Livre de combat de Soleure (1504-16)

Le livre de combat de Soleure est unique en Suisse. Malheureusement laissé inachevé, les 57 dessins aquarellés représentent des techniques de combat de la fin du Moyen Âge. Le contenu comprend le combat en armure, sans armure et à cheval, et ceci avec différentes armes. Il fait partie d’un ensemble de documents provenant du Sud de l’Allemagne dès le dernier tiers du XVe siècle


Anonyme, [Livre de combat de Soleure], début du XVIe siècle [1506-1514], Zentralbibliothek Solothurn, S 554.

Le document

Le manuscrit au format 195 x 145 mm contient, sur 30 feuillets, 57 dessins à la plume, aquarellés. Les filigranes révèlent que le papier a été produit entre 1506 et 1514. La reliure, en cuir tendu sur plaques de bois, est d’origine. Si le programme iconographique semble complet, le tiers inférieur des feuillets est resté vide : les commentaires devant compléter les images n’ont jamais été rédigés.

Redécouverte et marques (falsifiées) de possession

Le manuscrit a été retrouvé lors de la destruction d’une maison soleuroise en 1884, parmi des ouvrages conservés dans les combles. Mgr Friedrich Fiala, évêque de Bâle et fondateur de la Société historique de Soleure, a publié la découverte dans les Analecta Historica (n°XVIII, 1884, fol. 250r-258v) avec une courte notice :

Il y a quelques semaines, on a trouvé dans le grenier d’une maison de cette ville, parmi de vieux livres poussiéreux, un livre d’images du XVe siècle qui est d’un grand intérêt pour la visualisation du combat judiciaire révélant le jugement de Dieu.

La datation erronée du manuscrit par Mgr Fiala découle sans doute d’une annotation sur le premier feuillet. L’un des possesseurs du livre y a inscrit une fausse marque de possession, probablement pour augmenter la valeur du livre en vue de sa vente. L’écriture, assez maladroite, est censée reproduire la graphie de la fin du Moyen Âge.

Anno 1423 Apprellen den 6.: Ist mihr das buch von meinem Herr Schwager Hans von Adelsburg, Herr zu Scheinfels, verehret worden. Petter von Wehlenmer aus Buchholder (En l’an 1423, le 6 avril, ce livre m’a été confié par mon beau-frère Hans von Adelsburg, seigneur de Scheinfels. Peter von Wehlenmer, de Buchholder)

Les deux autres marques de possession sont authentiques. Elles sont du fait de deux bourgeois de Soleure, le peintre Karl Anton Kieffer (1665-1725) et le cuisinier et pâtissier Urs Victor Oberlin (1747-1818).

«Dieses Buoch geherdet jetzund mir Carly Anthoni Kieffer, Burger und Moller in Solothurn, 1689.»

«Ex libris Victoris Oberli, 1775.»

La présence du manuscrit à Soleure est donc attestée dès le XVIIe siècle, mais l’ouvrage s’y trouvait probablement depuis le XVIe siècle. Les pratiques autour de l’escrime, dont les écoles d’escrime et les concours martiaux, sont quant à elles documentés à Soleure dès le XVe siècle.

Un livre de combat de Paul Kal ? 

Le genre des livres de combat regroupe des notes personnelles de pratiquants, des livres de maîtres d’armes, des ouvrages de dédicace ou encore des compilations de différents textes. Ils apparaissent en Europe au XIVe siècle et connaissent une large diffusion durant le XVe siècle. Après l’invention de l’imprimerie, ils sont rédigés dans la plupart des langues vernaculaires. Le corpus des ouvrages connus jusqu’à la fin du XVIe siècle compte plus de 200 titres.

Le livre de combat de Soleure fait partie d’un sous-genre dénommé « livre d’images commenté ». Le medium principal sur lequel s’appuie la transmission des savoirs est l’image, qui occupe normalement deux tiers de la page, complétée de brefs commentaires. Dans le cas du livre de Soleure, ces commentaires manquent à l’appel : le manuscrit est resté inachevé.

L’ouvrage est à mettre en relation avec une série de manuscrits réalisés par Paul Kal, un maître d’armes allemand du XVe siècle. Au cours de sa carrière, Kal a servi le comte palatin Louis IV de Wittelsbach de 1440 à 1449, le duc de Bavière Louis IX (dit le Riche) de 1450 à 1465, et à partir de 1480, l’archiduc Sigismond de Habsbourg en Autriche et au Tyrol. Il reste célèbre pour avoir recensé les œuvres des maîtres escrimeurs appartenant à la principale tradition martiale germanique, celle du maître d’armes Johannes Liechtenauer.

