l’exposition « Alarme ! », date de 1609.

Bâle construit un second arsenal dans les années 1430. Un inventaire de la fin du XVIe siècle distingue ainsi les pièces conservées dans le « grand arsenal » de celles entreposées dans le « petit arsenal ». En 1775, un incendie endommage gravement les deux bâtiments, qui seront reconstruits à la fin du XVIIIe siècle.

Avant la construction des arsenaux, les armes étaient entreposées dans des édifices à but militaire, tels que les forts, pour lesquels des inventaires sont attestés dès le XIVe siècle. Certaines villes suisses entreposaient leurs armes dans les tours des remparts ou dans des bâtiments reconvertis. C’est par exemple le cas à Fribourg, Berne ou Zurich.

Le document

L’inventaire de Bâle est le premier inventaire connu d’un arsenal suisse. Il recense de façon systématique l’armement entreposé à l’arsenal de la ville, avec un niveau de détail très rare pour le début du XVe siècle. La plupart du temps, la reconstitution de l’armement d’une troupe, d’une place forte ou d’une cour n’est possible qu’au travers de pièces comptables, de listes partielles ou de documents normatifs.

Le document est composé d’une quarantaine de feuillets ; le texte a été rédigé par deux mains différentes sur du papier plié en cahier. La première main a composé la majeure partie du document (neuf pages) et l’inventaire établi en 1415 dont il est question ici. La seconde main a poursuivi la rédaction vers 1445, sur trois pages. Le travail est resté inachevé : seul un tiers des feuillets est rempli.

Édition (extrait)

[1r] Der statt zúg es sye búchssen armbrust etc. inn oder usserthalb der statt in geben uff mittwuch noch purificationis Marie anno etc. iiii und xv jor [6. Februar 1415]

[2r] Des jares da man zalte von Cristis gebúrte viertzehenhundert und fúnfzehen jare uf mittwuoch nach unser lieben frowen tag der liechtmesse, ist der stette ze Basel gezúg von búhsen, armbresten buhsenphulffer, harnasch und aller ander gezúg und sachen, so darzue gehört, er sie in der stadt Basel und in den ussern geslossen zuo Liestal, ze Waldemburg, ze Olten und ze Homberg von den vieren, so in der stadt Basel von rate und meister darüber gesetzt sint mit nammen Henman von Leymen, Peter Nellen dem messersmide, Engelfrid Scherrer und Peter Kuoffer und von  den vögten und amptlúten der egenanten slossen als in dieselben viere in der stadt Basel und die amptlúte in den slossen zú disen ziten eigentlich besehen und gezalt hand und den nemlich als daz hienach mit underscheidung gelútert ist verschriben geben habent.

Item des ersten in der stadt Basel Item im werghus viii kúpferin búhsen úf wägenen
Item ix ysenen búhsen úf wagenen
Item uof gerústen xlii búhsen
Item im ratehuse lxviii stabbúhssen
Item xxvii grosser tertzschen
Item xliiii schilte
Item xxii ungehúter tertschen
Item v ungehúter schilte

Commentaire

L’inventaire de l’arsenal de Bâle est impressionnant ! Il mentionne 250 armures et 164 cottes de maille ; 324 arbalètes et leurs 500 cranequins ; 250 arcs de remplacement et plus de 6 000 carreaux ; 83 boucliers et 62 piques ; 8 canons en bronze, 9 en fer forgé et 68 arquebuses ; 25 quintaux de poudre, 36 tonneaux de salpêtre et plusieurs sacs de soufre.

Les nombreux termes techniques fournissent des renseignements précieux sur les types d’armes, sur leur nombre et sur leur usage : par exemple, même s’il est encore employé en 1415, l’arc est devenu une arme de second rang, servant uniquement en appoint aux arbalètes et arquebuses plus modernes. Le document fournit aussi des indications précises sur les quantités de soufre et de salpêtre employées pour fabriquer la poudre.

Les armes qui font l’objet du recensement le plus détaillé sont les armes à feu. Plusieurs canons en fer ou en cuivre sont répertoriés, certains montés sur leur chariot. Les armes à feu portatives sont désignées par des noms techniques parfois difficiles à interpréter. Ainsi, le terme springbuhssen évoque une arme de projection (ancien français : espringal). Il s’agit donc probablement d’une arme à feu dont le projectile est propulsé dans le canon au  moyen d’une explosion. Les 270 buhssensteinen sont des armes similaires ; elles sont dites armes à feu portatives « primitives » car elles tirent des munitions en pierre, alors que les munitions en métal se sont imposées durant le XVe siècle.

De nombreuses armes blanches ou de protection, trop volumineuses pour être gardées au domicile des citoyens comme les piques (spiss) ou les targes (tertzschen) – un type de bouclier – sont aussi mentionnées, ainsi que des armes cérémonielles, comme l’épée de justice (Richtschwert). L’inventaire recense enfin des armes défensives, probablement destinées à la garde, et de pièces de butin résultant des expéditions militaires bâloises.

Bibliographie

  • Eduard A. Gessler, « Ein Basler Zeughausinventar von 1415 », Anzeiger für schweizerische Altertumskunde, n° 12, 1910, p. 229-234.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. La transcription de l’inventaire de 1415 est reprise de l’édition de Eduard Gessler et a été révisée par Daniel Jaquet. Nous remercions les Archives d’État de Bâle pour l’autorisation d’utilisation de l’image. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition « Alarm ! » Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-29.05.23).

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Le premier inventaire d’un arsenal suisse (1415)," in Martial Culture in Medieval Town, 10/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2436.

Les fontaines à statue

Les fontaines ornementales et leurs statues hautes en couleur sont souvent considérées comme une particularité suisse du temps de la Renaissance (il en existe cependant en dehors des territoires de l’Ancienne Confédération). Ces fontaines sont d’une part des lieux de vie sociale, en raison de leur rôle dans l’approvisionnement en eau de la cité, et d’autre part des lieux symboliques participant de la mise en scène des autorités urbaines et de leurs vertus. Les motifs de la culture martiale sont omniprésents sur ces fontaines aux effigies représentant souvent des hommes en armes, des héros municipaux ou des figures mythiques.


La symbolique des fontaines

Les fontaines à effigie forment parfois des ensembles qui déroulent un véritable programme symbolique au gré des rues et des places de la ville, comme à Berne, où le discours célébrant les vertus d’un magistrat chrétien et les capacités de la cité à défendre ses libertés est encore bien visible.

