Urban political violence in the fifteenth century, from Prague to Hamburg

Note to reader: This present essay is complemented by Polish and Czech sources translated and annotated in
https://hroarr.com/article/polish-and-czech-sources-on-medieval-urban-violence/?fbclid=IwAR0EFTpj4_rlOlIZ9kFPg_rm853PqMQsjoRVOS2nUUEL0ipelF9D8y_yAZc

The Free City

Medieval urban spaces took on a variety of forms, and in North Central Europe the Free City emerged as a somewhat unique type in the 13th-14th Centuries. Not quite as independent or ruthless as a true City State like Venice or Veliky Novgorod, they were also far more independent than many Western cities like London or Paris. The so called Free Cities of Central Europe were generally speaking largely autonomous and self-managed, while still being integrated into larger polities such as the Holy Roman Empire the Crusader State of the Teutonic Knights, or the Kingdom of Poland.

Also called Royal Cities[1], Free Imperial Cities[2], and by a variety of other euphemisms, these were typically walled and well-fortified communities, but fairly small in size (often between 2-5000 residents[3], with as many as 50,000 or so in German-speaking areas, and as high as perhaps 100,000 in Flanders). They were governed by their own councils and burgomeisters, protected by elaborate fortifications and well-armed militias, and tended to be active in defense and sometimes aggressive in the pursuit of their rights and economic interests, but rarely invested resources in acquiring territorial power[4]. Instead they placed a strong emphasis on maintaining the “peace of the roads”[5] so as to allow commerce to thrive from town to town. Beyond that they typically stayed out of princely politics and the endless game of Hausmachtpolitik as much as they could, forming alliances of several towns[6] when they deemed it necessary to take on the princes.

Figure 1: A weavers uprising in Köln (Cologne) is put down by the ruling elite of merchant-Patricians in 1371. A later artisans uprising in 1396 was successful, leading to many changes in the city.

Political unrest in the Free Cities

Aside from external threats, Free Cities also faced many challenges from internal power struggles and political unrest. According to one estimate, there were at least 210 uprisings in just 40 towns in the Holy Roman Empire between the late 13th and mid-14th Centuries[7] Again, in comparison to true city-states these internal disputes were not quite as extreme or bloody, but they could still be quite consequential. Often various factions would posture and push one another quite a bit before any actual violence broke out. Sometimes this resulted in catastrophe for the town, as was the case in Mainz in 1462, when Bishop Adolph II von Nassau took advantage of ongoing internal strife and captured the city, killed 400 people and heavily fined and then exiled all “disloyal” citizens[8]. He permanently rescinded their rights to self-governance in 1463. In a similar conflict called the Rostocker Domfehde from 1483-1492, Rostock, weakened by internal conflicts over the construction of their new Cathedral, lost their rights to an aggressive Duke Magnus II of Mecklenberg.

Quite often however, the opposite occurred, resulting in the city being significantly strengthened, especially when the factions managed to reach a Rezeß or compromise, such as the famous Hamburg Rezeß of 1410. This conflict started with a public dispute between a visiting duke and an armorer to whom he owed money, leading to a tense standoff between the artisans and the town council which lasted two years. The 1410 Rezeß resulted in the formation of the cities first constitution and the addition of a second house in their internal parliament, contributing to the comparative stability and prosperity that Hanseatic town enjoyed and its status as a republic for the next five centuries[9].

Prussia

Political unrest within towns could have substantial repercussions well beyond the town walls. Two good examples of this occurred in Prussia during the 13 Years War, one of several conflicts between the Teutonic Knights and Poland from the 14th through the 16th centuries[11]. After the major Polish victory in the pivotal battle of Grunwald / Tannenberg in 1410, the tide had turned in favor of the Poles. But the Order was tenacious and intractable, and their decline was very gradual, lasting generations, and full of violent episodes.

The 13 Years war broke out in February 1454, and it was to become another hinge point in the multi-generational power struggle. Twenty mostly German cities in Prussia rose up against the Teutonic Order and made an alliance with Poland. It began with successful uprisings of town militias pushing the brother-knights out of Gdansk, Torun, Elbing and several smaller towns. But Poland suffered a setback at the major battle of Chojnice in September of 1454, and from that point struggled to contend with the resourceful and aggressive Teutonic Knights in a variety of smaller battles, sieges and raids over the next several years.

Several incidents of urban strife afflicted the Prussian cities and Poland during the 13 Years War, with two proving particularly damaging. The first was the Battle of the Kneiphof in Königsberg. This town was part of the initial uprising against the Order in 1454, with the militia successfully evicting the Knights. But the town, as was often the case, was split into three municipalities and each of those municipalities had their own factions. Artisans in two of these towns mistrusted the mercantile elite and resented the new high taxes imposed by Poland to finance the war.

They rose up against the merchants in 1455, and seeing an opening, the Teutonic Knights rushed in several knights and a few hundred native Prussian cavalry to support the rebellion. Relatively feeble assistance, consisting of just a few ships and a few dozen soldiers from Danzig was too little, and came too late. The Order captured the municipality of Kneiphof and the town of Königsberg. After the Teutonic Order was pushed out of their castle town in Malbork, Königsberg became their new headquarters and remained a bastion of German military and economic power until the end of WW2. Thus a relatively small street battle involving a few hundred people had long-lasting consequences.

The second major setback came six years later in 1461, in the Polish royal capital of Krakow. After several years of struggling both financially and militarily in the war, Poland had begun winning some battles, thanks in part to a new commander, a noble named Andrzej Tęczyński.  On the heels of his recent victories, and flush with cash gifts from the king, Andrzej entered Krakow to make some purchases. During his visit he got into an argument with an armorer over an ill-fitting harness, and unlike in Hamburg, there was no Rezeß.

Andrej and his courtiers beat the armorer twice, the second time very badly and in front of a crowd, outraging the local artisans. In spite of warnings from his men, and attempts by the queen to intervene (the King was traveling elsewhere) the proud young lord remained in the town and a crowd of outraged artisans captured and killed him, resulting in a major setback for the Polish army in the war.

The following excerpt is from Jan Długosz “Annales”, the Maurice Michael translation (IM Publications, Sussex UK, 1987) in the entry for 1461, P.539. This passage was originally written by Jan Długosz prior to 1480.

“While the king is in Włocławek[12], there is an unfortunate episode in Cracow, one that is to poison relations between the city and its knights for years to come. On July 16, Andrew of Tęczyń[13] angrily rebukes the armourer Clement for failing to deliver a suit of armor on time and for not making it fit; and when the armourer makes a vigorous reply[14], strikes him, but only lightly. The armorer goes to the town hall and complains that he has been grievously assaulted, and, on the way back from lodging his complaint, he is accosted by Tęczyń, whom he berates for hitting him and brandishing his fist, threatens to reply the blow with interest; he was of course, angry, and he may have been hoping for compensation; but, as a result, Tęczyń and his servants fall upon him and beat him[15]. When they learn of this, the City Fathers are indignant and more angry than is justified; indeed, they seem to have been more inclined to inflame the quarrel between the artisans and the nobility than to composite it; for the close the city’s gates and report the incident to the young Queen[16].

She demands sureties of 8,000 marks[17] and enjoins both parties to keep the peace and await her judgement., which she was to give in the morning, for it is already late in the day, indeed, ten o’clock. The City Fathers return to the town hall and order all householders to arm themselves and assemble there. Meanwhile the Queen and his friends are advising Tęczyń to leave the city and go to the castle. To Tęczyń this smacks of cowardice and, with his brothers and friends, he shuts himself up in a house in Bracka Street intending to resist any attack.

Then a bell in Mariacki Church starts pealing- on whose order no one knows- and this proves the signal for a riot., which the City Fathers could have quelled with a little common sense and exercise of their authority[18]. Everyone stops work and a crowd, not only angry, but tipsy, presses round the house, intending to kill Tęczyń, who seeing that his house cannot withstand such an attack, escapes with three companions and some of his servants to the monastery of St. Frederick and takes refuge in its tower.