Deux ouvrages originaux de la main de Paul Kal sont connus, l’un conservé à Munich et l’autre à Vienne : Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Cgm 1507 et Bologne, Biblioteca Universitaria, MS 1825. Nous disposons également d’un livre de maître : Wien, Kunsthistorisches Museum, KK5126. Au moins trois copies complètes ou abrégées de l’exemplaire de Vienne sont connues, dont le livre de Soleure, réalisé après la mort du maître.

Commentaire

Le livre est divisé en sept parties, qui décrivent chacune une discipline martiale distincte, et présente de nombreuses techniques de combat.

1r – 11v                Combat à cheval
12r – 28v              Combat en armure à pied
29r-29v                Combat judiciaire entre un homme et une femme
30r – 36r              Combat judiciaire à la masse d’armes et au long bouclier
36v – 50r              Combat sans armure à l’épée longue
50v – 55r              Combat sans armure à la dague
55v – 69r              Lutte

Si cette liste peut paraître hétérogène à première vue, elle suit une logique : elle couvre une variété de pratiques à même de séduire l’aristocratie combattante. En effet, les maîtres de combat cherchent avant tout à entrer au service des princes. En raison de leur statut et de leur fonction dans la société, ces derniers maîtrisent en principe l’art du combat. Ils restent toutefois peu familiers de certaines pratiques, telles que les combats ritualisés dit « judiciaires ».

Si les « duels judiciaires » sont proscrits par les autorités spirituelles et bannis par la majorité des autorités temporelles, plusieurs documents prouvent que ces pratiques se rencontraient encore sporadiquement au XVe siècle. Paulus Kal est l’un des rares auteurs à détailler de manière précise l’organisation des combats dits « judiciaires », ainsi que les devoirs de ceux et celles qui y prennent part. Il traite ainsi de plusieurs configurations de duels : entre hommes et femmes à la masse d’armes, entre bourgeois qui combattaient avec de longs boucliers pointus, et enfin entre chevaliers qui s’affrontaient en armure.

Le livre de Soleure présente deux autres particularités. La première est la dépiction d’armes spécifiques aux jeux chevaleresques à pied. L’arme montrée ici ressemble certes à une épée, mais est conçue comme une lance, avec un manche long et une rondelle protégeant la main avancée du porteur. Si elle ne permet pas les coups de taille, elle favorise en revanche les coups d’estoc et la pénétration des défenses de l’armure.

L’illustration d’armes spécifiques à l’escrime de loisir, comme l’épée de Soleure présentée dans l’exposition «Alarm !» au Museum Altes Zeughaus, constitue la deuxième particularité. Ce type d’épée n’est pas affutée et sa pointe se termine en cuillère, afin de limiter le risque de blessures lors d’échanges martiaux. Ces épées ont également un appendice plus large à la base de la lame, dénommé « bouclier » (Schilt), qui sert à protéger les doigts du combattant et à garantir la solidité de cette arme à la lame flexible.

Bibliographie

  • Daniel Jaquet: Combattre au Moyen Âge. Paris 2017.
  • Rainer Leng u. a.: Katalog der deutschsprachigen illustrierten Handschriften des Mittelalters. Bd. 4/2, Heft 1/2:38: Fecht- und Ringbücher. München 2008, S. 57 (38.3.7).
  • Charles Studer: Solothurner Fechtbuch. Solothurn 1988.

Impressum

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions la Bibliothèque Centrale de Soleure pour l’autorisation de la publication de l’image. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarm ! » au Musée de l’Ancien Arsenal à Soleure (15.10. 22-28.5.23).

La « montre » de Fribourg (1439)

Les « rôles de montre » enregistrent les habitants des villes portant des armes, soit lors de contrôles au domicile, soit au départ d’une expédition militaire. Ce document de 1439 recense les combattants fribourgeois partis à Bâle faire face à la menace des Écorcheurs.


Rôle de montre des bannières du Bourg et de la Neuveville, 1439 (Archives de l’État de Fribourg, Affaires militaires).

