Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch de Joachim Meyer

English abstract: This essay presents the life and works of Tobias Stimmer, the artist involved in the production of the wooden engravings illustrating the fight book of Joachim Meyer.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference. For more information on the event and a plan of publications from it visit:
https://martcult.hypotheses.org/1290


Tobias Stimmer est connu à Strasbourg pour le décor qu’il a réalisé, en 1572, pour l’horloge astronomique de la cathédrale. Pour cet artiste originaire de Suisse, la notoriété reste limitée, en France, à cette œuvre et à quelques gravures. Max Bendel[1], historien de l’art allemand, relève le quasi-oubli dans lequel était tombé peu à peu l’artiste jusqu’au milieu du XIXe siècle. Sandrart[2] consacre à Stimmer un long article dans sa Teutsche Academie et y loue ses gravures sur bois. Caspar Füessli[3] cite Stimmer en 1769. Dans le Deutsche Peintre-Graveur, Andresen[4] présente les « Bibel oder Biblische Figuren ». Grâce aux publications d’August Stolberg[5], la notoriété de Tobias Stimmer ressurgit par son ouvrage sur l’horloge astronomique de Strasbourg, en 1896, puis son livre intitulé Tobias Stimmer, sein Leben und seine Werke. Jusqu’en 1940, paraissent plusieurs articles dans la revue allemande Oberreihnische Kunst, ainsi qu’une Dissertation consacrée aux « Biblische Figuren[6] ».

En revanche, peu de publications ont paru en langue française. Quelques gravures des Figures Bibliques illustrent les écrits de Max Engammare[7] et Elsa Kammerer[8], ainsi qu’un ouvrage de François Boespflug[9].

Deux expositions ont été présentées à Schaffhouse, en 1926 et en 1939, et l’exposition au Kunstmuseum de Bâle en 1984 a donné lieu à la publication d’un important catalogue.

Vie, œuvres, collaborations.

Né à Schaffhouse, dans le nord de la Suisse, le 17 avril 1539, Tobias est le fils aîné d’une fratrie de onze enfants. Le père, Christoph Stimmer, dit der Ältere, fut le premier maître d’école allemand de Schaffhouse, où il acquiert le droit de bourgeoisie en 1535.

Plusieurs collaborations de Tobias avec ses frères sont connues : Hans Christoffel a gravé sur bois, Josias a participé au chantier des peintures de l’horloge astronomique de Strasbourg, Abel fut son collaborateur pour les peintures de la salle des fêtes du Neues Schloss de Baden-Baden, succédant à Tobias, à la mort de celui-ci, comme peintre de la cour du margrave de Baden.

La formation de Tobias n’est pas connue. La littérature existante émet différentes hypothèses : apprentissage dès l’âge de 14 ans, à Schaffhouse, Zürich ou Constance, possible formation chez Hans Asper à Zürich, ou auprès de Félix Lindtmayer à Schaffhouse même.

En mai 1562, il achète une maison à Schaffhouse avec son père et ses frères Abel et Loth. Après un passage à Bâle, il se rend à Strasbourg, et noue ses premières relations avec l’imprimeur Bernhart Jobin. De retour en Suisse en 1564, devenant avec Hans Asper le plus important portraitiste suisse, Tobias Stimmer exécute plusieurs portraits, dont celui de Conrad Gessner[10], ou le dyptique des portraits des époux Schwytzer et Lochmann[11]. D’autres commandes suivent, portraits de la famille Peyer à Schaffhouse, portraits de familles de Zürich et St-Gallen.

Durant cette période, Stimmer produit des séries de dessins et de nombreuses maquettes de vitraux. À partir de 1568, il consacre une part importante de son activité à l’imprimerie et à l’édition, tissant des liens étroits avec les imprimeurs Théodosius Rihel et Bernhart Jobin à Strasbourg, Hieronimus Freyerabend à Francfort, Thomas Gwarin à Bâle.

Il réalise également, entre 1567 et 1569, les peintures de la façade de la maison Zum Ritter à Schaffhouse, selon la commande de l’orfèvre Conrad von Waldkirch.