Then, convinced that he is not safe even there, though his companions try to restrain him, he leaves the tower and hides in the sacristy. The rioters break down the monastery door and, after a long search, find Tęczyń and split his head open. His corpse is dragged through the streets open sewer to the town hall and kept there for two days, riddled with stab wounds and with the hair singed off his face. It is then moved to the Church of St. Wojciech and finally handed over to the victim’s friends and relatives. Tęczyń’s friends in the tower are besieged there all the following day and night, after which they are released. Because of this, the knights of Cracow and Sandomierz[19] at first refuse to take part in the Prussian campaign, but when the King promises that Tęczyń’s death shall be avenged, they agree to take part.”

Fortunately for the Poles, a new military leader named Piotr Dunin helped win a substantial victory against the Order at Świecino in 1462, and went on to help win the war, so it turned out to be a temporary setback.

Not all confrontations of this type ended so violently. A more typical example in Krakow is mentioned by Dlugosz in his entry for 1438[20].

“The increasing import of counterfeit coin causes a popular revolt in Cracow aimed in particular at the Inspector of the Michalow Serafin, the city councilors, and others. Everyone feeling guilty, have taken refuge in the castle itself. When the commotion has subsided and most people hve returned to their homes, Serafin and the others still do not dare leave the castle. Perhaps they would never have been safe had not Bishop Olesnicki of Cracow, after much persuasion from the King, spoken to the proletariat in their own tongue, and pacified them. Serafin and the others are made to do a fortnight’s penance in the castle prison”

The implication here is that some financial malfeasance by Royal and municipal officials which was causing economic harm to the citizens was the cause of a brief uprising, and to placate the burghers the Bishop and the King intervened to put some people briefly in jail, and they in turn presumably curtailed their corrupt activities somewhat (at least enough to prevent another riot). This kind of thing happened on a routine basis in dozens of Free Cities throughout late medieval and Early Modern Europe.

Figure 2: Prague today is typically associated with art, architecture and beer. But the medieval coat of arms sends another, quite unambiguous message.

The Defenestrations of Prague

Prague was prominent among the Free Cities of this era, being in this case a Royal City. Prague was the spiritual and intellectual center of the Kingdom of Bohemia (thanks largely to Charles university, founded by Emperor Karl IV). It was also by far the most formidable fortification in the Kingdom, having proven itself in numerous defensive and offensive battles from the 1420s through the 1470s. Control of Prague effectively meant control of Bohemia.

Arguably, urban strife in Prague was the most consequential of the Late Medieval and Early Modern periods. The First Defenestration of Prague, which took place in 1419, led in short order to the famous Hussite Crusades, and Prague itself was the site of many of the key battles during the Hussite Wars. Defenestration means throwing people out of a window, and in Prague specifically, it always meant throwing the local rulers who were acting on behalf of a foreign prince out of the window, to their death. The Third Defenestration in 1618 started the apocalyptic 30 Years War, which devastated Central Europe and lead to permanent changes in European history with the establishment of the Absolute Monarchies in the Treaty of Westphalia in 1648.

The Second Defenestration in 1483, which occurred between those events is comparatively little known. It did not trigger a Crusade or a huge international war, but it was consequential in the region, buying Bohemia a bit more time of independence and the freedom to practice their own “Heretical” religion for another couple of generations, and re-asserting the political autonomy of the city and the kingdom.

In the 1480s, Bohemia was experiencing one of their many periods of foreign rule. Since the death of the mighty Knight-King George of Podeibrady in 1471, the monarch was officially the Hungarian King Vladislaus II, though the extent to which he actually controlled this kingdom was yet to be tested. Bohemia was unique in Europe at this time in that both Catholic and Heretical (Hussite) forms of Christianity were still openly being practiced, and due to the repeated interregnums and their complex history, much of the actual governance was managed by Landfrieden, treaties of mutual support and protection of commerce between towns and nobles. Attempts to force conversion of the Hussites had been renewed by another Hungarian, Mathias Corvinus, from 1468-1478, but the results were inconclusive. Matthias captured outlying Catholic regions but ultimately failed to defeat the wily Podeibrady, leaving Bohemia itself as a heretical enclave.

After the end of the last Crusade in 1478, under pressure from the Vatican and various Catholic princes, Vladislaus II began to appoint his supporters (also ardent Catholics) to the city councils of Prague and some other Bohemian towns. By the 1480s there was acute tension in the city, as both the Kings urban representatives and new magistrates, and the Catholic nobles he supported in the countryside, were treating burghers heavy handedly and began taking steps against the local Hussite heretics. Two overlapping issues were once again coming to a head – the autonomy of the town and the continued existence of the heretics.

In September 1483[21], after a series of escalating incidents and the discovery of a conspiracy for mass arrests and mass-murder by the monarchist councilors, the townfolk of Prague acted, leading to the Second Defenestration of Prague. The following is summarized from a translation from a 19th Century Czech source which I have edited slightly[22]

The account by Tomek gives us some insight into the exciting and dangerous climate, and some of the martial details of a major urban uprising. Of course we can’t necessarily assume that this is an unbiased account, but it presents an interesting and dramatic narrative which points up some of the elements which seem to often play a role in these events. The incident starts with the long buildup of grievances by the citizens of Prague. In many cases historically where there are people of one (privileged) religious group ruling over another, corruption and abuse become a major problem. According to Sir Tomek, the town councilors appointed by the King were taking bribes, blackmailing people, stealing land and money, using the courts against the non-Catholic citizens, and so on.

The councilors began to feel some push back from all this and tensions rose. There were religious-sectarian incidents in which Catholics disrupted Hussite church services and confiscated property belonging to the locals, and the locals in turn organized some mass-meetings and began arming themselves. Things came to a head when a plot was discovered by the citizens, in part confessed by one of the councilors on his death-bed, that they were planning mass arrests of burgher and artisan leadership followed by executions. The Hussite faction was forewarned and made preparations. They wrote letters to their allies in some other Czech towns, and prepared for a fight.

On the day of the coup, the town authorities had bells rung which was the signal to arrest the prominent Hussites and for their supporters to come out into the streets. But the Hussites, led by a draper named “Bohuslav Legat“, armed with a spear, got the jump on them, charged into the town halls and arrested the city council. There was some street fighting, during which one burgomeister was stabbed with a Guisarme and then thrown out the town hall window (‘defenestrated’) and another who had escaped was captured by “Jan the Tailor” who was also armed with a spear. Nearly identical counter-coups took place in the Czech towns of Nymburk, Žatec, and Hradec Králové.  

After the Czechs finished off any resistance in all three municipalities of Prague and the other towns, they interrogated the corrupt gang of ‘foreign’ city councilors under torture, leaving some other councilors who were not deemed to be part of the corrupt faction alone. The conspirators gave details of the plan and other co-conspirators, (under torture it’s worth pointing out, so the accuracy of their testimony is suspect). The new regime quickly had a few of these people executed and others exiled, while militia and mercenaries prepared for a possible attack from outside, and restored order on the streets after some commoners had robbed Jewish families and ransacked some Catholic churches.

After this followed a complex round of diplomacy. Having restored control of the town, the new council set about trying to smooth over the potential diplomatic shockwaves caused by their counter-coup. They passed laws guaranteeing the rights of both religions (Catholic and Hussite). They drafted polite letters to the more powerful Czech Catholic nobles, such as the Lords of the Rosenberg family of South Bohemia, and to regional princes such as the Duke of Saxony and King Mathias Corvinus of Hungary, as well as the Burgomeister of Nuremberg and other regional knights and gentry, asserting their intention to carry on trade and uphold all previously established alliances and treaties. They emphasized that their revolt was not directed against King Vladislaus (who wisely left town during the disturbances) but merely against his corrupt servitors who were engaged in evil acts without his knowledge. They also pointed out that some of the deposed councilors and their allies had also wronged Catholic gentry and nobles in their depredations.