Le document

Rédigé sur du papier plié sur la longueur et cousu pour former des cahiers, le « rôle de montre » de 1439 compte quatre feuillets. Deux listes forment le corps du texte. La première recense les membres des sociétés fribourgeoises de tir partis pour Bâle le 20 mars 1439. Les noms sont regroupés selon le type d’arme porté par le combattant, à savoir arbalète, arc ou arme à feu portative.

Une seconde liste, moins ordonnée, recense les habitants des « bannières » du Bourg et de la Neuveville. À Fribourg, le terme désigne une entité administrative regroupant un quartier de la ville et les villages alentours. Cette liste comporte 108 noms, la plupart d’origine fribourgeoise. Des pictogrammes dessinés en regard des noms indiquent l’arme équipant le combattant : on dénombre 30 arbalétriers, 8 porteurs d’armes à feu à main, 50 archers et 5 hallebardiers. Seuls 15 noms ne sont pas suivis d’un pictogramme précisant l’arme du porteur.

Comme de nombreux documents des archives fribourgeoises, le « rôle de montre » de 1439 est rédigé dans un mélange de langues, ici le latin, le français et l’allemand :

Item primo per Jordant
[secundo] Chapusat Johan          Herhart Friess (o)
Bontens                                              Hensly Múller
Gueser                                                Willy Semans
Johan Rachat                                     Uelly Moeris
Peter Morel                                       der jung Pormond
Johan Poset                                       Uelly Stoebis (o)
Nico Cular                                           Hendricht Weber
Hensly Bindo                                     per Farysey
                                                               per Curtion
Uelly Amina                                       Rychart Muotz
Peter Kess (o)                                   Marmet Kess
Hensly Filing (o)                               Michel Krumo (o)
Grosso Nichil                                     Uelly von Hermisperg
                                                               Gylyquinii
[rature]
Antheno Stoss                                  Jecly Wullo (o)
so cy Rey                                            Juettez Hoffer
                                                               Jacob Heimo (o)
Hans Trechan                                    Jacob Retz das scherer (o)
Aemo Dorey                                      Nico Bochart (o)
Uelly Lamprech                                Jacob Zengly (o)
Jo Hensly Arly (o)                            Rolet Rueoschi
Hensly Getias (o)                             Antheno Chapat
Uelly Winchler                                  Kuono Fúgly der jung (o)
Hans Herting                                     Hensly Golperg
des bad knecht (o)                          Jaquy Wiber
Johan Baltzo (o)                               Jacob Louper (o)
Clewy Louper                                    Johan Bozel (o)
Peter Heinrich                                  [rature]
                                                               Antheno Cede
Jacob Hapo                                        Johan Loy
Ruoff Rotring (o)                             Jaquet Berner (o)
Hensly Fúgilli (o)                              Johan Cottye

Rôle de montre des bannières du Bourg et de la Neuveville, 1439 (Archives de l’État de Fribourg, Affaires militaires).

Commentaire

Ce « rôle de montre » recense les habitants se présentant pour la revue des troupes. Celle-ci a le plus souvent lieu avant le départ d’une expédition militaire ; le document sert aussi parfois de liste de contrôle lors du paiement de la solde. Un autre type de « rôle de montre » est l’inventaire établi par les officiers de la ville passant de foyer en foyer pour vérifier l’équipement conservé à leur domicile par les habitants.

Si la date et la destination de l’expédition sont indiquées, les raisons qui la motivent ne sont pas mentionnées. Cela n’a rien d’exceptionnel, les « rôles de montres » sont généralement brefs et dénués d’informations sur le contexte de rédaction. Toutefois, une entrée dans les comptes de la ville de Fribourg permet d’en savoir davantage : il y est fait mention d’un voyage de l’avoyer Guillaume Velga, le magistrat le plus haut placé de la ville. Velga s’est rendu à Bâle pour échanger avec les alliés de la ville au sujet de la menace représentée par les Écorcheurs :

Item à Monseigneur Wilhelm Felga, chevallier, et à Jacob d’Englisberg, tramis à Bala à la requeste de cellour de Bala pour havoir avis avecque les ambaixiours de Berne, de Zurich et de Salouro pour lo fait deis escorchiours.

Compte des Trésoriers, 1439 (Archives de l’État de Fribourg).