Durant l’hiver 1569-1570, Tobias Stimmer se rend à Côme, dans le nord de l’Italie, à la demande de l’éditeur bâlois Pietro Perna, pour y relever en dessins les portraits de la galerie de Paolo Giovio. Ces dessins illustreront la publication de l’ouvrage Elogia virorum illustrium. Tobias Stimmer revient à Strasbourg, au printemps 1570, à l’invitation de Bernhart Jobin, et devient le parrain du fils aîné de celui-ci. Jobin est le beau-frère de l’écrivain protestant Johann Fischart, et ainsi naît la collaboration entre Jobin, Fischart et Stimmer.

En 1571, le mathématicien Conrad Dasypodius, originaire de Schaffhouse, est chargé par la ville de Strasbourg de construire la nouvelle horloge astronomique de la cathédrale, qui sera réalisée par les frères Habrecht, fils de l’horloger de Schaffhouse. Dasypodius confie à Stimmer le soin de décorer l’armoire de cette horloge. Ce décor a été réalisé par Tobias, assisté de son frère Josias. L’auteur des sculptures, dont les dessins sont de la main de Tobias Stimmer, n’est pas connu.

Sur fond de ces travaux, Stimmer débute dessins et croquis pour l’impression, en relation avec des savants et érudits strasbourgeois, en particulier avec Johann Fischart, développant avec celui-ci une intense collaboration sur le plan intellectuel et artistique.

En 1570, il produit les dessins pour l’ouvrage consacré à l’escrime, le Fechtbuch de Joachim Meyer, maître d’armes à Strasbourg. Il y représente, en gravures pleines de réalisme et de vivacité, les principaux mouvements des escrimeurs.

En 1576, l’éditeur bâlois Thomas Gwarin publie les Neue künstliche Figuren Biblischer Historien, petit recueil d’images bibliques, avec les versets en allemand de Fischart.Cet ouvrage sera repris à Strasbourg par Jobin, en 1589, en version allemand-latin.

Il exécute également de nombreuses gravures, des portraits, des illustrations d’événements comme le Freischiessen en 1576 [image en titre], des gravures religieuses ou anticatholiques, ainsi que des maquettes de vitraux (Scheibenrisse) pour des particuliers ou des bâtiments publics.

Devenu peintre officiel de la cour du Margrave Philippe II de Bade, il est chargé de la réalisation de la décoration en peintures de la salle des fêtes du Neues Schloss de Baden-Baden, entre 1577 et 1578.

Stimmer avait acquis le droit de bourgeoisie à Strasbourg en 1584, après plus de douze années de séjour dans la ville. Après un bref séjour à Schaffhouse en 1583, il décède subitement à Strasbourg le 14 janvier 1584, à l’âge de 45 ans.

« Die Stimmer’s Bibel »

Les thèmes religieux, portant essentiellement sur la Bible, ont constitué une source d’inspiration fondamentale dans l’œuvre de Stimmer. Les premières éditions de la Bible, de Luther notamment, sont peu illustrées. Peu à peu, afin de s’adresser à un public plus diversifié, soit ne pratiquant pas la lecture, soit recherchant des images susceptibles d’émouvoir sa piété, soit aussi pour satisfaire les demandes esthétiques des acheteurs, les éditeurs des textes de la Bible se sont tournés vers une forme réduisant les textes bibliques en y insérant de plus en plus d’images. Cette évolution s’est faite de façon quasi-parallèle en France et dans l’empire germanique, portée par les courants de la Réforme. Progressivement, la gravure valant texte, les bibles incluent de plus en plus d’images, jusqu’à présenter des versions dans lesquelles les images « racontent » le texte sacré, le remplaçant, la figura s’offrant comme représentation exacte des verba bibliques.

Stimmer avait fourni les gravures d’une première suite d’illustrations de l’Ancien Testament, à travers l’édition de l’histoire du peuple juif, de Flavius-Josèphe. Très prisé, à la Renaissance, des savants et des intellectuels, cette version illustrée parut pour la première fois à Strasbourg en 1574, et fut suivie de nombreuses réimpressions[12].

