La modernité dans l’escrime de Joachim Meyer ?

English abstract: The sixteenth century master-at-arms; Joachim Meyer wrote undoubtedly a modern treatise in 1570. His work explains and illustrates the handling of different edged weapons already discussed in works of previous masters such as the two-handed sword. However, it is one of the earliest works dedicated to the detailed treatment of other weapons associated to different contexts such as the rapier with duels, or the pikes and halberds with war. This short article attempts to investigate the audience targeted by this modern content, from the study of the technical content.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the event and a plan of publications from it visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290


Joachim Meyer est incontestablement un des maîtres d’armes germaniques les plus importants du XVIe siècle. Cette qualité est à la fois le fruit de différentes conjonctures intellectuelles, technologiques et sociales, associées à une ambition personnelle : s’élever socialement en offrant ses services de spécialiste des armes à un prince. Son traité publié pour la première fois à Strasbourg en 1570, intitulé Gründtliche Beschreibung der Kunst des Fechten, soit la description approfondie de l’art de l’escrime, reste en tout point pour l’époque une œuvre remarquable. Il est le témoin d’une société en pleine mutation, laquelle permet à ce simple coutelier d’éditer un ouvrage technique imprimé et réservé à un cercle limité de connaisseurs. Néanmoins, explorer ici l’ensemble des éléments modernes dans ce traité serait difficile. Pour ce faire, nous devrions revenir point par point sur la biographie de Joachim Meyer[i], sur son expérience en tant qu’organisateur de compétitions d’escrime : les Fechtschülen. Nous devrions détailler les livres de combat en sa possession et ceux qui ont pu inspirer son œuvre, sans oublier de présenter l’intégralité des manuscrits d’escrimes rédigés depuis le XVe siècle et leur développement sous forme d’imprimés au cours du XVIe siècle. Un travail impossible à résumer ici en quelques lignes, mais qui indubitablement pourrait s’avérer nécessaire à une réflexion plus approfondie. Dépassant cette difficulté, nous pouvons nous appuyer sur quelques éléments notables afin de nous questionner sur le cadre d’application contemporain à l’édition de Meyer. La problématique étant de savoir, outre le contenu textuel et iconographique très novateur de l’œuvre finale de Joachim Meyer[ii], en quoi le matériel existant dans le traité de 1570 s’adresse-t-il bien à un public moderne ? Nous pouvons nous interroger sur le potentiel public ciblé par l’auteur, en nous intéressant principalement aux armes présentes dans son œuvre et au contenu technique qui leur est associé.

Les identités des destinataires exacts de cet ouvrage, du moins du matériel technique qui y est présent, ne sont pas connues. Entraîner les soldats à la guerre, savoir se défendre dans la rue, vaincre ses adversaires lors de compétitions d’escrime et de jeux de prix, ou Preizfechten, sont autant de contextes et d’objectifs indirectement concernés par le traité du célèbre Strasbourgeois. En introduction, Meyer précise bien que les hommes de guerre savent que, parfois, les armes à feu peuvent être d’aucune utilité et qu’il est nécessaire d’user des armes blanches. C’est pourquoi il faut quotidiennement apprendre à les manier habilement[iii]. S’il ne traite pas du combat en harnois ou à cheval, une partie de son ouvrage est consacrée aux armes d’hast à travers l’exercice de la pique et de la hallebarde. Deux armes de guerre par excellence, qui n’apparaissent que très rarement dans les livres de combat antérieurs[iv]. Néanmoins, leur maniement se fait de manière individuelle et non collective. L’objectif est ainsi peut-être de savoir utiliser tout un panel d’armes blanches, de différents types d’épées, de dagues et d’armes d’hast, dans le cadre de la « petite guerre », autrement dit celui de l’escarmouche. Si au contraire son traité était voué exclusivement au duel et au combat « pour la vie », avec des armes aiguisées, l’auteur en ferait sans doute clairement référence comme il le fait plus facilement dans la troisième partie de son ouvrage dédié à la rapière, une épée utilisée à une main pour la taille et l’estoc. Car à l’inverse, dans la première partie consacrée à l’épée longue, les estocs sont rares et servent souvent à menacer l’adversaire d’une blessure « accidentelle » au visage[v]. Il s’agit donc d’une arme pratiquement jamais choisie pour le duel réel à l’époque, mais bien davantage d’une arme de jeu et d’affrontement proto-sportif, héritière du siècle précédent. D’ailleurs Meyer explique, comme en témoignent les illustrations de son ouvrage (fig. 1), que les épées longues utilisées sont des épées d’escrime ou Fechtschwerten dénuées de pointe et de lame aiguisée : 

