L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)

English abstract: This essay presents the copy of Joachim Meyer’s fight book, kept in Sélestat. This original copy is presented and described, with a particular focus on its original binding (Hoffot, Strasbourg, 16th century) and the history of its provenance.

Part of the proceedings of the Joachim Meyer 2020 conference For more information see: https://martcult.hypotheses.org/1290.

La Renaissance des XVe et XVIe siècles fut marquée par le renouveau du programme pédagogique mis en œuvre en particulier dans les écoles paroissiales et/ou communales préparant aux études universitaires. Cependant, ce cursus studiorum ne concernait vraiment que les jeunes gens animés par le désir d’étudier les humaniores litterae et parfois bien plus par l’attrait que pouvaient susciter de belles carrières. Les rejetons de la noblesse, s’ils ne négligeaient pas forcément pour autant leur formation intellectuelle, se devaient avant tout d’apprendre le maniement des armes. Cet enseignement se voulait avant tout pratique et pouvait aussi reposer sur des considérations et des supports plus théoriques, en particuliers écrits, tant manuscrits qu’imprimés.

C’est ce qu’illustre le traité d’escrime du maître d’armes strasbourgeois Joachim Meyer imprimé en 1570. La Bibliothèque Humaniste de Sélestat abrite dans ses collections les plus précieuses (sous la cote K.161) le seul exemplaire alsacien conservé dans une collection publique de la Gründtliche Beschreibung. Après en avoir donné une description matérielle, on expliquera comment ce volume a pu intégrer le patrimoine écrit sélestadien au XIXe siècle.

I. Description de l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

Il ne s’agira pas d’aborder ici la vie et l’œuvre de Joachim Meyer, né en 1537 à Bâle. Après avoir exercé le métier de coutelier dans cette ville, il se maria en 1560 à Strasbourg et y enseigna l’escrime dès 1561[1].

La Gründtliche Beschreibung est un livre dont il ne reste qu’un nombre très restreint d’exemplaires. Une recherche rapide dans le répertoire des livres imprimés à travers l’espace de langue et de culture germaniques au XVIe siècle met en évidence 9 occurrences dans les fonds de bibliothèques patrimoniales allemandes dont les plus prestigieuses comme la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, la Staatsbibliothek Preußischer Kulturbesitz de Berlin ou la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel[2]. Ce même répertoire n’indique aucune autre édition pour le XVIe siècle. L’édition suivante a été imprimée à Augsbourg en 1600 et semble être la copie conforme de la première édition, réalisée à Strasbourg trente ans plus tôt.

1. Description matérielle.

L’aspect global du traité de Meyer suscite une curiosité certaine. C’est un volume oblong (26×19 cm) comme on en imprime peu au XVIe siècle. Ce format à l’italienne s’adaptait au mieux à l’illustration retenue, composée de 74 gravures sur bois du peintre Tobias Stimmer et représentant le plus souvent des bretteurs en plein assaut. L’exemplaire sélestadien est propre et se trouve dans un état de conservation acceptable. On relèvera simplement que la couture du premier cahier sur les nerfs présente quelques faiblesses (ce qui le fait dépasser du corps d’ouvrage) et que les coins des plats supérieur et inférieur sont lacunaires. La couvrure est faite d’une peau de truie qui vient recouvrir un cartonnage (et non des aies de bois). L’ensemble était jadis maintenu à l’aide de lacs de soie, faisant en quelque sorte office de fermoirs ; il en reste les encoches en gouttière. Le corps d’ouvrage ne comporte pas d’annotations, sauf sur la page de titre. L’état matériel du volume ne rend compte d’aucune restauration plus ou moins ancienne.