Preuve que les fontaines fonctionnaient comme autant de marqueurs de l’identité municipale, elles sont fréquemment reproduites dans les chroniques, permettant d’identifier immédiatement le lieu représenté sur une enluminure. La fontaine du marché aux vins de Lucerne, œuvre de Conrad Lux réalisée en 1481, se retrouve par exemple dans la chronique officielle établie par Diebold Schilling de 1513 : sous ses auspices, le Conseil reçoit une délégation en armes venue d’Obwald et menée par le capitaine Hans von Flüe. En 1728, cette fontaine a été restaurée et modifiée par Hans Georg Urban.

Cet article propose de découvrir une sélection de fontaines de villes suisses. En liaison avec la tenue de l’exposition « Alarm ! » au Museum Altes Zeughaus, les fontaines de Soleure font l’objet d’une section dédiée, et un détour par Mulhouse rappelle que ce phénomène n’était pas limité aux villes suisses.

Bâle, la fontaine de Sevogel. La fontaine de Sevogel se trouve aujourd’hui sur la place de l’église Saint-Martin, en face des Archives de l’État de Bâle-Ville. La statue réalisée par Hans Dobel a été commanditée en 1530 par le Conseil afin de remplacer une sculpture plus ancienne détruite lors d’une crue de la Birsig. Les couleurs actuelles de la statue ne sont pas d’origine, l’œuvre ayant été repeinte à quatre reprises. La statue représente un combattant équipé d’une épée, d’une dague, d’un bouclier et d’une hallebarde. Elle tire son nom d’une tradition populaire voulant que le guerrier barbu représenté soit Henman Sevogel, capitaine bâlois tombé à la bataille de St. Jakob en 1444. La sculpture qu’elle remplace, œuvre de Martin Hoffmann, portait déjà ce nom. À la place de la hallebarde, Sevogel tenait alors la bannière de la ville dans sa main. À l’origine, la statue de Henman Sevogel se dressait sur la place du Marché. En 1888, cette place fut réaménagée et la statue entreposée au Musée d’histoire de Bâle. Elle y resta onze années durant, avant d’être installée sur une fontaine de la place de l’église Saint-Martin en 1899. L’installation de la statue à ce nouvel emplacement répondait sans doute à la volonté de l’autorité municipale d’orner cette place d’une œuvre symbolique de style Renaissance dans la foulée de la rénovation de l’hôtel de ville.

Berne, la fontaine de Ryffli. La statue d’un capitaine des arbalétriers ornant la fontaine de la Aarbergergasse a été réalisée en 1545 par des apprentis de Hans Gieng. L’animal tutélaire de Berne accompagne le combattant sous les traits d’un petit ours armé d’un mousquet à platine de silex. Le nom actuel de la fontaine découle de la tradition voulant que la sculpture représente le légendaire tireur Ryffli. Selon la chronique de Konrad Justinger, Ryffli aurait tué le chevalier Jordan III de Burgistein après la bataille de Laupen. Le malheureux chevalier était imprudemment apparu à une fenêtre de son château assiégé par les Bernois, et Ryffli saisit l’occasion pour l’abattre d’un seul tir bien ajusté. Une autre interprétation voit dans la statue le capitaine Anton Güder, mais cette thèse n’est pas parvenue à s’imposer.

Bienne, la fontaine du Banneret. Le combattant en armure qui se tient, épée au côté et drapeau biennois à la main, sur le fût de cette fontaine représente le banneret de Bienne. Au Moyen Âge, cet officier commandait les troupes biennoises et gardait les clés de l’arsenal.
Une fontaine se dressait déjà à cet emplacement en 1401, dont le bassin en bois fut remplacé en 1546 par un bassin en pierre construit par Peter Pagan de Nidau. En 1557, le tailleur de pierres Michel Wumard réalisa la statue du banneret. Dès l’installation de la statue, il fallut procéder aux premières réparations : les jambes s’étaient brisées et durent être fixées au reste de la statue avec des attelles en fer. Le bassin fut remplacé une nouvelle fois en 1835 par Joseph Menth.

Fribourg, la fontaine de la Fidelité. La fontaine de la Fidélité, dont la statue a été réalisée par Stephan Amann et le fût par Hans Geiler, date de 1557. La statue représente un homme en armes, revêtu d’une armure complète, la main gauche près de l’épée et une bannière dans la main droite. Comme sur plusieurs fontaines de Hans Geiler, une ronde d’angelots, d’amours ou de génies orne la partie supérieure du fût. La statue représente probablement le comte Berthold IV de Zähringen, fondateur de la ville Fribourg, sous les traits d’un banneret, figure qui peut aussi être vue comme l’incarnation de la loyauté à la cité et comme symbole de la volonté de défendre les libertés municipales.

Mulhouse, la fontaine du Hallebardier. La sculpture actuelle est une réplique de l’effigie originale de 1572. Démontée en 1955, la statue n’a été réinstallée qu’en 1993. Le hallebardier symbolise l’autonomie politique chère à l’élite bourgeoise des villes libres d’Alsace, de Suisse et du margraviat de Bade. La fontaine du Hallebardier reprend les codes des fontaines suisses et souligne ainsi la proximité culturelle entre des cités limitrophes, au-delà des conceptions modernes de la frontière.

Neuchâtel, la fontaine du Banneret. La fontaine du Banneret a été réalisée en 1550 par le sculpteur Laurent Perroud (Perrod), auxquels sont attribuées des œuvres similaires dans les villes de La Neuveville et Porrentruy. Située au croisement des rues des Moulins et du Château, la fontaine de Neuchâtel occupait à l’origine un emplacement symbolique, à l’entrée de la ville. Le banneret incarnant la volonté de la cité de défendre ses libertés est une figure récurrente de la grammaire visuelle des cités de l’époque moderne.

Porrentruy, la fontaine du Suisse. Sculptée par Laurent Perroud (Perrod) en 1558, la fontaine du Suisse est la plus ancienne des fontaines de la ville de Porrentruy. Elle représente un banneret portant l’étendard de la cité, aux pieds duquel se tient un sanglier, animal tutélaire de Porrentruy. Selon la légende, un sanglier furieux aurait, sans grand effort, franchi les remparts d’un saut, montrant ainsi aux autorités que la ville avait besoin de murailles plus hautes.