A counterattack was considered (and heavily encouraged by the Vatican) but Prague had proven her ability to defend her walls many times, and after conflict raged in the area through the 1470s, further war would be destructive and costly. In the end, Vladislaus confirmed the new aldermen in 1484[23], and then again at the Bohemian Diet or assembly in the Rosenberg stronghold of Kutná Hora in 1485, which is considered by many scholars to be the definitive end of the Hussite Wars[24]. The King gave up on his plan to purge Heresy from Bohemia and resumed his complex power politics rivalries the Hapsburgs, the Corvinus family, and other mighty Princes, and life in Bohemia went on as it had before his reign.

The Second Defenestration of Prague is a good example of the significance of urban uprisings. In many of these cases, the Defenestrations, the uprisings in Königsberg and Rostock, political standoffs in Hamburg, and street violence in Krakow could have far-reaching effects both for the town, and for the region. Cities in the 15th and 16th Centuries were important centers of innovation, manufacturing, trade, and political control. Conflicts between mere handfuls of people in a back alley could have ramifications which were felt hundreds of miles away, and for many generations of time. This is yet another way in which the martial culture of urban polities, and the actions of just a few people wielding a sword, a spear, or a bill-guisarme had a significance which far outweighed their own personal experiences.

Cite this article as: Jean Chandler, "Urban political violence in the fifteenth century, from Prague to Hamburg," in Martial Culture in Medieval Town, 19/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1373.

[1] Notably in Poland, Hungary, Sweden and Bohemia

[2] German Freistadt. Most (including those in Poland, Hungary, Sweden etc.) were chartered under German Town Law.

[3] And perhaps a third as many citizens

[4] With some exceptions, like Ulm and Bern. For a good overview see David Eltis, “Towns and Defense in Later Medieval Germany” from Nottingham Medieval Studies: V.33 (1989)

[5] Peace of the roads aka Landfrieden, Landfrydy to the Czechs.

[6] The German term for city-alliances was Stadtbünde. Most of these were temporary and limited in scope, but some lasted for a long time or were repeatedly re constituted. Notable examples of the latter include the Décapole (German Zehnstädtebund) in Alsace, the Three City League in Thuringia (German Thüringer Dreistädtebund), the Pentapolitana in Hungary, the Lusatian League (German Oberlausitzer Sechsstädtebund) in Upper Lusatia, and the Prussian Confederation in Prussia.

[7] “Imperial and Free Towns of the Holy Roman Empire, City-States in Pre-Modern Germany?”, Peter Johanek, p 12 / 306 (from “A comparative study of thirty city-state cultures: an investigation, Copenhagen Kongelige Danske Videnskabernes Selskab 2000)

[8] Including Johannes Gutenberg who was heavily fined and exiled from Mainz.

[9] Hamburg was a Republic for 352 years or 583 years, depending on how you count it. See my article about the Rezeß here for more on this subject.

[10] “Imperial and Free Towns of the Holy Roman Empire, City-States in Pre-Modern Germany?”, Peter Johanek, p 12 / 306 (from “A comparative study of thirty city-state cultures: an investigation, Copenhagen Kongelige Danske Videnskabernes Selskab 2000)

[11] One hundred and eleven years after Tannenberg none other than Nicholas Copernicus was leading militia against the Teutonic Order in yet another skirmish. See my HROARR article about that incident here.

[12] A city in central Poland almost 400 km north of Krakow.

[13] Aka Andrzej Tęczyński

[14] According to other sources the Armorer apparently pointed out that Tęczyń had gained weight since ordering the harness.

[15] According to other sources the armourer Clement was severely beaten at this time. The real issue though was probably that the nobles continued to consider burghers and especially artisans so far beneath them in status as for it to be permissible to beat them up, while the latter contested this notion. Długosz, as a member of the elite strata of the priestly estate, sympathizes with the knight Tęczyń but as is typical for his narratives, seems exasperated with all the unnecessary violence.

[16] The Queen dwells in Krakow castle, which is a separate entity from the town.

[17] A huge amount!

[18] The City Fathers (Burgomeisters and city council) were probably concerned for their own safety.

[19] Rural nobles in the districts of “Lesser Poland” surrounding these two cities.

[20] This is from page 475 in the Maujrice Michael translation of Dlugosz “Annales”

[21] Boubín, Jaroslav (2011). “The Bohemian Crownlands under the Jagiellons (1471–1526)”. In Pánek, Jaroslav; Tůma, Oldřich (eds.). A History of the Czech Lands. Charles University in Prague. pp. 173–187

[22] I found it quite difficult to find anything about the details surrounding this event in English[22], so I asked a friend Ondřej Vodička to recommend a source, and he suggested the twelve volume Dějepis města Prahy (History of Prague city) published from 1855-1905 by the Czech scholar, knight and parliamentarian, Vaclav Vlaqdivoj Tomek. The next step was to find a translator, of whom via my friend Pedro Maal, Petra Kleinhamplová came to my assistance. The full translation of this passage, which covers pages 31-52 of Dějepis města Prahy, can be found here: https://hroarr.com/article/polish-and-czech-sources-on-medieval-urban-violence/?fbclid=IwAR0EFTpj4_rlOlIZ9kFPg_rm853PqMQsjoRVOS2nUUEL0ipelF9D8y_yAZc.

[23] Boubín page 181.

[24] See Hugh LeCaine Agnew, The Czechs and the Lands of the Bohemian Crown.

L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)

English abstract: This essay presents the copy of Joachim Meyer’s fight book, kept in Sélestat. This original copy is presented and described, with a particular focus on its original binding (Hoffot, Strasbourg, 16th century) and the history of its provenance.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290.

La Renaissance des XVe et XVIe siècles fut marquée par le renouveau du programme pédagogique mis en œuvre en particulier dans les écoles paroissiales et/ou communales préparant aux études universitaires. Cependant, ce cursus studiorum ne concernait vraiment que les jeunes gens animés par le désir d’étudier les humaniores litterae et parfois bien plus par l’attrait que pouvaient susciter de belles carrières. Les rejetons de la noblesse, s’ils ne négligeaient pas forcément pour autant leur formation intellectuelle, se devaient avant tout d’apprendre le maniement des armes. Cet enseignement se voulait avant tout pratique et pouvait aussi reposer sur des considérations et des supports plus théoriques, en particuliers écrits, tant manuscrits qu’imprimés.

C’est ce qu’illustre le traité d’escrime du maître d’armes strasbourgeois Joachim Meyer imprimé en 1570. La Bibliothèque Humaniste de Sélestat abrite dans ses collections les plus précieuses (sous la cote K.161) le seul exemplaire alsacien conservé dans une collection publique de la Gründtliche Beschreibung. Après en avoir donné une description matérielle, on expliquera comment ce volume a pu intégrer le patrimoine écrit sélestadien au XIXe siècle.

I. Description de l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

Il ne s’agira pas d’aborder ici la vie et l’œuvre de Joachim Meyer, né en 1537 à Bâle. Après avoir exercé le métier de coutelier dans cette ville, il se maria en 1560 à Strasbourg et y enseigna l’escrime dès 1561[1].

La Gründtliche Beschreibung est un livre dont il ne reste qu’un nombre très restreint d’exemplaires. Une recherche rapide dans le répertoire des livres imprimés à travers l’espace de langue et de culture germaniques au XVIe siècle met en évidence 9 occurrences dans les fonds de bibliothèques patrimoniales allemandes dont les plus prestigieuses comme la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, la Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz de Berlin ou la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel[2]. Ce même répertoire n’indique aucune autre édition pour le XVIe siècle. L’édition suivante a été imprimée à Augsbourg en 1600 et semble être la copie conforme de la première édition, réalisée à Strasbourg trente ans plus tôt.

