La bataille de Laupen (1339)

En 1339, la bataille de Laupen marque l’histoire suisse et bernoise d’une pierre, ou plutôt d’une croix blanche : le drapeau suisse y trouverait son origine, l’étendard rouge à croix blanche ayant été utilisé comme signe de ralliement durant la bataille. Aidé de ses alliés soleurois et de contingents mercenaires venus des Waldstätten, Berne remporte à Laupen une victoire décisive contre une coalition de seigneurs de l’actuelle Suisse romande et de la ville de Fribourg. Cette victoire prépare le terrain pour une alliance porteuse d’avenir de Berne avec Uri, Schwyz et Unterwald, scellée en 1353.


Diebold Schilling, Spiezer Chronik, 1484-5 (Burgerbibliothek, Bern)

Origines et conséquences de la bataille de Laupen

Au XIVe siècle, plusieurs seigneurs de l’actuelle Suisse romande et au-delà voient d’un mauvais œil la montée en puissance politique et territoriale de la ville de Berne. La cité lovée dans la boucle de l’Aar a accumulé les territoires, accordé la bourgeoisie à d’anciens sujets des seigneurs romands et même refusé de rendre hommage à l’empereur Louis de Bavière, alors excommunié. Plusieurs nobles, dont les comtes de Nidau et les évêques de Bâle et de Lausanne, forment alors une coalition pour défendre leurs intérêts. Fribourg entre également dans la coalition. Après l’échec des négociations de Neuenegg en avril 1338, ils déclarent la guerre à Berne fin mars 1339, le jour de Pâques.

Après un premier raid du comte de Valangin, les Bernois réagissent en tentant de prendre Aarberg, mais sans succès ; ils établissent alors une garnison à Laupen, qui se voit assiégée dès le 10 juin. Le 21 de ce mois, l’armée bernoise marche sur Laupen, commandée par Rodolphe d’Erlach et renforcée par les troupes soleuroises et des mercenaires venus des Waldstätten. Les deux camps, forts chacun d’environ 6000 hommes, s’affrontent près de Wyden. Avantagés par le terrain, les Bernois remportent la victoire, détruisant presque entièrement la cavalerie adverse. La noblesse romande ne se relèvera jamais de cette défaite.

Le conflit se poursuit quelques temps sous forme d’escarmouches, souvent provoquées par Fribourg, la principale rivale de Berne dans la région. Toutefois, Berne finit par s’imposer en incendiant les faubourgs de la ville ennemie après la bataille de Schönberg (24 avril 1340). Lors des négociations de paix qui suivent, la médiation est assurée par la reine Agnès de Hongrie, principale représentante des Habsbourg en Autriche antérieure. Les négociations se concluent par la paix de Königsfelden, qui consolide la prépondérance bernoise dans la région.

L’assistance prêtée par les Waldstätten pendant la bataille de Laupen aurait convaincu Berne des avantages d’une alliance permanente avec Uri, Schwyz et Unterwald. Cette alliance, conclue en 1353, rapproche la ville des bords de l’Aar des sphères politiques de la Suisse orientale actuelle.

Document

Parmi les nombreuses sources qui relatent la bataille de Laupen, la chronique de Diebold Schilling de 1484/1485 se distingue par les miniatures de haute qualité qui accompagnent le récit. Rédigée 150 ans après les événements, cette chronique a été commanditée par Rodolphe d’Erlach, conseiller en ville de Bâle et descendant du commandant homonyme de l’armée bernoise à Laupen.

Le récit canonique de la bataille est dû à Conrad Justinger, chroniqueur officiel de la ville de Berne au début du XVe siècle. Dans son œuvre, l’histoire de la bataille de Laupen constitue un épisode très détaillé dont la recherche s’accorde aujourd’hui à dire que Justinger l’a emprunté à un récit antérieur, probablement rédigé juste après la bataille par un chevalier de l’Ordre teutonique installé à Berne. Diebold Schilling reprend à son tour ce texte, mais en développant de manière significative le rôle joué par le capitaine des armées bernoises, le comte Rodolphe d’Erlach.