Schaffhouse, la fontaine du Lansquenet. La figure d’homme en armes ornant la plus grande fontaine de la ville de Schaffhouse symbolise la capacité de la cité à se protéger et à défendre ses libertés. La statue originale est l’œuvre du sculpteur Jörg Dies, qui l’a réalisée entre 1523 et 1524. Parmi les œuvres de Dies se comptent plusieurs statues de fontaines à Schaffhouse, dont celle du Mohrenbrunnen, qui représenterait le roi mage Gaspard.

Zoug, la fontaine de Kolin (fontaine du Bœuf). Le lieu où se dresse la fontaine de Kolin était autrefois connu sous le nom de place des Tilleuls, raison pour laquelle la fontaine construite en 1541 sur ordre du Conseil de ville porta dans un premier temps le nom de fontaine aux Tilleuls. La fontaine est composée d’un bassin octogonal en pierre sur lequel s’élève un fût orné d’un chapiteau à feuilles et portant la date de construction. La statue représente un banneret portant un bouclier et l’étendard de Zoug, identifié comme Wolfgang Kolin, bâtisseur de l’auberge Zum Ochsen, située au nord de la place. La fontaine est d’ailleurs aussi connue sous le nom de fontaine du Bœuf. La statue et la fontaine ont été restaurées à plusieurs reprises, la dernière fois en 1981. Son apparence d’origine n’est pas connue.

Zurich, la fontaine de Stüssi Cette fontaine se dresse dans une rue de la vieille ville de Zurich nommée en l’honneur de l’ancien bourgmestre Rudolf Stussi. En 1443, lors de la bataille de St. Jakob, Stussi est tué alors qu’il défend le pont sur la Sihl. La figure de banneret qui orne le fût de la fontaine est le plus souvent interprétée comme une représentation du bourgmestre tombé au combat. Le personnage tient une épée longue dans sa main droite et, dans la gauche, la bannière de Zurich.

Les fontaines de Soleure

Cinq fontaines construites entre 1548 et 1588 agrémentent les rues de la vieille ville de Soleure. Elles sont alimentées par des sources situées au nord de la ville, dont l’eau est amenée aux fontaines via des conduites en troncs creusés. Véritables œuvres d’art, elles expriment l’importance de la distribution d’eau potable pour la vie dans la cité et les statues polychromes qui surmontent leurs fûts symbolisent les vertus de la cité et de son magistrat. Les autorités de la ville ont confié la création de ces œuvres à Laurent Perroud, à son fils Jacques et à Hans Gieng, tous sculpteurs spécialisés venus de Neuchâtel et de Fribourg.

En sortant de l’exposition « Alarme ! », prenez le temps de découvrir les fontaines de Soleure. Tout près du musée, la fontaine de saint Maurice veille sur la place de l’Arsenal. La fontaine de saint Ours se dresse au cœur de la vieille ville, sur la place du Marché. Dans la Hauptgasse, sur la petite place d’où la Pfisterngasse serpente vers le Friedhofplatz, la fontaine de la Justice attend vos requêtes. Au croisement de la Hauptgasse et du Stalden se dresse la fontaine de saint Georges. Enfin, en remontant le Stalden jusqu’au Friedhofsplatz, vous trouverez la fontaine de Samson.

Bibliographie

  • Benno Schubiger, « Solothurns Stadtgestalt im Spätmittelalter. Versuch eines Überblicks anhand der schriftlichen Quellen », in Solothurn. Beiträge zur Entwicklung der Stadt im Mittelalter, Zurich, Verlag der Fachvereine, 1990, p. 265-286.
  • Benno Schubiger, « Die Renaissance-Figurenbrunnen in Solothurn », Perystile OA Berne, SHAS, 2003.
  • Pierre Bouffard et René Creux, Fontaines. Miroirs de la Suisse, Genève, Droz, 1973.
  • Die Kunstdenkmäler der Schweiz (Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte). Les contenus des volumes sont disponibles en recherche plein texte dans la base de données eKDS : https://ekds.ch/home/search.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Ce contenu est proposé en lien avec l’exposition temporaire « Alarm ! » au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-28.05.23)

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Les fontaines à statue," in Martial Culture in Medieval Town, 09/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2407.

Le serment des cordonniers de Soleure (1483)

À Soleure, comme dans d’autres villes, les corporations de métiers jouent un rôle essentiel dans la vie sociale et politique. Ce document de 1483 témoigne du serment prêté par le futur maître lors de son entrée dans la guilde des cordonniers. Il évoque notamment le devoir du maître artisan de posséder et d’entretenir des armes et une armure (gwer unnd harnisch) et révèle ainsi le rôle des corporations dans la culture martiale urbaine.


Le serment des cordonniers de Soleure (1483)

Statuts de la corporation des cordonniers, 1483, Archives d’État de Soleure.

Le document

Le document est daté du 26 décembre 1483. Il a été rédigé à l’encre sur un parchemin plié en six pour donner un cahier au format 155 x 225 mm. L’ensemble du manuscrit traite de la corporation des cordonniers et de ses statuts.

Édition (extraits)

Die heimligkeyt unnd satzungenn der zunffte zu den schuomachernn zuo Soloturnn.

Sant Stepffans tag [26. Dezember 1483].

In der namen der heilig hochen einigen Gottheit und unzerteilen dryfaltigkeit, Got vatters, suon unnd heilliger geist.

Uff donstag, do was des heilgen himelfursten unnd marter sant Stepffans tag des jars, als man zalt nach der gepurt Cristi, unsers herrenn, tusendt vierhundert achzig unnd dru jar, ist ze wussen, das all meister der schuomacherzunpfft, so disen brieff sehen, lesen oder hoeren lesen, diese satzung und ordnung, so von alter har loblichenn und erlich gehalten ist, unnd nun furhin gehalten sol werden, wie hernach geschriben stat:

[1] Dem ersten, das jetlicher meister so sin truw geben uff sant Stepffans tag in den Wienach fyrtagen, was unnder unnsren meistrenn geredt wirt, das ze verschwigenn gehoert, nienen usstragen noch sagen, by derselben truw. Denn wo das fintlich unnd offenbar wurde, das jemand waere, reden oder geschaehen sachen usser unser geselschafft usstruoge, der unser hanndtwerck tribt unnd zunpft hat, den hand unser meister ze buossen umb ein pfund an gnad. […]

