Dans l’œil du bretteur et du chirurgien

English abstract: Both during sportive or bloody duel, the idea of injury remains in the head of the swordsman as a risk and as a goal: hit the opponent while avoiding their blows. However, during the sixteenth century, fencing masters were eager to give a chivalrous and knightly look to the practice of their art and tended to ignore its bloody aspect. The Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens by Joachim Meyer published in 1570 is a perfect example of this ambiguous position about injury and harm. Legal, and most importantly medical sources allow to fill the gap in the documentation left by the fencing treatises on the nature of the wounds caused by the blows of the sword.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the conference and other essays visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528 (Wikimedia commons).

Lors d’un duel à l’épée en conditions réelles le risque de blessure et, par extension de mort, constitue une source de peur et de colère chez les deux bretteurs engagés. Des émotions propices au déchainement des passions et à la perte de contrôle lorsque les fers se croisent. La blessure serait alors à la fois cause et conséquence de cette violence non contrôlée en contradiction avec l’idéal de noblesse et l’aspect sportif que les maîtres d’armes désirent donner à la pratique de l’escrime au cours du XVIe siècle. Sans jamais disparaître, la référence à la blessure tend donc à s’effacer des traités de combat à l’épée pendant cette période. Il devient dès lors difficile pour l’historien de se figurer le rapport réel de l’épéiste à la blessure au seul moyen des manuels d’escrime et il doit recourir à d’autres types de sources. Juridiques d’une part (notamment l’étude des lettres de rémissions) et médicales d’autre part en recourant au discours de ceux qui soignent les différentes plaies créées au cours du combat. Ces praticiens sont appelés les chirurgiens et barbiers dans le royaume de France et trouvent leurs équivalents dans le Saint Empire Romain Germanique sous les appellations de Wundarzt et Feldscher. Nous utiliserons ici les écrits d’Ambroise Paré (v.1510-1590), chirurgien des rois de France, et le Feldtbuch der Wundartzney, un traité de chirurgie rédigé en 1517 par Hans von Gersdorff (v.1455-v.1520), citoyen et praticien de Strasbourg au tournant des XVIe et XVIIe siècles[i]. Ces artisans de la blessure exercent souvent dans un cadre urbain mais il arrive que certains soient amenés à quitter cet environnement pour suivre les armées en campagne en tant que chirurgien militaire.

La blessure dans le traité de Meyer

Au début de son traité, la description que fait Joachim Meyer du combat à l’épée ne vise nullement à provoquer une blessure chez l’adversaire ; le but pour le maître d’arme est de protéger son corps et de dominer l’adversaire par sa technique[ii]. L’objectif du bretteur est moins de toucher que d’éviter d’être soi-même touché et quand la blessure est explicitement évoquée par Meyer il s’agit de « blesser habilement / mit behendigkeit verletzen » ce qui témoigne d’une violence contrôlée[iii]. Joachim Meyer désire donner à son art un caractère civilisé et chevaleresque ce qui implique de minimiser les références à la blessure, illustration brutale de la pratique de l’arme blanche. Les termes employés pour désigner la violence des coups font référence à la frappe (hauw) voir au dommage (schad) mais rarement à la blessure.

Le cadre ludique et sportif constitue également un élément à prendre en considération pour expliquer la volonté de Meyer d’éluder la violence dans son traité. En effet, en examinant les gravures où sont représentés les combats au poignard et à la hallebarde on constate que ces armes sont mouchetées afin d’éviter que les partenaires de combat ne se meurtrissent inutilement. La violence s’exerce dans un cadre spécifique qui est celui de la salle d’armes où la blessure ne semble pas avoir sa place. On montre ce qui va causer la blessure mais le caractère meurtrier du geste enseigné n’est pas autant explicité que dans d’autres traités d’escrimes. Par exemple, on peut observer un sanglant coup à la tête lors d’un duel au dusack dans un manuel postérieur inspiré de Meyer, le Neu Künstliches Fechtbuch de Jakob Sutor paru à Frankfurt en 1612[iv].

Néanmoins, la blessure ressurgit parfois de manière explicite dans le traité de Meyer, rappelant que les techniques qui y sont enseignées peuvent trouver une application violente sinon mortelle qui dépasse le cadre sportif de la salle d’armes. Par exemple, quand le maître d’armes strasbourgeois mentionne la possibilité de briser le bras de son adversaire. La volonté de blesser est alors évidente et lui-même reste conscient de cette violence disproportionnelle comme en témoigne le poème qu’il écrit pour clore son écrit sur le dusack : « Wilt du dich ferner an ihm rechen / So kanstu ihm den Arm zür brechen[v] ».

La réalité des blessures possiblement engendrées par les techniques de Meyer

Bien que toutes les parties du corps constituent une cible dans le traité de Joachim Meyer, celui-ci porte un intérêt tout particulier aux coups visant la tête puisqu’il définit quatre zones où la frapper. Les travaux d’Isabelle Paresys sur les lettres de rémissions en Picardie témoignent de cette prédisposition à viser la tête lors d’un combat (37,5% des blessures des victimes ont lieu à cet endroit), un phénomène qui se vérifie également en terre d’Empire, dans la région de l’Artois. Ces lettres de rémission montrent que les frappes à la tête tuent rarement sur le coup (2% des victimes) et ce sont souvent les suites de la blessure, l’infection et l’absence de soins efficaces qui ont raison de la personne. Les chiffres avancés par l’historienne tendent à montrer que les blessures céphaliques ne sont pas les plus mortelles mais qu’en est-il du point de vue de ceux qui s’occupent de leur soin ?

