L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)

English abstract: This essay presents the copy of Joachim Meyer’s fight book, kept in Sélestat. This original copy is presented and described, with a particular focus on its original binding (Hoffot, Strasbourg, 16th century) and the history of its provenance.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290.

La Renaissance des XVe et XVIe siècles fut marquée par le renouveau du programme pédagogique mis en œuvre en particulier dans les écoles paroissiales et/ou communales préparant aux études universitaires. Cependant, ce cursus studiorum ne concernait vraiment que les jeunes gens animés par le désir d’étudier les humaniores litterae et parfois bien plus par l’attrait que pouvaient susciter de belles carrières. Les rejetons de la noblesse, s’ils ne négligeaient pas forcément pour autant leur formation intellectuelle, se devaient avant tout d’apprendre le maniement des armes. Cet enseignement se voulait avant tout pratique et pouvait aussi reposer sur des considérations et des supports plus théoriques, en particuliers écrits, tant manuscrits qu’imprimés.

C’est ce qu’illustre le traité d’escrime du maître d’armes strasbourgeois Joachim Meyer imprimé en 1570. La Bibliothèque Humaniste de Sélestat abrite dans ses collections les plus précieuses (sous la cote K.161) le seul exemplaire alsacien conservé dans une collection publique de la Gründtliche Beschreibung. Après en avoir donné une description matérielle, on expliquera comment ce volume a pu intégrer le patrimoine écrit sélestadien au XIXe siècle.

I. Description de l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

Il ne s’agira pas d’aborder ici la vie et l’œuvre de Joachim Meyer, né en 1537 à Bâle. Après avoir exercé le métier de coutelier dans cette ville, il se maria en 1560 à Strasbourg et y enseigna l’escrime dès 1561[1].

La Gründtliche Beschreibung est un livre dont il ne reste qu’un nombre très restreint d’exemplaires. Une recherche rapide dans le répertoire des livres imprimés à travers l’espace de langue et de culture germaniques au XVIe siècle met en évidence 9 occurrences dans les fonds de bibliothèques patrimoniales allemandes dont les plus prestigieuses comme la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, la Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz de Berlin ou la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel[2]. Ce même répertoire n’indique aucune autre édition pour le XVIe siècle. L’édition suivante a été imprimée à Augsbourg en 1600 et semble être la copie conforme de la première édition, réalisée à Strasbourg trente ans plus tôt.

1. Description matérielle.

L’aspect global du traité de Meyer suscite une curiosité certaine. C’est un volume oblong (26×19 cm) comme on en imprime peu au XVIe siècle. Ce format à l’italienne s’adaptait au mieux à l’illustration retenue, composée de 74 gravures sur bois du peintre Tobias Stimmer et représentant le plus souvent des bretteurs en plein assaut. L’exemplaire sélestadien est propre et se trouve dans un état de conservation acceptable. On relèvera simplement que la couture du premier cahier sur les nerfs présente quelques faiblesses (ce qui le fait dépasser du corps d’ouvrage) et que les coins des plats supérieur et inférieur sont lacunaires. La couvrure est faite d’une peau de truie qui vient recouvrir un cartonnage (et non des aies de bois). L’ensemble était jadis maintenu à l’aide de lacs de soie, faisant en quelque sorte office de fermoirs ; il en reste les encoches en gouttière. Le corps d’ouvrage ne comporte pas d’annotations, sauf sur la page de titre. L’état matériel du volume ne rend compte d’aucune restauration plus ou moins ancienne.

Outre le titre de l’œuvre, la page de titre indique l’année d’impression (1570) et l’identité de l’auteur, Joachim Meyer, « Freyfechter zu Strassburg ». C’est à la fin du volume, dans ce qui pourrait passer pour une forme tardive de colophon, que l’on apprend que l’ouvrage a été imprimé à Strasbourg par Thiebolt Berger « am Weynmarckt zum Treubel ». L’historien des débuts de l’imprimerie strasbourgeoise François Ritter a donné quelques éléments concernant cet imprimeur[3]. Après avoir établi son atelier de 1551 à 1565 au n° 2 de la place des Carmes déchaux (l’actuelle place Kléber), Berger s’installa place du Marché-aux-Vins dans la maison dite « au Raisin » (« zum Treubel ») de 1565 à 1579, où il imprima son traité d’escrime. Selon Ritter, cet imprimeur, actif de 1551 à 1584, s’était spécialisé dans l’impression de cantiques, de chansons profanes et historiques et de nombreux reportages journalistiques. On lui attribue 188 éditions différentes, dont beaucoup de chansons[4]. 13 œuvres ont été imprimées pour la seule année 1570. La Beschreibung semble constituer un tel hapax dans la production de Berger que Ritter ne la mentionne même pas. Il faut reconnaître que les traités d’escrime ne sont pas légion à cette époque, tant du point de vue des éditions réalisées que des exemplaires qui nous sont parvenus. Ainsi, ce traité de Joachim Meyer n’apparaît pas non plus dans le répertoire des imprimés strasbourgeois du XVIe siècle[5] ; sa rareté y a sans doute contribué.

Sur la page de titre est indiqué que cette édition a été imprimée « Mit Römischer Keys. May. Freyheit / Auff zehen Jar in keinerley gestalt nicht / nach zu Trucken ». Cette formule renvoie à la pratique déjà ancienne des privilèges impériaux destinés aux imprimeurs et qui leur conféraient, pendant un temps limité, le monopole de l’impression et de la vente des ouvrages sortis de leurs presses. Ils pouvaient ainsi en attendre un retour sur investissement plus favorable, avant que l’édition qu’ils venaient de publier soit reprise par un de leurs concurrents (à une époque où la notion de copyright n’existe absolument pas). Un imprimeur était ainsi protégé des effets d’une concurrence déloyale. Cette innovation du privilège de librairie avait vu le jour dans le Saint-Empire : en septembre 1479, l’évêque de Wurtzbourg était le premier à accorder un privilège pour l’impression du bréviaire de son diocèse. Le fait que l’imprimeur Berger ait tenu à disposer d’un tel privilège attire notre attention sur le fait que ce livre avait dû lui coûter beaucoup d’argent du point de vue de l’investissement initial consenti, en particulier pour son illustration.

Parmi les pièces liminaires du volume apparaît l’épître dédicatoire de l’auteur, adressée à Jean Casimir, comte palatin du Rhin (1543-1592) et troisième fils de l’Électeur palatin du Rhin Frédéric III, et rédigée à Strasbourg le 24 février 1570. Dans ce texte, Meyer se place sous la protection de ce noble personnage qui a mené un certain nombre d’expéditions dans le Royaume de France afin d’y soutenir les Huguenots. L’auteur constate le déclin de cet exercice noble (« ritterliche Übung ») lié à l’essor des armes à feu, y compris chez les gens de guerre qui n’ont plus recours qu’à ces dernières. Meyer rappelle a contrario qu’à côté des armes à feu, les armes utilisées depuis des temps anciens comme les épées, les hallebardes ou les pics méritent qu’on en apprenne le maniement à plus forte raison quand on fait partie de la noblesse. C’est d’ailleurs ce que rapportent les livres anciens, à l’image des hauts faits des Romains, ainsi que l’histoire de l’Empire depuis les Carolingiens. Meyer souligne également l’importance des tournois qui permettent à la noblesse de s’exercer et de défendre en temps voulu le « Vaterland » en cas de guerre. Meyer souhaite prendre ses responsabilités en rédigeant cet ouvrage issu de sa longue expérience et en le faisant imprimer.

2. Découverte d’une nouvelle reliure de Hoffott ?

Le décor des deux plats de la reliure de l’exemplaire sélestadien du traité de Joachim Meyer a immédiatement suscité notre curiosité. Cette pleine truie estampée et ornée de décors appliqués à la roulette et à la plaque laisse immédiatement penser à la production du relieur strasbourgeois Philippe Hoffott, un des rares relieurs connus nommément pour cette ville au XVIe siècle[6].

La production de cet artisan a fait l’objet d’une étude approfondie en 1928[7]. A l’instar de la reliure de Hoffott conservée dans les collections de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg (BNU)[8], la reliure du K.161 de la Bibliothèque Humaniste présente sur le plat supérieur une allégorie de la Justice et sur le plat inférieur une représentation de Lucrèce se poignardant. Les textes accompagnant ces deux personnages sont identiques. Il serait a priori très tentant d’attribuer la reliure du volume de la Bibliothèque Humaniste à Hoffott : en effet, les petits personnages de la bande encadrant le médaillon central sont identiques à ceux de la reliure du volume que possédait A. Morgenthaler et qui présentait bel et bien la signature du relieur[9]. Cependant, l’exemplaire sélestadien n’arbore pas la signature du relieur ; c’est pourquoi il serait peut-être plus pertinent de parler d’une reliure « à la Hoffott », c’est-à-dire proche du style employé par ce relieur.

Après avoir présenté l’exemplaire sélestadien de l’œuvre de Joachim de Meyer, il faut désormais examiner par quel biais il a pu intégrer les trésors du patrimoine écrit sélestadien.