Le manuscrit, dit « Chronique de Spiez » en raison de sa conservation au château de Spiez sur les rives du lac de Thoune (jusqu’en 1888), contient 403 feuillets au format 370×260 mm. Il relate l’histoire de Berne depuis la fondation de la ville aux alentours de 1191 jusqu’en 1465. 339 dessins coloriés à la plume illustrent l’œuvre, qui est restée inachevée. Contrairement à la chronique officielle de Berne, la « Chronique de Spiez » de Diebold Schilling ne contient pas de considérations sur les guerres de Bourgogne.

Le manuscrit a été numérisé dans le cadre du projet e-codices et peut être consulté à l’adresse suivante : http://dx.doi.org/10.5076/e-codices-bbb-Mss-hh-I0016. L’édition du texte est publiée avec le facsimilé.

Commentaire

La particularité du manuscrit de Diebold Schilling réside dans les images qui illustrent le récit de la bataille de Laupen. L’auteur de la série d’enluminures en pleine page reste inconnu, mais il s’agissait sans doute d’un des maîtres les plus talentueux de son temps. Examinons quatre de ces images révélatrices de la culture martiale médiévale :

La première image montre les deux armées face à face. Bien que les Bernois disposent alors de troupes à cheval – parmi les alliés soleurois se comptent des cavaliers –, l’artiste met en scène un affrontement opposant, selon un motif bien connu, troupes féodales à cheval et bourgeois libres combattant à pied. La seconde image illustre le moment où les Bernois et leurs alliés prennent le dessus. La cavalerie soleuroise du comte de Wissembourg est maintenant représentée au premier plan ; au centre de l’image, le comte Rodolphe d’Erlach, coiffé d’un casque arborant les armes de sa famille, brandit une hallebarde richement ouvragée. La troisième image montre le moment décisif où les Bernois écrasent leurs adversaires. À l’arrière-plan, une partie des troupes ennemies est déjà en fuite ; au premier plan, les chevaliers défaits baissent la tête en signe de soumission. Ils semblent subjugués devant l’avancée inexorable de Rodolphe d’Erlach.

La dernière image souligne que la victoire des Bernois et de leurs alliés a été voulue par Dieu lui-même. Au milieu des dépouilles de leurs ennemis et des drapeaux adverses tombés à terre, les Bernois triomphants rendent grâce à Dieu qui, selon Justinger, a pris leur parti dans la bataille, devenant ainsi « bourgeois de Berne » ! Le geste de prière « aux bras écartés » deviendra, au XVe siècle, un signe de reconnaissance des Confédérés, régulièrement utilisé dans les représentations picturales.

Bibliographie

  • Diebold Schillings Spiezer Bilderchronik. Kommentarband zur Faksimile-Ausgabe der Handschrift Mss. hist. helv. I. 16 der Burgerbibliothek Bern, éd. par H. Haeberli, Lucerne, Steiger, 1991.
  • Christian Folini, « Laupen, guerre de », in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), 2007.
  • H. Braun, « Der Laupenkrieg – eine Berner Erfolgsgeschichte », in Rainer C. Schwinges (dir.) Berns mutige Zeit, Berne, Stämpfli, 2003, p. 524-528.
  • Regula Schmid, « Bezahlte Bürger – Gratissöldner. Die Zusammensetzung städtischer Heere im Spätmittelalter », in Philipp Rogger et Regula Schmid (dir.), Miliz oder Söldner ? Wehrpflicht und Solddienst in Stadt, Republik und Fürstenstaat (13.-18. Jahrhundert), Paderborn, F. Schöningh, 2019, p. 91-114.
  • Regula Schmid, Geschichte im Dienst der Stadt. Amtliche Historie und Politik im Spätmittelalter, Zurich, Chronos, 2009, p. 60-66.

Crédits

Rédaction et traduction : Regula Schmid, Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions la Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne pour l’autorisation d’utilisation des images. Ce contenu est proposé en lien avec l’exposition temporaire « Alarme ! » au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-28.05.23)



Cite this blog post
Daniel Jaquet (2022, October 10). La bataille de Laupen (1339). Martial Culture in Medieval Town. Retrieved May 29, 2024, from https://doi.org/10.58079/r92e

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search