La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)

English abstract: This essay sheds light to the cultural, economical and institutional contexts of fencing practices in Strasbourg during Joachim Meyer’s time of activity as a fencing master (1561-1570).

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290

L’objet de cette communication vise à présenter la place que l’escrime à pu prendre dans la ville de Strasbourg de la fin du Moyen Âge au XVIIe siècle, période qui englobe la présence de Joachim Meyer à Strasbourg (1560 environ à 1571). Il sera ainsi possible, je l’espère, d’éclairer le contexte culturel, économique et institutionnel de cette pratique.

Je vais restreindre le sens d’escrime à celui de pratique en duel de combat ritualisé à armes égales. Cette pratique s’apparente en grande partie à une activité physique de loisir et bénéficie d’un accueil favorable dans la culture allemande des XVe et XVIe siècles. Ceci tient probablement au fait que cette pratique fait partie des activités physiques considérées idéales pour la construction du corps, en ce qu’elle est associée à la chevalerie, symbole d’élévation social, et répond au souci de défense personnel, ou de défense de la communauté[1]. On en retrouve peu de traces à Strasbourg même au Moyen Âge, dont quelques rares sculptures sur des édifices religieux ou des décors de poêle (ill. 1).  Lors du dernier tiers du XVe siècle, Strasbourg organise des tournois de lutte et d’escrime en marge de concours de tir ou de course de chevaux et, surtout vers 1471, fait exceptionnel dans le Saint-Empire, un tournoi d’escrime ouvert aux escrimeurs locaux et étranger hors de tout autre contexte connu[2].

Frise d’une église romane de Strasbourg (disparue), Musée de l’Oeuvre Notre Dame, photo de l’auteur

Escrime et préparation militaire

Machiavel écrit au début XVIe siècle que les villes allemandes disposent d’immense quantité d’argent dans leur caisse car elles n’en gaspillent pas à faire appel à des mercenaires pour assurer leur défense. Il cite directement Strasbourg comme disposant d’un trésor important, dont l’estimation à un million de florins semble exagéré[3]. Selon lui ces villes feraient appel à leurs bourgeois, entraînés à cela, bien disciplinés et armés, et ayant un goût pour cela puisqu’ils jouent à manier les armes les jours de fête.

L’obligation pour les bourgeois de Strasbourg de participer à l’effet de défense de la ville a clairement contribué à la présence d’armes blanches dans l’environnement quotidien des habitants de Strasbourg. Mais on ne retrouve pas de traces de programmes ou d’injonctions à la formation militaire individuelle ou même collective.

Selon Francis Rapp, au contraire des affirmations de Machiavel, les villes d’Empire ont progressivement renoncé à faire briller leur infanterie sur la scène militaire à partir de la fin du XVe siècle, faute de pouvoir aligner un nombre suffisant d’hommes en armes. Dans le cas particulier de Strasbourg, la participation aux guerres de Bourgogne a été ruineuse, sans que la ville puisse faire autre chose que mettre sur pied une force d’appoint. Selon Rapp toujours, la médiocre réputation des fantassins strasbourgeois durant ce conflit fait douter de l’existence d’une réelle formation militaire. De fait, à partir de 1500, dans un contexte de fort développement du mercenariat dans le sud de l’Empire, la ville de Strasbourg concentra sa stratégie de défense sur l’amélioration de ses murailles, l’entretien d’un important arsenal d’armes à feu et l’engagement de mercenaire pour les expéditions[4]. Il paraît donc difficile de voir dans l’escrime une réelle préparation à la guerre, ou alors à l’efficacité douteuse, ce qui questionne l’indication dans le prologue du livre de Meyer où il vante l’intérêt de la pratique de l’escrime pour la défense de la patrie.

À l’inverse il est possible de trouver des influences de la sphère militaire sur la pratique de l’escrime en important dans la culture matérielle des bourgeois les armes employées à la guerre comme la hallebarde ou la grande pique que l’on retrouve chez Joachim Meyer. Ce dernier mentionne d’ailleurs pour ces deux armes une garde spécifique pour le champ de bataille, ou « Feldhut ».[5]

Discrète escrime

La pratique de l’escrime à Strasbourg aux XVIe et XVIIe siècles n’a guère laissée de traces. Elle est par exemple absente des réglementations sur les jeux ou activités de loisirs. D’un côté ceci est positif puisque la plupart de ces réglementations consistent essentiellement en des restrictions, mais d’un autre, cela donne l’impression que l’escrime n’est pas une matière ayant un intérêt suffisant pour être réglementée.

L’escrime est aussi absente de la politique de rayonnement de la ville : contrairement au XVe siècle, il n’y a plus d’organisation par la ville de démonstrations ou de concours d’escrime, y compris lors du grand concours de tir de 1576.