II. Un volume de la bibliothèque de l’historien sélestadien Antoine Dorlan.

Si la Bibliothèque Humaniste est bien connue pour conserver les bibliothèques de la paroisse (fondée en 1452) et du savant Beatus Rhenanus (1485-1547), le patrimoine écrit sélestadien ne se résume pas exclusivement à ces deux ensembles documentaires[10]. Ces deux noyaux, reliques de l’âge d’or qu’a connu la ville de Sélestat aux XVe et XVIe siècles, ont été enrichis aux XIXe et XXe siècles, à l’aide de dons et d’acquisitions diverses, comme le rappelle l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

1. Présentation d’Antoine Dorlan.

Jean-Baptiste Antoine Dorlan (1803-1862) fait partie de la grande lignée des historiens de Sélestat. Avocat au barreau de Sélestat, il fut par ailleurs membre du conseil municipal et contribua à ce titre à la mise en œuvre de la bibliothèque municipale[11]. La création, du point de vue administratif, de cette institution en 1841 donna lieu en effet à une amélioration notable des conditions de conservation, mais aussi de consultation, des ouvrages les plus anciens.

Dorlan fit également œuvre d’historien, en rédigeant des ouvrages sur Sélestat[12] et en collaborant à la Revue d’Alsace, et constitua à cet effet une collection d’alsatiques et d’ouvrages précieux qui fut acquise par sa ville natale en 1860[13]. Il prit aussi part aux débats de son temps sur les débuts de l’imprimerie et publia à cet effet un opuscule intitulé Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt[14]. Tout en admettant qu’il agissait presque avant tout par patriotisme local, Dorlan souhaitait réhabiliter Mentelin, détrôné au profit de Gutenberg par Schoepflin.

2. L’acquisition de la bibliothèque de Dorlan par la Ville de Sélestat.

En proposant à la ville de Sélestat d’acquérir sa riche bibliothèque, Dorlan avait compris comment associer son nom à l’histoire longue des collections de la bibliothèque municipale de Sélestat. Il s’agit de fait d’un des plus beaux accroissements des collections précieuses de cette institution au XIXe siècle, tant du point de vue qualitatif que quantitatif.

Cette acquisition à titre onéreux se déroula en deux temps. Au cours de la séance du conseil municipal du 19 avril 1860, le maire fit lecture de la lettre par laquelle « M. Dorlan, avocat à Schlestadt, offre de céder à la Ville moyennant le prix de 10 000 francs […] sa collection de livres d’Alsace et de livres d’histoire relatifs au même sujet, pour enrichir la Bibliothèque communale de ces documents historiques du pays » et invita « le conseil à en délibérer après avoir mis sous ses yeux les trois cahiers in-folio qui composent le catalogue des livres composant la bibliothèque alsatique de M. Dorlan ».

Cependant, le conseil municipal n’accepta pas d’emblée cette proposition d’acquisition mais confia à la commission de la bibliothèque communale le soin « d’examiner et d’estimer, pour rapport et avis, les documents historiques dont il s’agit[15] ».

La question de l’acquisition de la bibliothèque de Dorlan fut à nouveau examinée au cours de la séance du 23 juin suivant, marquée par l’exposé du rapporteur de la commission à laquelle le maire avait confié la mission d’examiner la valeur de cette collection et son utilité du point de vue scientifique. Furent ainsi mandatés à cet effet M. Heitz, imprimeur et bibliophile strasbourgeois, et M. Coste, juge au tribunal de Sélestat. Le premier expert est sans doute Frédéric Charles Heitz (1798-1867), grand collectionneur d’alsatiques[16]. Cette commission mandatée par les élus sélestadiens se rendit de ce fait le 9 mai au domicile de Dorlan « pour reconnaître l’état matériel des livres ». Le rapport publié en conseil municipal reprenait la lettre adressée par Heitz au maire, dans laquelle son auteur arrivait à la conclusion suivante : « la valeur de la bibliothèque de Dorlan est inappréciable pour la Ville de Schlestadt ». De fait, cet ensemble comprenait autant des ouvrages sur la ville même, que des œuvres écrites par des Sélestadiens voire imprimées à Sélestat, en particulier au XVIe siècle. Tout en mettant en exergue le fait que beaucoup de livres de la collection de Dorlan ne se trouvaient pas à la bibliothèque municipale de cette ville, Heitz conclut ainsi : « en résumé, Monsieur le Maire, je crois que les 10 000 francs que la Ville dépenserait seraient bien employés et que plus jamais une pareille occasion ne se présenterait ». L’ensemble des élus adoptèrent le projet d’acquisition de cette collection[17].

La Bibliothèque Humaniste conserve encore dans ses collections, sous la cote MS.659, le catalogue de la bibliothèque de Dorlan, intitulé Catalogue d’ouvrages et de notes historiques concernant l’Alsace. Collection achetée de Mr Dorlan, avocat, par la ville de Schlestadt en 1860. Ce volume de 487 pages répertorie 2 635 articles. Il est difficile de dire quand et par qui a été dressé cet inventaire, qui remonte sans doute au moment de l’achat de cette bibliothèque par la Ville de Sélestat. Le bibliothécaire en poste à cette époque était Amand Kleitz (1848-1867), par ailleurs professeur de seconde au collège de la ville[18]. Une solide complicité devait lier ces deux savants puisque Dorlan ne manque pas, en marge de son étude sur l’école latine publiée en 1855, de « remercier le digne bibliothécaire, M. Kleitz, de toute la bonté et de la patience qu’il a mises à mon service dans mes fréquentes visites au dépôt confié à sa garde[19] ».

Une étude sommaire de l’inventaire de la bibliothèque de Dorlan met bien en évidence qu’elle était riche en éditions des XVe et XVIe siècles, en particulier d’auteurs mais aussi d’imprimeurs liés à Sélestat (comme les Schürer mais aussi Nicolas Goetz, un disciple de Mentelin). Un relevé rapide met en évidence que 111 volumes (comportant 147 titres) des collections précieuses de la Bibliothèque Humaniste proviennent de cette acquisition. Des auteurs comme Martin Bucer (35 titres) et Jacques Wimpheling sont bien représentés (32 titres). Les autres savants sélestadiens ne sont pas oubliés avec Jérôme Gebwiler, Jean Sapidus et, bien évidemment, Beatus Rhenanus. On relèvera que ces volumes n’ont pas été enregistrés dans une section spécifique destinée aux ouvrages anciens mais relèvent de la catégorie « littérature ».

Le volume de Joachim Meyer est décrit à la p. 32 et porte le numéro 126 (encore visible sur le dois de la reliure), parmi les volumes enregistrés sous la rubrique « Alsace en général ». Dans la mesure où il n’a pas de lien direct avec Sélestat ou les humanistes de cette ville, il est difficile d’expliquer pourquoi Dorlan a acquis ce titre en particulier. L’ouvrage de Joachim Meyer peut sans doute être classé parmi les curiosités que l’historien a souhaité intégrer dans sa bibliothèque privée. Il est impossible de savoir comment Dorlan a fait cette acquisition et quels ont été les précédents propriétaires. La page de titre de l’actuel K.161 présente des annotations manuscrites, sous la forme, peut-être, d’initiales, qui sont néanmoins inexploitables.

Cet exposé a ainsi permis de découvrir de plus près le seul exemplaire alsacien connu de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer, c’est-à-dire dont la présence est à tout le moins attestée dans des collections publiques. De fait, on ne peut exclure qu’il puisse y en avoir dans l’une ou l’autre collection privée, la rareté (mais aussi dans ce cas la qualité de l’illustration) étant un des critères mis en avant par les bibliophiles afin d’alimenter leurs investigations et, surtout, leurs collections. Cette présentation permet ainsi à l’historien des bibliothèques de rappeler à quel point les donations de bibliothèques privées à des institutions publiques ou les achats de collections entières réalisées par celles-ci au cours de l’époque contemporaine ont permis d’intégrer ainsi dans leurs fonds des ouvrages parfois tout à fait exceptionnels, comme le traité d’escrime de Meyer.


Cite this article as: lnaas, "L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)," in Martial Culture in Medieval Town, 13/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1302.

[1] Gérard Cames, « MEYER Joachim », dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), t. 26, 1995, p. 2641.

[2] Voir la notice du VD16, M 5087, en ligne : <http://gateway-bayern.de/VD16+M+5087>.

[3] François Ritter, Histoire de l’imprimerie alsacienne aux XVe et XVIe siècles, Strasbourg-Paris, F.-X. Le Roux, 1955, p. 333-335. Voir aussi Christoph Reske, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts im deutschen Sprachgebiet, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2007, p. 889-890.

[4] Jean Muller, Bibliographie strasbourgeoise. Bibliographie des ouvrages imprimés à Strasbourg (Bas-Rhin) au XVIe siècle, t. 3, Baden-Baden, Valentin Koerner, 1986, p. 479-496.

[5] Miriam Usher Chrisman, Bibliography of Strasbourg imprints, 1480-1599, New Haeven-London, Yale University Press, 1982.

[6] Voir Christian Wolff, « HOFFOT Philippus », dans NDBA, , t. 17, 1991, p. 1629 et Schlaefli (Louis), « Observations sur quelques reliures du XVIe siècle », dans Regards en marge : histoires de reliures de l’espace rhénan, Strasbourg, Bibliothèque Alsatique du Crédit Mutuel, 2008, p. 31-43 (en particulier p. 35-36 sur Hoffott).