[3] ltem, wöllicher schuomacher, der fromm, biderb unnd eerlich ist, ouch brieff unnd sigell von sinen herrenn unnd obernn bringt, das er fromm vatter unnd muotter habe, ouch eelich gebornn, dem soll man die zunnfft lychen; er sol ouch vorhin unnd ee der statt burger sin. Unnd begaert er, das man im die zunfft unnd heimlygkeyt lychenn soelle, dem sol man sy lychen unnd minen meistern allso bar gebenn unnd ussrichttenn achtt guldin in die buochssen, denne achtt lod guotts syllber, drú pfund wachs an die kertzenn unnd zwey pfund gällts minen meisternn zuo vertrinckenn; unnd darby unnser stattburger ze werdenn, wie ob statt, ouch sin gwer unnd harnisch ze habenn, wie ander meister. Unnd woelcher innerthalb der statt unnd rindtmuren ist, der die zunfft und heimlichkeyt von minen meistern empfachen wil, sol man im die zunfft lychen wie von allter har. […]

[4] […] ltem, all die frevell unnd buossen, so und er unsren meistren, die moegennt unnser meister wol richtenn, die doby sindt in derselben úrti. Ist es beider partyenn willenn, die den stoss mit einandren hannd, und hat dhein zunfftmeister daruber nit ze richten, ussgenomen messerzuckenn unnd bluottruns unnd trostung bricht; das soll nieman richtenn, denn in einem gemeinen bott.

Commentaire

Les serments occupent une place essentielle dans la vie des habitants de la cité. Dès l’âge de 14 ans, les hommes jurent de servir la ville et de respecter ses lois. Les devoirs qu’implique cette promesse sont une contrepartie aux droits et privilèges que garantit une vie à l’intérieur des remparts. Dans de nombreuses villes, ce serment est renouvelé chaque année.

Le serment se prête toutefois aussi au sein de la corporation. Le « serment des cordonniers » présenté ici est un texte normatif, qui détermine les statuts de la guilde, sert de référence pour le règlement de conflits, recense les comportements prohibés et fixe les montants des différentes amendes. Les membres de la guilde s’engagent à respecter les règles qui y sont définies ; le renouvellement de la promesse est annuel, l’ensemble des membres de la guilde devant « lire ou entendre lire » le texte le 26 décembre, lors de la fête de saint Etienne, protecteur des cordonniers soleurois.

Le texte contient aussi des informations sur la culture martiale urbaine et le rôle des corporations dans ce domaine. On y apprend par exemple que les futurs membres doivent avoir reçu la bourgeoisie pour entrer dans la guilde, et donc qu’ils sont tenus de présenter et d’entretenir armes et armures (gwer unnd harnisch). Le contrôle de l’équipement revient en effet à la guilde, responsable en cas de défaut de ses membres aux obligations militaires. Le document précise aussi que de simples coups ou des blessures bénignes (stoss mit einandren hannd), peuvent faire l’objet d’un arrangement informel entre les parties ou être arbitrées par un maître de la guilde. En revanche, dégainer un couteau (messerzuckenn), faire couler le sang (bluottruns) ou rompre la paix (trostung bricht) constituent des atteintes pénales qui relèvent du Conseil de ville.

Bibliographie

  • Gotthold Appenzeller, « Das Solothurnische Zunftwesen », Jahrbuch für solothurnische Geschichte, n° 5, 1932, p. 1‑136.
  • Sabine von Heusinger, Die Zunft im Mittelalter. Zur Verflechtung von Politik, Wirtschaft und Gesellschaft in Strassburg, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2009.
  • Mandate, Verordnungen, Satzungen des Standes Solothurn von 1435 bis 1604 (= SSRQ SO I/2), éd. par Charles Studer Aarau, Sauerländer, 1987, p. 77-80.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions les Archives d’État de Soleure pour l’autorisation d’utiliser les images. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarme ! » au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-29.5.23)

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Le serment des cordonniers de Soleure (1483)," in Martial Culture in Medieval Town, 09/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2349.

La main mécanique (1476)

Cette prothèse mécanique est pourvue de doigts articulés permettant l’ouverture et la fermeture de la main dans au moins deux positions. Son propriétaire, un certain Ulrich Wyss, était maître artilleur à la solde de la ville de Fribourg. Elle a été fabriquée en 1476 par le maître horloger Ulrich Wagner.


Prothèse de main mécanique, 1467 (Musée d’Art et d’Histoire, Fribourg).

L’objet

La prothèse est en acier forgé et mesure 140 x 95 mm pour un poids de 340 grammes. Elle est équipée de deux mécanismes, l’un pour ouvrir et fermer la main, l’autre pour placer les doigts dans différentes positions. Le mécanisme est passif et doit être actionné avec l’autre main. Des détails esthétiques font partie intégrante de cette création mécanique, comme le contour des ongles reproduit sur les doigts de métal.

Commentaire

Les documents d’archives permettent de retrouver le propriétaire et même le créateur de cet objet. Plusieurs entrées dans les archives de Fribourg font référence à la main mécanique. La plus détaillée reste celle de son paiement par la ville en 1476 :

Item, a maistre Ulrich Wagner, maistre facteur dez reloges pour une main quil a fait a Ulrich, maistre dez boitez, ordonne par Messeigneurs au luef [=lieu] de celle qu’il perdist ou service de le ville en faisant les keygel, 11 fl. = 22 lib.

Livre de comptes, 1476, Archives de l’État de Fribourg

En 1475, le maître artilleur Ulrich Wyss perd une main et deux côtes dans un accident probablement survenu durant la fabrication de poudre à canon ou de munitions. Le métier d’artilleur n’est pas sans danger et ce genre de mutilation est fréquent : un second maître au service de la ville, Gabriel Tüscher, perd ses deux mains devant les murs de Morat en 1476.

En 1476, la ville fait réaliser à ses frais une prothèse articulée destinée à équiper le malheureux artilleur Wyss. C’est le maître serrurier et horloger Ulrich Wagner qui crée et fabrique la main mécanique. Originaire de Munich, il est attesté comme bourgeois de la ville de Fribourg en 1465. Membre de la guilde des forgerons, il possède une maison dans le quartier du Bourg. Wagner a réalisé de nombreux projets pour la ville, notamment le portail du chœur de l’église Saint-Nicolas (1464-1466) ou les horloges du quartier de l’Auge (1472) et de l’église Saint-Nicolas (1475) ; il a aussi contribué à la fabrication de 44 canons pour la ville (1477). De 1468 à sa mort, en 1485, il est membre du Conseil des Deux Cents.

