Les fontaines à statue

Les fontaines ornementales et leurs statues hautes en couleur sont souvent considérées comme une particularité suisse du temps de la Renaissance (il en existe cependant en dehors des territoires de l’Ancienne Confédération). Ces fontaines sont d’une part des lieux de vie sociale, en raison de leur rôle dans l’approvisionnement en eau de la cité, et…


La symbolique des fontaines

Les fontaines à effigie forment parfois des ensembles qui déroulent un véritable programme symbolique au gré des rues et des places de la ville, comme à Berne, où le discours célébrant les vertus d’un magistrat chrétien et les capacités de la cité à défendre ses libertés est encore bien visible.

Preuve que les fontaines fonctionnaient comme autant de marqueurs de l’identité municipale, elles sont fréquemment reproduites dans les chroniques, permettant d’identifier immédiatement le lieu représenté sur une enluminure. La fontaine du marché aux vins de Lucerne, œuvre de Conrad Lux réalisée en 1481, se retrouve par exemple dans la chronique officielle établie par Diebold Schilling de 1513 : sous ses auspices, le Conseil reçoit une délégation en armes venue d’Obwald et menée par le capitaine Hans von Flüe. En 1728, cette fontaine a été restaurée et modifiée par Hans Georg Urban.

Cet article propose de découvrir une sélection de fontaines de villes suisses. En liaison avec la tenue de l’exposition « Alarm ! » au Museum Altes Zeughaus, les fontaines de Soleure font l’objet d’une section dédiée, et un détour par Mulhouse rappelle que ce phénomène n’était pas limité aux villes suisses.

Bâle, la fontaine de Sevogel. La fontaine de Sevogel se trouve aujourd’hui sur la place de l’église Saint-Martin, en face des Archives de l’État de Bâle-Ville. La statue réalisée par Hans Dobel a été commanditée en 1530 par le Conseil afin de remplacer une sculpture plus ancienne détruite lors d’une crue de la Birsig. Les couleurs actuelles de la statue ne sont pas d’origine, l’œuvre ayant été repeinte à quatre reprises. La statue représente un combattant équipé d’une épée, d’une dague, d’un bouclier et d’une hallebarde. Elle tire son nom d’une tradition populaire voulant que le guerrier barbu représenté soit Henman Sevogel, capitaine bâlois tombé à la bataille de St. Jakob en 1444. La sculpture qu’elle remplace, œuvre de Martin Hoffmann, portait déjà ce nom. À la place de la hallebarde, Sevogel tenait alors la bannière de la ville dans sa main. À l’origine, la statue de Henman Sevogel se dressait sur la place du Marché. En 1888, cette place fut réaménagée et la statue entreposée au Musée d’histoire de Bâle. Elle y resta onze années durant, avant d’être installée sur une fontaine de la place de l’église Saint-Martin en 1899. L’installation de la statue à ce nouvel emplacement répondait sans doute à la volonté de l’autorité municipale d’orner cette place d’une œuvre symbolique de style Renaissance dans la foulée de la rénovation de l’hôtel de ville.

Berne, la fontaine de Ryffli. La statue d’un capitaine des arbalétriers ornant la fontaine de la Aarbergergasse a été réalisée en 1545 par des apprentis de Hans Gieng. L’animal tutélaire de Berne accompagne le combattant sous les traits d’un petit ours armé d’un mousquet à platine de silex. Le nom actuel de la fontaine découle de la tradition voulant que la sculpture représente le légendaire tireur Ryffli. Selon la chronique de Konrad Justinger, Ryffli aurait tué le chevalier Jordan III de Burgistein après la bataille de Laupen. Le malheureux chevalier était imprudemment apparu à une fenêtre de son château assiégé par les Bernois, et Ryffli saisit l’occasion pour l’abattre d’un seul tir bien ajusté. Une autre interprétation voit dans la statue le capitaine Anton Güder, mais cette thèse n’est pas parvenue à s’imposer.

Bienne, la fontaine du Banneret. Le combattant en armure qui se tient, épée au côté et drapeau biennois à la main, sur le fût de cette fontaine représente le banneret de Bienne. Au Moyen Âge, cet officier commandait les troupes biennoises et gardait les clés de l’arsenal.
Une fontaine se dressait déjà à cet emplacement en 1401, dont le bassin en bois fut remplacé en 1546 par un bassin en pierre construit par Peter Pagan de Nidau. En 1557, le tailleur de pierres Michel Wumard réalisa la statue du banneret. Dès l’installation de la statue, il fallut procéder aux premières réparations : les jambes s’étaient brisées et durent être fixées au reste de la statue avec des attelles en fer. Le bassin fut remplacé une nouvelle fois en 1835 par Joseph Menth.

Fribourg, la fontaine de la Fidelité. La fontaine de la Fidélité, dont la statue a été réalisée par Stephan Amann et le fût par Hans Geiler, date de 1557. La statue représente un homme en armes, revêtu d’une armure complète, la main gauche près de l’épée et une bannière dans la main droite. Comme sur plusieurs fontaines de Hans Geiler, une ronde d’angelots, d’amours ou de génies orne la partie supérieure du fût. La statue représente probablement le comte Berthold IV de Zähringen, fondateur de la ville Fribourg, sous les traits d’un banneret, figure qui peut aussi être vue comme l’incarnation de la loyauté à la cité et comme symbole de la volonté de défendre les libertés municipales.

Mulhouse, la fontaine du Hallebardier. La sculpture actuelle est une réplique de l’effigie originale de 1572. Démontée en 1955, la statue n’a été réinstallée qu’en 1993. Le hallebardier symbolise l’autonomie politique chère à l’élite bourgeoise des villes libres d’Alsace, de Suisse et du margraviat de Bade. La fontaine du Hallebardier reprend les codes des fontaines suisses et souligne ainsi la proximité culturelle entre des cités limitrophes, au-delà des conceptions modernes de la frontière.