[7] Alphonse Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle, particulièrement sur Philippe Hoffott », dans Archives Alsaciennes d’Histoire de l’Art, 5 (1926), p. 79-93.

[8] Trésors des bibliothèques et des archives d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue/Editions du Quotidien, 2017, p. 152-153.

[9] Voir la photo dans son étude : A. Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle… », art. cit., p. 83.

[10] Pour avoir une vue d’ensemble des collections de la Bibliothèque Humaniste, voir Laurent Naas, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat, entre le Moyen Âge et la Renaissance », Arts et Métiers du Livre, n° 297, juin 2013, p. 20-35.

[11] Voir Maurice Kubler, « DORLAN Jean Baptiste Antoine (dit l’avocat) », dans NDBA, t. 8, 1986, p. 688.

[12] Antoine Dorlan, Notices historiques sur l’Alsace et principalement sur la ville de Schlestadt, 2 vol., Colmar, L. Reiffinger, 1843.

[13] Voir les délibérations du conseil municipal du 19 avril (n° 29) et du 23 juin (n° 61) 1860 et Hubert Meyer, « Antoine et Alexandre Dorlan, deux collectionneurs », Bulletin d’Alsacollections, n° 1, 1990, p. 22-26.

[14] Antoine Dorlan, Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt, Sélestat, F. Helbig, 1840.

[15] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 19 avril 1860, point n° 29.

[16] Voir Odile Zeller, « HEITZ Frédéric Charles », dans NDBA, t. 16, 1990, p. 1494. Il rassembla près de 27 500 ouvrages, dont la liste fut dressée par Rodolphe Reuss, avant d’intégrer les collections de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg (actuelle BNU).

[17] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 23 juin 1860.

[18] Voir Hubert Meyer, « KLEITZ Amand », dans NDBA, t. 21, 1993, p. 1998.

[19] Antoine Dorlan, « Nouvelles études historique sur l’école et la Société littéraires de Schlestadt aux XVe et XVIe siècles, précédées d’un coup-d’œil sur la renaissance des lettres en Allemagne »,  Revue d’Alsace, 1855, p. 348.

Crédit de l’image: Reliure de l’exemplaire de Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161). Bibliothèque Humaniste de Sélestat, reproduit avec permission.

À propos de l’auteur: Laurent Naas est Bibliothécaire territorial, Responsable scientifique de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat.

Dans l’œil du bretteur et du chirurgien

English abstract: Both during sportive or bloody duel, the idea of injury remains in the head of the swordsman as a risk and as a goal: hit the opponent while avoiding their blows. However, during the sixteenth century, fencing masters were eager to give a chivalrous and knightly look to the practice of their art and tended to ignore its bloody aspect. The Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechtens by Joachim Meyer published in 1570 is a perfect example of this ambiguous position about injury and harm. Legal, and most importantly medical sources allow to fill the gap in the documentation left by the fencing treatises on the nature of the wounds caused by the blows of the sword.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the conference and other essays visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528 (Wikimedia commons).

Lors d’un duel à l’épée en conditions réelles le risque de blessure et, par extension de mort, constitue une source de peur et de colère chez les deux bretteurs engagés. Des émotions propices au déchainement des passions et à la perte de contrôle lorsque les fers se croisent. La blessure serait alors à la fois cause et conséquence de cette violence non contrôlée en contradiction avec l’idéal de noblesse et l’aspect sportif que les maîtres d’armes désirent donner à la pratique de l’escrime au cours du XVIe siècle. Sans jamais disparaître, la référence à la blessure tend donc à s’effacer des traités de combat à l’épée pendant cette période. Il devient dès lors difficile pour l’historien de se figurer le rapport réel de l’épéiste à la blessure au seul moyen des manuels d’escrime et il doit recourir à d’autres types de sources. Juridiques d’une part (notamment l’étude des lettres de rémissions) et médicales d’autre part en recourant au discours de ceux qui soignent les différentes plaies créées au cours du combat. Ces praticiens sont appelés les chirurgiens et barbiers dans le royaume de France et trouvent leurs équivalents dans le Saint Empire Romain Germanique sous les appellations de Wundarzt et Feldscher. Nous utiliserons ici les écrits d’Ambroise Paré (v.1510-1590), chirurgien des rois de France, et le Feldtbuch der Wundartzney, un traité de chirurgie rédigé en 1517 par Hans von Gersdorff (v.1455-v.1520), citoyen et praticien de Strasbourg au tournant des XVIe et XVIIe siècles[i]. Ces artisans de la blessure exercent souvent dans un cadre urbain mais il arrive que certains soient amenés à quitter cet environnement pour suivre les armées en campagne en tant que chirurgien militaire.

La blessure dans le traité de Meyer

Au début de son traité, la description que fait Joachim Meyer du combat à l’épée ne vise nullement à provoquer une blessure chez l’adversaire ; le but pour le maître d’arme est de protéger son corps et de dominer l’adversaire par sa technique[ii]. L’objectif du bretteur est moins de toucher que d’éviter d’être soi-même touché et quand la blessure est explicitement évoquée par Meyer il s’agit de « blesser habilement / mit behendigkeit verletzen » ce qui témoigne d’une violence contrôlée[iii]. Joachim Meyer désire donner à son art un caractère civilisé et chevaleresque ce qui implique de minimiser les références à la blessure, illustration brutale de la pratique de l’arme blanche. Les termes employés pour désigner la violence des coups font référence à la frappe (hauw) voir au dommage (schad) mais rarement à la blessure.

Le cadre ludique et sportif constitue également un élément à prendre en considération pour expliquer la volonté de Meyer d’éluder la violence dans son traité. En effet, en examinant les gravures où sont représentés les combats au poignard et à la hallebarde on constate que ces armes sont mouchetées afin d’éviter que les partenaires de combat ne se meurtrissent inutilement. La violence s’exerce dans un cadre spécifique qui est celui de la salle d’armes où la blessure ne semble pas avoir sa place. On montre ce qui va causer la blessure mais le caractère meurtrier du geste enseigné n’est pas autant explicité que dans d’autres traités d’escrimes. Par exemple, on peut observer un sanglant coup à la tête lors d’un duel au dusack dans un manuel postérieur inspiré de Meyer, le Neu Künstliches Fechtbuch de Jakob Sutor paru à Frankfurt en 1612[iv].

Néanmoins, la blessure ressurgit parfois de manière explicite dans le traité de Meyer, rappelant que les techniques qui y sont enseignées peuvent trouver une application violente sinon mortelle qui dépasse le cadre sportif de la salle d’armes. Par exemple, quand le maître d’armes strasbourgeois mentionne la possibilité de briser le bras de son adversaire. La volonté de blesser est alors évidente et lui-même reste conscient de cette violence disproportionnelle comme en témoigne le poème qu’il écrit pour clore son écrit sur le dusack : « Wilt du dich ferner an ihm rechen / So kanstu ihm den Arm zür brechen[v] ».

La réalité des blessures possiblement engendrées par les techniques de Meyer

Bien que toutes les parties du corps constituent une cible dans le traité de Joachim Meyer, celui-ci porte un intérêt tout particulier aux coups visant la tête puisqu’il définit quatre zones où la frapper. Les travaux d’Isabelle Paresys sur les lettres de rémissions en Picardie témoignent de cette prédisposition à viser la tête lors d’un combat (37,5% des blessures des victimes ont lieu à cet endroit), un phénomène qui se vérifie également en terre d’Empire, dans la région de l’Artois. Ces lettres de rémission montrent que les frappes à la tête tuent rarement sur le coup (2% des victimes) et ce sont souvent les suites de la blessure, l’infection et l’absence de soins efficaces qui ont raison de la personne. Les chiffres avancés par l’historienne tendent à montrer que les blessures céphaliques ne sont pas les plus mortelles mais qu’en est-il du point de vue de ceux qui s’occupent de leur soin ?

Le Wundenmann constitue une première approche intéressante pour tenter de retranscrire la réalité des blessures causées par les armes blanches. Cette gravure constitue une typologie des plaies par arme que le chirurgien considère comme possiblement soignables et rencontre aussi bien à la ville qu’en campagne[vi]. Avant Hans von Gersdorff, on retrouve ce type de représentation en 1491 dans le Fasciculus de Medicinae du médecin allemand Johann von Ketham et en 1497 dans la Cirurgia de Hieronymus Brunschwig. Le Wundenmann est blessé de plusieurs coups d’épée ce qui semble indiquer que les chirurgiens expérimentés maîtrisent ce type de blessure.

Dans ses Voyages, Ambroise Paré raconte son expédition en 1543 à Marolle et en Basse-Bretagne où il a pu constater l’habitude des soldats de s’affronter à l’épée quand ils sont dans leur camp et non sur le champ de bataille. Cet entraînement ne se fait pas sans dégâts et Paré écrit qu’il y a toujours « quelque chinfreneau » (un terme qui désigne une blessure à la tête) ce qui lui permet de s’exercer mais il n’est pas question de mort qui surviendrait lors de ces duels[vii]. On a ici une pratique ludique de l’escrime qui engendre des blessures à la tête mais Ambroise Paré ne semble pas les considérer comme trop sérieuses et il ne leur laisse pas le temps d’empirer en les traitant rapidement.

