La main mécanique (1476)

Cette prothèse mécanique est pourvue de doigts articulés permettant l’ouverture et la fermeture de la main dans au moins deux positions. Son propriétaire, un certain Ulrich Wyss, était maître artilleur à la solde de la ville de Fribourg. Elle a été fabriquée en 1476 par le maître horloger Ulrich Wagner.


Prothèse de main mécanique, 1467 (Musée d’Art et d’Histoire, Fribourg).

L’objet

La prothèse est en acier forgé et mesure 140 x 95 mm pour un poids de 340 grammes. Elle est équipée de deux mécanismes, l’un pour ouvrir et fermer la main, l’autre pour placer les doigts dans différentes positions. Le mécanisme est passif et doit être actionné avec l’autre main. Des détails esthétiques font partie intégrante de cette création mécanique, comme le contour des ongles reproduit sur les doigts de métal.

Commentaire

Les documents d’archives permettent de retrouver le propriétaire et même le créateur de cet objet. Plusieurs entrées dans les archives de Fribourg font référence à la main mécanique. La plus détaillée reste celle de son paiement par la ville en 1476 :

Item, a maistre Ulrich Wagner, maistre facteur dez reloges pour une main quil a fait a Ulrich, maistre dez boitez, ordonne par Messeigneurs au luef [=lieu] de celle qu’il perdist ou service de le ville en faisant les keygel, 11 fl. = 22 lib.

Livre de comptes, 1476, Archives de l’État de Fribourg

En 1475, le maître artilleur Ulrich Wyss perd une main et deux côtes dans un accident probablement survenu durant la fabrication de poudre à canon ou de munitions. Le métier d’artilleur n’est pas sans danger et ce genre de mutilation est fréquent : un second maître au service de la ville, Gabriel Tüscher, perd ses deux mains devant les murs de Morat en 1476.

En 1476, la ville fait réaliser à ses frais une prothèse articulée destinée à équiper le malheureux artilleur Wyss. C’est le maître serrurier et horloger Ulrich Wagner qui crée et fabrique la main mécanique. Originaire de Munich, il est attesté comme bourgeois de la ville de Fribourg en 1465. Membre de la guilde des forgerons, il possède une maison dans le quartier du Bourg. Wagner a réalisé de nombreux projets pour la ville, notamment le portail du chœur de l’église Saint-Nicolas (1464-1466) ou les horloges du quartier de l’Auge (1472) et de l’église Saint-Nicolas (1475) ; il a aussi contribué à la fabrication de 44 canons pour la ville (1477). De 1468 à sa mort, en 1485, il est membre du Conseil des Deux Cents.

En 1479, Soleure verse également une contribution à la réalisation de la prothèse, comme en atteste une entrée dans les comptes de la ville. C’est aussi la dernière mention connue du maître artilleur Wyss :

Item, dem büchsenmeister von Frÿburg 1 lib, so vor Murten ein hand und zweÿ ripp usgeschossen sind.

Seckelmeister, Rechnungen 1478, Staatsarchiv Solothurn

L’incident prend place dans le contexte des guerres de Bourgogne, auxquelles participent tant Soleure que Fribourg. Le fait que deux autorités municipales couvrent les dépenses suscitées par la réalisation de la prothèse indique que des experts militaires recherchés, tels qu’Ulrich Wyss, peuvent être au service de plusieurs villes à la fois. Cela montre aussi que les autorités ont à cœur de permettre à un spécialiste blessé de reprendre son travail. Wyss supervisera d’ailleurs la fabrication de 19 nouveaux canons pour la ville de Fribourg après la bataille de Grandson.Seckelmeisterrechnungen 1478, Staatsarchiv Solothurn.

Bibliographie

  • Raoul Blanchard: Ulrich Wagner. Main articifielle (1476),Fiches du Musée d’art et d’histoire de Fribourg, 2002/2.
  • Albert Büchi, « Freiburger Akten zur Geschichte der Burgunderkriege (1474-1481) », Freiburger Geschichtsblätter 16, 1909, p. 1-165.

Poste sur ce blog en lien avec le contenu

Crédits

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions le Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg pour l’autorisation de publication de l’image. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire «Alarme !» au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-29.05.23).



Cite this blog post
Daniel Jaquet (2022, October 4). La main mécanique (1476). Martial Culture in Medieval Town. Retrieved June 24, 2024, from https://doi.org/10.58079/r929

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search