1. Description matérielle.

L’aspect global du traité de Meyer suscite une curiosité certaine. C’est un volume oblong (26×19 cm) comme on en imprime peu au XVIe siècle. Ce format à l’italienne s’adaptait au mieux à l’illustration retenue, composée de 74 gravures sur bois du peintre Tobias Stimmer et représentant le plus souvent des bretteurs en plein assaut. L’exemplaire sélestadien est propre et se trouve dans un état de conservation acceptable. On relèvera simplement que la couture du premier cahier sur les nerfs présente quelques faiblesses (ce qui le fait dépasser du corps d’ouvrage) et que les coins des plats supérieur et inférieur sont lacunaires. La couvrure est faite d’une peau de truie qui vient recouvrir un cartonnage (et non des aies de bois). L’ensemble était jadis maintenu à l’aide de lacs de soie, faisant en quelque sorte office de fermoirs ; il en reste les encoches en gouttière. Le corps d’ouvrage ne comporte pas d’annotations, sauf sur la page de titre. L’état matériel du volume ne rend compte d’aucune restauration plus ou moins ancienne.

Outre le titre de l’œuvre, la page de titre indique l’année d’impression (1570) et l’identité de l’auteur, Joachim Meyer, « Freyfechter zu Strassburg ». C’est à la fin du volume, dans ce qui pourrait passer pour une forme tardive de colophon, que l’on apprend que l’ouvrage a été imprimé à Strasbourg par Thiebolt Berger « am Weynmarckt zum Treubel ». L’historien des débuts de l’imprimerie strasbourgeoise François Ritter a donné quelques éléments concernant cet imprimeur[3]. Après avoir établi son atelier de 1551 à 1565 au n° 2 de la place des Carmes déchaux (l’actuelle place Kléber), Berger s’installa place du Marché-aux-Vins dans la maison dite « au Raisin » (« zum Treubel ») de 1565 à 1579, où il imprima son traité d’escrime. Selon Ritter, cet imprimeur, actif de 1551 à 1584, s’était spécialisé dans l’impression de cantiques, de chansons profanes et historiques et de nombreux reportages journalistiques. On lui attribue 188 éditions différentes, dont beaucoup de chansons[4]. 13 œuvres ont été imprimées pour la seule année 1570. La Beschreibung semble constituer un tel hapax dans la production de Berger que Ritter ne la mentionne même pas. Il faut reconnaître que les traités d’escrime ne sont pas légion à cette époque, tant du point de vue des éditions réalisées que des exemplaires qui nous sont parvenus. Ainsi, ce traité de Joachim Meyer n’apparaît pas non plus dans le répertoire des imprimés strasbourgeois du XVIe siècle[5] ; sa rareté y a sans doute contribué.

Sur la page de titre est indiqué que cette édition a été imprimée « Mit Römischer Keys. May. Freyheit / Auff zehen Jar in keinerley gestalt nicht / nach zu Trucken ». Cette formule renvoie à la pratique déjà ancienne des privilèges impériaux destinés aux imprimeurs et qui leur conféraient, pendant un temps limité, le monopole de l’impression et de la vente des ouvrages sortis de leurs presses. Ils pouvaient ainsi en attendre un retour sur investissement plus favorable, avant que l’édition qu’ils venaient de publier soit reprise par un de leurs concurrents (à une époque où la notion de copyright n’existe absolument pas). Un imprimeur était ainsi protégé des effets d’une concurrence déloyale. Cette innovation du privilège de librairie avait vu le jour dans le Saint-Empire : en septembre 1479, l’évêque de Wurtzbourg était le premier à accorder un privilège pour l’impression du bréviaire de son diocèse. Le fait que l’imprimeur Berger ait tenu à disposer d’un tel privilège attire notre attention sur le fait que ce livre avait dû lui coûter beaucoup d’argent du point de vue de l’investissement initial consenti, en particulier pour son illustration.

Parmi les pièces liminaires du volume apparaît l’épître dédicatoire de l’auteur, adressée à Jean Casimir, comte palatin du Rhin (1543-1592) et troisième fils de l’Électeur palatin du Rhin Frédéric III, et rédigée à Strasbourg le 24 février 1570. Dans ce texte, Meyer se place sous la protection de ce noble personnage qui a mené un certain nombre d’expéditions dans le Royaume de France afin d’y soutenir les Huguenots. L’auteur constate le déclin de cet exercice noble (« ritterliche Übung ») lié à l’essor des armes à feu, y compris chez les gens de guerre qui n’ont plus recours qu’à ces dernières. Meyer rappelle a contrario qu’à côté des armes à feu, les armes utilisées depuis des temps anciens comme les épées, les hallebardes ou les pics méritent qu’on en apprenne le maniement à plus forte raison quand on fait partie de la noblesse. C’est d’ailleurs ce que rapportent les livres anciens, à l’image des hauts faits des Romains, ainsi que l’histoire de l’Empire depuis les Carolingiens. Meyer souligne également l’importance des tournois qui permettent à la noblesse de s’exercer et de défendre en temps voulu le « Vaterland » en cas de guerre. Meyer souhaite prendre ses responsabilités en rédigeant cet ouvrage issu de sa longue expérience et en le faisant imprimer.

2. Découverte d’une nouvelle reliure de Hoffott ?

Le décor des deux plats de la reliure de l’exemplaire sélestadien du traité de Joachim Meyer a immédiatement suscité notre curiosité. Cette pleine truie estampée et ornée de décors appliqués à la roulette et à la plaque laisse immédiatement penser à la production du relieur strasbourgeois Philippe Hoffott, un des rares relieurs connus nommément pour cette ville au XVIe siècle[6].

La production de cet artisan a fait l’objet d’une étude approfondie en 1928[7]. A l’instar de la reliure de Hoffott conservée dans les collections de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg (BNU)[8], la reliure du K.161 de la Bibliothèque Humaniste présente sur le plat supérieur une allégorie de la Justice et sur le plat inférieur une représentation de Lucrèce se poignardant. Les textes accompagnant ces deux personnages sont identiques. Il serait a priori très tentant d’attribuer la reliure du volume de la Bibliothèque Humaniste à Hoffott : en effet, les petits personnages de la bande encadrant le médaillon central sont identiques à ceux de la reliure du volume que possédait A. Morgenthaler et qui présentait bel et bien la signature du relieur[9]. Cependant, l’exemplaire sélestadien n’arbore pas la signature du relieur ; c’est pourquoi il serait peut-être plus pertinent de parler d’une reliure « à la Hoffott », c’est-à-dire proche du style employé par ce relieur.

Après avoir présenté l’exemplaire sélestadien de l’œuvre de Joachim de Meyer, il faut désormais examiner par quel biais il a pu intégrer les trésors du patrimoine écrit sélestadien.

II. Un volume de la bibliothèque de l’historien sélestadien Antoine Dorlan.

Si la Bibliothèque Humaniste est bien connue pour conserver les bibliothèques de la paroisse (fondée en 1452) et du savant Beatus Rhenanus (1485-1547), le patrimoine écrit sélestadien ne se résume pas exclusivement à ces deux ensembles documentaires[10]. Ces deux noyaux, reliques de l’âge d’or qu’a connu la ville de Sélestat aux XVe et XVIe siècles, ont été enrichis aux XIXe et XXe siècles, à l’aide de dons et d’acquisitions diverses, comme le rappelle l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

1. Présentation d’Antoine Dorlan.

Jean-Baptiste Antoine Dorlan (1803-1862) fait partie de la grande lignée des historiens de Sélestat. Avocat au barreau de Sélestat, il fut par ailleurs membre du conseil municipal et contribua à ce titre à la mise en œuvre de la bibliothèque municipale[11]. La création, du point de vue administratif, de cette institution en 1841 donna lieu en effet à une amélioration notable des conditions de conservation, mais aussi de consultation, des ouvrages les plus anciens.