Stimmer reprend plusieurs caractéristiques des gravures du Flavius-Josèphe pour l’édition de la « Stimmer’s Bibel ».  L’édition de 1576 des Neue künstliche Figuren comporte 170 pages illustrées, dont les gravures sont incluses dans 8 cadres différents. Les dimensions des gravures sont de 6 cm x 8,3 cm. Un fac-similé de la version de 1576 a été imprimé à Munich en 1881, puis en 1923, sous le titre de Tobias Stimmer’s Bibel. Ouvrage pour esthètes plus que livre de piété, le recueil des Neue künstliche Figuren a été apprécié dès sa parution, renforçant la notoriété de Stimmer[13].

Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch.

Les raisons de la collaboration de Tobias Stimmer dans la publication du Fechtbuch ne sont pas connues. Stimmer et Meyer sont tous deux suisses d’origine, ils sont de la même génération. Stimmer est un habitué du milieu des imprimeurs à Strasbourg, et a pu connaître auparavant Thiebolt Beyer, l’imprimeur du Fechtbuch.

Stimmer a réalisé les gravures xylographiques pour illustrer les leçons de Meyer. Les gravures s’insèrent dans le texte, en suivant le déroulement des cinq parties fixées par Meyer, portant sur l’usage des différentes armes.

Toutes ces gravures présentent des assauts entre combattants, deux par deux, face à face, parfois lutte à plusieurs combattants entre eux. Ils sont représentés dans un décor antiquisant, selon la mode en usage, utilisant des formes architecturales variées. Stimmer use habilement de l’art de la perspective dont il démontre sa maîtrise, tout en s’accordant quelques entorses très maniéristes dans certaines représentations architectoniques. Il compose le décor avec des colonnes aux chapiteaux ouvragés, des plafonds à caissons, des obélisques marquant le point de fuite, des escaliers s’imbriquant en arrière de colonnades, des constructions à coupoles ou des tours crénelées. Des galeries surgissent et entraînent le regard vers le fond de l’espace, agrémenté par des fontaines ou des bustes sculptés. Certaines images n’ont pas de décor en arrière-plan, tel un non finito, donnant le sentiment d’une image incomplète pourtant pourvue d’autres détails soignés.

Quelques scènes comportent, en second plan derrière un muret ou une balustrade décorée, un groupe de spectateurs, assis à table ou festoyant. L’artiste se sert de la géométrie et de la perspective pour mettre en évidence la leçon correspondant au texte. Telle gravure présente ainsi tous les éléments du maître dans sa démonstration au tableau, face à l’élève. D’autres gravures représentent au sol les indications de placement des combattants. Le maître d’armes apparaît en homme plus âgé, plus mûr, barbu, à la forte carrure, généralement placé à l’avant-plan, le plus souvent à droite de l’image. Les combattants sont vêtus de façon contemporaine, dans des vêtements « à l’allemande », portant des pourpoints à crevés et des culottes bouffantes, dont les plis retombants sont retenus par de larges rubans. Les vêtements paraissent luxueux, parés de revers, de broderies et ornés de nœuds gonflants. L’exagération voulue par l’artiste dans la composition vestimentaire reflète bien la volonté de marquer sa connaissance des courants artistiques de l’époque en Europe, l’inscrivant dans l’expansion du maniérisme à travers les cours princières.

Quant aux positions des corps, Stimmer leur confère des attitudes correspondant en tous points aux mouvements des exercices d’escrime, leur apportant, par sa connaissance de l’anatomie, les gestes, la souplesse, les équilibres et déséquilibres, créant ainsi l’illusion du mouvement décris par le dessin. Elisabeth Barnass relève l’importance du mouvement :

« Stimmer connaît la structure et l’anatomie du corps humain, de même que les fonctions des articulations. Il lui était donc possible, dans un tout autre sens que Solis et Amann, de représenter et d’approfondir les mouvements ».

Le mouvement apparaît de façon flagrante lorsque l’artiste confère aux combattants des postures presque incohérentes. Les combattants sont saisis en pleine action, en déséquilibre, presqu’en chute. La gestuelle des bras tenant l’arme accompagne le geste exécuté par les jambes et les pieds du combattant.

Artiste maniériste, Stimmer meuble le décor par des représentations issues de la nature, intégrant des éléments de flore, laissant apparaître également des animaux, qui constituent un apport décoratif vivant mais surprenant au sein d’une composition de combat d’escrime.