Les Écorcheurs sont des mercenaires qui se sont retrouvés sans emploi après la paix d’Arras (1435) et la fin de la guerre entre Armagnacs et Bourguignons. Pillant les campagnes et rançonnant les villes qu’ils assiègent, ces bandes armées sévissent en Lorraine et en Franche-Comté dans les années 1438-1439. Même si les Écorcheurs n’ont finalement pas attaqué Bâle, l’expédition fribourgeoise du 20 mars 1439 est probablement liée aux mesures prises alors par les villes suisses pour se protéger de cette menace..

Bibliographie

  • Roberto Biolzi, Avec le fer et la flamme. La guerre entre la Savoie et Fribourg, 1447-1448, Lausanne, Université de Lausanne, 2009 (= Cahiers lausannois d’histoire médiévale, n° 49).
  • Joseph de Fréminville, Les Écorcheurs en Bourgogne (1435-1445). Étude sur les compagnies franches au XVe siècle, Dijon, Darantière, 1887.
  • Heinrich Witte, Die Armagnaken im Elsass, 1439-1445, Strasbourg, Heitz, 1890.

Poste sur ce blog en lien avec le contenu

Daniel Jaquet, “A lazy secretary found an innovative way to do his (boring) job – Fribourg, 1439,” in Martial Culture in Medieval Town, 25/03/2019.

Impressum

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet. Mathijs Roelofsen et Fabrice Flückiger. Nous remercions les Archives de l’État de Fribourg pour l’autoristation de publication de l’image. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarme ! » au Musée de l’Ancien Arsenal à Soleure (15.10. 22-29.5.23).

Le voyage de la bouillie de millet (1456/1576)

La « Hirsebreifahrt », ou « voyage de la bouillie de millet », résulte d’un pari entre Zurich et Strasbourg : en cas de nécessité, les Zurichois seraient-ils capables de venir au secours de leurs alliés dans un délai de 24 heures ? En 1456, un groupe de Zurichois se rend en bateau à Strasbourg en vue de participer à un concours de tir. Ils transportent avec eux une marmite de bouillie de mil, qui arrive à destination encore chaude, leur permettant ainsi de remporter le pari. 120 années plus tard, en 1576, les Zurichois réitèrent cet exploit, remportant un nouveau succès.

Le voyage de la bouillie de mil par Conrad Werdmüller (1819-1892), Neujahrsblatt der Stadtbibliothek Zürich, 1906.

Le document

Le célèbre auteur strasbourgeois Johann Fischart (1546-1591) publie en 1577 un poème de 1’174 vers relatant la performance zurichoise de 1576, intitulé Das Glückhafft Schiff von Zürich. Le texte complet est disponible en accès libre sur le site de la Deutsche Digitale Bibliothek. En voici quelques extraits.

Wie im sommer neulich vergangen
Von Zürch ein Gsellig Burgerschafft
Mit gutem glück und manneskraft
Gen Strassburg auf das schiessen fuhr
Da sie all freüntlichkeit erfuhr […]

Umb zehen uhr; da sah man stehn
Sehr vil volcks auff der Reinbruck schön,
Zu sehen dise waghafft gsellen,
Wie auff dem Rein sie daher schnellen,
Und verrichten eine solche that,
Die inn vil jaren niemandt that,
Damit sie solches iren kinden,
Wan sies nicht glaubten, auch verkündten,
Und dabei ihnen zeygten an,
Wie küne arbeyt alles kan.
Als sie das volck nun allda sah
Durch die Bruck faren also gah,
Als ob ein pfeil flüg von dem bogen,
Oder ein sperwer wer entflogen,
Da rüfft es sie gantz freüdig an,
«Der Mächtig Got leyt sie fort an!»
Der inen so weht geholfen hat,
Der helfe in weiter zu der Statt.
Ein solchen muot will Gott den geben. […]

Ich aber hab ein Glückschiff beschriben
Welchs das Glück selber hat getriben
Von dem man sagen würd allweil
Strasburg von Zürch ligt treisig meil.
Himit schüz Got die Aidgnosschaft
Und ire libe nachbarschaft

Johann Fischart, Das Glückhafft Schiff von Zürich, 1577

Commentaire

Pour se rendre à Strasbourg, les Zurichois et leur navire suivent la Limmat, l’Aar puis le Rhin ; ils accostent devant le quartier de la Krutenau, sur les rives du Rheingiessen, un bras du Rhin comblé en 1874. Leur exploit est d’avoir effectué en un seul jour un voyage qui en demandait normalement trois. La bouillie de mil, contenue dans une marmite de 140 livres entourée de sable préalablement chauffé dans un four, témoigne de la rapidité du voyage, puisqu’elle arrive à destination encore chaude. Cet exploit fait l’objet de commémorations célébrant l’amitié entre les deux villes dès le XVIe siècle et perdurant aujourd’hui. En 1576, Strasbourg est atteinte en 22 heures seulement, puis le voyage est régulièrement organisé aux XVIIIe et XIXe siècles. Depuis 1946, la commémoration a lieu tous les dix ans.