Dorlan fit également œuvre d’historien, en rédigeant des ouvrages sur Sélestat[12] et en collaborant à la Revue d’Alsace, et constitua à cet effet une collection d’alsatiques et d’ouvrages précieux qui fut acquise par sa ville natale en 1860[13]. Il prit aussi part aux débats de son temps sur les débuts de l’imprimerie et publia à cet effet un opuscule intitulé Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt[14]. Tout en admettant qu’il agissait presque avant tout par patriotisme local, Dorlan souhaitait réhabiliter Mentelin, détrôné au profit de Gutenberg par Schoepflin.

2. L’acquisition de la bibliothèque de Dorlan par la Ville de Sélestat.

En proposant à la ville de Sélestat d’acquérir sa riche bibliothèque, Dorlan avait compris comment associer son nom à l’histoire longue des collections de la bibliothèque municipale de Sélestat. Il s’agit de fait d’un des plus beaux accroissements des collections précieuses de cette institution au XIXe siècle, tant du point de vue qualitatif que quantitatif.

Cette acquisition à titre onéreux se déroula en deux temps. Au cours de la séance du conseil municipal du 19 avril 1860, le maire fit lecture de la lettre par laquelle « M. Dorlan, avocat à Schlestadt, offre de céder à la Ville moyennant le prix de 10 000 francs […] sa collection de livres d’Alsace et de livres d’histoire relatifs au même sujet, pour enrichir la Bibliothèque communale de ces documents historiques du pays » et invita « le conseil à en délibérer après avoir mis sous ses yeux les trois cahiers in-folio qui composent le catalogue des livres composant la bibliothèque alsatique de M. Dorlan ».

Cependant, le conseil municipal n’accepta pas d’emblée cette proposition d’acquisition mais confia à la commission de la bibliothèque communale le soin « d’examiner et d’estimer, pour rapport et avis, les documents historiques dont il s’agit[15] ».

La question de l’acquisition de la bibliothèque de Dorlan fut à nouveau examinée au cours de la séance du 23 juin suivant, marquée par l’exposé du rapporteur de la commission à laquelle le maire avait confié la mission d’examiner la valeur de cette collection et son utilité du point de vue scientifique. Furent ainsi mandatés à cet effet M. Heitz, imprimeur et bibliophile strasbourgeois, et M. Coste, juge au tribunal de Sélestat. Le premier expert est sans doute Frédéric Charles Heitz (1798-1867), grand collectionneur d’alsatiques[16]. Cette commission mandatée par les élus sélestadiens se rendit de ce fait le 9 mai au domicile de Dorlan « pour reconnaître l’état matériel des livres ». Le rapport publié en conseil municipal reprenait la lettre adressée par Heitz au maire, dans laquelle son auteur arrivait à la conclusion suivante : « la valeur de la bibliothèque de Dorlan est inappréciable pour la Ville de Schlestadt ». De fait, cet ensemble comprenait autant des ouvrages sur la ville même, que des œuvres écrites par des Sélestadiens voire imprimées à Sélestat, en particulier au XVIe siècle. Tout en mettant en exergue le fait que beaucoup de livres de la collection de Dorlan ne se trouvaient pas à la bibliothèque municipale de cette ville, Heitz conclut ainsi : « en résumé, Monsieur le Maire, je crois que les 10 000 francs que la Ville dépenserait seraient bien employés et que plus jamais une pareille occasion ne se présenterait ». L’ensemble des élus adoptèrent le projet d’acquisition de cette collection[17].

La Bibliothèque Humaniste conserve encore dans ses collections, sous la cote MS.659, le catalogue de la bibliothèque de Dorlan, intitulé Catalogue d’ouvrages et de notes historiques concernant l’Alsace. Collection achetée de Mr Dorlan, avocat, par la ville de Schlestadt en 1860. Ce volume de 487 pages répertorie 2 635 articles. Il est difficile de dire quand et par qui a été dressé cet inventaire, qui remonte sans doute au moment de l’achat de cette bibliothèque par la Ville de Sélestat. Le bibliothécaire en poste à cette époque était Amand Kleitz (1848-1867), par ailleurs professeur de seconde au collège de la ville[18]. Une solide complicité devait lier ces deux savants puisque Dorlan ne manque pas, en marge de son étude sur l’école latine publiée en 1855, de « remercier le digne bibliothécaire, M. Kleitz, de toute la bonté et de la patience qu’il a mises à mon service dans mes fréquentes visites au dépôt confié à sa garde[19] ».

Une étude sommaire de l’inventaire de la bibliothèque de Dorlan met bien en évidence qu’elle était riche en éditions des XVe et XVIe siècles, en particulier d’auteurs mais aussi d’imprimeurs liés à Sélestat (comme les Schürer mais aussi Nicolas Goetz, un disciple de Mentelin). Un relevé rapide met en évidence que 111 volumes (comportant 147 titres) des collections précieuses de la Bibliothèque Humaniste proviennent de cette acquisition. Des auteurs comme Martin Bucer (35 titres) et Jacques Wimpheling sont bien représentés (32 titres). Les autres savants sélestadiens ne sont pas oubliés avec Jérôme Gebwiler, Jean Sapidus et, bien évidemment, Beatus Rhenanus. On relèvera que ces volumes n’ont pas été enregistrés dans une section spécifique destinée aux ouvrages anciens mais relèvent de la catégorie « littérature ».

Le volume de Joachim Meyer est décrit à la p. 32 et porte le numéro 126 (encore visible sur le dois de la reliure), parmi les volumes enregistrés sous la rubrique « Alsace en général ». Dans la mesure où il n’a pas de lien direct avec Sélestat ou les humanistes de cette ville, il est difficile d’expliquer pourquoi Dorlan a acquis ce titre en particulier. L’ouvrage de Joachim Meyer peut sans doute être classé parmi les curiosités que l’historien a souhaité intégrer dans sa bibliothèque privée. Il est impossible de savoir comment Dorlan a fait cette acquisition et quels ont été les précédents propriétaires. La page de titre de l’actuel K.161 présente des annotations manuscrites, sous la forme, peut-être, d’initiales, qui sont néanmoins inexploitables.

Cet exposé a ainsi permis de découvrir de plus près le seul exemplaire alsacien connu de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer, c’est-à-dire dont la présence est à tout le moins attestée dans des collections publiques. De fait, on ne peut exclure qu’il puisse y en avoir dans l’une ou l’autre collection privée, la rareté (mais aussi dans ce cas la qualité de l’illustration) étant un des critères mis en avant par les bibliophiles afin d’alimenter leurs investigations et, surtout, leurs collections. Cette présentation permet ainsi à l’historien des bibliothèques de rappeler à quel point les donations de bibliothèques privées à des institutions publiques ou les achats de collections entières réalisées par celles-ci au cours de l’époque contemporaine ont permis d’intégrer ainsi dans leurs fonds des ouvrages parfois tout à fait exceptionnels, comme le traité d’escrime de Meyer.


Cite this article as: lnaas, "L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)," in Martial Culture in Medieval Town, 13/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1302.

[1] Gérard Cames, « MEYER Joachim », dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), t. 26, 1995, p. 2641.

[2] Voir la notice du VD16, M 5087, en ligne : <http://gateway-bayern.de/VD16+M+5087>.

[3] François Ritter, Histoire de l’imprimerie alsacienne aux XVe et XVIe siècles, Strasbourg-Paris, F.-X. Le Roux, 1955, p. 333-335. Voir aussi Christoph Reske, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts im deutschen Sprachgebiet, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2007, p. 889-890.

[4] Jean Muller, Bibliographie strasbourgeoise. Bibliographie des ouvrages imprimés à Strasbourg (Bas-Rhin) au XVIe siècle, t. 3, Baden-Baden, Valentin Koerner, 1986, p. 479-496.