« Mais je vais ici rappeler à l’aimable lecteur qu’il y a une grande différence entre le combat à l’épée de maintenant et comment il était pratiqué par nos prédécesseurs et les maîtres de l’escrime de jadis. Cette présentation des frappes couvrira seulement ce qui est actuellement en usage et pertinent à l’épée. Et quant à la pratique des jours anciens, lorsque l’on combattait avec des tailles et des estocs aiguisés, j’en traiterai spécifiquement et indépendamment[vi]».

Fig. 1. Techniques à l’épée longue avec différentes tenues de l’arme, Meyer Joachim, Gründtliche Beschreibung der kunst des Fechten, Strasbourg, 1570, planche N de la première partie, p. LII (source : Bayerische Staatsbibliothek https://www.digitale-sammlungen.de/en/view/bsb00024580?page=123)

Enfin, les illustrations de salles d’armes imaginaires décorées à l’antique et l’emploi d’armes neutralisées, de dague en bois, d’arme d’hast sans pointe, et surtout de dussack, ce proto-sabre en bois très présent lors des Fechtschülen et exposé en seconde partie, laisse bien penser à une escrime orientée pour le jeu et le duel amical. L’escrime de Meyer repose en partie sur des coups de taille visant principalement le crâne, la nuque ou les tempes, tandis que des coups sciés ou entailles ciblent souvent les bras et les poignets avec comme intention de permettre de frapper ensuite à la tête ou de faire barrière aux attaques de l’adversaire. Cependant, les objectifs tactiques des jeux à l’épée et les conséquences techniques de certains gestes mériteraient d’être plus clairement définis, notamment à travers l’explication précise des règles de l’assaut. À l’exemple des compétitions à l’épée longue et au dussack qui se gagnent « au premier sang », une déduction faite à partir du terme « blütrur » ou « blutruhr »[vii], soit une effusion de sang ou une touche sanglante[viii]. Or si la tête est bien la cible privilégiée chez Meyer à l’épée, aucune blessure ouverte n’est illustrée ou mentionnée dans son ouvrage. De plus, on remarque que certaines techniques pourtant interdites, comme les entrées en lutte ou les coups de pommeau, sont présents[ix].

Ainsi, à défaut d’un cadre d’application clairement défini par l’auteur, l’art chevaleresque de l’escrime de Joachim Meyer apparaît comme une pratique polymorphe, athlétique, esthétique, adaptée à la jeunesse qui aime la pratiquer avant tout pour elle-même, afin de se confronter, mais sans aspirer indubitablement à une fonction utilitariste : Joachim Meyer indique d’ailleurs que cette jeunesse strasbourgeoise affectionne en particulier l’exercice du dussack :

« Si j’ai autant parlé de cette arme, c’est parce que notre jeunesse désire fortement la pratiquer. Et si cela ne leur est pas enseigné correctement, il leur sera difficile de comprendre tout cela, tout comme de nombreux principes qui ne peuvent être enseignés que par la répétition des techniques et de leur combinaison[x] ».

À l’instar de la danse ou de l’équitation académique, l’escrime peut dans certains cas s’éloigner « de son dessein originel pour se muer en un art en soi [xi]». Par cette idée, Joachim Meyer ne s’éloigne pas tant des écrits antérieurs du XVe siècle, notamment de Johannes Liechtenauer qu’il cite à plusieurs reprises[xii] et de la tradition qui peut lui être rattachée. C’est celle d’un système de combat universel, avec ses règles et ses conventions, adaptables à différents contextes et plusieurs armes. En résumé, Meyer tente de respecter sa vision de l’escrime comme un langage non verbal. Les escrimeurs doivent connaître, à l’instar des mots, le sens des coups et les insérer dans une grammaire et une syntaxe pertinente afin de former des phrases qui ne sont pas dénuées de sens. L’objectif est de formuler des mots et des phrases par automatisme sans chercher quelle lettre écrire[xiii].