Sur les plaies à la gorge, le discours des chirurgiens est sujet à caution car ces derniers peuvent se vanter d’avoir réussi à soigner une partie du corps où un coup d’épée est souvent synonyme d’hémorragie importante et de mort. La ligature constitue ici le seul moyen de stopper efficacement le saignement or il s’agit d’une technique opératoire qui requiert une bonne connaissance anatomique et une grande dextérité. Le procédé hémostatique communément employé, la cautérisation, est évidemment difficilement employable sur la gorge où il risque davantage de causer la mort du patient que sa guérison en raison de la finesse des tissus. Sur le Wundenmann, Hans von Gersdorff ne fait pas représenter les plaies à la gorge, peut-être en raison du caractère trop hasardeux de leur guérison.

Ainsi, que ce soit dans un contexte ludique ou de sang, l’ombre de la blessure plane dans la pratique de l’escrime au XVIe siècle. Le regard du chirurgien nous permet ici de donner une certaine perspective aux techniques enseignées par Joachim Meyer quand celles-ci impliquent l’usage de l’épée. Le maître d’armes privilégie la tête comme cible de ses techniques mais les sources juridiques et médicales nous indiquent qu’il ne s’agit pas des coups les plus mortels. Cela semble constituer un paradoxe si l’on continue de considérer l’enseignement de l’escrime comme l’apprentissage d’un art de tuer. Toutefois, si l’on replace cette pratique dans un cadre ludique et sportif il devient possible de considérer les techniques visant la tête comme un compromis entre la violence et le sport, voire comme ce que l’historien Rachel E. Kellet appelle « un risque acceptable[viii] ». La violence des coups à la tête ne serait donc pas jugée comme excessive et les blessures qui en résultent sont tacitement acceptées par Joachim Meyer dans le cadre sportif voir spectaculaire de la salle d’armes. 

Cite this article as: Alexandre Legros, "Dans l’œil du bretteur et du chirurgien," in Martial Culture in Medieval Town, 09/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1296.

Sources primaires :

Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung / der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren / mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570.

Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964.

Ambroise Paré, La Méthode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à feu et de celles qui sont faictes par flèches, dardz et semblables, aussy des combustions spécialement faictes par la pouldre à canon, composée par Ambroyse Paré, Paris, Vivant Gaulterot, 1545.

Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.).

Sources secondaires :

Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015.

Melanie Panse, Hans von Gersdorffs “Feldbuch der Wundarznei”. Produktion, Präsentation und Rezeption von Wissen, Reichert Verlag, Wiesbaden, 2012.

Isabelle Paresys, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier. Paris, Éditions de la Sorbonne, 1998, en ligne : <https://books.openedition.org/psorbonne/2598>.

Marie-Claude Weslinger, Le « Feldtbuch der Wundartzney » de Hans von Gersdorff (1517) et les débuts de la chirurgie de guerre et traumatologique moderne : Commentaires : première traduction française : confrontation aux conceptions de Hieronymus Brunschwig et d’Ambroise Paré, Thèse de médecine, Université Strasbourg 1, 2 vol., 1983.


[i] Pour plus d’informations sur Ambroise Paré, voir la biographie de Jean-Pierre Poirier, Ambroise Paré : Un urgentiste au XVIe siècle, Pygmalion, Paris, 2005. Concernant Hans von Gersdorff, les grandes lignes de sa vie peuvent être résumées ici : ses origines sont floues mais il est probablement le fils d’un barbier-chirurgien, il participe aux batailles de Grandson, Morat en Nancy en 1476 et 1477 ; il ne semble plus quitter Strasbourg ensuite où il exerce à l’hôpital Saint-Antoine, un bâtiment aujourd’hui disparu mais qui se situait dans l’actuelle rue de l’Arc-en-ciel. Hormis les blessures dues à des armes blanches ou des projectiles en tout genre, le chirurgien strasbourgeois s’intéresse tout particulièrement au traitement de l’ergotisme et de la lèpre.

[ii] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung/der freyen Ritterlichen vnnd Adelichen kunst des Fechtens, in allerley gebreuchlichen Wehren/mit vil schoenen vnd nuetzlichen Figuren gezieret vnd fuergestellet, Strasbourg, Thiebold Berger, 1570, f° a2v.

[iii] Ibid., f° b.

[iv] Jakob Sutor, Neu Künstliches Fechtbuch, Stuttgart, J. Scheible, 1849 (réed.), f° 35r.

[v] « Si tu désires te venger plus / Alors brise son bras. » – Joachim Meyer, op. cit., f° LXVIIIv. 

[vi] Hans von Gersdorff, Feldtbuch der Wundartzney, Strasbourg, Joannem Schott, 1528.

[vii] Ambroise Paré, Des Monstres, Des Prodiges, Des Voyages. Texte établi et présenté par Jean Broussel, Paris, Livre Club du Libraire, 1964

[viii] Rachel E. Kellett, « “…Vnnd schüß im vnder dem schwert den ort lang ein zů der brust”: The Placement and Consequences of Sword-blows in Sigmund Ringeck’s Fifteenth-Century Fencing Manual», dans Wounds and Wound Repair in Medieval Culture, Brill, Leyde, 2015, p. 128-150.

La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)

English abstract: This essay sheds light to the cultural, economical and institutional contexts of fencing practices in Strasbourg during Joachim Meyer’s time of activity as a fencing master (1561-1570).

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290

L’objet de cette communication vise à présenter la place que l’escrime à pu prendre dans la ville de Strasbourg de la fin du Moyen Âge au XVIIe siècle, période qui englobe la présence de Joachim Meyer à Strasbourg (1560 environ à 1571). Il sera ainsi possible, je l’espère, d’éclairer le contexte culturel, économique et institutionnel de cette pratique.

Je vais restreindre le sens d’escrime à celui de pratique en duel de combat ritualisé à armes égales. Cette pratique s’apparente en grande partie à une activité physique de loisir et bénéficie d’un accueil favorable dans la culture allemande des XVe et XVIe siècles. Ceci tient probablement au fait que cette pratique fait partie des activités physiques considérées idéales pour la construction du corps, en ce qu’elle est associée à la chevalerie, symbole d’élévation social, et répond au souci de défense personnel, ou de défense de la communauté[1]. On en retrouve peu de traces à Strasbourg même au Moyen Âge, dont quelques rares sculptures sur des édifices religieux ou des décors de poêle (ill. 1).  Lors du dernier tiers du XVe siècle, Strasbourg organise des tournois de lutte et d’escrime en marge de concours de tir ou de course de chevaux et, surtout vers 1471, fait exceptionnel dans le Saint-Empire, un tournoi d’escrime ouvert aux escrimeurs locaux et étranger hors de tout autre contexte connu[2].

Frise d’une église romane de Strasbourg (disparue), Musée de l’Oeuvre Notre Dame, photo de l’auteur

Escrime et préparation militaire

Machiavel écrit au début XVIe siècle que les villes allemandes disposent d’immense quantité d’argent dans leur caisse car elles n’en gaspillent pas à faire appel à des mercenaires pour assurer leur défense. Il cite directement Strasbourg comme disposant d’un trésor important, dont l’estimation à un million de florins semble exagéré[3]. Selon lui ces villes feraient appel à leurs bourgeois, entraînés à cela, bien disciplinés et armés, et ayant un goût pour cela puisqu’ils jouent à manier les armes les jours de fête.

L’obligation pour les bourgeois de Strasbourg de participer à l’effet de défense de la ville a clairement contribué à la présence d’armes blanches dans l’environnement quotidien des habitants de Strasbourg. Mais on ne retrouve pas de traces de programmes ou d’injonctions à la formation militaire individuelle ou même collective.

Selon Francis Rapp, au contraire des affirmations de Machiavel, les villes d’Empire ont progressivement renoncé à faire briller leur infanterie sur la scène militaire à partir de la fin du XVe siècle, faute de pouvoir aligner un nombre suffisant d’hommes en armes. Dans le cas particulier de Strasbourg, la participation aux guerres de Bourgogne a été ruineuse, sans que la ville puisse faire autre chose que mettre sur pied une force d’appoint. Selon Rapp toujours, la médiocre réputation des fantassins strasbourgeois durant ce conflit fait douter de l’existence d’une réelle formation militaire. De fait, à partir de 1500, dans un contexte de fort développement du mercenariat dans le sud de l’Empire, la ville de Strasbourg concentra sa stratégie de défense sur l’amélioration de ses murailles, l’entretien d’un important arsenal d’armes à feu et l’engagement de mercenaire pour les expéditions[4]. Il paraît donc difficile de voir dans l’escrime une réelle préparation à la guerre, ou alors à l’efficacité douteuse, ce qui questionne l’indication dans le prologue du livre de Meyer où il vante l’intérêt de la pratique de l’escrime pour la défense de la patrie.