En 1479, Soleure verse également une contribution à la réalisation de la prothèse, comme en atteste une entrée dans les comptes de la ville. C’est aussi la dernière mention connue du maître artilleur Wyss :

Item, dem büchsenmeister von Frÿburg 1 lib, so vor Murten ein hand und zweÿ ripp usgeschossen sind.

Seckelmeister, Rechnungen 1478, Staatsarchiv Solothurn

L’incident prend place dans le contexte des guerres de Bourgogne, auxquelles participent tant Soleure que Fribourg. Le fait que deux autorités municipales couvrent les dépenses suscitées par la réalisation de la prothèse indique que des experts militaires recherchés, tels qu’Ulrich Wyss, peuvent être au service de plusieurs villes à la fois. Cela montre aussi que les autorités ont à cœur de permettre à un spécialiste blessé de reprendre son travail. Wyss supervisera d’ailleurs la fabrication de 19 nouveaux canons pour la ville de Fribourg après la bataille de Grandson.Seckelmeisterrechnungen 1478, Staatsarchiv Solothurn.

Bibliographie

  • Raoul Blanchard: Ulrich Wagner. Main articifielle (1476),Fiches du Musée d’art et d’histoire de Fribourg, 2002/2.
  • Albert Büchi, « Freiburger Akten zur Geschichte der Burgunderkriege (1474-1481) », Freiburger Geschichtsblätter 16, 1909, p. 1-165.

Poste sur ce blog en lien avec le contenu

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions le Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg pour l’autorisation de publication de l’image. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire «Alarme !» au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-29.05.23).

Cite this article as: Daniel Jaquet, "La main mécanique (1476)," in Martial Culture in Medieval Town, 04/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2324.

Le tournoi de Schaffhouse (1436)

À la fin du Moyen Âge, les tournois ne sont pas uniquement des événements réservés aux cours princières, ils se tiennent également dans les villes, tissant des liens étroits entre elles. La noblesse urbaine se réunit en sociétés de tournoi et les élites bourgeoises organisent des événements chevaleresques. Le tournoi de Schaffhouse en 1436 réunit les nobles du Sud du Saint Empire et plusieurs grandes familles européennes pour de grands jeux chevaleresques. Un document exceptionnel, dû à la plume d’un diplomate castillan de passage, en fait un récit haut en couleur.


Le tournoi de Schaffhouse (1436)

Tournoi à la masse, extrait du Wappenbuch (livre d’armoiries) de Conrad von Grünenberg, 1480 (Bayerische Staatsbibliothek, Cgm 145).

Les tournois urbains à la fin du Moyen Âge

Les jeux chevaleresques se développent et se codifient à la fin du Moyen Âge. Le métier de héraut prend une importance nouvelle en raison du développement des ordres de chevalerie auprès des cours européennes et des sociétés de tournois dans les villes. En effet, en tant que spécialiste du cérémonial, le héraut est chargé d’organiser les jeux chevaleresques.

La noblesse, friande de ces événements, fait réaliser des livres de tournois richement illustrés. Certains de ces ouvrages comportent des indications sur l’organisation et des précisions sur les aspects rituels de la manifestation. C’est le cas du Livre des tournois du roi René d’Anjou (Paris, Bibliothèque Nationale Française, MS fr 1265), qui relate l’entrée en ville des participants, les banquets, l’exposition des heaumes, le détail de l’équipement, la logistique sur le terrain de jeu et, enfin, les jeux chevaleresques en tant que tels.

Le jeu principal reste le tournoi, qui se pratique à cheval et en équipe ; les compétiteurs doivent détruire le cimier (une figure sculptée sur le sommet du heaume) de leurs adversaires à coups d’épée ou de masse en bois. Durant le XVe siècle, un autre jeu s’impose également, la joute. Dans ce duel à cheval, le jouteur doit briser sa lance sur l’armure ou l’échancre (un type de bouclier) de son adversaire. Le duel se déroule sur une piste, progressivement équipée d’une séparation qui assure le parcours des chevaux dans des couloirs rectilignes. Les autres pratiques jeux sont les combats à pied, les jeux d’adresse et les jeux de force.

Le document

Le déroulement du tournoi de Schaffhouse 1436 est relaté en détail dans une relation de voyage rédigée par un diplomate castillan anonyme, de passage lors de l’événement. La version originale est aujourd’hui perdue, mais le texte subsiste dans une copie rédigée sur huit feuillets (f. 95v-102v) dans un manuscrit compilant plusieurs textes de genres différents. L’auteur a sans doute assisté au tournoi lors de son voyage au concile de Bâle (1431-1449) en tant qu’envoyé de la cour de Castille. Les mentions répétées de l’évêque Gonzalo de Palencia et du banneret Juan de Silva confirment cette hypothèse. Cette source exceptionnelle complète d’autres documents évoquant le tournoi de Schaffhouse, telle que la Chronique de Constance ou le récit de voyage de Pedro Tarfur.

Traduction partielle

Le texte original, écrit en espagnol vernaculaire, a été édité par Karl Stehlin en 1915 dans Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, vol. 14, p. 10-176. Nous en proposons ici des extraits traduits en français.

Extrait 1

Lundi 20 février 1436 : les heaumes sont amenés dans la Grande Salle. Répétition sur le champ clos. Description de la selle dans le Grand Coffre.

Le lendemain, lundi, après le repas de midi, tous les heaumes furent apportés dans cette salle, et toute la compagnie se rendit ensuite sur le champ clos pour un essai. Les grands seigneurs venaient avec leurs vassaux, et ceux qui n’en commandaient pas venaient seuls ou avec deux ou trois autres nobles.

[161] Ils étaient montés et équipés comme pour un tournoi, mais avec des heaumes et des lances différents. Les chevaux sont très hauts et les selles sont construites de telle sorte que le cavalier est assis à environ deux largeurs de main au-dessus du dos du cheval. Pour le combat, les chevaux portent en partie des plastrons du type de ceux que l’auteur a vus ici chez certains chevaliers de la ville locale, qui étaient également présents. Les plastrons des chevaux sont en cuir, et chacun s’efforce d’en faire un état ; et si cette parure ne nous a pas paru appropriée ici, la façon dont ils la portaient donnait tout de même belle impression. Il n’y avait certes pas de couvertures en soie, mais même si ce n’était pas de la soie, l’équipement n’aurait pas pu être plus joli.