Neuchâtel, la fontaine du Banneret. La fontaine du Banneret a été réalisée en 1550 par le sculpteur Laurent Perroud (Perrod), auxquels sont attribuées des œuvres similaires dans les villes de La Neuveville et Porrentruy. Située au croisement des rues des Moulins et du Château, la fontaine de Neuchâtel occupait à l’origine un emplacement symbolique, à l’entrée de la ville. Le banneret incarnant la volonté de la cité de défendre ses libertés est une figure récurrente de la grammaire visuelle des cités de l’époque moderne.

Porrentruy, la fontaine du Suisse. Sculptée par Laurent Perroud (Perrod) en 1558, la fontaine du Suisse est la plus ancienne des fontaines de la ville de Porrentruy. Elle représente un banneret portant l’étendard de la cité, aux pieds duquel se tient un sanglier, animal tutélaire de Porrentruy. Selon la légende, un sanglier furieux aurait, sans grand effort, franchi les remparts d’un saut, montrant ainsi aux autorités que la ville avait besoin de murailles plus hautes.

Schaffhouse, la fontaine du Lansquenet. La figure d’homme en armes ornant la plus grande fontaine de la ville de Schaffhouse symbolise la capacité de la cité à se protéger et à défendre ses libertés. La statue originale est l’œuvre du sculpteur Jörg Dies, qui l’a réalisée entre 1523 et 1524. Parmi les œuvres de Dies se comptent plusieurs statues de fontaines à Schaffhouse, dont celle du Mohrenbrunnen, qui représenterait le roi mage Gaspard.

Zoug, la fontaine de Kolin (fontaine du Bœuf). Le lieu où se dresse la fontaine de Kolin était autrefois connu sous le nom de place des Tilleuls, raison pour laquelle la fontaine construite en 1541 sur ordre du Conseil de ville porta dans un premier temps le nom de fontaine aux Tilleuls. La fontaine est composée d’un bassin octogonal en pierre sur lequel s’élève un fût orné d’un chapiteau à feuilles et portant la date de construction. La statue représente un banneret portant un bouclier et l’étendard de Zoug, identifié comme Wolfgang Kolin, bâtisseur de l’auberge Zum Ochsen, située au nord de la place. La fontaine est d’ailleurs aussi connue sous le nom de fontaine du Bœuf. La statue et la fontaine ont été restaurées à plusieurs reprises, la dernière fois en 1981. Son apparence d’origine n’est pas connue.

Zurich, la fontaine de Stüssi Cette fontaine se dresse dans une rue de la vieille ville de Zurich nommée en l’honneur de l’ancien bourgmestre Rudolf Stussi. En 1443, lors de la bataille de St. Jakob, Stussi est tué alors qu’il défend le pont sur la Sihl. La figure de banneret qui orne le fût de la fontaine est le plus souvent interprétée comme une représentation du bourgmestre tombé au combat. Le personnage tient une épée longue dans sa main droite et, dans la gauche, la bannière de Zurich.

Les fontaines de Soleure

Cinq fontaines construites entre 1548 et 1588 agrémentent les rues de la vieille ville de Soleure. Elles sont alimentées par des sources situées au nord de la ville, dont l’eau est amenée aux fontaines via des conduites en troncs creusés. Véritables œuvres d’art, elles expriment l’importance de la distribution d’eau potable pour la vie dans la cité et les statues polychromes qui surmontent leurs fûts symbolisent les vertus de la cité et de son magistrat. Les autorités de la ville ont confié la création de ces œuvres à Laurent Perroud, à son fils Jacques et à Hans Gieng, tous sculpteurs spécialisés venus de Neuchâtel et de Fribourg.

En sortant de l’exposition « Alarme ! », prenez le temps de découvrir les fontaines de Soleure. Tout près du musée, la fontaine de saint Maurice veille sur la place de l’Arsenal. La fontaine de saint Ours se dresse au cœur de la vieille ville, sur la place du Marché. Dans la Hauptgasse, sur la petite place d’où la Pfisterngasse serpente vers le Friedhofplatz, la fontaine de la Justice attend vos requêtes. Au croisement de la Hauptgasse et du Stalden se dresse la fontaine de saint Georges. Enfin, en remontant le Stalden jusqu’au Friedhofsplatz, vous trouverez la fontaine de Samson.

Bibliographie

  • Benno Schubiger, « Solothurns Stadtgestalt im Spätmittelalter. Versuch eines Überblicks anhand der schriftlichen Quellen », in Solothurn. Beiträge zur Entwicklung der Stadt im Mittelalter, Zurich, Verlag der Fachvereine, 1990, p. 265-286.
  • Benno Schubiger, « Die Renaissance-Figurenbrunnen in Solothurn », Perystile OA Berne, SHAS, 2003.
  • Pierre Bouffard et René Creux, Fontaines. Miroirs de la Suisse, Genève, Droz, 1973.
  • Die Kunstdenkmäler der Schweiz (Gesellschaft für Schweizerische Kunstgeschichte). Les contenus des volumes sont disponibles en recherche plein texte dans la base de données eKDS : https://ekds.ch/home/search.

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Ce contenu est proposé en lien avec l’exposition temporaire « Alarm ! » au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-28.05.23)



Cite this blog post
Daniel Jaquet (2022, October 9). Les fontaines à statue. Martial Culture in Medieval Town. Retrieved June 24, 2024, from https://doi.org/10.58079/r92b

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search