[5] Miriam Usher Chrisman, Bibliography of Strasbourg imprints, 1480-1599, New Haeven-London, Yale University Press, 1982.

[6] Voir Christian Wolff, « HOFFOT Philippus », dans NDBA, , t. 17, 1991, p. 1629 et Schlaefli (Louis), « Observations sur quelques reliures du XVIe siècle », dans Regards en marge : histoires de reliures de l’espace rhénan, Strasbourg, Bibliothèque Alsatique du Crédit Mutuel, 2008, p. 31-43 (en particulier p. 35-36 sur Hoffott).

[7] Alphonse Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle, particulièrement sur Philippe Hoffott », dans Archives Alsaciennes d’Histoire de l’Art, 5 (1926), p. 79-93.

[8] Trésors des bibliothèques et des archives d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue/Editions du Quotidien, 2017, p. 152-153.

[9] Voir la photo dans son étude : A. Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle… », art. cit., p. 83.

[10] Pour avoir une vue d’ensemble des collections de la Bibliothèque Humaniste, voir Laurent Naas, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat, entre le Moyen Âge et la Renaissance », Arts et Métiers du Livre, n° 297, juin 2013, p. 20-35.

[11] Voir Maurice Kubler, « DORLAN Jean Baptiste Antoine (dit l’avocat) », dans NDBA, t. 8, 1986, p. 688.

[12] Antoine Dorlan, Notices historiques sur l’Alsace et principalement sur la ville de Schlestadt, 2 vol., Colmar, L. Reiffinger, 1843.

[13] Voir les délibérations du conseil municipal du 19 avril (n° 29) et du 23 juin (n° 61) 1860 et Hubert Meyer, « Antoine et Alexandre Dorlan, deux collectionneurs », Bulletin d’Alsacollections, n° 1, 1990, p. 22-26.

[14] Antoine Dorlan, Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt, Sélestat, F. Helbig, 1840.

[15] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 19 avril 1860, point n° 29.

[16] Voir Odile Zeller, « HEITZ Frédéric Charles », dans NDBA, t. 16, 1990, p. 1494. Il rassembla près de 27 500 ouvrages, dont la liste fut dressée par Rodolphe Reuss, avant d’intégrer les collections de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg (actuelle BNU).

[17] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 23 juin 1860.

[18] Voir Hubert Meyer, « KLEITZ Amand », dans NDBA, t. 21, 1993, p. 1998.

[19] Antoine Dorlan, « Nouvelles études historique sur l’école et la Société littéraires de Schlestadt aux XVe et XVIe siècles, précédées d’un coup-d’œil sur la renaissance des lettres en Allemagne »,  Revue d’Alsace, 1855, p. 348.

Crédit de l’image: Reliure de l’exemplaire de Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161). Bibliothèque Humaniste de Sélestat, reproduit avec permission.

À propos de l’auteur: Laurent Naas est Bibliothécaire territorial, Responsable scientifique de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat.

Dans l’œil du bretteur et du chirurgien

English abstract: Both during sportive or bloody duel, the idea of injury remains in the head of the swordsman as a risk and as a goal: hit the opponent while avoiding their blows. However, during the sixteenth century, fencing masters were eager to give a chivalrous and knightly look to the practice of their art and tended to ignore its bloody aspect. The Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens by Joachim Meyer published in 1570 is a perfect example of this ambiguous position about injury and harm. Legal, and most importantly medical sources allow to fill the gap in the documentation left by the fencing treatises on the nature of the wounds caused by the blows of the sword.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the conference and other essays visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528 (Wikimedia commons).

Lors d’un duel à l’épée en conditions réelles le risque de blessure et, par extension de mort, constitue une source de peur et de colère chez les deux bretteurs engagés. Des émotions propices au déchainement des passions et à la perte de contrôle lorsque les fers se croisent. La blessure serait alors à la fois cause et conséquence de cette violence non contrôlée en contradiction avec l’idéal de noblesse et l’aspect sportif que les maîtres d’armes désirent donner à la pratique de l’escrime au cours du XVIe siècle. Sans jamais disparaître, la référence à la blessure tend donc à s’effacer des traités de combat à l’épée pendant cette période. Il devient dès lors difficile pour l’historien de se figurer le rapport réel de l’épéiste à la blessure au seul moyen des manuels d’escrime et il doit recourir à d’autres types de sources. Juridiques d’une part (notamment l’étude des lettres de rémissions) et médicales d’autre part en recourant au discours de ceux qui soignent les différentes plaies créées au cours du combat. Ces praticiens sont appelés les chirurgiens et barbiers dans le royaume de France et trouvent leurs équivalents dans le Saint Empire Romain Germanique sous les appellations de Wundarzt et Feldscher. Nous utiliserons ici les écrits d’Ambroise Paré (v.1510-1590), chirurgien des rois de France, et le Feldtbuch der Wundartzney, un traité de chirurgie rédigé en 1517 par Hans von Gersdorff (v.1455-v.1520), citoyen et praticien de Strasbourg au tournant des XVIe et XVIIe siècles[i]. Ces artisans de la blessure exercent souvent dans un cadre urbain mais il arrive que certains soient amenés à quitter cet environnement pour suivre les armées en campagne en tant que chirurgien militaire.

La blessure dans le traité de Meyer

Au début de son traité, la description que fait Joachim Meyer du combat à l’épée ne vise nullement à provoquer une blessure chez l’adversaire ; le but pour le maître d’arme est de protéger son corps et de dominer l’adversaire par sa technique[ii]. L’objectif du bretteur est moins de toucher que d’éviter d’être soi-même touché et quand la blessure est explicitement évoquée par Meyer il s’agit de « blesser habilement / mit behendigkeit verletzen » ce qui témoigne d’une violence contrôlée[iii]. Joachim Meyer désire donner à son art un caractère civilisé et chevaleresque ce qui implique de minimiser les références à la blessure, illustration brutale de la pratique de l’arme blanche. Les termes employés pour désigner la violence des coups font référence à la frappe (hauw) voir au dommage (schad) mais rarement à la blessure.

Le cadre ludique et sportif constitue également un élément à prendre en considération pour expliquer la volonté de Meyer d’éluder la violence dans son traité. En effet, en examinant les gravures où sont représentés les combats au poignard et à la hallebarde on constate que ces armes sont mouchetées afin d’éviter que les partenaires de combat ne se meurtrissent inutilement. La violence s’exerce dans un cadre spécifique qui est celui de la salle d’armes où la blessure ne semble pas avoir sa place. On montre ce qui va causer la blessure mais le caractère meurtrier du geste enseigné n’est pas autant explicité que dans d’autres traités d’escrimes. Par exemple, on peut observer un sanglant coup à la tête lors d’un duel au dusack dans un manuel postérieur inspiré de Meyer, le Neu Künstliches Fechtbuch de Jakob Sutor paru à Frankfurt en 1612[iv].

Néanmoins, la blessure ressurgit parfois de manière explicite dans le traité de Meyer, rappelant que les techniques qui y sont enseignées peuvent trouver une application violente sinon mortelle qui dépasse le cadre sportif de la salle d’armes. Par exemple, quand le maître d’armes strasbourgeois mentionne la possibilité de briser le bras de son adversaire. La volonté de blesser est alors évidente et lui-même reste conscient de cette violence disproportionnelle comme en témoigne le poème qu’il écrit pour clore son écrit sur le dusack : « Wilt du dich ferner an ihm rechen / So kanstu ihm den Arm zür brechen[v] ».