La répétition plut tellement à tout le monde qu’on trouva que le tournoi ne pouvait pas être plus beau. La foule paraissait encore plus grande qu’elle ne l’était, et cela était dû au fait que les chevaux étaient si grands et les cavaliers assis si haut. Je crois que Juan da Roa a entendu certains de ceux qui étaient là donner la mesure des chevaux, mais je ne le répéterai pas, car, dit-on, Babieca n’a pas eu de descendance. Mais en tout cas, je n’ai jamais vu de chevaux plus grands, et même le banneret avoue qu’il n’aurait jamais pensé à une telle chose.

Extrait 2

Présentation des heaumes. Un heaume est jeté dans la boue

De la place du tournoi, les dames qui le voulaient se rendirent dans la salle pour examiner les heaumes. Là, chacune désignait le casque du chevalier dont elle avait à se plaindre. Elles cherchèrent aussi s’il n’y avait pas là des casques de gens qui n’avaient pas le droit de participer au tournoi, et elles en trouvèrent un qui appartenait à un homme de bonne figure et de bonne espèce, que [163] nous avions pris pour un noble, et qui est peut-être connu de quelqu’un là-bas aussi ; car c’est celui qui, il y a maintenant un an, s’est battu ici avec Juan de Busto, un porte-étendard du banneret. À l’époque, du côté de Juan de Busto, il y avait Diego de Pavón et mon frère, et de l’autre côté, celui-là et deux autres avec nos armures ; on se battait à la castillane, et celui-là le faisait très bien, à en être étonné. Vous devez savoir qu’il est, semble-t-il, le fils d’un très riche bourgeois de la région et qu’il a pris une comtesse pour épouse à cause de sa richesse.

Ici, on appelle comtes et comtesses les descendants de familles de comtes, comme en Castille on appelle Don celui qui est de sang royal. Celui-ci avait donc placé son casque dans la salle, et les dames firent venir les maîtres de tournoi, quatre vieux messieurs, et demandèrent que le casque fût rejeté hors de la salle. On le jeta dans la rue et on le traîna dans la boue.

Extrait 3

Mardi 21 février 1436 : le tournoi

Le lendemain, mardi, à l’heure prévue, tous les combattants s’étaient retrouvés dans les barrières. Au milieu de l’aire de combat, les deux partis étaient séparés par deux cordes, et lorsque tout le monde fut rassemblé, les portes du champ clos furent fermées, les maîtres du tournoi et les répartiteurs firent enlever les cordes, et les partis s’attaquèrent alors les uns aux autres. Une fois les premiers affrontements passés, tout le monde se mélangea et chacun se mit à chercher ceux qui devaient être châtiés.

Vous devez savoir pourquoi ces tournois ont été institués depuis les temps anciens. Les nobles vivent en permanence dans leurs châteaux et leurs maisons fortes, et s’ils ne pouvaient pas se réunir en de telles occasions, ils ne pourraient ni faire connaissance entre eux, ni comprendre les lois de la chevalerie. Ensuite, des amitiés s’y nouent entre ceux qui étaient en conflit ailleurs, des mariages s’y négocient et s’y concluent. Et enfin, parce qu’ils sont assis entre des cités alliées, ils tiennent conseil sur la manière de vivre et de se comporter envers les cités et les lieux puissants.

Extrait 4

Les raisons de la correction

Les cas où une correction intervient sont les suivants : un noble qui a épousé une inférieure est battu et [168] maltraité jusqu’à la fin de sa vie si et autant de fois qu’il se présente à un tournoi. De même, ses fils ne peuvent jamais se présenter à un tournoi, ils ne seraient pas admis et n’oseraient pas venir.

Sera également châtié celui qui insultera une dame, surtout une veuve, ou même une femme mariée ; celui qui parlera mal d’une dame ou la calomniera ; celui qui se livrera au vol ou à la mauvaise vie et n’assistera plus aux tournois alors que son père s’y rendait ; celui qui sera arrivé à un point tel que sa fortune ne suffira plus à le faire vivre et qu’il perdra ainsi son état ; celui qui recevra mal les hérauts ou les parlementaires. Et encore pour d’autres raisons dont je ne me souviens pas, mais qui étaient toutes parfaitement justes.

Ensuite, celui qui ne vit pas avec sa femme est également puni. Il est vrai que les malheureux en ménage sont plus nombreux que les bien mariés ; mais la chose est entendue en ce sens que, si l’homme cherche une autre compagnie, il ne doit pas chasser sa femme de la maison et ensuite la tourmenter pour la faire revenir auprès de lui ; et, s’il se sépare d’elle, elle ne doit rien faire qui soit contraire à son honneur. De même, quiconque s’associe avec des citadins contre des nobles sera puni.

Extrait 5

Trente-cinq chevaliers bien vêtus

Ce soir-là, trente-cinq chevaliers arrivèrent, vêtus de pourpoints avec des parements et des rubans d’une certaine couleur. Croyez-moi, dans des vêtements aussi serrés, on ne voit que ceux [165] à qui ils vont. Cela m’a tellement plu que je n’arrive pas à l’exprimer ! Beaucoup de chevaliers portaient des tuniques à bandes de couleur, et parmi les autres qui étaient venus au tournoi, riches et pauvres, il n’y en avait pas un seul, je crois, qui n’eût mis chaque jour d’autres vêtements que ceux qu’il avait portés la veille.

J’entendis ce soir-là le banneret, enchanté d’une si belle assemblée, dire des choses qu’on ne peut rendre, tant il était admiratif. De temps en temps, on se rendait à l’étage, comme je l’ai raconté, pour se mouiller le palais.

Commentaire

Ce récit permet de reconstituer précisément le programme de la fête chevaleresque de Schaffhouse sur trois jours consécutifs. Les activités martiales – tournoi et joute – ne constituent qu’une partie de l’événement. Les différents rituels qui accompagnent le programme – présentation des heaumes, banquets et autres festivités – constituent les moments les plus importants, car ils fonctionnent comme des outils de régulation et de cohésion sociales.