Le Wundenmann constitue une première approche intéressante pour tenter de retranscrire la réalité des blessures causées par les armes blanches. Cette gravure constitue une typologie des plaies par arme que le chirurgien considère comme possiblement soignables et rencontre aussi bien à la ville qu’en campagne[vi]. Avant Hans von Gersdorff, on retrouve ce type de représentation en 1491 dans le Fasciculus de Medicinae du médecin allemand Johann von Ketham et en 1497 dans la Cirurgia de Hieronymus Brunschwig. Le Wundenmann est blessé de plusieurs coups d’épée ce qui semble indiquer que les chirurgiens expérimentés maîtrisent ce type de blessure.

Dans ses Voyages, Ambroise Paré raconte son expédition en 1543 à Marolle et en Basse-Bretagne où il a pu constater l’habitude des soldats de s’affronter à l’épée quand ils sont dans leur camp et non sur le champ de bataille. Cet entraînement ne se fait pas sans dégâts et Paré écrit qu’il y a toujours « quelque chinfreneau » (un terme qui désigne une blessure à la tête) ce qui lui permet de s’exercer mais il n’est pas question de mort qui surviendrait lors de ces duels[vii]. On a ici une pratique ludique de l’escrime qui engendre des blessures à la tête mais Ambroise Paré ne semble pas les considérer comme trop sérieuses et il ne leur laisse pas le temps d’empirer en les traitant rapidement.

Sur les plaies à la gorge, le discours des chirurgiens est sujet à caution car ces derniers peuvent se vanter d’avoir réussi à soigner une partie du corps où un coup d’épée est souvent synonyme d’hémorragie importante et de mort. La ligature constitue ici le seul moyen de stopper efficacement le saignement or il s’agit d’une technique opératoire qui requiert une bonne connaissance anatomique et une grande dextérité. Le procédé hémostatique communément employé, la cautérisation, est évidemment difficilement employable sur la gorge où il risque davantage de causer la mort du patient que sa guérison en raison de la finesse des tissus. Sur le Wundenmann, Hans von Gersdorff ne fait pas représenter les plaies à la gorge, peut-être en raison du caractère trop hasardeux de leur guérison.

Ainsi, que ce soit dans un contexte ludique ou de sang, l’ombre de la blessure plane dans la pratique de l’escrime au XVIe siècle. Le regard du chirurgien nous permet ici de donner une certaine perspective aux techniques enseignées par Joachim Meyer quand celles-ci impliquent l’usage de l’épée. Le maître d’armes privilégie la tête comme cible de ses techniques mais les sources juridiques et médicales nous indiquent qu’il ne s’agit pas des coups les plus mortels. Cela semble constituer un paradoxe si l’on continue de considérer l’enseignement de l’escrime comme l’apprentissage d’un art de tuer. Toutefois, si l’on replace cette pratique dans un cadre ludique et sportif il devient possible de considérer les techniques visant la tête comme un compromis entre la violence et le sport, voire comme ce que l’historien Rachel E. Kellet appelle « un risque acceptable[viii] ». La violence des coups à la tête ne serait donc pas jugée comme excessive et les blessures qui en résultent sont tacitement acceptées par Joachim Meyer dans le cadre sportif voir spectaculaire de la salle d’armes. 

Cite this article as: Alexandre Legros, "Dans l’œil du bretteur et du chirurgien," in Martial Culture in Medieval Town, 09/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1296.

Sources primaires :

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung / der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren / mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570.

Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964.

Ambroise Paré, La Méthode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à feu et de celles qui sont faictes par flèches, dardz et semblables, aussy des combustions spécialement faictes par la pouldre à canon, composée par Ambroyse Paré, Paris, Vivant Gaulterot, 1545.

Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.).

Sources secondaires :

Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015.

Melanie Panse, Hans von Gersdorffs “Feldbuch der Wundarznei”. Produktion, Präsentation und Rezeption von Wissen, Reichert Verlag, Wiesbaden, 2012.

Isabelle Paresys, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier. Paris, Éditions de la Sorbonne, 1998, en ligne : <https://books.openedition.org/psorbonne/2598>.

Marie-Claude Weslinger, Le « Feldtbuch der Wundartzney » de Hans von Gersdorff (1517) et les débuts de la chirurgie de guerre et traumatologique moderne : Commentaires : première traduction française : confrontation aux conceptions de Hieronymus Brunschwig et d’Ambroise Paré, Thèse de médecine, Université Strasbourg 1, 2 vol., 1983.


[i] Pour plus d’informations sur Ambroise Paré, voir la biographie de Jean-Pierre Poirier, Ambroise Paré : Un urgentiste au XVIe siècle, Pygmalion, Paris, 2005. Concernant Hans von Gersdorff, les grandes lignes de sa vie peuvent être résumées ici : ses origines sont floues mais il est probablement le fils d’un barbier-chirurgien, il participe aux batailles de Grandson, Morat en Nancy en 1476 et 1477 ; il ne semble plus quitter Strasbourg ensuite où il exerce à l’hôpital Saint-Antoine, un bâtiment aujourd’hui disparu mais qui se situait dans l’actuelle rue de l’Arc-en-ciel. Hormis les blessures dues à des armes blanches ou des projectiles en tout genre, le chirurgien strasbourgeois s’intéresse tout particulièrement au traitement de l’ergotisme et de la lèpre.

[ii] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung/der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren/mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570, f° a2v.

[iii] Ibid., f° b.

[iv] Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.), f° 35r.

[v] « Si tu désires te venger plus / Alors brise son bras. » – Joachim Meyer, op. cit., f° LXVIIIv. 

[vi] Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

[vii] Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964

[viii] Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015, p. 128-150.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.