La réalité des blessures possiblement engendrées par les techniques de Meyer

Bien que toutes les parties du corps constituent une cible dans le traité de Joachim Meyer, celui-ci porte un intérêt tout particulier aux coups visant la tête puisqu’il définit quatre zones où la frapper. Les travaux d’Isabelle Paresys sur les lettres de rémissions en Picardie témoignent de cette prédisposition à viser la tête lors d’un combat (37,5% des blessures des victimes ont lieu à cet endroit), un phénomène qui se vérifie également en terre d’Empire, dans la région de l’Artois. Ces lettres de rémission montrent que les frappes à la tête tuent rarement sur le coup (2% des victimes) et ce sont souvent les suites de la blessure, l’infection et l’absence de soins efficaces qui ont raison de la personne. Les chiffres avancés par l’historienne tendent à montrer que les blessures céphaliques ne sont pas les plus mortelles mais qu’en est-il du point de vue de ceux qui s’occupent de leur soin ?

Le Wundenmann constitue une première approche intéressante pour tenter de retranscrire la réalité des blessures causées par les armes blanches. Cette gravure constitue une typologie des plaies par arme que le chirurgien considère comme possiblement soignables et rencontre aussi bien à la ville qu’en campagne[vi]. Avant Hans von Gersdorff, on retrouve ce type de représentation en 1491 dans le Fasciculus de Medicinae du médecin allemand Johann von Ketham et en 1497 dans la Cirurgia de Hieronymus Brunschwig. Le Wundenmann est blessé de plusieurs coups d’épée ce qui semble indiquer que les chirurgiens expérimentés maîtrisent ce type de blessure.

Dans ses Voyages, Ambroise Paré raconte son expédition en 1543 à Marolle et en Basse-Bretagne où il a pu constater l’habitude des soldats de s’affronter à l’épée quand ils sont dans leur camp et non sur le champ de bataille. Cet entraînement ne se fait pas sans dégâts et Paré écrit qu’il y a toujours « quelque chinfreneau » (un terme qui désigne une blessure à la tête) ce qui lui permet de s’exercer mais il n’est pas question de mort qui surviendrait lors de ces duels[vii]. On a ici une pratique ludique de l’escrime qui engendre des blessures à la tête mais Ambroise Paré ne semble pas les considérer comme trop sérieuses et il ne leur laisse pas le temps d’empirer en les traitant rapidement.

Sur les plaies à la gorge, le discours des chirurgiens est sujet à caution car ces derniers peuvent se vanter d’avoir réussi à soigner une partie du corps où un coup d’épée est souvent synonyme d’hémorragie importante et de mort. La ligature constitue ici le seul moyen de stopper efficacement le saignement or il s’agit d’une technique opératoire qui requiert une bonne connaissance anatomique et une grande dextérité. Le procédé hémostatique communément employé, la cautérisation, est évidemment difficilement employable sur la gorge où il risque davantage de causer la mort du patient que sa guérison en raison de la finesse des tissus. Sur le Wundenmann, Hans von Gersdorff ne fait pas représenter les plaies à la gorge, peut-être en raison du caractère trop hasardeux de leur guérison.

Ainsi, que ce soit dans un contexte ludique ou de sang, l’ombre de la blessure plane dans la pratique de l’escrime au XVIe siècle. Le regard du chirurgien nous permet ici de donner une certaine perspective aux techniques enseignées par Joachim Meyer quand celles-ci impliquent l’usage de l’épée. Le maître d’armes privilégie la tête comme cible de ses techniques mais les sources juridiques et médicales nous indiquent qu’il ne s’agit pas des coups les plus mortels. Cela semble constituer un paradoxe si l’on continue de considérer l’enseignement de l’escrime comme l’apprentissage d’un art de tuer. Toutefois, si l’on replace cette pratique dans un cadre ludique et sportif il devient possible de considérer les techniques visant la tête comme un compromis entre la violence et le sport, voire comme ce que l’historien Rachel E. Kellet appelle « un risque acceptable[viii] ». La violence des coups à la tête ne serait donc pas jugée comme excessive et les blessures qui en résultent sont tacitement acceptées par Joachim Meyer dans le cadre sportif voir spectaculaire de la salle d’armes. 

Cite this article as: Alexandre Legros, "Dans l’œil du bretteur et du chirurgien," in Martial Culture in Medieval Town, 09/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1296.

Sources primaires :

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung / der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren / mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570.

Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964.

Ambroise Paré, La Méthode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à feu et de celles qui sont faictes par flèches, dardz et semblables, aussy des combustions spécialement faictes par la pouldre à canon, composée par Ambroyse Paré, Paris, Vivant Gaulterot, 1545.

Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.).

Sources secondaires :

Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015.

Melanie Panse, Hans von Gersdorffs “Feldbuch der Wundarznei”. Produktion, Präsentation und Rezeption von Wissen, Reichert Verlag, Wiesbaden, 2012.

Isabelle Paresys, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier. Paris, Éditions de la Sorbonne, 1998, en ligne : <https://books.openedition.org/psorbonne/2598>.

Marie-Claude Weslinger, Le « Feldtbuch der Wundartzney » de Hans von Gersdorff (1517) et les débuts de la chirurgie de guerre et traumatologique moderne : Commentaires : première traduction française : confrontation aux conceptions de Hieronymus Brunschwig et d’Ambroise Paré, Thèse de médecine, Université Strasbourg 1, 2 vol., 1983.


[i] Pour plus d’informations sur Ambroise Paré, voir la biographie de Jean-Pierre Poirier, Ambroise Paré : Un urgentiste au XVIe siècle, Pygmalion, Paris, 2005. Concernant Hans von Gersdorff, les grandes lignes de sa vie peuvent être résumées ici : ses origines sont floues mais il est probablement le fils d’un barbier-chirurgien, il participe aux batailles de Grandson, Morat en Nancy en 1476 et 1477 ; il ne semble plus quitter Strasbourg ensuite où il exerce à l’hôpital Saint-Antoine, un bâtiment aujourd’hui disparu mais qui se situait dans l’actuelle rue de l’Arc-en-ciel. Hormis les blessures dues à des armes blanches ou des projectiles en tout genre, le chirurgien strasbourgeois s’intéresse tout particulièrement au traitement de l’ergotisme et de la lèpre.

[ii] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung/der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren/mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570, f° a2v.

[iii] Ibid., f° b.

[iv] Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.), f° 35r.

[v] « Si tu désires te venger plus / Alors brise son bras. » – Joachim Meyer, op. cit., f° LXVIIIv. 

[vi] Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

[vii] Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964

[viii] Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015, p. 128-150.

La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)

English abstract: This essay sheds light to the cultural, economical and institutional contexts of fencing practices in Strasbourg during Joachim Meyer’s time of activity as a fencing master (1561-1570).

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290

L’objet de cette communication vise à présenter la place que l’escrime à pu prendre dans la ville de Strasbourg de la fin du Moyen Âge au XVIIe siècle, période qui englobe la présence de Joachim Meyer à Strasbourg (1560 environ à 1571). Il sera ainsi possible, je l’espère, d’éclairer le contexte culturel, économique et institutionnel de cette pratique.

Je vais restreindre le sens d’escrime à celui de pratique en duel de combat ritualisé à armes égales. Cette pratique s’apparente en grande partie à une activité physique de loisir et bénéficie d’un accueil favorable dans la culture allemande des XVe et XVIe siècles. Ceci tient probablement au fait que cette pratique fait partie des activités physiques considérées idéales pour la construction du corps, en ce qu’elle est associée à la chevalerie, symbole d’élévation social, et répond au souci de défense personnel, ou de défense de la communauté[1]. On en retrouve peu de traces à Strasbourg même au Moyen Âge, dont quelques rares sculptures sur des édifices religieux ou des décors de poêle (ill. 1).  Lors du dernier tiers du XVe siècle, Strasbourg organise des tournois de lutte et d’escrime en marge de concours de tir ou de course de chevaux et, surtout vers 1471, fait exceptionnel dans le Saint-Empire, un tournoi d’escrime ouvert aux escrimeurs locaux et étranger hors de tout autre contexte connu[2].