Les descriptions des pratiques martiales sont d’autant plus révélatrices des particularités locales qu’elles sont comparées à des usages en vigueur dans d’autres régions. L’auteur détaille davantage les questions sociales, économiques et politiques en lien avec la fête que le tournoi lui-même (extrait 3). Les récits de règlements de conflits et la description du rôle des femmes (extraits 2 et 4) constituent ainsi peut-être la partie la plus intéressante de ce texte. Les descriptions détaillées des vêtements des participants (extrait 5) ou de leur équipement font enfin de cette source une mine d’or pour l’histoire du costume ou celle des armes et armures.

Bibliographie

  • Stefan Krause, « Turnierbücher des späten Mittelalters und der Renaissance », in Turnier. 1000 Jahre Ritterspiele, éd. par Stefan Krause et Matthias Pfaffenbichler, Munich, Hirmer, 2017, p. 181-201.
  • Peter Niederhäuser et Peter Jezler, Ritterturnier. Geschichte einer Festkultur, Lucerne, Quaternion, 2014, p. 231-236.
  • Roger Sablonier, « Rittertum, Adel und Kriegswesen im Spätmittelalter », in Das ritterliche Turnier, éd. par Josef Fleckenstein, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1986, p. 532-567.
  • Karl Stehlin, « Ein spanischer Bericht über ein Turnier in Schaffhausen im Jahr 1436 », Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, vol. 14, 1915, p. 10-176.
  • Thomas Zotz, « Le jouteur dans la ville. Un aspect des rapports entre noblesse, ville et bourgeoisie en Allemagne au bas Moyen Âge », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, vol. 18 : Le combattant au Moyen Âge, 1987, p. 161-167.

Poste sur ce blog en lien avec le contenu

Peter Niedehauser, “Ritterspiele und Adelkultur am Beispiel des Turniers von Schaffhausen 1436,” in Martial Culture in Medieval Town, 03/11/2021.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Le texte manuscrit a été édité par Karl Stehlin en 1915 dans Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, vol. 14, p. 10-176. La traduction révisée en allemand est tirée des travaux de Peter Niederhäuser et Peter Jezler, Ritterturnier. Geschichte einer Festkultur (Lucerne, Quaternion, 2014, p. 231-236). Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarm ! » au Musée de l’Ancien Arsenal à Soleure (15.10. 22-29.5.23).

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Le tournoi de Schaffhouse (1436)," in Martial Culture in Medieval Town, 04/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2294.

L’ordonnance d’escrime de Soleure (1546)

En 1546, le fourreur Hans Tägenscher sollicite du Conseil de Soleure l’autorisation d’ouvrir une école d’escrime. L’ordonnance promulguée par l’autorité municipale présente le déroulement des exercices, expose les techniques d’escrime enseignées et explique les règles de l’école. Il renvoie aussi aux livres qui décrivent l’art du combat et mentionne des épées spéciales, utilisées lors des compétitions.


L’ordonnance d’escrime de Soleure (1546)

Anonyme, [Livre blanc de Soleure], 1546, Archives d’État de Soleure.

Écoles et maîtres d’escrime

Le terme « école d’escrime » regroupe plusieurs types d’événements. Traduction littérale du mot fechtschul, il ne renvoie pas nécessairement à une « école » au sens moderne du terme. Il peut désigner différentes formes de compétition ou de jeux de prix, autant de manifestations publiques organisées par un maître ou une corporation. Le terme peut également désigner un enseignement public donné par un maître au tout-venant, dans les murs de la ville ou aux abords des remparts, avec l’autorisation de l’autorité municipale. C’est ce dernier cas de figure qui est décrit dans le document présenté ici.

Ce type d’école d’escrime est documenté à Soleure et dans de nombreuses autres villes suisses dès le XVe siècle, avec toutefois des restrictions. Par exemple, une entrée du registre du Conseil de Lucerne de 1463 stipule qu’il est désormais interdit de pratiquer l’escrime dans l’hôtel de ville :

Vendredi après le jour de la Saint-Barthélemy, en l’an du Seigneur 1463, le Conseil et les Cent ont arrêté que dans le futur, personne ne serait autorisé à tirer l’épée avec quelqu’un [ajout par Renward Cysat : ou faire l’escrime] dans l’hôtel de ville

SSRQ LU I/3, Nr. 18, S. 33-34

Les organisateurs de ces écoles sont des maîtres dont l’activité est régulée par des confréries interurbaines. La plus célèbre est la Confrérie de saint Marc, qui, en 1487, a obtenu de l’empereur Frédéric III le privilège d’exercer dans toutes les villes du Saint-Empire romain germanique.

Les spécialistes qui enseignent sont en général des artisans dont le métier principal n’est pas nécessairement lié à l’art du combat, mais qui pratiquent l’escrime comme activité secondaire et en tirent un revenu complémentaire. C’est le cas de Hans Tägenscher, bourgeois de la ville de Soleure et fourreur (artisan fabriquant des vêtements de fourrure) de son état. Ces maîtres exercent dans leur ville, mais voyagent aussi pour gagner de l’expérience et obtenir leur titre. Cette manière de faire n’est pas sans rappeler les « compagnons de métier », qui, aux temps modernes, acquièrent l’expérience nécessaire à leur pratique au cours de voyages de formation.

Le document

Il s’agit d’une copie de l’ordonnance remise à maître Tägenscher après que le Conseil municipal a statué sur sa requête. Elle est retranscrite, en date du 23 juillet 1546, dans le « Livre Blanc » (Weissbuch) de la ville, qui contient les copies de tous les mandats et ordonnances de l’autorité municipale. Le texte ne comporte pas de rubriques, mais des indications marginales ainsi qu’une numérotation des articles, destinées à faciliter l’identification des différentes parties du texte.

ÉditionOrdnunge des faechtens halb, 23. Juli 1546

[Fechtschuel] Es ist vor minen hern Schullthesz und Ratte erschinen der ersam Hanns Tägenscher der kürsiner unnd angezoÿgt, wie er willens ein fächttschule zehalltten unnd mencklich umb sin gelltte in nachvolgender gestalltte ze leren:

[1 4sh auf dasz schwärtschilt legen] Unnd anfenklich, wollicher lust habe von ime fechten ze lernen, derselb sol zu dem ersten vier schilling uff das schwärttschiltt legen.

[2 schuelrecht] Darnach so wil er ime die funff how, darzuo ein uffheben, ein niderlegen, vier niederstellen, drÿ usgeng, drü stuck, vor dem mann, wollichs zu einem schulrecht gehörtt, leren. Von sollichen stucken sol ime ein jeder einen gulldin ze lone geben.