À l’inverse il est possible de trouver des influences de la sphère militaire sur la pratique de l’escrime en important dans la culture matérielle des bourgeois les armes employées à la guerre comme la hallebarde ou la grande pique que l’on retrouve chez Joachim Meyer. Ce dernier mentionne d’ailleurs pour ces deux armes une garde spécifique pour le champ de bataille, ou « Feldhut ».[5]

Discrète escrime

La pratique de l’escrime à Strasbourg aux XVIe et XVIIe siècles n’a guère laissée de traces. Elle est par exemple absente des réglementations sur les jeux ou activités de loisirs. D’un côté ceci est positif puisque la plupart de ces réglementations consistent essentiellement en des restrictions, mais d’un autre, cela donne l’impression que l’escrime n’est pas une matière ayant un intérêt suffisant pour être réglementée.

L’escrime est aussi absente de la politique de rayonnement de la ville : contrairement au XVe siècle, il n’y a plus d’organisation par la ville de démonstrations ou de concours d’escrime, y compris lors du grand concours de tir de 1576.

Il est possible d’en trouver quelques traces dans la littérature et les chroniques. Johann Fischart, ancien Strasbourgeois, adapte en 1575 le Gargantua de Rabelais en y introduisant un vaste vocabulaire propre à la culture de l’escrime des XVe et XVIe siècles qui n’a pas d’équivalence dans le roman français. Une poignée d’autres chroniques mentionnent les spectacles d’escrime, ou « Fechtschulen », de la fin du XVIe à la fin du XVIIe siècle, donnant l’impression d’une certaine permanence dans les pratiques. Finalement, seul Daniel Martin détonne dans son dictionnaire français publié en 1637 où il décrit une salle d’arme à la mode française qui devait être une autre face de l’escrime pratiquée à Strasbourg, assez éloignée semble-t-il de celle de Meyer, en tout cas n’en partageant en rien le vocabulaire.

« Fechtschulen »

Les rares chroniques ne mentionnent guère l’escrime autrement qu’à travers la principale activité connue : les « Fechtschulen ». À Strasbourg, la première mention de ce type d’événement remonte à 1511 mais les lacunes dans la conservation des archives de la ville ne permettent pas d’avoir un aperçu plus précis que depuis 1540. Il apparaît que ces événements, mélanges de compétition publique, gala et spectacle d’escrime, organisés par des maîtres d’arme locaux ou étrangers, deviennent dans la deuxième moitié du siècle un véritable phénomène de mode à Strasbourg. Leur déroulement intégrait une demande officielle faite au Magistrat, une procession avec tambours et fifres avant le déroulement des assauts sur une place publique ou dans la cour d’un des poêles de tribus. Ces assauts publics se déroulent essentiellement les lundis ou lors des foires de la Saint-Jean ou de Noël. Pendant 40 ans, de 1580 à 1620 environ, les demandes faites au Magistrat étaient en tel nombre que celui-ci a ponctuellement imposé de n’en recevoir qu’une par quinzaine hors temps de foires[6].

Au final la pratique réelle de l’escrime peine à être mesurée. Le grand nombre de « Fechtschulen » recensés traduit plus sûrement la popularité du spectacle que sa pratique régulière qui pouvait rester cantonnée à un public réduit (nobles ou praticiens peut-être) ce qui ne devait pas offrir de gros débouchés financiers pour les maîtres d’armes s’ils voulaient pouvoir s’y consacrer à temps plein. De fait, avant l’annexion française, Strasbourg n’a jamais reconnu au maître d’arme le statut de métier officiel.

La production de livres de commandes comme les manuscrits de Meyer et surtout son imposante œuvre imprimée en 1570 à Strasbourg survient à une époque où ce type d’ouvrage est rare en langue allemande, mais où l’escrime est très présente dans l’espace public et la culture populaire. Ces ouvrages devaient être, selon toute probabilité, destinés à une clientèle riche ou prestigieuse probablement assez éloignée des participants aux « Fechtschulen ».

L’escrime à Strasbourg reste donc dans un statut équivoque, entre spectacle reconnu et apprécié, une activité physique que le Magistrat n’a jamais vraiment incitée mais qui devait participer de la culture martiale de l’époque, sans non plus jamais devenir un jeu et donc soumis à des restrictions régulières. Cette situation explique en partie la grande discrétion des pratiques qui lui sont associées malgré le grand nombre de spectacles et de combats publics qui se sont déroulés et surtout la parution d’un livre remarquable à tous égards.

Cite this article as: Olivier Dupuis, "La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècles)," in Martial Culture in Medieval Town, 01/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1312.

Bibliographie

Baumann Reinhard, Die Landsknechte. Ihre Geschichte und Kultur vom späten Mittelalter bis zum Dreissigjährigen Krieg, München, 1994.

Dupuis Olivier, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », dans Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79. <http://dx.doi.org/10.1515/apd-2015-0010, consulté le 10/05/2021>

Dupuis Olivier « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.

Dupuis Olivier, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », dans Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020, en ligne : <https://martcult.hypotheses.org/780, consulté le 10/05/2021>

Füssli Johann Heinrich, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich, Zurich, Orell, Gessner, Füssli et al., 1780, p. 2-3.

Machiavel Nicolas, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303.

Meyer Joachim, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

Rapp Francis, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », dans Journal des savants, 1996, p. 377-417

Tlusty B. Ann, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.


[1] Sur la vision favorable de l’escrime, voir Olivier Dupuis, « When Fencers and Wrestlers were the Children of the Sun », Martial Culture in Medieval Town, 26 février 2020. Pour la culture de l’arme et de la défense corporelle, lire en particulier B. Ann Tlusty, The Martial Ethic in Early Modern Germany, Basingstoke, Palgrave MacMillian, 2011.

[2] Un tournoi de lutte vers 1460 est mentionné dans la biographique d’un bourgmestre de Zürich, Füssli, Johann Waldmann, Ritter, Bürgermeister der Stadt Zürich. Pour les tournois d’escrime voir Olivier Dupuis, « A fifteenth-century fencing tournament in Strasburg », Acta Periodica Duellatorum, vol. 1, 2013, p. 67-79.

[3] Nicolas Machiavel, « Rapport sur les affaires d’Allemagne fait le 17 juin 1508 », dans Idem, Oeuvres complètes, éd. J.A.C. Buchon, vol. 1, Paris, Auguste Desrez, 1837.p. 302-303..

[4] Francis Rapp, « Les villes du saint Empire et le problème militaire : l’exemple de Strasbourg », Journal des savants, 1996, p. 377-417

[5] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen kunst des Fechtens in allerley gebreuchlichen Wehren mit vil schoenen und nuetzlichen Figuren gezieret und fuergestellet, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570.

[6] Olivier Dupuis, « Fencing contests in Strasbourg during the Renaissance and Modern times (1543-1673) », actes du colloque Urban Cultures of Contest in Renaissance Europe (Institut für vergleichende Städtegeschichte, Münster, 20-–2 October 2016), en cours de publication.

La modernité dans l’escrime de Joachim Meyer ?

English abstract: The sixteenth century master-at-arms; Joachim Meyer wrote undoubtedly a modern treatise in 1570. His work explains and illustrates the handling of different edged weapons already discussed in works of previous masters such as the two-handed sword. However, it is one of the earliest works dedicated to the detailed treatment of other weapons associated to different contexts such as the rapier with duels, or the pikes and halberds with war. This short article attempts to investigate the audience targeted by this modern content, from the study of the technical content.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the event and a plan of publications from it visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290


Joachim Meyer est incontestablement un des maîtres d’armes germaniques les plus importants du XVIe siècle. Cette qualité est à la fois le fruit de différentes conjonctures intellectuelles, technologiques et sociales, associées à une ambition personnelle : s’élever socialement en offrant ses services de spécialiste des armes à un prince. Son traité publié pour la première fois à Strasbourg en 1570, intitulé Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechten, soit la description approfondie de l’art de l’escrime, reste en tout point pour l’époque une œuvre remarquable. Il est le témoin d’une société en pleine mutation, laquelle permet à ce simple coutelier d’éditer un ouvrage technique imprimé et réservé à un cercle limité de connaisseurs. Néanmoins, explorer ici l’ensemble des éléments modernes dans ce traité serait difficile. Pour ce faire, nous devrions revenir point par point sur la biographie de Joachim Meyer[i], sur son expérience en tant qu’organisateur de compétitions d’escrime : les Fechtschülen. Nous devrions détailler les livres de combat en sa possession et ceux qui ont pu inspirer son œuvre, sans oublier de présenter l’intégralité des manuscrits d’escrimes rédigés depuis le XVe siècle et leur développement sous forme d’imprimés au cours du XVIe siècle. Un travail impossible à résumer ici en quelques lignes, mais qui indubitablement pourrait s’avérer nécessaire à une réflexion plus approfondie. Dépassant cette difficulté, nous pouvons nous appuyer sur quelques éléments notables afin de nous questionner sur le cadre d’application contemporain à l’édition de Meyer. La problématique étant de savoir, outre le contenu textuel et iconographique très novateur de l’œuvre finale de Joachim Meyer[ii], en quoi le matériel existant dans le traité de 1570 s’adresse-t-il bien à un public moderne ? Nous pouvons nous interroger sur le potentiel public ciblé par l’auteur, en nous intéressant principalement aux armes présentes dans son œuvre et au contenu technique qui leur est associé.