Ces quelques exemples montrent à quel point Joachim Meyer reste un auteur majeur de la renaissance de l’escrime médiévale germanique. À travers le travail de déconstruction et de reconstruction qu’il opère, il apparaît comme l’héritier d’un matériel technique médiéval qui entreprendrait une restauration moderne adaptée à ses contemporains. Preuve en est de l’incorporation très détaillée du maniement de la rapière, arme nouvelle et étrangère mal connue des Allemands. En ce qui concerne l’épée longue et les armes plus connues, le fait de souvent se détacher des méthodes antérieures, en matière de didactique et de pédagogie, lui permet d’aborder la question du combat sous une forme universelle avec beaucoup de pertinence, dans le but de véritablement former des élèves à différents types de combat grâce au jeu et l’affrontement normalisé. Par conséquent, son traité est certainement l’un des ouvrages les plus importants pour l’école médiévale et moderne germanique afin d’illustrer comme il se doit toutes les subtilités qu’il peut exister entre les théories et les pratiques martiales.

Cite this article as: Pierre-Henry BAS, "La modernité dans l’escrime de Joachim Meyer ?," in Martial Culture in Medieval Town, 22/06/2021, https://martcult.hypotheses.org/1322.

[i] Olivier Dupuis, « Joachim Meyer, escrimeur libre, bourgeois de Strasbourg (1537? – 1571) », dans Fabrice Cognot (dir.), Maîtres et techniques de combat, Paris, AEDEH, 2006, p. 107-120.

[ii]Pierre-Henry Bas, « L’art du combat germanique : images didactiques et gestes martiaux, (XVe-XVIe siècles) », dans Figuration du conflit, Bruxelles, t. 2, 2015, p. 45-63.

[iii] Joachim Meyer, Gründtliche Beschreibung der kunst des Fechten, Strasbourg, Thiebolt Berger, 1570, f° a2v.

[iv] Cf. les œuvres du milieu du XVIe siècle de Paul-Hector Mair, par exemple :Hans-Peter Hils, Meister Johann Liechtenauers Kunst des langen Schwerts, Frankfurt am Main/New-York, Lang, 1985 et Rainer Leng, Katalog der deutschsprachigen illustrierten Handschriften des Mittelalters Band 4/2, Lfg. 1/2 : 38 : 38. Fecht- und Ringbücher, München, C.H. Beck, 2009.

[v] Cf. les chapitres sur l’épée longue : J. Meyer, Gründtliche Beschreibung…, op. cit., f° XXIIr, XXXVr-XXXVIv, XXXVIIIv et XLr. Une exception notable f° LXIv.

[vi] Cf. Ibid., livre 1, ch. 4, f° Xv.

[vii] Olivier Dupuis , « A fifteenth-century fencing tournament in Strasbourg », Periodica Historicae Claudendi, 2013, p. 74-75.

[viii] Karl Wassmannsdorff, Sechs Fechtschulen (d.i. Schau- und Preisfechten) der Marxbrüder und Federfechter aus den jahren 1573 bis 1614, Heidelberg, Heidelberg Groos, 1870.

[ix] Cf. fig. 1.

[x] Cf. la partie 2 sur le dussack : J. Meyer, Gründtliche Beschreibung…, op. cit., f° XLIXv (traduit de l’original par Pierre-Alexandre Chaize).

[xi] Barry Jean-Claude, « Les airs relevés et leur histoire », dans Patrice Franchet d’Espèrey (dir.), Les arts de l’équitation dans l’Europe de la Renaissance, Arles, Actes Sud, 2009, p. 183-196.

[xii] Notamment dans sa partie sur l’épée longue : Meyer J., Gründtliche Beschreibung…, op. cit., ch. V, f° XVv, XXIv, XXIIIv, XXVr et LVv.

[xiii] Cf. Ibid., partie 1, ch. IX, f° XXVv.



Published by

Pierre-Henry BAS

Pierre-Henry Bas is doctor in medieval history, specialized in judicial sources and studies of Fightbooks and differences between theories and martial practices from the 14th to the 16th centuries. Creator and President of the REGHT association, his experience of more than 15 years in HEMA has led him to practice various disciplines, including German medieval fencings and wrestlings, horseback fighting and gladiator duel as a professional. He had taught chivalric arts as lecturer at the Sorbonne Nouvelle University in Paris.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.