Le voyage de la bouillie de millet, gravure coloriée de H. Meyer, 1797, Zentralbibliothek Zürich.

En plus du poème de Johann Fischart cité ci-dessus, la commémoration de 1576 a laissé plusieurs traces dans les chroniques et dans des documents privés. Un des 54 bourgeois de Zurich ayant pris part au voyage, le médecin de la ville Georg Keller, a rédigé un récit qui corrobore le fameux verset de Fischart affirmant que les Strasbourgeois se sont « brûlé les lèvres » en goûtant la bouillie :

Et alors que nous nous mettions à table, on a apporté la bouillie de millet et les serviteurs l’ont montée dans les appartements de l’amman, puis servie sur de petites assiettes qu’ils ont réparti sur les tables. Et la bouillie était encore si chaude qu’on s’y brûlait les lèvres.

L’exploit zurichois a également laissé des témoignages dans la culture matérielle. Citons ici la fontaine des Zurichois, érigée à Strasbourg en 1884, ou la coupe sur pied de l’orfèvre zurichois Abraham Gessner, créée en souvenir de sa participation à la célébration de 1576. Dans les collections du Musée d’Histoire de Strasbourg se trouvent les restes d’une marmite présentée comme étant celle employée lors du voyage de 1576. De nombreux moules à pâtisserie représentant l’exploit zurichois ont également été conservés. Certaines de ces pièces sont visibles dans l’exposition « Alarme ! » au Museum Altes Zeughaus de Soleure.

Bibliographie

Impressum

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire « Alarm ! » au Musée de l’Ancien Arsenal à Soleure (15.10.22-28.5.23).

Le retable du Bugnon (Hans Fries, 1505)

Le retable du Bugnon est une œuvre du peintre de la ville de Fribourg Hans Fries, commanditée en 1505 par la Confrérie du Saint-Esprit pour orner sa chapelle dans l’église Saint-Nicolas. La face externe du volet gauche du retable représente une société bien ordonnée dans un paysage urbain typique des villes suisses de la fin du Moyen Âge.


Hans Fries, Les Oeuvres de charité, 1505 (Musée d’Art et d’Histoire, Fribourg)

Le peintre

Hans Fries (1460-1523), fils du boulanger fribourgeois Erhard Fries, est peintre de la ville de Fribourg (1488-1511). IIl apprend son métier à Berne chez maître Heinrich Bichler et, en 1487, est reçu au sein de la Himmelszunft de Bâle (« corporation du Ciel », regroupant les peintres et selliers). Il réalise plusieurs créations décoratives pour ornementer la ville de Fribourg, dont le retable de saint Antoine (1506) pour l’église des cordeliers, ou le Jugement dernier (1501) pour l’Hôtel de ville. Entre 1503 et 1509, il devient également membre du conseil de la ville. Il passe ses dernières années à Berne.

Le commanditaire

Le retable est une commande de la Confrérie du Saint-Esprit, dont l’existence est attestée dès 1264, mais dont la fondation est probablement antérieure. Réalisée en 1505, l’œuvre est destinée à orner la chapelle de la Confrérie dans l’église Saint-Nicolas. Très vite, la Confrérie prend le visage d’une institution davantage laïque que religieuse, ce qui la rapproche de l’Hôpital de Fribourg, autre institution communale de bienfaisance. En 1445, la fortune de la Confrérie est estimée à 20’000 livres ; l’institution est ainsi le troisième contribuable de la ville après l’Hôpital et le chevalier Guillaume Velga. Cette fortune permet à la Confrérie de faire office de banque, dont le principal client n’est autre que la ville. Elle est également active dans le domaine de la charité, et distribue du pain et de la viande, notamment du porc et du lard salé lors de Carnaval, à la veille du Carême. Si la viande vient à manquer, elle distribue alors des pièces de monnaie.