Les identités des destinataires exacts de cet ouvrage, du moins du matériel technique qui y est présent, ne sont pas connues. Entraîner les soldats à la guerre, savoir se défendre dans la rue, vaincre ses adversaires lors de compétitions d’escrime et de jeux de prix, ou Preizfechten, sont autant de contextes et d’objectifs indirectement concernés par le traité du célèbre Strasbourgeois. En introduction, Meyer précise bien que les hommes de guerre savent que, parfois, les armes à feu peuvent être d’aucune utilité et qu’il est nécessaire d’user des armes blanches. C’est pourquoi il faut quotidiennement apprendre à les manier habilement[iii]. S’il ne traite pas du combat en harnois ou à cheval, une partie de son ouvrage est consacrée aux armes d’hast à travers l’exercice de la pique et de la hallebarde. Deux armes de guerre par excellence, qui n’apparaissent que très rarement dans les livres de combat antérieurs[iv]. Néanmoins, leur maniement se fait de manière individuelle et non collective. L’objectif est ainsi peut-être de savoir utiliser tout un panel d’armes blanches, de différents types d’épées, de dagues et d’armes d’hast, dans le cadre de la « petite guerre », autrement dit celui de l’escarmouche. Si au contraire son traité était voué exclusivement au duel et au combat « pour la vie », avec des armes aiguisées, l’auteur en ferait sans doute clairement référence comme il le fait plus facilement dans la troisième partie de son ouvrage dédié à la rapière, une épée utilisée à une main pour la taille et l’estoc. Car à l’inverse, dans la première partie consacrée à l’épée longue, les estocs sont rares et servent souvent à menacer l’adversaire d’une blessure « accidentelle » au visage[v]. Il s’agit donc d’une arme pratiquement jamais choisie pour le duel réel à l’époque, mais bien davantage d’une arme de jeu et d’affrontement proto-sportif, héritière du siècle précédent. D’ailleurs Meyer explique, comme en témoignent les illustrations de son ouvrage (fig. 1), que les épées longues utilisées sont des épées d’escrime ou Fechtschwerten dénuées de pointe et de lame aiguisée : 

« Mais je vais ici rappeler à l’aimable lecteur qu’il y a une grande différence entre le combat à l’épée de maintenant et comment il était pratiqué par nos prédécesseurs et les maîtres de l’escrime de jadis. Cette présentation des frappes couvrira seulement ce qui est actuellement en usage et pertinent à l’épée. Et quant à la pratique des jours anciens, lorsque l’on combattait avec des tailles et des estocs aiguisés, j’en traiterai spécifiquement et indépendamment[vi]».

Fig. 1. Techniques à l’épée longue avec différentes tenues de l’arme, Meyer Joachim, Gründtliche Beschreibung der kunst des Fechten, Strasbourg, 1570, planche N de la première partie, p. LII (source : Bayerische Staatsbibliothek https://www.digitale-sammlungen.de/en/view/bsb00024580?page=123)

Enfin, les illustrations de salles d’armes imaginaires décorées à l’antique et l’emploi d’armes neutralisées, de dague en bois, d’arme d’hast sans pointe, et surtout de dussack, ce proto-sabre en bois très présent lors des Fechtschülen et exposé en seconde partie, laisse bien penser à une escrime orientée pour le jeu et le duel amical. L’escrime de Meyer repose en partie sur des coups de taille visant principalement le crâne, la nuque ou les tempes, tandis que des coups sciés ou entailles ciblent souvent les bras et les poignets avec comme intention de permettre de frapper ensuite à la tête ou de faire barrière aux attaques de l’adversaire. Cependant, les objectifs tactiques des jeux à l’épée et les conséquences techniques de certains gestes mériteraient d’être plus clairement définis, notamment à travers l’explication précise des règles de l’assaut. À l’exemple des compétitions à l’épée longue et au dussack qui se gagnent « au premier sang », une déduction faite à partir du terme « blütrur » ou « blutruhr »[vii], soit une effusion de sang ou une touche sanglante[viii]. Or si la tête est bien la cible privilégiée chez Meyer à l’épée, aucune blessure ouverte n’est illustrée ou mentionnée dans son ouvrage. De plus, on remarque que certaines techniques pourtant interdites, comme les entrées en lutte ou les coups de pommeau, sont présents[ix].

Ainsi, à défaut d’un cadre d’application clairement défini par l’auteur, l’art chevaleresque de l’escrime de Joachim Meyer apparaît comme une pratique polymorphe, athlétique, esthétique, adaptée à la jeunesse qui aime la pratiquer avant tout pour elle-même, afin de se confronter, mais sans aspirer indubitablement à une fonction utilitariste : Joachim Meyer indique d’ailleurs que cette jeunesse strasbourgeoise affectionne en particulier l’exercice du dussack :

« Si j’ai autant parlé de cette arme, c’est parce que notre jeunesse désire fortement la pratiquer. Et si cela ne leur est pas enseigné correctement, il leur sera difficile de comprendre tout cela, tout comme de nombreux principes qui ne peuvent être enseignés que par la répétition des techniques et de leur combinaison[x] ».

À l’instar de la danse ou de l’équitation académique, l’escrime peut dans certains cas s’éloigner « de son dessein originel pour se muer en un art en soi [xi]». Par cette idée, Joachim Meyer ne s’éloigne pas tant des écrits antérieurs du XVe siècle, notamment de Johannes Liechtenauer qu’il cite à plusieurs reprises[xii] et de la tradition qui peut lui être rattachée. C’est celle d’un système de combat universel, avec ses règles et ses conventions, adaptables à différents contextes et plusieurs armes. En résumé, Meyer tente de respecter sa vision de l’escrime comme un langage non verbal. Les escrimeurs doivent connaître, à l’instar des mots, le sens des coups et les insérer dans une grammaire et une syntaxe pertinente afin de former des phrases qui ne sont pas dénuées de sens. L’objectif est de formuler des mots et des phrases par automatisme sans chercher quelle lettre écrire[xiii].

Ces quelques exemples montrent à quel point Joachim Meyer reste un auteur majeur de la renaissance de l’escrime médiévale germanique. À travers le travail de déconstruction et de reconstruction qu’il opère, il apparaît comme l’héritier d’un matériel technique médiéval qui entreprendrait une restauration moderne adaptée à ses contemporains. Preuve en est de l’incorporation très détaillée du maniement de la rapière, arme nouvelle et étrangère mal connue des Allemands. En ce qui concerne l’épée longue et les armes plus connues, le fait de souvent se détacher des méthodes antérieures, en matière de didactique et de pédagogie, lui permet d’aborder la question du combat sous une forme universelle avec beaucoup de pertinence, dans le but de véritablement former des élèves à différents types de combat grâce au jeu et l’affrontement normalisé. Par conséquent, son traité est certainement l’un des ouvrages les plus importants pour l’école médiévale et moderne germanique afin d’illustrer comme il se doit toutes les subtilités qu’il peut exister entre les théories et les pratiques martiales.

Cite this article as: Pierre-Henry BAS, "La modernité dans l’escrime de Joachim Meyer ?," in Martial Culture in Medieval Town, 22/06/2021, https://martcult.hypotheses.org/1322.

[i] Olivier Dupuis, « Joachim Meyer, escrimeur libre, bourgeois de Strasbourg (1537? – 1571) », dans Fabrice Cognot (dir.), Maîtres et techniques de combat, Paris, AEDEH, 2006, p. 107-120.

[ii]Pierre-Henry Bas, « L’art du combat germanique : images didactiques et gestes martiaux, (XVe-XVIe siècles) », dans Figuration du conflit, Bruxelles, t. 2, 2015, p. 45-63.

[iii] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung der kunst des Fechten, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570, f° a2v.

[iv] Cf. les œuvres du milieu du XVIe siècle de Paul-Hector Mair, par exemple :Hans-Peter Hils, Meister Johann Liechtenauers Kunst des langen Schwerts, Frankfurt am Main/New-York, Lang, 1985 et Rainer Leng, Katalog der deutschsprachigen illustrierten Handschriften des Mittelalters Band 4/2, Lfg. 1/2 : 38 : 38. Fecht- und Ringbücher, München, C.H. Beck, 2009.

[v] Cf. les chapitres sur l’épée longue : J. Meyer, Gründtliche Beschreibung…, op. cit., f° XXIIr, XXXVr-XXXVIv, XXXVIIIv et XLr. Une exception notable f° LXIv.

[vi] Cf. Ibid., livre 1, ch. 4, f° Xv.

[vii] Olivier Dupuis , « A fifteenth-century fencing tournament in Strasbourg », Periodica Historicae Claudendi, 2013, p. 74-75.

[viii] Karl Wassmannsdorff, Sechs Fechtschulen (d.i. Schau- und Preisfechten) der Marxbrüder und Federfechter aus den jahren 1573 bis 1614, Heidelberg, Heidelberg Groos, 1870.

[ix] Cf. fig. 1.

[x] Cf. la partie 2 sur le dussack : J. Meyer, Gründtliche Beschreibung…, op. cit., f° XLIXv (traduit de l’original par Pierre-Alexandre Chaize).