Outre le titre de l’œuvre, la page de titre indique l’année d’impression (1570) et l’identité de l’auteur, Joachim Meyer, « Freyfechter zu Strassburg ». C’est à la fin du volume, dans ce qui pourrait passer pour une forme tardive de colophon, que l’on apprend que l’ouvrage a été imprimé à Strasbourg par Thiebolt Berger « am Weynmarckt zum Treubel ». L’historien des débuts de l’imprimerie strasbourgeoise François Ritter a donné quelques éléments concernant cet imprimeur[3]. Après avoir établi son atelier de 1551 à 1565 au n° 2 de la place des Carmes déchaux (l’actuelle place Kléber), Berger s’installa place du Marché-aux-Vins dans la maison dite « au Raisin » (« zum Treubel ») de 1565 à 1579, où il imprima son traité d’escrime. Selon Ritter, cet imprimeur, actif de 1551 à 1584, s’était spécialisé dans l’impression de cantiques, de chansons profanes et historiques et de nombreux reportages journalistiques. On lui attribue 188 éditions différentes, dont beaucoup de chansons[4]. 13 œuvres ont été imprimées pour la seule année 1570. La Beschreibung semble constituer un tel hapax dans la production de Berger que Ritter ne la mentionne même pas. Il faut reconnaître que les traités d’escrime ne sont pas légion à cette époque, tant du point de vue des éditions réalisées que des exemplaires qui nous sont parvenus. Ainsi, ce traité de Joachim Meyer n’apparaît pas non plus dans le répertoire des imprimés strasbourgeois du XVIe siècle[5] ; sa rareté y a sans doute contribué.

Sur la page de titre est indiqué que cette édition a été imprimée « Mit Römischer Keys. May. Freyheit / Auff zehen Jar in keinerley gestalt nicht / nach zu Trucken ». Cette formule renvoie à la pratique déjà ancienne des privilèges impériaux destinés aux imprimeurs et qui leur conféraient, pendant un temps limité, le monopole de l’impression et de la vente des ouvrages sortis de leurs presses. Ils pouvaient ainsi en attendre un retour sur investissement plus favorable, avant que l’édition qu’ils venaient de publier soit reprise par un de leurs concurrents (à une époque où la notion de copyright n’existe absolument pas). Un imprimeur était ainsi protégé des effets d’une concurrence déloyale. Cette innovation du privilège de librairie avait vu le jour dans le Saint-Empire : en septembre 1479, l’évêque de Wurtzbourg était le premier à accorder un privilège pour l’impression du bréviaire de son diocèse. Le fait que l’imprimeur Berger ait tenu à disposer d’un tel privilège attire notre attention sur le fait que ce livre avait dû lui coûter beaucoup d’argent du point de vue de l’investissement initial consenti, en particulier pour son illustration.

Parmi les pièces liminaires du volume apparaît l’épître dédicatoire de l’auteur, adressée à Jean Casimir, comte palatin du Rhin (1543-1592) et troisième fils de l’Électeur palatin du Rhin Frédéric III, et rédigée à Strasbourg le 24 février 1570. Dans ce texte, Meyer se place sous la protection de ce noble personnage qui a mené un certain nombre d’expéditions dans le Royaume de France afin d’y soutenir les Huguenots. L’auteur constate le déclin de cet exercice noble (« ritterliche Übung ») lié à l’essor des armes à feu, y compris chez les gens de guerre qui n’ont plus recours qu’à ces dernières. Meyer rappelle a contrario qu’à côté des armes à feu, les armes utilisées depuis des temps anciens comme les épées, les hallebardes ou les pics méritent qu’on en apprenne le maniement à plus forte raison quand on fait partie de la noblesse. C’est d’ailleurs ce que rapportent les livres anciens, à l’image des hauts faits des Romains, ainsi que l’histoire de l’Empire depuis les Carolingiens. Meyer souligne également l’importance des tournois qui permettent à la noblesse de s’exercer et de défendre en temps voulu le « Vaterland » en cas de guerre. Meyer souhaite prendre ses responsabilités en rédigeant cet ouvrage issu de sa longue expérience et en le faisant imprimer.

2. Découverte d’une nouvelle reliure de Hoffott ?

Le décor des deux plats de la reliure de l’exemplaire sélestadien du traité de Joachim Meyer a immédiatement suscité notre curiosité. Cette pleine truie estampée et ornée de décors appliqués à la roulette et à la plaque laisse immédiatement penser à la production du relieur strasbourgeois Philippe Hoffott, un des rares relieurs connus nommément pour cette ville au XVIe siècle[6].

La production de cet artisan a fait l’objet d’une étude approfondie en 1928[7]. A l’instar de la reliure de Hoffott conservée dans les collections de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Strasbourg (BNU)[8], la reliure du K.161 de la Bibliothèque Humaniste présente sur le plat supérieur une allégorie de la Justice et sur le plat inférieur une représentation de Lucrèce se poignardant. Les textes accompagnant ces deux personnages sont identiques. Il serait a priori très tentant d’attribuer la reliure du volume de la Bibliothèque Humaniste à Hoffott : en effet, les petits personnages de la bande encadrant le médaillon central sont identiques à ceux de la reliure du volume que possédait A. Morgenthaler et qui présentait bel et bien la signature du relieur[9]. Cependant, l’exemplaire sélestadien n’arbore pas la signature du relieur ; c’est pourquoi il serait peut-être plus pertinent de parler d’une reliure « à la Hoffott », c’est-à-dire proche du style employé par ce relieur.

