Le retable du Bugnon (Hans Fries, 1505)

Le retable du Bugnon est une œuvre du peintre de la ville de Fribourg Hans Fries, commanditée en 1505 par la Confrérie du Saint-Esprit pour orner sa chapelle dans l’église Saint-Nicolas. La face externe du volet gauche du retable représente une société bien ordonnée dans un paysage urbain typique des villes suisses de la fin du Moyen Âge.


Hans Fries, Les Oeuvres de charité, 1505 (Musée d’Art et d’Histoire, Fribourg)

Le peintre

Hans Fries (1460-1523), fils du boulanger fribourgeois Erhard Fries, est peintre de la ville de Fribourg (1488-1511). IIl apprend son métier à Berne chez maître Heinrich Bichler et, en 1487, est reçu au sein de la Himmelszunft de Bâle (« corporation du Ciel », regroupant les peintres et selliers). Il réalise plusieurs créations décoratives pour ornementer la ville de Fribourg, dont le retable de saint Antoine (1506) pour l’église des cordeliers, ou le Jugement dernier (1501) pour l’Hôtel de ville. Entre 1503 et 1509, il devient également membre du conseil de la ville. Il passe ses dernières années à Berne.

Le commanditaire

Le retable est une commande de la Confrérie du Saint-Esprit, dont l’existence est attestée dès 1264, mais dont la fondation est probablement antérieure. Réalisée en 1505, l’œuvre est destinée à orner la chapelle de la Confrérie dans l’église Saint-Nicolas. Très vite, la Confrérie prend le visage d’une institution davantage laïque que religieuse, ce qui la rapproche de l’Hôpital de Fribourg, autre institution communale de bienfaisance. En 1445, la fortune de la Confrérie est estimée à 20’000 livres ; l’institution est ainsi le troisième contribuable de la ville après l’Hôpital et le chevalier Guillaume Velga. Cette fortune permet à la Confrérie de faire office de banque, dont le principal client n’est autre que la ville. Elle est également active dans le domaine de la charité, et distribue du pain et de la viande, notamment du porc et du lard salé lors de Carnaval, à la veille du Carême. Si la viande vient à manquer, elle distribue alors des pièces de monnaie.

L’œuvre

Le panneau central du retable est aujourd’hui perdu, tout comme la prédelle qui complétait probablement l’ensemble. Seuls subsistent les volets peints sur leurs deux faces. La face externe du volet gauche montre les activités charitables de la Confrérie du Saint-Esprit à Fribourg, la face interne la Dispersion des Apôtres. La face externe du volet droit représente les âmes sauvées du Purgatoire, la face interne la Descente de l’Esprit saint sur les apôtres entourant Marie, un événement plus connu sous le nom de Pentecôte.

Comme le programme iconographique est incomplet, seules des suppositions peuvent être avancées sur les significations de la composition d’origine. Le jeu des significations entre les peintures du panneau et des volets lors de l’ouverture et la fermeture de ceux-ci reste inconnu. Les cadres en bois d’origine sont également perdus. Le cadre actuel, inspiré du retable de saint Antoine de Niklaus Manuel, a été réalisé en 1941 selon le modèle gothique tardif.

Commentaire

La représentation des activités charitables de la Confrérie à Fribourg est ici la plus intéressante. Hans Fries présente une société bien ordonnée, mise en scène dans un paysage urbain typique des villes suisses du Moyen Âge tardif. Le peintre a pris soin de représenter différentes classes sociales : les bourgeois de la Confrérie vêtus de riches habits et portant des chapeaux y côtoient des pauvres en haillons et des pèlerins séjournant en ville. La représentation de personnages de tous âges, ainsi que d’hommes et de femmes, souligne l’universalité des bienfaits de la Confrérie. Le peintre a pris la liberté de réunir plusieurs aumônes – les coupons de draps, le lard et le pain – en une seule scène, alors qu’elles n’étaient pas distribuées au même moment dans l’année. Ce choix laisse entendre que l’important n’est pas la nature et l’instant de la distribution, mais l’ensemble des actes de charité de la Confrérie.

Hans Fries, Le retable du Bugnon (panneaux extérieurs gauche et droite), 1505, liant huileux sur bois d’épicéa, 162 x 75 x 7 cm (panneau gauche), 162 x 76 x 7 cm (panneau droit) (Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg)

Portons le regard sur le personnage vêtu d’une tunique rosâtre et brandissant un bâton de façon menaçante. Il symbolise un règlement de la ville de Fribourg de 1489, qui interdit à la Confrérie de faire la charité aux étrangers. L’homme à la tunique rosâtre cherche donc dans la foule d’éventuels resquilleurs pour les chasser de la cité. Les pèlerins de Compostelle sont les seuls étrangers exempts de cet interdit ; ils sont représentés par Hans Fries sous les traits d’un homme barbu tenant un bâton de pèlerin et arborant une coquille de Saint-Jacques à son chapeau.

Le panneau extérieur du volet droit représente le Purgatoire, lieu liminaire où les âmes des pécheurs doivent expier leurs fautes avant d’espérer rejoindre le Paradis. Hans Fries représente le Purgatoire comme un lac de feu alimenté par une coulée de lave en fusion et dans lequel se tiennent une femme et un homme nus dans une position de prière implorante. En haut à gauche, dans le prolongement de la diagonale de prière, un ange emporte avec lui un homme vêtu d’un tissu transparent, pour lui faire rejoindre le Ciel. Les deux panneaux du retable sont reliés entre eux par les miches de pain découpées en bas et par l’ange en haut.

Bibliographie

  • Rebekka Köppel, « Fries, Hans », in Sikart – Lexikon zur Kunst in der Schweiz, 2010.
  • Marianne Rolle, « Fries, Hans », in Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), 2004.
  • Caroline Schuster Cordone, « Hans Fries, conteur d’images. Narration picturale et détails dans l’art fribourgeois autour de 1500 », Revue suisse d’art et d’archéologie, n° 64, 2007, p. 67-82.
  • Caroline Schuster Cordone, « Le retable du Bugnon », vidéo (3m41), Chaîne YouTube du MAHF, 2020.
  • Guillaume Babey, Hans Fries. Le Retable du Bugnon, mémoire de master, Université de Fribourg, 2022.

Impressum

Rédaction et traduction : Daniel Jaquet et Fabrice Flückiger. Nous remercions le Musée d’Art et d’Histoire de Fribourg pour l’autorisation de l’utilisation des images de l’œuvre. Ce contenu est publié en lien avec l’exposition temporaire «Alarm!» au Musée de l’Ancien Arsenal de Soleure (15.10.22-29.05.23).



Cite this blog post
Daniel Jaquet (2022, September 14). Le retable du Bugnon (Hans Fries, 1505). Martial Culture in Medieval Town. Retrieved March 3, 2024, from https://doi.org/10.58079/r923

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search