[xi] Barry Jean-Claude, « Les airs relevés et leur histoire », dans Patrice Franchet d’Espèrey (dir.), Les arts de l’équitation dans l’Europe de la Renaissance, Arles, Actes Sud, 2009, p. 183-196.

[xii] Notamment dans sa partie sur l’épée longue : Meyer J., Gründtliche Beschreibung…, op. cit., ch. V, f° XVv, XXIv, XXIIIv, XXVr et LVv.

[xiii] Cf. Ibid., partie 1, ch. IX, f° XXVv.


Proceedings of the Joachim Meyer conference (University of Strasbourg 2020) – an introduction

On the occasion of the 450th anniversary of the death of Joachim Meyer, a conference was organised by O. Dupuis, G. Porte and D. Jaquet at the University of Strasbourg (20-21 February 2020).

Joachim Meyer came from Basel and was a cutler by trade, a burgher of Strasbourg. He authored a famous fencing treatise in 1570, as well as less known manuscripts dedicated to the aristocracy. Researchers, archivists and martial arts experts gathered to share their latest research on the author and his work. A one-day workshop followed the lectures.

Supported by the Martial Culture in Medieval Towns research project, this conference will be published in a special issue of the journal Source(s) (ISSN 2261-8562), forthcoming 2022. Meanwhile, some of the contributors offered their contribution in a blog article version. The posts are in French, with an English abstract. You can read these following the links below:

Olivier Dupuis, “La place de l’escrime à Strasbourg (XVe-XVIIe siècle)”:
https://martcult.hypotheses.org/1312

Pierre Kintz, “Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch de Joachim Meyer”:
https://martcult.hypotheses.org/1316

Pierre-Henry Bas, “La modernité dans l’escrime de Joachim Meyer”:
https://martcult.hypotheses.org/1322

Laurent Naas, “L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung / der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)”
https://martcult.hypotheses.org/1302

Alexandre Legros, “Dans l’oeil du bretteur et du chirurgien”
https://martcult.hypotheses.org/1296

Cite this article as: Daniel Jaquet, "Proceedings of the Joachim Meyer conference (University of Strasbourg 2020) – an introduction," in Martial Culture in Medieval Town, 18/06/2021, https://martcult.hypotheses.org/1290.

Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch de Joachim Meyer

English abstract: This essay presents the life and works of Tobias Stimmer, the artist involved in the production of the wooden engravings illustrating the fight book of Joachim Meyer.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the event and a plan of publications from it visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290


Tobias Stimmer est connu à Strasbourg pour le décor qu’il a réalisé, en 1572, pour l’horloge astronomique de la cathédrale. Pour cet artiste originaire de Suisse, la notoriété reste limitée, en France, à cette œuvre et à quelques gravures. Max Bendel[1], historien de l’art allemand, relève le quasi-oubli dans lequel était tombé peu à peu l’artiste jusqu’au milieu du XIXe siècle. Sandrart[2] consacre à Stimmer un long article dans sa Teutsche Academie et y loue ses gravures sur bois. Caspar Füessli[3] cite Stimmer en 1769. Dans le Deutsche Peintre-Graveur, Andresen[4] présente les « Bibel oder Biblische Figuren ». Grâce aux publications d’August Stolberg[5], la notoriété de Tobias Stimmer ressurgit par son ouvrage sur l’horloge astronomique de Strasbourg, en 1896, puis son livre intitulé Tobias Stimmer, sein Leben und seine Werke. Jusqu’en 1940, paraissent plusieurs articles dans la revue allemande Oberreihnische Kunst, ainsi qu’une Dissertation consacrée aux « Biblische Figuren[6] ».

En revanche, peu de publications ont paru en langue française. Quelques gravures des Figures Bibliques illustrent les écrits de Max Engammare[7] et Elsa Kammerer[8], ainsi qu’un ouvrage de François Boespflug[9].

Deux expositions ont été présentées à Schaffhouse, en 1926 et en 1939, et l’exposition au Kunstmuseum de Bâle en 1984 a donné lieu à la publication d’un important catalogue.

Vie, œuvres, collaborations.

Né à Schaffhouse, dans le nord de la Suisse, le 17 avril 1539, Tobias est le fils aîné d’une fratrie de onze enfants. Le père, Christoph Stimmer, dit der Ältere, fut le premier maître d’école allemand de Schaffhouse, où il acquiert le droit de bourgeoisie en 1535.

Plusieurs collaborations de Tobias avec ses frères sont connues : Hans Christoffel a gravé sur bois, Josias a participé au chantier des peintures de l’horloge astronomique de Strasbourg, Abel fut son collaborateur pour les peintures de la salle des fêtes du Neues Schloss de Baden-Baden, succédant à Tobias, à la mort de celui-ci, comme peintre de la cour du margrave de Baden.

La formation de Tobias n’est pas connue. La littérature existante émet différentes hypothèses : apprentissage dès l’âge de 14 ans, à Schaffhouse, Zürich ou Constance, possible formation chez Hans Asper à Zürich, ou auprès de Félix Lindtmayer à Schaffhouse même.

En mai 1562, il achète une maison à Schaffhouse avec son père et ses frères Abel et Loth. Après un passage à Bâle, il se rend à Strasbourg, et noue ses premières relations avec l’imprimeur Bernhart Jobin. De retour en Suisse en 1564, devenant avec Hans Asper le plus important portraitiste suisse, Tobias Stimmer exécute plusieurs portraits, dont celui de Conrad Gessner[10], ou le dyptique des portraits des époux Schwytzer et Lochmann[11]. D’autres commandes suivent, portraits de la famille Peyer à Schaffhouse, portraits de familles de Zürich et St-Gallen.

Durant cette période, Stimmer produit des séries de dessins et de nombreuses maquettes de vitraux. À partir de 1568, il consacre une part importante de son activité à l’imprimerie et à l’édition, tissant des liens étroits avec les imprimeurs Théodosius Rihel et Bernhart Jobin à Strasbourg, Hieronimus Freyerabend à Francfort, Thomas Gwarin à Bâle.

Il réalise également, entre 1567 et 1569, les peintures de la façade de la maison Zum Ritter à Schaffhouse, selon la commande de l’orfèvre Conrad von Waldkirch.

Durant l’hiver 1569-1570, Tobias Stimmer se rend à Côme, dans le nord de l’Italie, à la demande de l’éditeur bâlois Pietro Perna, pour y relever en dessins les portraits de la galerie de Paolo Giovio. Ces dessins illustreront la publication de l’ouvrage Elogia virorum illustrium. Tobias Stimmer revient à Strasbourg, au printemps 1570, à l’invitation de Bernhart Jobin, et devient le parrain du fils aîné de celui-ci. Jobin est le beau-frère de l’écrivain protestant Johann Fischart, et ainsi naît la collaboration entre Jobin, Fischart et Stimmer.

En 1571, le mathématicien Conrad Dasypodius, originaire de Schaffhouse, est chargé par la ville de Strasbourg de construire la nouvelle horloge astronomique de la cathédrale, qui sera réalisée par les frères Habrecht, fils de l’horloger de Schaffhouse. Dasypodius confie à Stimmer le soin de décorer l’armoire de cette horloge. Ce décor a été réalisé par Tobias, assisté de son frère Josias. L’auteur des sculptures, dont les dessins sont de la main de Tobias Stimmer, n’est pas connu.

Sur fond de ces travaux, Stimmer débute dessins et croquis pour l’impression, en relation avec des savants et érudits strasbourgeois, en particulier avec Johann Fischart, développant avec celui-ci une intense collaboration sur le plan intellectuel et artistique.

En 1570, il produit les dessins pour l’ouvrage consacré à l’escrime, le Fechtbuch de Joachim Meyer, maître d’armes à Strasbourg. Il y représente, en gravures pleines de réalisme et de vivacité, les principaux mouvements des escrimeurs.

En 1576, l’éditeur bâlois Thomas Gwarin publie les Neue künstliche Figuren Biblischer Historien, petit recueil d’images bibliques, avec les versets en allemand de Fischart.Cet ouvrage sera repris à Strasbourg par Jobin, en 1589, en version allemand-latin.

Il exécute également de nombreuses gravures, des portraits, des illustrations d’événements comme le Freischiessen en 1576 [image en titre], des gravures religieuses ou anticatholiques, ainsi que des maquettes de vitraux (Scheibenrisse) pour des particuliers ou des bâtiments publics.

Devenu peintre officiel de la cour du Margrave Philippe II de Bade, il est chargé de la réalisation de la décoration en peintures de la salle des fêtes du Neues Schloss de Baden-Baden, entre 1577 et 1578.

Stimmer avait acquis le droit de bourgeoisie à Strasbourg en 1584, après plus de douze années de séjour dans la ville. Après un bref séjour à Schaffhouse en 1583, il décède subitement à Strasbourg le 14 janvier 1584, à l’âge de 45 ans.

