Les armes d’hast suisses au temps des guerres de Bourgogne

Les images représentant les faits guerriers et tout particulièrement les Bilderchroniken permettent d’évoquer les armes de guerres utilisées au cours des combats. Les enluminures issues de la chronique de Diebold Schilling l’Ancien [1] commandée par le Conseil de la ville de Berne et réalisée à la fin du XVe siècle permettent de visualiser les armes employées au cours des guerres de Bourgogne, qui voient l’opposition des Confédérés suisses au duc de Bourgogne Charles le Téméraire entre 1474 et 1477. Sur les illustrations, se distinguent un ensemble d’armes offensives utilisées au cours des conflits par les combattants. Ces armes correspondent à différentes catégories dont les armes d’hast occupent une place prédominante. En effet, à la fin du Moyen Âge, influencées par le modèle suisse, nous voyons la mise en place dans les armées européennes d’une infanterie plus moderne, alliant notamment piques et hallebardes [2] (fig. 1). L’arme d’hast est composée d’une lame ou d’une pointe en métal et d’un long manche, la hampe. Elle est par excellence l’arme du simple soldat, dérivée des outils agricoles des paysans [3]. Elle est utilisée pour l’estoc et la taille, mais n’est pas lancée [4]. Les principales armes des combattants suisses sont la pique et la hallebarde. La pique est destinée à estoquer, à la différence de la hallebarde qui pouvait être utilisée non seulement d’estoc, mais aussi pour donner des coups de taille et exécuter des crochetages avec le fer. Les armes d’hast sont des armes utilisées en général dans deux buts : piquer et désarçonner, c’est pourquoi elles sont toutes munies d’une terrible pointe [5].

La pique

La pique se compose d’une longue hampe d’environ six mètres pourvue d’une pointe de fer de formes diverses et pesant entre deux et trois kilos environ. Le fer avait pour but de percer la défense de l’adversaire, cottes de mailles ou plaques de métal. Sur les enluminures de la chronique de Diebold Schilling l’Ancien la pique a la forme d’un simple bâton en bois possédant une pointe (fig. 1). Cette arme est notamment utilisée dans les rangs de l’armée suisse, mais ne forme pas véritablement une innovation puisqu’elle était déjà utilisée auparavant, avant qu’elle ne se répande aux autres armées européennes, dont l’armée bourguignonne. Elle équipe environ le quart des hommes confédérés durant les guerres de Bourgogne [6]. L’efficacité de la pique réside dans son nombre. Les piquiers se placent sur plusieurs rangs et forment une véritable haie, à l’instar des phalanges macédoniennes, afin de lutter principalement contre les charges de la cavalerie (fig. 2). La pique n’était pas une arme difficile à manier, mais elle demandait une bonne discipline et une cohésion des hommes entre eux. Très encombrante, elle rendait les déplacements des hommes difficiles. L’usage de la pique suisse est souvent associé à celui de la hallebarde.

Fig. 1: Les Bernois partent lever le siège de Grandson et se rendent à Morat.
 Berne, Burgerbibliothek, Manuscrit Mss.h.h.l.3, fol. 306r.

La hallebarde

La hallebarde se compose d’une longue hampe et d’un fer asymétrique composé d’un couperet en tranchant droit, d’un petit crochet placé sur le côté du fer et d’une pointe de fer utilisé d’estoc, la ber (fig. 1). Elle pèse entre trois et quatre kilos et mesure environ deux mètres. Elle est utilisée d’estoc ou de taille et permet de maintenir l’adversaire à distance. Tout comme la pique, elle devait être maniée à deux mains et demandait une véritable dextérité. La hallebarde est l’arme principale des combattants suisses, elle équipe notamment les hommes qui forment le centre du carré suisse et qui attaquent les cavaliers pris au piège dans les piques (fig. 2). L’association systématique de ces deux éléments est essentielle pour l’efficacité optimale de la hallebarde contre la cavalerie, mais elle peut très bien être utilisée contre des fantassins.

Fig. 2: Bataille de Grandson (2 mars 1476).
Berne, Burgerbibliothek, Manuscrit Mss.h.h.l.3, fol. 324v.

Ainsi, les enluminures de la chronique de Diebold Schilling l’Ancien nous donne à voir les armes d’hast, notamment la pique et la hallebarde, employées par les combattants suisses à la fin du XVe siècle.


Cite this article as: Morgane BON, "Les armes d’hast suisses au temps des guerres de Bourgogne," in Martial Culture in Medieval Town, 12/09/2019, https://martcult.hypotheses.org/346.

[1] Amtliche Berner Chronik, Band 3, Mss.h.h.l.3, Berne, Burgerbibliothek.

[2] Olivier Renaudeau , ‘Où l’Europe découvre que la guerre se gagne à pied : la révolution de l’infanterie’, in D’Azincourt à Marignan. Chevaliers et bombardes, 1415-1515, ed. by Nicolas Baptiste, Nathalie Bailleux (Paris, Gallimard : 2015), pp. 40-47 (p. 44).

[3] Christophe Gilliot, Armes & armures, Ve-XVe siècles (Bayeux, Editions Heimdal : 2008), p. 166.

[4] Philippe Durand, L’armement au Moyen Âge, tome 1 (Bordeaux, 2012), p. 37.

[5] Gilliot,  p. 166.

[6] Eugène Heer, ‘Armes et armures au temps des guerres de Bourgogne’, in Grandson, 1476. Essai d’approche pluridisciplinaire d’une action militaire du XVe siècle, ed. by Daniel Reichel (Lausanne, Centre d’histoire : 1976), pp. 177-200 (p. 198).