Il est possible d’en trouver quelques traces dans la littérature et les chroniques. Johann Fischart, ancien Strasbourgeois, adapte en 1575 le Gargantua de Rabelais en y introduisant un vaste vocabulaire propre à la culture de l’escrime des XVe et XVIe siècles qui n’a pas d’équivalence dans le roman français. Une poignée d’autres chroniques mentionnent les spectacles d’escrime, ou « Fechtschulen », de la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, donnant l’impression d’une certaine permanence dans les pratiques. Finalement, seul Daniel Martin détonne dans son dictionnaire français publié en 1637 où il décrit une salle d’arme à la mode française qui devait être une autre face de l’escrime pratiquée à Strasbourg, assez éloignée semble-t-il de celle de Meyer, en tout cas n’en partageant en rien le vocabulaire.

« Fechtschulen »

Les rares chroniques ne mentionnent guère l’escrime autrement qu’à travers la principale activité connue : les « Fechtschulen ». À Strasbourg, la première mention de ce type d’événement remonte à 1511 mais les lacunes dans la conservation des archives de la ville ne permettent pas d’avoir un aperçu plus précis que depuis 1540. Il apparaît que ces événements, mélanges de compétition publique, gala et spectacle d’escrime, organisés par des maîtres d’arme locaux ou étrangers, deviennent dans la deuxième moitié du siècle un véritable phénomène de mode à Strasbourg. Leur déroulement intégrait une demande officielle faite au Magistrat, une procession avec tambours et fifres avant le déroulement des assauts sur une place publique ou dans la cour d’un des poêles de tribus. Ces assauts publics se déroulent essentiellement les lundis ou lors des foires de la Saint-Jean ou de Noël. Pendant 40 ans, de 1580 à 1620 environ, les demandes faites au Magistrat étaient en tel nombre que celui-ci a ponctuellement imposé de n’en recevoir qu’une par quinzaine hors temps de foires[6].

Au final la pratique réelle de l’escrime peine à être mesurée. Le grand nombre de « Fechtschulen » recensés traduit plus sûrement la popularité du spectacle que sa pratique régulière qui pouvait rester cantonnée à un public réduit (nobles ou praticiens peut-être) ce qui ne devait pas offrir de gros débouchés financiers pour les maîtres d’armes s’ils voulaient pouvoir s’y consacrer à temps plein. De fait, avant l’annexion française, Strasbourg n’a jamais reconnu au maître d’arme le statut de métier officiel.

La production de livres de commandes comme les manuscrits de Meyer et surtout son imposante œuvre imprimée en 1570 à Strasbourg survient à une époque où ce type d’ouvrage est rare en langue allemande, mais où l’escrime est très présente dans l’espace public et la culture populaire. Ces ouvrages devaient être, selon toute probabilité, destinés à une clientèle riche ou prestigieuse probablement assez éloignée des participants aux « Fechtschulen ».

L’escrime à Strasbourg reste donc dans un statut équivoque, entre spectacle reconnu et apprécié, une activité physique que le Magistrat n’a jamais vraiment incitée mais qui devait participer de la culture martiale de l’époque, sans non plus jamais devenir un jeu et donc soumis à des restrictions régulières. Cette situation explique en partie la grande discrétion des pratiques qui lui sont associées malgré le grand nombre de spectacles et de combats publics qui se sont déroulés et surtout la parution d’un livre remarquable à tous égards.

Cite this article as: Olivier Dupuis, "La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)," in Martial Culture in Medieval Town, 01/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1312.

Bibliographie

Baumann Reinhard, Die Landsknechte. Ihre Geschichte und Kultur vom späten Mittelalter bis zum Dreissigjährigen Krieg, München, 1994.

Dupuis Olivier, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », dans Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79. <http://dx.doi.org/10.1515/apd-2015-0010, consulté le 10/05/2021>

Dupuis Olivier « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.

Dupuis Olivier, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », dans Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020, en ligne : <https://martcult.hypotheses.org/780, consulté le 10/05/2021>

Füssli Johann Heinrich, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich, Zurich, Orell, Gessner, Füssli et al., 1780, p. 2-3.

Machiavel Nicolas, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303.

Meyer Joachim, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

Rapp Francis, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », dans Journal des savants, 1996, p. 377-417

Tlusty B. Ann, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.


[1] Sur la vision favorable de l’escrime, voir Olivier Dupuis, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020. Pour la culture de l’arme et de la défense corporelle, lire en particulier B. Ann Tlusty, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.

[2] Un tournoi de lutte vers 1460 est mentionné dans la biographique d’un bourgmestre de Zürich, Füssli, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich. Pour les tournois d’escrime voir Olivier Dupuis, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79.

[3] Nicolas Machiavel, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303..

[4] Francis Rapp, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », Journal des savants, 1996, p. 377-417

[5] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

[6] Olivier Dupuis, « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.