[3] Lernett aber er die fünff how nitt, oder vermeyndte er wäre nitt so geschicktt, das er sÿ lernen kondte, so ist er im nutztt schulldig.

[4] Er hatt sich ouch erlutrott, das er niemande dhein andere stucke, dann wie obgemelltt, umb ein gulldin wil leren, damitte einer hinach nitt mochtte sprechen, er müsste einen alle kunst umb einen gulldin leren.

[5] So aber einer andere stucke darzu von ime lernen wolte, den wil er gern wytter umb sin zimlich gelltte underrichten.

[6] Und darmitte mencklich, der sich ergibt, obgemellte manszzuchtt zelernen, sich dester bas wüsse zehalltten, sind disz nachvollgende straffen, denen so sich ungehorsam erzoÿgten oder sumig würden, uffgesatzt:

[strafen des schwerens] Namlich wollicher bÿ Gottes namen in zornes wyse schweren, der ist ein Frÿburg schilling zu busz verfallen.

Und so einer ein gewer mutwillig hinwäg werfft oder nitt recht niderlegt, ist ouch ein Frÿburg schilling verfallen.

[liegen] Wöllicher ouch den andern heysz liegen, sol ouch jetz gemelltte busz geben.

[ze spat komen] Unnd so einer ein unlutt oder koppen lasst, deszglychen die bestimpte stunde versumpt unnd nitt in der fächtschul erschint ist ouch, so dick es ze schullden kompt, ein Fryburg schilling verfallen. Und sol das gellt in ein buchsen gelegt und durch die schüler verzert werden.

[7] Und so einer in einem gwer uffhörtt, sol er die andern ligen lassen, bisz er uszgelertt hatt, alls dann mag er in einem andern wol anfachen.

[8] Und so der fächttmeÿster si all hatt uszgelert, wil er sy in der wochen zwen tage, nämlich uff dem zinstage unnd donstage, damitte sy desz fächtens nit vergässen, widerum üben.

[9 gehorsam] Und diewyl fächten eine lobliche manszzucht ist und der jugend wol anstatt, wollen obgemellten min herrn, das wollich sich in die fächttschule ergeben, in allen obenantten stücken gehörsam syen; dann si den fächttmeÿster darby handhaben unnd schützen werden, deszhalb mag sich ein jeder darnach wüssen ze schicken, beschechen frÿttage vor Jacobi appostoli anno domini 1546.

Commentaire

L’ordonnance de l’école de Hans Tägenscher fournit des informations sur la durée, les coûts, les règles, mais aussi sur le contenu des leçons d’escrime du XVIe siècle. Ces informations sont d’autant plus précieuses que ce type de documents est très rare.

Les écoles d’escrime sont un produit d’appel, elles permettent aux maîtres résidant en ville ou à ceux de passage d’attirer et de fidéliser une clientèle. Il s’agit d’événements régulés, qui doivent être autorisés par le pouvoir municipal. Pour participer à l’école d’escrime de Tägenscher, quatre sous (schillings) doivent d’abord être déposés sur le « bouclier de l’épée » (art. 1 et 2). À la fin des leçons, l’élève ajoute un thaler (l’équivalent en argent du florin) s’il est satisfait de l’enseignement (art. 3). Pour un florin (un guilder, soit quarante sous), le maître doit proposer uniquement le programme annoncé, afin que personne ne puisse dire qu’il brade tout son art pour ce prix (art. 4). Toutefois, si un élève souhaite en apprendre plus, le maître peut poursuivre l’enseignement en échange d’une rémunération adéquate (art. 5). Ces cours avancés se déroulent les mardis et jeudis dans un autre lieu ; ce rythme doit empêcher que les élèves oublient l’art du combat entre les leçons (art. 8).

Les leçons (art. 2) portent sur une vingtaine de techniques à l’épée longue, arme la plus populaire dans les compétitions urbaines d’escrime. Toutefois, les techniques décrites s’adaptent également à d’autres disciplines martiales, comme le combat au dussack (épée courte à lame courbe) et au bâton. Si le vocabulaire technique s’avère quelque peu obscur aujourd’hui, il devait paraître familier aux élèves et aux maîtres, mais aussi à ceux qui ne participaient pas directement aux cours, comme les représentants de l’autorité municipale. La première mention technique, « les cinq coups », fait référence aux « coups de maître » (Meisterhau) de la tradition martiale germanique attribuée à maître Johannes Liechtenauer. Son école est documentée dans les livres de combat allemands sur plus de trois siècles (1389-1679). L’ordonnance contient également une liste d’amendes infligées en cas de comportements inappropriés dans le cadre des leçons. Ce type de régulation se retrouve dans d’autres activités martiales, telles que les exercices de tir. Ainsi, il est interdit de jurer, de mentir, ou d’arriver en retard à la leçon (art. 6). Certaines règles touchent directement la pratique technique de l’escrime : il est par exemple interdit de lancer son arme ou de la jeter au sol de manière inappropriée. L’argent récolté au travers des amendes est réuni dans une caisse spéciale et sert à payer des boissons aux élèves.

Bibliographie

  • SSRQ LU I/3, Nr. 18, p.  33-34.
  • Dierk Hagedorn, « German Fechtbücher from the Middle Ages to the Renaissance », in Late Medieval and Early Modern Fight Books. Transmission and Tradition of Martial Arts in Europe (14th-17th centuries), ed. par Daniel Jaquet, Karin Verelst et Timothy Dawson, Leyde, E. J. Brill, 2016, p. 247-279.
  • Daniel Jaquet, « Die Kunst des Fechtens in den Fechtschulen. Der Fall des Peter Schwyzer von Bern », in Agon und Distinktion. Soziale Räume des Zweikampfs zwischen Mittelalter und Neuzeit, ed. par Uwe Israel et Christian Jaser, Berlin, LIT, 2016, p. 243-257.
  • Walter Schaufelberger, Der Wettkampf in der Alten Eidgenossenschaft. Zur Kulturgeschichte des Sports vom 13. bis ins 18. Jahrhundert, Berne, Haupt, 1972.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions les Archives d’État de Soleure pour l’autorisation de l’utilisation de l’image du document. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarme! » au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-29.05.23).

Cite this article as: Daniel Jaquet, "L’ordonnance d’escrime de Soleure (1546)," in Martial Culture in Medieval Town, 03/10/2022, https://martcult.hypotheses.org/2264.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search