Après avoir présenté l’exemplaire sélestadien de l’œuvre de Joachim de Meyer, il faut désormais examiner par quel biais il a pu intégrer les trésors du patrimoine écrit sélestadien.

II. Un volume de la bibliothèque de l’historien sélestadien Antoine Dorlan.

Si la Bibliothèque Humaniste est bien connue pour conserver les bibliothèques de la paroisse (fondée en 1452) et du savant Beatus Rhenanus (1485-1547), le patrimoine écrit sélestadien ne se résume pas exclusivement à ces deux ensembles documentaires[10]. Ces deux noyaux, reliques de l’âge d’or qu’a connu la ville de Sélestat aux XVe et XVIe siècles, ont été enrichis aux XIXe et XXe siècles, à l’aide de dons et d’acquisitions diverses, comme le rappelle l’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer.

1. Présentation d’Antoine Dorlan.

Jean-Baptiste Antoine Dorlan (1803-1862) fait partie de la grande lignée des historiens de Sélestat. Avocat au barreau de Sélestat, il fut par ailleurs membre du conseil municipal et contribua à ce titre à la mise en œuvre de la bibliothèque municipale[11]. La création, du point de vue administratif, de cette institution en 1841 donna lieu en effet à une amélioration notable des conditions de conservation, mais aussi de consultation, des ouvrages les plus anciens.

Dorlan fit également œuvre d’historien, en rédigeant des ouvrages sur Sélestat[12] et en collaborant à la Revue d’Alsace, et constitua à cet effet une collection d’alsatiques et d’ouvrages précieux qui fut acquise par sa ville natale en 1860[13]. Il prit aussi part aux débats de son temps sur les débuts de l’imprimerie et publia à cet effet un opuscule intitulé Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt[14]. Tout en admettant qu’il agissait presque avant tout par patriotisme local, Dorlan souhaitait réhabiliter Mentelin, détrôné au profit de Gutenberg par Schoepflin.

2. L’acquisition de la bibliothèque de Dorlan par la Ville de Sélestat.

En proposant à la ville de Sélestat d’acquérir sa riche bibliothèque, Dorlan avait compris comment associer son nom à l’histoire longue des collections de la bibliothèque municipale de Sélestat. Il s’agit de fait d’un des plus beaux accroissements des collections précieuses de cette institution au XIXe siècle, tant du point de vue qualitatif que quantitatif.

Cette acquisition à titre onéreux se déroula en deux temps. Au cours de la séance du conseil municipal du 19 avril 1860, le maire fit lecture de la lettre par laquelle « M. Dorlan, avocat à Schlestadt, offre de céder à la Ville moyennant le prix de 10 000 francs […] sa collection de livres d’Alsace et de livres d’histoire relatifs au même sujet, pour enrichir la Bibliothèque communale de ces documents historiques du pays » et invita « le conseil à en délibérer après avoir mis sous ses yeux les trois cahiers in-folio qui composent le catalogue des livres composant la bibliothèque alsatique de M. Dorlan ».

Cependant, le conseil municipal n’accepta pas d’emblée cette proposition d’acquisition mais confia à la commission de la bibliothèque communale le soin « d’examiner et d’estimer, pour rapport et avis, les documents historiques dont il s’agit[15] ».