Frise d’une église romane de Strasbourg (disparue), Musée de l’Oeuvre Notre Dame, photo de l’auteur

Escrime et préparation militaire

Machiavel écrit au début XVIe siècle que les villes allemandes disposent d’immense quantité d’argent dans leur caisse car elles n’en gaspillent pas à faire appel à des mercenaires pour assurer leur défense. Il cite directement Strasbourg comme disposant d’un trésor important, dont l’estimation à un million de florins semble exagéré[3]. Selon lui ces villes feraient appel à leurs bourgeois, entraînés à cela, bien disciplinés et armés, et ayant un goût pour cela puisqu’ils jouent à manier les armes les jours de fête.

L’obligation pour les bourgeois de Strasbourg de participer à l’effet de défense de la ville a clairement contribué à la présence d’armes blanches dans l’environnement quotidien des habitants de Strasbourg. Mais on ne retrouve pas de traces de programmes ou d’injonctions à la formation militaire individuelle ou même collective.

Selon Francis Rapp, au contraire des affirmations de Machiavel, les villes d’Empire ont progressivement renoncé à faire briller leur infanterie sur la scène militaire à partir de la fin du XVe siècle, faute de pouvoir aligner un nombre suffisant d’hommes en armes. Dans le cas particulier de Strasbourg, la participation aux guerres de Bourgogne a été ruineuse, sans que la ville puisse faire autre chose que mettre sur pied une force d’appoint. Selon Rapp toujours, la médiocre réputation des fantassins strasbourgeois durant ce conflit fait douter de l’existence d’une réelle formation militaire. De fait, à partir de 1500, dans un contexte de fort développement du mercenariat dans le sud de l’Empire, la ville de Strasbourg concentra sa stratégie de défense sur l’amélioration de ses murailles, l’entretien d’un important arsenal d’armes à feu et l’engagement de mercenaire pour les expéditions[4]. Il paraît donc difficile de voir dans l’escrime une réelle préparation à la guerre, ou alors à l’efficacité douteuse, ce qui questionne l’indication dans le prologue du livre de Meyer où il vante l’intérêt de la pratique de l’escrime pour la défense de la patrie.

À l’inverse il est possible de trouver des influences de la sphère militaire sur la pratique de l’escrime en important dans la culture matérielle des bourgeois les armes employées à la guerre comme la hallebarde ou la grande pique que l’on retrouve chez Joachim Meyer. Ce dernier mentionne d’ailleurs pour ces deux armes une garde spécifique pour le champ de bataille, ou « Feldhut ».[5]

Discrète escrime

La pratique de l’escrime à Strasbourg aux XVIe et XVIIe siècles n’a guère laissée de traces. Elle est par exemple absente des réglementations sur les jeux ou activités de loisirs. D’un côté ceci est positif puisque la plupart de ces réglementations consistent essentiellement en des restrictions, mais d’un autre, cela donne l’impression que l’escrime n’est pas une matière ayant un intérêt suffisant pour être réglementée.

L’escrime est aussi absente de la politique de rayonnement de la ville : contrairement au XVe siècle, il n’y a plus d’organisation par la ville de démonstrations ou de concours d’escrime, y compris lors du grand concours de tir de 1576.

Il est possible d’en trouver quelques traces dans la littérature et les chroniques. Johann Fischart, ancien Strasbourgeois, adapte en 1575 le Gargantua de Rabelais en y introduisant un vaste vocabulaire propre à la culture de l’escrime des XVe et XVIe siècles qui n’a pas d’équivalence dans le roman français. Une poignée d’autres chroniques mentionnent les spectacles d’escrime, ou « Fechtschulen », de la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, donnant l’impression d’une certaine permanence dans les pratiques. Finalement, seul Daniel Martin détonne dans son dictionnaire français publié en 1637 où il décrit une salle d’arme à la mode française qui devait être une autre face de l’escrime pratiquée à Strasbourg, assez éloignée semble-t-il de celle de Meyer, en tout cas n’en partageant en rien le vocabulaire.

« Fechtschulen »

Les rares chroniques ne mentionnent guère l’escrime autrement qu’à travers la principale activité connue : les « Fechtschulen ». À Strasbourg, la première mention de ce type d’événement remonte à 1511 mais les lacunes dans la conservation des archives de la ville ne permettent pas d’avoir un aperçu plus précis que depuis 1540. Il apparaît que ces événements, mélanges de compétition publique, gala et spectacle d’escrime, organisés par des maîtres d’arme locaux ou étrangers, deviennent dans la deuxième moitié du siècle un véritable phénomène de mode à Strasbourg. Leur déroulement intégrait une demande officielle faite au Magistrat, une procession avec tambours et fifres avant le déroulement des assauts sur une place publique ou dans la cour d’un des poêles de tribus. Ces assauts publics se déroulent essentiellement les lundis ou lors des foires de la Saint-Jean ou de Noël. Pendant 40 ans, de 1580 à 1620 environ, les demandes faites au Magistrat étaient en tel nombre que celui-ci a ponctuellement imposé de n’en recevoir qu’une par quinzaine hors temps de foires[6].

Au final la pratique réelle de l’escrime peine à être mesurée. Le grand nombre de « Fechtschulen » recensés traduit plus sûrement la popularité du spectacle que sa pratique régulière qui pouvait rester cantonnée à un public réduit (nobles ou praticiens peut-être) ce qui ne devait pas offrir de gros débouchés financiers pour les maîtres d’armes s’ils voulaient pouvoir s’y consacrer à temps plein. De fait, avant l’annexion française, Strasbourg n’a jamais reconnu au maître d’arme le statut de métier officiel.

La production de livres de commandes comme les manuscrits de Meyer et surtout son imposante œuvre imprimée en 1570 à Strasbourg survient à une époque où ce type d’ouvrage est rare en langue allemande, mais où l’escrime est très présente dans l’espace public et la culture populaire. Ces ouvrages devaient être, selon toute probabilité, destinés à une clientèle riche ou prestigieuse probablement assez éloignée des participants aux « Fechtschulen ».

L’escrime à Strasbourg reste donc dans un statut équivoque, entre spectacle reconnu et apprécié, une activité physique que le Magistrat n’a jamais vraiment incitée mais qui devait participer de la culture martiale de l’époque, sans non plus jamais devenir un jeu et donc soumis à des restrictions régulières. Cette situation explique en partie la grande discrétion des pratiques qui lui sont associées malgré le grand nombre de spectacles et de combats publics qui se sont déroulés et surtout la parution d’un livre remarquable à tous égards.

Cite this article as: Olivier Dupuis, "La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)," in Martial Culture in Medieval Town, 01/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1312.

Bibliographie

Baumann Reinhard, Die Landsknechte. Ihre Geschichte und Kultur vom späten Mittelalter bis zum Dreissigjährigen Krieg, München, 1994.

Dupuis Olivier, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », dans Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79. <http://dx.doi.org/10.1515/apd-2015-0010, consulté le 10/05/2021>

Dupuis Olivier « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.

Dupuis Olivier, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », dans Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020, en ligne : <https://martcult.hypotheses.org/780, consulté le 10/05/2021>

Füssli Johann Heinrich, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich, Zurich, Orell, Gessner, Füssli et al., 1780, p. 2-3.

Machiavel Nicolas, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303.

Meyer Joachim, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

Rapp Francis, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », dans Journal des savants, 1996, p. 377-417

Tlusty B. Ann, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.


[1] Sur la vision favorable de l’escrime, voir Olivier Dupuis, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020. Pour la culture de l’arme et de la défense corporelle, lire en particulier B. Ann Tlusty, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.

[2] Un tournoi de lutte vers 1460 est mentionné dans la biographique d’un bourgmestre de Zürich, Füssli, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich. Pour les tournois d’escrime voir Olivier Dupuis, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79.

[3] Nicolas Machiavel, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303..

[4] Francis Rapp, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », Journal des savants, 1996, p. 377-417

[5] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

[6] Olivier Dupuis, « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.