L’utilisation des hachures, droites et parallèles, mais surtout des hachures entrecroisées, intervient pour définir les zones d’ombre et de lumière, et donc l’origine de la source lumineuse en référence aux ombres portées.

« La juxtaposition du clair et du foncé apparaît volontaire et ne constitue pas un seul acte. Chez Stimmer, le “clair” a une signification de lumière, et le “sombre” de l’ombre. Ses compositions sont orientées d’après une source lumineuse invisible, qui constitue un jeu pictural entre lumière et ombre[14]. »

Conclusion

Tobias Stimmer apparaît, dans cet espace du Rhin Supérieur, comme un représentant des formes nouvelles issues de la Renaissance italienne. Il ne se contente pas de reproduire, il participe activement à l’élaboration d’un style, qui lui est propre, mais qui reflète également les attentes de son époque. Il a intégré, certainement au cours de son séjour italien, ou par la découverte des gravures reproduisant les grands maîtres de la Renaissance italienne, les principes développés par le Cinquecento florentin et vénitien. Le Maniérisme est devenu sa culture, sa façon de penser, sa façon d’exprimer son art. Il s’inscrit dans la lignée de ce courant spécifique que certains appelleront maniérisme rhénan, ou maniérisme du nord.

Cite this article as: PIERRE KINTZ, "Tobias Stimmer, illustrateur du Fechtbuch de Joachim Meyer," in Martial Culture in Medieval Town, 18/06/2021, https://martcult.hypotheses.org/1316.

[1] Max Bendel, Tobias Stimmer. Leben und Werke, Zurich, Atlantis, 1940.

[2] Joachim Sandrat, Teutsche Academie des Bau-Bild-und Malerei Künste…, Nuremberg, Endter, 1774, p. 242.

[3] Johann Caspar Füssli, Geschichte der besten Künstler in der Schweiz, Zurich, Orell/Geßner, 1769-1779, vol. 1.

[4] Andreas Andresen, Der deutsche Peintre-Graveur oder die deutschen Maler als Kupferstecher, Leipzig, Weigel, 1864-1866, vol. 3, p. 105-132.

[5] August Stolberg, Tobias Stimmer -Sein Leben und seine Werke, Strasbourg, J.H.E. Heitz, 1901.

[6] Margarete Barnass, Die Bibelillustration Tobias Stimmer. Ein Beitrag zur Bibelillustration des XVI. Jahrhunderts, Heidelberg, 1932.

[7] Max Engammare, « Les représentations de l’Ecriture dans les bibles illustrées du XVIe siècle », Revue française d’histoire du livre, 1995, n° 86-87, p. 119-189.

[8] Elsa Kammerer, Entre recréation de l’âme et récréation des yeux : les « Figures de la Bible » au XVIe siècle, 2012, en ligne : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00666111>.

[9] François Boespflug, Dieu et ses images, Montrouge, Bayard, 2011.

[10] Conservé au musée Allerheiligen de Schaffhouse.

[11] Conservé au Kunstmuseum de Bâle.

[12] Rembrandt possédait un exemplaire du « Flavius-Josèphe » illustré par Stimmer, comme l’indique le relevé de sa succession.

[13] Parlant des « Neue Figuren » de Stimmer, Sandrart écrit (version de 1675) : Alsa bekandte mir Anno 1637, der berûhmte Peter Paulio Rubens, als ich ihm auf seiner Reiss durch Holland aufgewartet, in dem Amsterdamer Fahrschiff nach Utrecht, (da ich über disem Büchlein spekulierte) dass er in seiner Jugend dasselbe meisstens nachgezeichnet habe, und möge in Wahrheit wohl für ein besonders Kleinod unserer Kunst gehalten werde.

[14] M. Barnass, Die Bibelillustration…, op. cit.


Crédit de l’image en titre: Stimmer, Tobias: [Das Schützenfest von Strassburg 1576]. [Strassburg], [1576]. Zentralbibliothek Zürich, Tobias Stimmer ZEI 3.1576.001, https://doi.org/10.7891/e-manuscripta-32938 / Public Domain Mark


Published by

PIERRE KINTZ

Historien de l'Art

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.