« Die Stimmer’s Bibel »

Les thèmes religieux, portant essentiellement sur la Bible, ont constitué une source d’inspiration fondamentale dans l’œuvre de Stimmer. Les premières éditions de la Bible, de Luther notamment, sont peu illustrées. Peu à peu, afin de s’adresser à un public plus diversifié, soit ne pratiquant pas la lecture, soit recherchant des images susceptibles d’émouvoir sa piété, soit aussi pour satisfaire les demandes esthétiques des acheteurs, les éditeurs des textes de la Bible se sont tournés vers une forme réduisant les textes bibliques en y insérant de plus en plus d’images. Cette évolution s’est faite de façon quasi-parallèle en France et dans l’empire germanique, portée par les courants de la Réforme. Progressivement, la gravure valant texte, les bibles incluent de plus en plus d’images, jusqu’à présenter des versions dans lesquelles les images « racontent » le texte sacré, le remplaçant, la figura s’offrant comme représentation exacte des verba bibliques.

Stimmer avait fourni les gravures d’une première suite d’illustrations de l’Ancien Testament, à travers l’édition de l’histoire du peuple juif, de Flavius-Josèphe. Très prisé, à la Renaissance, des savants et des intellectuels, cette version illustrée parut pour la première fois à Strasbourg en 1574, et fut suivie de nombreuses réimpressions[12].

Stimmer reprend plusieurs caractéristiques des gravures du Flavius-Josèphe pour l’édition de la « Stimmer’s Bibel ».  L’édition de 1576 des Neue künstliche Figuren comporte 170 pages illustrées, dont les gravures sont incluses dans 8 cadres différents. Les dimensions des gravures sont de 6 cm x 8,3 cm. Un fac-similé de la version de 1576 a été imprimé à Munich en 1881, puis en 1923, sous le titre de Tobias Stimmer’s Bibel. Ouvrage pour esthètes plus que livre de piété, le recueil des Neue künstliche Figuren a été apprécié dès sa parution, renforçant la notoriété de Stimmer[13].

Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch.

Les raisons de la collaboration de Tobias Stimmer dans la publication du Fechtbuch ne sont pas connues. Stimmer et Meyer sont tous deux suisses d’origine, ils sont de la même génération. Stimmer est un habitué du milieu des imprimeurs à Strasbourg, et a pu connaître auparavant Thiebolt Beyer, l’imprimeur du Fechtbuch.

Stimmer a réalisé les gravures xylographiques pour illustrer les leçons de Meyer. Les gravures s’insèrent dans le texte, en suivant le déroulement des cinq parties fixées par Meyer, portant sur l’usage des différentes armes.

Toutes ces gravures présentent des assauts entre combattants, deux par deux, face à face, parfois lutte à plusieurs combattants entre eux. Ils sont représentés dans un décor antiquisant, selon la mode en usage, utilisant des formes architecturales variées. Stimmer use habilement de l’art de la perspective dont il démontre sa maîtrise, tout en s’accordant quelques entorses très maniéristes dans certaines représentations architectoniques. Il compose le décor avec des colonnes aux chapiteaux ouvragés, des plafonds à caissons, des obélisques marquant le point de fuite, des escaliers s’imbriquant en arrière de colonnades, des constructions à coupoles ou des tours crénelées. Des galeries surgissent et entraînent le regard vers le fond de l’espace, agrémenté par des fontaines ou des bustes sculptés. Certaines images n’ont pas de décor en arrière-plan, tel un non finito, donnant le sentiment d’une image incomplète pourtant pourvue d’autres détails soignés.

Quelques scènes comportent, en second plan derrière un muret ou une balustrade décorée, un groupe de spectateurs, assis à table ou festoyant. L’artiste se sert de la géométrie et de la perspective pour mettre en évidence la leçon correspondant au texte. Telle gravure présente ainsi tous les éléments du maître dans sa démonstration au tableau, face à l’élève. D’autres gravures représentent au sol les indications de placement des combattants. Le maître d’armes apparaît en homme plus âgé, plus mûr, barbu, à la forte carrure, généralement placé à l’avant-plan, le plus souvent à droite de l’image. Les combattants sont vêtus de façon contemporaine, dans des vêtements « à l’allemande », portant des pourpoints à crevés et des culottes bouffantes, dont les plis retombants sont retenus par de larges rubans. Les vêtements paraissent luxueux, parés de revers, de broderies et ornés de nœuds gonflants. L’exagération voulue par l’artiste dans la composition vestimentaire reflète bien la volonté de marquer sa connaissance des courants artistiques de l’époque en Europe, l’inscrivant dans l’expansion du maniérisme à travers les cours princières.

Quant aux positions des corps, Stimmer leur confère des attitudes correspondant en tous points aux mouvements des exercices d’escrime, leur apportant, par sa connaissance de l’anatomie, les gestes, la souplesse, les équilibres et déséquilibres, créant ainsi l’illusion du mouvement décris par le dessin. Elisabeth Barnass relève l’importance du mouvement :

« Stimmer connaît la structure et l’anatomie du corps humain, de même que les fonctions des articulations. Il lui était donc possible, dans un tout autre sens que Solis et Amann, de représenter et d’approfondir les mouvements ».

Le mouvement apparaît de façon flagrante lorsque l’artiste confère aux combattants des postures presque incohérentes. Les combattants sont saisis en pleine action, en déséquilibre, presqu’en chute. La gestuelle des bras tenant l’arme accompagne le geste exécuté par les jambes et les pieds du combattant.

Artiste maniériste, Stimmer meuble le décor par des représentations issues de la nature, intégrant des éléments de flore, laissant apparaître également des animaux, qui constituent un apport décoratif vivant mais surprenant au sein d’une composition de combat d’escrime.

L’utilisation des hachures, droites et parallèles, mais surtout des hachures entrecroisées, intervient pour définir les zones d’ombre et de lumière, et donc l’origine de la source lumineuse en référence aux ombres portées.

« La juxtaposition du clair et du foncé apparaît volontaire et ne constitue pas un seul acte. Chez Stimmer, le “clair” a une signification de lumière, et le “sombre” de l’ombre. Ses compositions sont orientées d’après une source lumineuse invisible, qui constitue un jeu pictural entre lumière et ombre[14]. »

Conclusion

Tobias Stimmer apparaît, dans cet espace du Rhin Supérieur, comme un représentant des formes nouvelles issues de la Renaissance italienne. Il ne se contente pas de reproduire, il participe activement à l’élaboration d’un style, qui lui est propre, mais qui reflète également les attentes de son époque. Il a intégré, certainement au cours de son séjour italien, ou par la découverte des gravures reproduisant les grands maîtres de la Renaissance italienne, les principes développés par le Cinquecento florentin et vénitien. Le Maniérisme est devenu sa culture, sa façon de penser, sa façon d’exprimer son art. Il s’inscrit dans la lignée de ce courant spécifique que certains appelleront maniérisme rhénan, ou maniérisme du nord.

Cite this article as: PIERRE KINTZ, "Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch de Joachim Meyer," in Martial Culture in Medieval Town, 18/06/2021, https://martcult.hypotheses.org/1316.

[1] Max Bendel, Tobias Stimmer. Leben und Werke, Zurich, Atlantis, 1940.

[2] Joachim Sandrat, Teutsche Academie des Bau-Bild-und Malerei Künste…, Nuremberg, Endter, 1774, p. 242.

[3] Johann Caspar Füssli, Geschichte der besten Künstler in der Schweiz, Zurich, Orell/Geßner, 1769-1779, vol. 1.

[4] Andreas Andresen, Der deutsche Peintre-Graveur oder die deutschen Maler als Kupferstecher, Leipzig, Weigel, 1864-1866, vol. 3, p. 105-132.

[5] August Stolberg, Tobias Stimmer -Sein Leben und seine Werke, Strasbourg, J.H.E. Heitz, 1901.

[6] Margarete Barnass, Die Bibelillustration Tobias Stimmer. Ein Beitrag zur Bibelillustration des XVI. Jahrhunderts, Heidelberg, 1932.

[7] Max Engammare, « Les représentations de l’Ecriture dans les bibles illustrées du XVIe siècle », Revue française d’histoire du livre, 1995, n° 86-87, p. 119-189.

[8] Elsa Kammerer, Entre recréation de l’âme et récréation des yeux : les « Figures de la Bible » au XVIe siècle, 2012, en ligne : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00666111>.

[9] François Boespflug, Dieu et ses images, Montrouge, Bayard, 2011.

[10] Conservé au musée Allerheiligen de Schaffhouse.

[11] Conservé au Kunstmuseum de Bâle.

[12] Rembrandt possédait un exemplaire du « Flavius-Josèphe » illustré par Stimmer, comme l’indique le relevé de sa succession.

[13] Parlant des « Neue Figuren » de Stimmer, Sandrart écrit (version de 1675) : Alsa bekandte mir Anno 1637, der berûhmte Peter Paulio Rubens, als ich ihm auf seiner Reiss durch Holland aufgewartet, in dem Amsterdamer Fahrschiff nach Utrecht, (da ich über disem Büchlein spekulierte) dass er in seiner Jugend dasselbe meisstens nachgezeichnet habe, und möge in Wahrheit wohl für ein besonders Kleinod unserer Kunst gehalten werde.

[14] M. Barnass, Die Bibelillustration…, op. cit.


Crédit de l’image en titre: Stimmer, Tobias: [Das Schützenfest von Strassburg 1576]. [Strassburg], [1576]. Zentralbibliothek Zürich, Tobias Stimmer ZEI 3.1576.001, https://doi.org/10.7891/e-manuscripta-32938 / Public Domain Mark