L’œuvre

Le panneau central du retable est aujourd’hui perdu, tout comme la prédelle qui complétait probablement l’ensemble. Seuls subsistent les volets peints sur leurs deux faces. La face externe du volet gauche montre les activités charitables de la Confrérie du Saint-Esprit à Fribourg, la face interne la Dispersion des Apôtres. La face externe du volet droit représente les âmes sauvées du Purgatoire, la face interne la Descente de l’Esprit saint sur les apôtres entourant Marie, un événement plus connu sous le nom de Pentecôte.

Comme le programme iconographique est incomplet, seules des suppositions peuvent être avancées sur les significations de la composition d’origine. Le jeu des significations entre les peintures du panneau et des volets lors de l’ouverture et la fermeture de ceux-ci reste inconnu. Les cadres en bois d’origine sont également perdus. Le cadre actuel, inspiré du retable de saint Antoine de Niklaus Manuel, a été réalisé en 1941 selon le modèle gothique tardif.

Commentaire

La représentation des activités charitables de la Confrérie à Fribourg est ici la plus intéressante. Hans Fries présente une société bien ordonnée, mise en scène dans un paysage urbain typique des villes suisses du Moyen Âge tardif. Le peintre a pris soin de représenter différentes classes sociales : les bourgeois de la Confrérie vêtus de riches habits et portant des chapeaux y côtoient des pauvres en haillons et des pèlerins séjournant en ville. La représentation de personnages de tous âges, ainsi que d’hommes et de femmes, souligne l’universalité des bienfaits de la Confrérie. Le peintre a pris la liberté de réunir plusieurs aumônes – les coupons de draps, le lard et le pain – en une seule scène, alors qu’elles n’étaient pas distribuées au même moment dans l’année. Ce choix laisse entendre que l’important n’est pas la nature et l’instant de la distribution, mais l’ensemble des actes de charité de la Confrérie.

Hans Fries, Le retable du Bugnon (panneaux extérieurs gauche et droite), 1505, liant huileux sur bois d’épicéa, 162 x 75 x 7 cm (panneau gauche), 162 x 76 x 7 cm (panneau droit) (Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg)

Portons le regard sur le personnage vêtu d’une tunique rosâtre et brandissant un bâton de façon menaçante. Il symbolise un règlement de la ville de Fribourg de 1489, qui interdit à la Confrérie de faire la charité aux étrangers. L’homme à la tunique rosâtre cherche donc dans la foule d’éventuels resquilleurs pour les chasser de la cité. Les pèlerins de Compostelle sont les seuls étrangers exempts de cet interdit ; ils sont représentés par Hans Fries sous les traits d’un homme barbu tenant un bâton de pèlerin et arborant une coquille de Saint-Jacques à son chapeau.

Le panneau extérieur du volet droit représente le Purgatoire, lieu liminaire où les âmes des pécheurs doivent expier leurs fautes avant d’espérer rejoindre le Paradis. Hans Fries représente le Purgatoire comme un lac de feu alimenté par une coulée de lave en fusion et dans lequel se tiennent une femme et un homme nus dans une position de prière implorante. En haut à gauche, dans le prolongement de la diagonale de prière, un ange emporte avec lui un homme vêtu d’un tissu transparent, pour lui faire rejoindre le Ciel. Les deux panneaux du retable sont reliés entre eux par les miches de pain découpées en bas et par l’ange en haut.

Bibliographie

  • Rebekka Köppel, « Fries, Hans », in Sikart – Lexikon zur Kunst in der Schweiz, 2010.
  • Marianne Rolle, « Fries, Hans », in Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), 2004.
  • Caroline Schuster Cordone, « Hans Fries, conteur d’images. Narration picturale et détails dans l’art fribourgeois autour de 1500 », Revue suisse d’art et d’archéologie, n° 64, 2007, p. 67-82.
  • Caroline Schuster Cordone, « Le retable du Bugnon », vidéo (3m41), Chaîne YouTube du MAHF, 2020.
  • Guillaume Babey, Hans Fries. Le Retable du Bugnon, mémoire de master, Université de Fribourg, 2022.

Impressum

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions le Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg pour l’autorisation de l’utilisation des images de l’œuvre. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire «Alarm!» au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-29.05.23).

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search