La question de l’acquisition de la bibliothèque de Dorlan fut à nouveau examinée au cours de la séance du 23 juin suivant, marquée par l’exposé du rapporteur de la commission à laquelle le maire avait confié la mission d’examiner la valeur de cette collection et son utilité du point de vue scientifique. Furent ainsi mandatés à cet effet M. Heitz, imprimeur et bibliophile strasbourgeois, et M. Coste, juge au tribunal de Sélestat. Le premier expert est sans doute Frédéric Charles Heitz (1798-1867), grand collectionneur d’alsatiques[16]. Cette commission mandatée par les élus sélestadiens se rendit de ce fait le 9 mai au domicile de Dorlan « pour reconnaître l’état matériel des livres ». Le rapport publié en conseil municipal reprenait la lettre adressée par Heitz au maire, dans laquelle son auteur arrivait à la conclusion suivante : « la valeur de la bibliothèque de Dorlan est inappréciable pour la Ville de Schlestadt ». De fait, cet ensemble comprenait autant des ouvrages sur la ville même, que des œuvres écrites par des Sélestadiens voire imprimées à Sélestat, en particulier au XVIe siècle. Tout en mettant en exergue le fait que beaucoup de livres de la collection de Dorlan ne se trouvaient pas à la bibliothèque municipale de cette ville, Heitz conclut ainsi : « en résumé, Monsieur le Maire, je crois que les 10 000 francs que la Ville dépenserait seraient bien employés et que plus jamais une pareille occasion ne se présenterait ». L’ensemble des élus adoptèrent le projet d’acquisition de cette collection[17].

La Bibliothèque Humaniste conserve encore dans ses collections, sous la cote MS.659, le catalogue de la bibliothèque de Dorlan, intitulé Catalogue d’ouvrages et de notes historiques concernant l’Alsace. Collection achetée de Mr Dorlan, avocat, par la ville de Schlestadt en 1860. Ce volume de 487 pages répertorie 2 635 articles. Il est difficile de dire quand et par qui a été dressé cet inventaire, qui remonte sans doute au moment de l’achat de cette bibliothèque par la Ville de Sélestat. Le bibliothécaire en poste à cette époque était Amand Kleitz (1848-1867), par ailleurs professeur de seconde au collège de la ville[18]. Une solide complicité devait lier ces deux savants puisque Dorlan ne manque pas, en marge de son étude sur l’école latine publiée en 1855, de « remercier le digne bibliothécaire, M. Kleitz, de toute la bonté et de la patience qu’il a mises à mon service dans mes fréquentes visites au dépôt confié à sa garde[19] ».

Une étude sommaire de l’inventaire de la bibliothèque de Dorlan met bien en évidence qu’elle était riche en éditions des XVe et XVIe siècles, en particulier d’auteurs mais aussi d’imprimeurs liés à Sélestat (comme les Schürer mais aussi Nicolas Goetz, un disciple de Mentelin). Un relevé rapide met en évidence que 111 volumes (comportant 147 titres) des collections précieuses de la Bibliothèque Humaniste proviennent de cette acquisition. Des auteurs comme Martin Bucer (35 titres) et Jacques Wimpheling sont bien représentés (32 titres). Les autres savants sélestadiens ne sont pas oubliés avec Jérôme Gebwiler, Jean Sapidus et, bien évidemment, Beatus Rhenanus. On relèvera que ces volumes n’ont pas été enregistrés dans une section spécifique destinée aux ouvrages anciens mais relèvent de la catégorie « littérature ».

Le volume de Joachim Meyer est décrit à la p. 32 et porte le numéro 126 (encore visible sur le dois de la reliure), parmi les volumes enregistrés sous la rubrique « Alsace en général ». Dans la mesure où il n’a pas de lien direct avec Sélestat ou les humanistes de cette ville, il est difficile d’expliquer pourquoi Dorlan a acquis ce titre en particulier. L’ouvrage de Joachim Meyer peut sans doute être classé parmi les curiosités que l’historien a souhaité intégrer dans sa bibliothèque privée. Il est impossible de savoir comment Dorlan a fait cette acquisition et quels ont été les précédents propriétaires. La page de titre de l’actuel K.161 présente des annotations manuscrites, sous la forme, peut-être, d’initiales, qui sont néanmoins inexploitables.

Cet exposé a ainsi permis de découvrir de plus près le seul exemplaire alsacien connu de la Gründtliche Beschreibung de Joachim Meyer, c’est-à-dire dont la présence est à tout le moins attestée dans des collections publiques. De fait, on ne peut exclure qu’il puisse y en avoir dans l’une ou l’autre collection privée, la rareté (mais aussi dans ce cas la qualité de l’illustration) étant un des critères mis en avant par les bibliophiles afin d’alimenter leurs investigations et, surtout, leurs collections. Cette présentation permet ainsi à l’historien des bibliothèques de rappeler à quel point les donations de bibliothèques privées à des institutions publiques ou les achats de collections entières réalisées par celles-ci au cours de l’époque contemporaine ont permis d’intégrer ainsi dans leurs fonds des ouvrages parfois tout à fait exceptionnels, comme le traité d’escrime de Meyer.


Cite this article as: lnaas, "L’exemplaire sélestadien de la Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161)," in Martial Culture in Medieval Town, 13/07/2021, https://martcult.hypotheses.org/1302.

[1] Gérard Cames, « MEYER Joachim », dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), t. 26, 1995, p. 2641.

[2] Voir la notice du VD16, M 5087, en ligne : <http://gateway-bayern.de/VD16+M+5087>.

[3] François Ritter, Histoire de l’imprimerie alsacienne aux XVe et XVIe siècles, Strasbourg-Paris, F.-X. Le Roux, 1955, p. 333-335. Voir aussi Christoph Reske, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts im deutschen Sprachgebiet, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2007, p. 889-890.

[4] Jean Muller, Bibliographie strasbourgeoise. Bibliographie des ouvrages imprimés à Strasbourg (Bas-Rhin) au XVIe siècle, t. 3, Baden-Baden, Valentin Koerner, 1986, p. 479-496.

[5] Miriam Usher Chrisman, Bibliography of Strasbourg imprints, 1480-1599, New Haeven-London, Yale University Press, 1982.

[6] Voir Christian Wolff, « HOFFOT Philippus », dans NDBA, , t. 17, 1991, p. 1629 et Schlaefli (Louis), « Observations sur quelques reliures du XVIe siècle », dans Regards en marge : histoires de reliures de l’espace rhénan, Strasbourg, Bibliothèque Alsatique du Crédit Mutuel, 2008, p. 31-43 (en particulier p. 35-36 sur Hoffott).

[7] Alphonse Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle, particulièrement sur Philippe Hoffott », dans Archives Alsaciennes d’Histoire de l’Art, 5 (1926), p. 79-93.

[8] Trésors des bibliothèques et des archives d’Alsace, Strasbourg, La Nuée Bleue/Editions du Quotidien, 2017, p. 152-153.

[9] Voir la photo dans son étude : A. Morgenthaler, « Notes sur la reliure strasbourgeoise au XVIe siècle… », art. cit., p. 83.

[10] Pour avoir une vue d’ensemble des collections de la Bibliothèque Humaniste, voir Laurent Naas, « La Bibliothèque Humaniste de Sélestat, entre le Moyen Âge et la Renaissance », Arts et Métiers du Livre, n° 297, juin 2013, p. 20-35.

[11] Voir Maurice Kubler, « DORLAN Jean Baptiste Antoine (dit l’avocat) », dans NDBA, t. 8, 1986, p. 688.

[12] Antoine Dorlan, Notices historiques sur l’Alsace et principalement sur la ville de Schlestadt, 2 vol., Colmar, L. Reiffinger, 1843.

[13] Voir les délibérations du conseil municipal du 19 avril (n° 29) et du 23 juin (n° 61) 1860 et Hubert Meyer, « Antoine et Alexandre Dorlan, deux collectionneurs », Bulletin d’Alsacollections, n° 1, 1990, p. 22-26.

[14] Antoine Dorlan, Quelques mots sur l’origine de l’imprimerie, ou résumé des opinions qui en attribuent l’invention à Jean Mentel, natif de Schlestadt, Sélestat, F. Helbig, 1840.

[15] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 19 avril 1860, point n° 29.

[16] Voir Odile Zeller, « HEITZ Frédéric Charles », dans NDBA, t. 16, 1990, p. 1494. Il rassembla près de 27 500 ouvrages, dont la liste fut dressée par Rodolphe Reuss, avant d’intégrer les collections de la Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek zu Strassburg (actuelle BNU).

[17] Délibérations du conseil municipal de la Ville de Sélestat du 23 juin 1860.

[18] Voir Hubert Meyer, « KLEITZ Amand », dans NDBA, t. 21, 1993, p. 1998.

[19] Antoine Dorlan, « Nouvelles études historique sur l’école et la Société littéraires de Schlestadt aux XVe et XVIe siècles, précédées d’un coup-d’œil sur la renaissance des lettres en Allemagne »,  Revue d’Alsace, 1855, p. 348.

Crédit de l’image: Reliure de l’exemplaire de Gründtliche Beschreibung der freyen Ritterlichen unnd Adelichen Kunst des Fechtens de Joachim Meyer (BHS., K.161). Bibliothèque Humaniste de Sélestat, reproduit avec permission.

À propos de l’auteur: Laurent Naas est Bibliothécaire territorial, Responsable scientifique de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.